Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Célébration de la journée de l'Afrique: L’économie culturelle et créative en partage


Rédigé par W. S. le Lundi 24 Mai 2021



Célébration de la journée de l'Afrique: L’économie culturelle et créative en partage
Dans le cadre de la Journée de l’Afrique, célébrée le 25 mai de chaque année, l’Institut des Etudes Africaines de l’Université Mohammed V de Rabat en partenariat avec CGLU Afrique, organise demain mardi un séminaire sous format hybride (présentiel : au siège de l’Institut à Rabat et en ligne) sous le thème : « Economie culturelle et créative, levier de développement durable ».

Pour rappel, cette Journée de l’Afrique célèbre l’anniversaire de la signature des accords de l’OUA (Organisation de l’Unité Africaine), le 25 mai 1963 et c’est aussi l’occasion pour chaque pays d’organiser des événements dans le but de favoriser le rapprochement entre les peuples africains.

Pour les organisateurs, cette célébration coïncide cette année avec 3 évènements majeurs. En effet, l’Union Africaine a adopté, pour 2021, le thème « Arts, culture et patrimoine : un levier pour construire l’Afrique que nous voulons », tandis que l’ONU a déclaré 2021 comme l’Année internationale de l’économie créative au service du développement durable. Enfin, les Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) a désigné la ville de Rabat comme « Capitale Africaine de la Culture ».
Dans un communiqué, les initiateurs relèvent que les Industries Culturelles et Créatives (ICC) sont considérées comme le secteur de l’économie mondiale qui connaît la croissance la plus rapide. Les changements technologiques et économiques dans la distribution et la commercialisation des produits culturels ainsi que la commercialisation croissante de la propriété intellectuelle dans le monde numérique expliquent cette croissance.

Accélérateur de progrès

Des panélistes de renommée internationale et experts débattront des questions diverses et variées telles « les industries créatives et culturelles et l’attractivité des territoires », « la révolution numérique, accélérateur de réappropriation par les jeunes de la culture et de la créativité africaines ».

Les participants plancheront également sur « Les besoins de formation aux métiers des industries culturelles et créatives » ou encore « Les conditions à mettre en place pour l’émergence de places culturelles à rayonnement international en Afrique ».
Rappelons que les CGLU Afrique est l’Organisation faîtière qui assure la représentation des collectivités territoriales d’Afrique. Elle compte 51 associations nationales de collectivités territoriales et plus de 2 000 villes et collectivités territoriales adhérentes directes. À travers ses membres, CGLU Afrique représente plus de 350 millions de citoyens africains.

Quant à l’Institut des Etudes Africaines, c’est un établissement universitaire spécialisé sur l’Afrique relevant de l’Université Mohammed V de Rabat. Il a été créé suite à une décision de feu Sa Majesté le Roi Hassan II en 1987 dans le cadre de la confirmation de la vocation africaine du Maroc et a entamé ses activités en avril 1990. Il a été créé aussi pour être une interface permettant de faire connaître le Maroc en Afrique et l’Afrique au Maroc.