Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

Confiants et optimistes : La relance


Rédigé par Samir BELAHSEN le Vendredi 31 Juillet 2020

Le 29 juillet, dans son discours du trône, SM le roi a annoncé la mise en place d’une enveloppe de 120 milliards de dirhams pour booster l’économie, un Fonds d’investissement stratégique, la revue des priorités, une réforme profonde du secteur public et la généralisation de la couverture sociale dans les cinq années à venir. En soulignant la gravité de la crise SM choisit la confiance et l’optimisme.



Dr Samir Belahsen
Dr Samir Belahsen
« Certes, en de pareilles circonstances, tout être humain est saisi d’effroi ou, du moins, d’inquiétude. Néanmoins, grâce aux mesures et aux décisions cruciales que Nous avons adoptées dès les premières manifestations de la pandémie au Maroc, nous nous sommes montrés confiants et optimistes. »
« Je le dis en toute sincérité, les incidences seront rudes .».

Le discours pointe les insuffisances que la crise a mis en évidence :

- la dépendance de certains secteurs aux aléas extérieurs,

- la taille du secteur informel,

- la faiblesse des réseaux de protection sociale,

La vision annoncée est ainsi clairement déduite :

Redéfinir l’ordre des priorités, asseoir les bases d’une économie forte et compétitive et construire un modèle social plus inclusif.

Pour asseoir les bases de cette économie forte et compétitive :

« Il importe d’initier un plan ambitieux de relance économique pour permettre aux secteurs de production de se remettre d’aplomb, d’accroître leur capacité à créer des emplois et à préserver les sources de revenu. »

Les moyens disponibles sont aussi définis par le discours royal en termes de :

1-Financements,

2-Dispositifs d’incitation et

3-Mesures de solidarité,

SM explique :« Dans ce cadre, environ 120 milliards de dirhams seront injectés dans l’économie nationale, soit l’équivalent de 11% du PIB. Ce taux inscrit le Maroc parmi les pays les plus audacieux en matière de politique de relance économique post-crise ».

« Nous avons estimé qu’un Fonds d’investissement stratégique devait être créé pour remplir une mission d’appui aux activités de production, d’accompagnement et de financement des grands projets d’investissement public-privé, dans une diversité de domaines.

Pour le modèle social inclusif, SM explique la finalité : « Notre aspiration prioritaire est d’assurer la protection sociale à tous les Marocains. Et Notre détermination est qu’à terme Nous puissions en faire bénéficier toutes les franges de la société ».

Il en définit le moyen :  « Nous considérons que le moment est venu de lancer, au cours des cinq prochaines années, le processus de généralisation de la couverture sociale au profit de tous les Marocains. »
Confiant et optimiste, je le suis, nous devons l’être et tous avec les annonces royales pour bâtir ce   modèle social inclusif et concrétiser cette vraie relance à plus de 12 MILLIARD D’EURO.
 
Ceux qui en sont incapables pour quelque raison que ce soit ne peuvent en aucun cas en assurer l’exécution. Ceux qui craignent un point d’inflation plus que la décroissance, comme ceux qui n’ont pas la compétence pour sa mise en place n’ont qu’à laisser la place au volontarisme et à l’audace.
Le Chef du gouvernement qui n’avait aucune vision, en voilà une clairement annoncée et définie, alors soit il y adhère et il y travaille soit il nous fait gagner du temps en prenant acte de l’incapacité constatée de sa majorité que la crise a révélée.
 
En critiquant le PLFR sur ces colonnes, j’avais expliqué que je le trouvais maigrichonne avec ses 15 milliards de DH ajoutés au budget des investissements pour le porter à 86 milliards de DH.
J’avais cité à la même occasion N.Mikou qui disait que la solution n’était pas comptable mais stratégique. Je noterais que certains membres de la majorité ont émis des critiques semblables  mais bien après le vote du PLFR maigrichonne.

Le discours du trône du 29 juillet est à mon sens aussi stratégique économiquement que celui du 9 Mars 2011 au niveau politique.

Le gouvernement, les partenaires économiques et sociaux (patronat, syndicats et société civile ) et les « forces vives de la nation » dont l’opposition vont -ils en saisir la portée et se mettre au niveau des aspirations qu’il annonce ?

Nous attendons du gouvernement (actuel ou à venir) de l’écoute, un peu d’imagination, de la cohésion et beaucoup de courage pour lancer les chantiers définis par SM le Roi. 
 
Dr Samir Belahsen

  



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 19 Octobre 2020 - 10:41 2021 l’année de tous les télescopages