Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Casablanca : Parachèvement des structures du Conseil communal


Rédigé par Kawtar CHAAT le Mercredi 22 Décembre 2021

Le Conseil municipal a tenu mardi une session extraordinaire consacrée à l’examen et à l’adoption de deux points à l’ordre du jour, à savoir les dépenses pour les arrondissements de Ben M’sik et Sbata et l’élection des délégués du conseil aux organes et institutions ayant un lien juridique avec le Conseil communal.



Casablanca : Parachèvement des structures du Conseil communal
A cette occasion, la présidente du Conseil, Nabila Rmili, a présenté un tour d’horizon de ces deux points, qui ont été approuvés à l’unanimité après l’examen de la Commission des finances, du budget, de la programmation et des interventions des représentants des différents groupes qui composent le Conseil.

S’exprimant à cette occasion, la maire de Casablanca a indiqué que cette réunion, à laquelle ont participé les groupes de la majorité et ceux de l’opposition, s’inscrit dans le cadre du parachèvement des structures du Conseil afin d’accompagner tous les projets et accords en vigueur.

L’élection des représentants du Conseil aux organes et institutions qui assurent la gestion des affaires de la ville est une question primordiale pour la feuille de route du Conseil, car ces organes « effectuent un travail continu, diligent et quotidien » pour suivre l’avancement des projets à Casablanca. Sans ces structures et leurs actions, le suivi des projets structurants qui s’inscrivent dans le cadre d’une politique publique visant le renforcement des infrastructures au service du développement local, ne peut être garanti, a-t-elle relevé.

S’agissant des priorités du Conseil municipal de Casablanca, Rmili a indiqué que le plan d’action municipal s’articule autour de deux axes liés à l’implémentation des grands projets inscrits au plan d’aménagement. Le premier est relatif à la mise en oeuvre des propositions du gouvernement pour le développement de la ville de Casablanca, qui ont pour but commun d’optimiser l’investissement public au niveau de la métropole, et la mise en place d’actions intégrées et concertées basées sur une démarche territoriale.

Le deuxième axe concerne l’appui à l’Instance de l’Equité, de l’Egalité des chances et de l’Approche genre, en partenariat avec les organisations de la société civile et toutes les parties prenantes afin de cristalliser un programme ambitieux capable de répondre aux attentes et aux aspirations des Casablancais.

Parmi les institutions dans lesquelles ont été élus les délégués du Conseil communal, on trouve le conseil d’administration du Centre hospitalier Ibn Rochd, le marché de gros de volaille, le marché de gros de légumes et de fruits, le Stade Mohammed V et autres installations.


Kawtar CHAAT


La mise en place d’un Plan d’action communal : une responsabilité partagée

Le Conseil communal est l’organe qui assure la gestion des affaires de la ville. Ses prérogatives sont fixées par la Loi Organique n° 113- 14 relative aux communes qui confère à ces dernières des compétences propres, des compétences partagées avec l’État et des compétences qui lui sont transférables par ce dernier. Selon ladite loi, les compétences des communes sont partagées avec l’Etat, notamment en matière de développement de l’économie locale et de promotion de l’emploi, la préservation du patrimoine local et son développement, et la mise en oeuvre des mesures nécessaires à la promotion et l’encouragement des investissements privés.