Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Casablanca : plantation d’un olivier en signe de fraternité judéo-musulmane


Rédigé par Siham MDIJI le Mercredi 13 Janvier 2021

Des acteurs associatifs de confession musulmane et juive ont planté, mardi 12 janvier à Casablanca, un olivier pour faire part de la fraternité qui lient les membres de ces deux religions monothéistes.



Pour consolider les relations israélo-marocaines, des artistes, des acteurs de la société civile, des entrepreneurs, des femmes et des hommes de lettres ont pris part, mardi 12 janvier, à une cérémonie de plantation d’un olivier, qui s’est déroulée au jardin du Stade Simon Pinto de l’Olympique Casablancais. L’équipe dudit club ainsi que les membres de l’Association « Marocains Pluriels » ont voulu, par cette action symbolique, célébrer la décision des États-Unis de reconnaître la pleine souveraineté du Maroc sur son Sahara et les « retrouvailles » entre le Royaume chérifien et l’État d’Israël dont la culture et l’identité juive demeurent ancrées depuis des siècles dans la société marocaine. «Aujourd’hui, nous nous sommes saisis d’une magnifique occasion pour planter cet Olivier de la Fraternité pour la Paix », a indiqué le président de « Marocains Pluriels », Ahmed Ghayat, soulignant que « la reconnaissance de nos provinces du Sud et les retrouvailles avec Israël où vivent 800.000 des nôtres sont une magnifique occasion pour nous retrouver, encore et toujours ».

Preuve d’une paix perpétuelle
« La plantation de cet olivier est l’action de compatriotes des deux religions qui se sont unis pour remercier SM le Roi de nous conduire avec tant de clairvoyance, car tant la reconnaissance de notre Sahara que la reprise des liens avec Israël vont dans le sens de la paix », a-t-il soutenu. Et d’ajouter que, « par notre action, nous voulons montrer que notre pays met concrètement en pratique notre héritage et notre patrimoine civilisationnel. Et en même temps nous traçons la route aux jeunes générations ». 

De tout temps l’olivier a symbolisé la vie et la paix, a-t-il noté, faisant savoir qu’au Maroc, « nous avons pris l’habitude d’organiser régulièrement, avec nos compatriotes juifs et nos amis chrétiens, vivant sur notre sol, des événements autour de l’olivier, notamment avec les jeunes qui œuvrent à nos côtés, sur le terrain ».

Des activités qui prônent le vivre-ensemble
Le président de « Marocains Pluriels » a déclaré que « chacune de ces activités a pour but de sensibiliser, de semer les graines de la fraternité, du vivre ensemble, de la diversité », notant que « cela est devenu une sorte de rite que nous célébrons et qui illustre si bien l’âme du Royaume, contenue dans le préambule de la Constitution ». 

Il a, par ailleurs, rappelé que les membres du COC et de « Marocains Pluriels » ont l’habitude de travailler ensemble, de célébrer leurs fêtes mutuelles musulmanes et juives en commun, dont Ftour Pluriel qui se tient chaque mois de Ramadan, depuis 6 ans.

Il sied de noter qu’à la fin de cette cérémonie, une prière pour préserver Sa Majesté le Roi et la Famille Royale a été prononcée en hébreu, en présence notamment du président du COC Simon Pinto, Pierre Sibony, l’artiste Maxime Karoutchi, la chanteuse Nabyla Maan et le président de « Les 109 », Mohamed Reda Khadfy.

« Marocains Pluriels » : association pour la coexistence et le pluralisme au Maroc
Fondée par Ahmed Ghayet, l’association « Marocains Pluriels » s’est engagée, depuis sa création en 2009, à encourager les jeunes afin de leur permettre de devenir acteurs de la vie de la Cité, et de prendre en main leur destin, à promouvoir le vivre-ensemble et à encourager le développement du champ culturel en tant que solution à divers maux de la société marocaine. Elle prône les valeurs d’ouverture, de tolérance et de partage, notamment en organisant des activités culturelles, des débats, des formations et des actions sociales et civiques, etc. «Aujourd’hui, « Marocains Pluriels » fait vivre un véritable « Mouvement d’opinion », notamment au sein de la jeunesse, pour faire avancer la tolérance, le progrès, la modernité, le dialogue », indique l’association dans un communiqué.
Siham MDIJI