Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Condamnation d'un jeune de 23 ans pour apologie du terrorisme par le Tribunal de première instance de Salé


Rédigé par A.M le Vendredi 21 Janvier 2022

Un jeune de 23 ans a été condamné à trois ans de prison ferme pour apologie de terrorisme, par le Tribunal de première instance à Salé, à cause d'un poste sur Facebook. La partie de la Défense a fait un pourvoi en appel, revendiquant des circonstances atténuantes vu le jeune âge de l'accusé. Détails.



Condamnation d'un jeune de 23 ans pour apologie du terrorisme par le Tribunal de première instance de Salé

La Chambre criminelle de première instance, chargée des affaires de terrorisme au Tribunal de première instance de Salé, a condamné, ce vendredi, un jeune de 23 ans, à trois ans de prison ferme et à une amende de cinq mille dirhams, pour apologie du terrorisme, apprend-on de sources concordantes.

Sollicité par L'Opinion, l'avocat de la Défense, maître Issam Lahlou, nous a donné plus de détails sur la condamnation de son client qui s'appelle Mohammed, préférant ne pas citer son nom de famille par respect à son intimité. En effet, ce dernier a fait l'objet de plusieurs Chefs d'accusation à savoir l'apologie de terrorisme, non-dénonciation de crime et incitation à la violence et aux actes terroristes. L'accusé a été condamné pour avoir publié un poste sur son compte Facebook, protestant contre la fermeture des mosquées, lors de la crise sanitaire avec des propos qui ont été interprétés, dans le cadre de l'enquête, comme un éloge du terrorisme. Selon l'avocat de la défense, les investigations avaient indiqué que son client était proche de personnes condamnées dans des affaires de terrorisme.

Le jeune issu de la région de Souss est connu pour son calme et son caractère serein, semble être victime d'une influence, plaide M. Lahlou, qui revendique que son client puisse bénéficier des circonstances atténuantes, vu son jeune âge et sa vulnérabilité intellectuelle. A cet égard, l'avocat explique qu'une personne si jeune est une cible facile de la propagande intégriste. Raison pour laquelle il a fait appel du verdict de première instance. "Nous souhaitons avoir une atténuation de peine à six mois en appel, incarcérer un jeune de 23 ans pour une si longue période pourrait contribuer à le radicaliser davantage", indique notre interlocuteur, soulignant que cet élément fera partie de sa plaidoirie lors du procès d'appel.