Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Confinement : Les inquiétudes de l’OMDH


Rédigé par Safaa KSAANI le Mercredi 29 Avril 2020

Le Bureau exécutif de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH) exprime ses inquiétudes quant à la situation des droits de l’Homme dans notre pays.



Des éléments de la DGSN patrouillant le 27 mars dans les quartiers de Rabat, pour faire respecter les mesures de confinement. (Ph.Fadel Senna/AFP)
Des éléments de la DGSN patrouillant le 27 mars dans les quartiers de Rabat, pour faire respecter les mesures de confinement. (Ph.Fadel Senna/AFP)
Dans un communiqué rendu public, dimanche 26 courant, le Bureau exécutif de l’OMDH a tenu à exprimer pour la énième fois son inquiétude sur l’évolution de la situation des droits de l’Homme dans notre pays sous état d’urgence sanitaire à cause de la propagation du Coronavirus. L’ONG a exprimé à plusieurs occasions, dont la plus récente date du 16 mars, sa préoccupation concernant la situation épidémiologique dans certaines prisons marocaines, et particulièrement la prison locale de Ouarzazate. L’OMDH appelle, à cette occasion, à la réduction du surpeuplement dans les établissements pénitentiaires, en libérant principalement les personnes âgées, les malades chroniques et les détenus de courte durée dans le cadre de la détention provisoire.

Elle demande aux autorités concernées, de réduire le nombre de personnes en garde à vue, et libérer temporairement les personnes poursuivies, en attendant la poursuite de leur jugement. Parallèlement, l’Organisation appelle à accélérer l’évacuation des Marocains bloqués à l’étranger, à démarrer les procédures de leur réception sur le territoire national, et à faciliter l’entrée de ceux restés bloqués à Sebta et à Mellilia.
L’Organisation qui défend les migrants et les réfugiés, a également plaidé pour la suspension du rassemblement des migrants subsahariens dans des centres spéciaux, sauf en cas de leur protection de l’épidémie, principalement dans la ville de Nador. Elle n’a pas manqué, dans son communiqué, d’appeler à suspendre l’expulsion des migrants en situation irrégulière, compte tenu des circonstances actuelles où un certain nombre d’entre eux se trouvent dans des zones tampons, sans abri et sans alimentation. Concernant les demandeurs d’asile qui sont déjà entrés, et ceux dont les demandes sont en cours de traitement, l’OMDH juge nécessaire de les soumettre à un examen médical pour leur propre protection et celle des citoyens marocains.
 
L’OMDH appelle, dans son communiqué, les associations de la société civile, les autorités publiques et les collectivités territoriales à faire aussi bénéficier les réfugiés et les demandeurs d’asile de l’aide fournie dans la présente crise. L’ONG n’a pas manqué, à cette occasion, d’appeler les fournisseurs d’accès à Internet à retarder les paiements des factures pour les familles n’ayant pas la possibilité de les effectuer à distance. Enfin, l’Organisation marocaine de défense des droits de l’Homme conclut son communiqué en insistant sur la nécessité de respecter et de mettre en œuvre l’approche des droits de l’Homme, à la lumière des mesures prévues par le prolongement de l’état d’urgence sanitaire.
 
Safaa KSAANI

3 questions à Largou Boubker, président de l’OMDH


«Notre but est de gagner la guerre contre le Covid-19»
 
- A quel point les personnes âgées, les malades chroniques et les personnes en détention provisoire peuvent-ils désengorger les établissements pénitentiaires ?

- La catégorie des détenus la plus présente est les personnes en détention provisoire. Elles représentent, à elles seules, plus de 40 % de cette population. En y ajoutant les personnes âgées, celles atteintes d’une maladie chronique et qui ont passé plus des deux tiers de la peine, et ont fait preuve de bon comportement en détention, la différence sera visiblement importante.

- Question approche des droits de l’Homme, son application relève-t-elle de la responsabilité du gouvernement uniquement, dans les circonstances actuelles ?

- Le respect et la mise en œuvre de l’approche des droits de l’Homme, à la lumière des mesures prévues par le prolongement de l’état d’urgence sanitaire, doivent être faits en collaboration avec le gouvernement, la société civile et les défenseurs des droits de l’Homme, pour atteindre un seul objectif : garantir les droits fondamentaux, en l’occurrence le droit à la vie et à la liberté d’expression.

- Concernant les populations subsahariennes issues de la migration, quelles sont les actions entreprises par l’OMDH à leur profit ?

- Depuis le début de l’état d’urgence sanitaire, nous avons formé des groupes de travail, composés de plusieurs associations. Ils sont mobilisés dans plusieurs villes marocaines. Nous comptons parmi nous des associations œuvrant dans le domaine de la santé, d’autres dans le domaine de l’enfance, entre autres. L’OMDH apporte également de l’assistance juridique et administrative à cette population
 
Recueillis par S. K.