Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Commerçants, professionnels et artisans : pour une reprise soutenue des activités


Rédigé par S. K. le Lundi 1 Juin 2020

La Coordination nationale des organisations professionnelles les plus représentatives appelle à prendre une série de mesures appropriées et urgentes en faveur des professionnels.



Commerçants, professionnels et artisans : pour une reprise soutenue des activités
Samedi 30 mai s’est tenue une rencontre à distance entre le chef du gouvernement, le ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Economie verte et numérique, et la Coordination nationale des organisations professionnelles les plus représentatives. Objectif : suivre et discuter de la situation économique des entreprises et des professionnels les plus touchés par la pandémie du Covid-19, et des moyens de relance économique à travers des programmes clairs et harmonieux.

Saluant l’invitation du chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, pour l’organisation de cette rencontre, avec la participation du ministre Moulay Hafid Elalamy, la Coordination (regroupant l’Union générale des entreprises et des professions, l’Espace marocain des professionnels et le Syndicat national des commerçants et des professionnels) souligne l’importance de la communication comme outil de négociation et de suivi des dossiers relatifs au secteur. À travers sa participation à cette rencontre tenue à distance, la Coordination souhaite répondre favorablement aux demandes et attentes des commerçants et des professionnels impactés négativement par la prorogation de la période de confinement sanitaire et les mesures qui s’en sont suivies.

Dans son communiqué, la Coordination souligne qu’elle discute toujours avec le ministère de l’Industrie, du Commerce, et de l’Economie verte et numérique, de la mise en place de la couverture sociale (couverture médicale et retraite) au profit des commerçants et des professionnels.

La Coordination fait savoir dans son communiqué qu’elle travaille avec les autorités compétentes sur la reprise des activités commerciales et professionnelles tout en faisant respecter les mesures de sécurité nécessaires.

Elle appelle également à mettre en place, en urgence, des initiatives permettant la relance économique du secteur commercial, en appelant le système bancaire à plus d’implication positive via la mise en place de solutions de financement adaptées à toutes les catégories professionnelles. Enfin, la Coordination saisit l’occasion pour exprimer son ferme engagement à défendre les droits de la population des commerçants et des professionnels, en présentant nombre de circulaires et de notes à différents ministères, durant cette crise sanitaire.

Elle conclut en promettant de poursuivre sa mission en présentant une nouvelle circulaire où elle propose les mesures adéquates pour réussir la sortie du confinement.

3 questions à Moulay Ahmed Afilal, Président de l’Union Générale des Entreprises et des Professions (UGEP)

Moulay Ahmed Afilal
Moulay Ahmed Afilal
« La digitalisation du secteur commercial suppose un nombre de prérequis »

- Actuellement, le marché local est marqué par un faible pouvoir d’achat. Comment les citoyens pourraient-ils participer à la relance économique du secteur commercial ?

- Cette crise a démontré que nous disposons de produits fabriqués localement qui répondaient aux besoins de la population et qui étaient compétitifs. Il faut que les citoyens aient ce réflexe de privilégier les produits « Made in Morocco », quelle que soit leur classe sociale, car ce n’est que comme ça que nous participerons tous, en étant solidaires, à la relance économique de ce secteur et de notre économie en général.

- Pensez-vous que le moment est venu pour avoir recours à la digitalisation du secteur commercial ?
- C’est vrai que nous avons vu surgir ici et là plusieurs commerces de proximité qui ont adopté, pendant cette période de confinement, la livraison à domicile. C’est un début, mais le recours à la digitalisation au niveau de ce secteur suppose un nombre de prérequis qui commence par l’organisation de la filière, l’équipement des commerces en matériel informatique, la formation de cette population à l’outil informatique, la généralisation du portemonnaie électronique…

- Comment le secteur bancaire devrait-il intervenir dans la relance économique, après la sortie de crise ?
- Le secteur bancaire est censé prendre conscience du rôle crucial et fondamental qu’il doit jouer pour la relance économique du secteur commercial, en proposant une offre dédiée à cette clientèle lui permettant de régler ses arriérés vis-à-vis des fournisseurs, de reconstituer les stocks de marchandises pour redémarrer ses activités, tout en bénéficiant d’un report des échéances bancaires sans contrepartie onéreuse.

Recueillis par S. K.