Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Casablanca, Rabat, Tanger...plusieurs quartiers en quarantaine


Rédigé par Anass Machloukh le Jeudi 13 Août 2020

Après la mise en «lockdown» du quartier Meshroue à Hay Mohammadi, d’autres quartiers ont été mis sous cloche, notamment dans la capitale du Royaume. Détails.



Après la flambée de la propagation de la covid-19 à Casablanca, la détection de plusieurs foyers de contaminations a contraint les autorités de la préfecture d’Ain Sbâa à la fermeture de quartiers de l’arrondissement de Hay Mohammadi. Les autorités ont décidé, ce mercredi, l’interdiction d’accès de et vers les quartiers de Hay Mashroue Hassan II et Souk Salam.

Cette mesure draconienne intervient à un moment où les autorités ont détecté un foyer de contamination constitué de vingt personnes travaillant dans des usines de confection textile dans la Zone industrielle d’Ain Sbaâ et qui vivent dans ce district du quartier de Hay Mohammadi.

De l’autre côté de la ville, le quartier de Hay Chrifa a également été bouclé par les autorités locales après la découverte d’un foyer épidémique au marché de poisson. Par ailleurs, les autorités ont procédé à une importante opération de désinfection qui a été effectuée dans la journée du mercredi 12 août.

Reportage photo Kamal
A Rabat, les choses sont à l’identique ! Les autorités publiques relevant de l’arrondissement d’El Youssoufia patrouillent le quartier de Rachad, exhortant les habitants à rester chez eux. Sur un ton ferme, ils appellent les commerçants à baisser les rideaux à l’exception des épiciers.

Toutes ces mesures s’inscrivent dans le cadre de l’annonce du ministère de l’Intérieur, du 13 juillet, quant à la fermeture des quartiers qui constitueraient de nouveaux foyers de contamination, comme c’est le cas des villes de Tanger et de Fès où des éléments des forces armées royales ont été déployés afin de renforcer le contrôle du respect de l’état d’urgence sanitaire reconduit jusqu’au 10 septembre 2020.  

Dans ce climat morose, les interrogations se multiplient sur l’éventualité d’un nouveau confinement généralisé, d’autant plus que le gouvernement demeure évasif à ce sujet avec une communication ambiguë.