L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Casablanca : La plage «Frimija», ce dépotoir à ciel ouvert


Rédigé par Houda BELABD Jeudi 10 Août 2023

Il y a quelques mois, le conseil de la Ville de Casablanca a rendu publique sa décision de casser sa tirelire pour offrir un lifting aux plages publiques de la capitale économique. Pourtant, le laxisme continue de sévir au niveau de la plage «Frimija» d’Aïn Sebaâ.



Photo: droits réservés.
Photo: droits réservés.
 
 
On l’appelle «Frimija» parce que l'un de ses rochers ressemble étrangement à une potion de fromage. Parmi ses fidèles, il y en a qui l’appellent également «Nhila» ou la petite abeille, pour des raisons que nos interlocuteurs ignorent. Elle, c’est la plage d’Aïn Sebaâ qui, malgré ses sobriquets aux acceptions drolatiques, en fait fuir plus d’un.

«Ce n’est pas une plage que je conseille aux personnes qui veulent nager ou même piqueniquer à Casablanca à cause de l’incivisme criard qui y sévit, malgré les efforts de première heure, fournis par la Mairie», nous lance d’emblée Abdou, un natif de la citéet qui ne jure que par la belle corniche d’Aïn Diab. Selon ce jeune homme au bronzage très prononcé, cette corniche correspond beaucoup mieux à l’image d’une ville qui progresse.

Mais pourquoi la plage dite du « fromageon » est-elle tant boudée ? Odeurs pestilentielles, dépotoirs à ciel ouvert, vagabondage, vol, agressions, nuisance sonore de jour comme de nuit… tous ces fléaux font, en effet, que les estivants réfléchissent deux fois avant d’y poser leurs paniers de plage.

Cependant, malgré ses vicissitudes, cette plage reste une destination immanquable pour la pratique des sports nautiques comme le surf. Située à l'est de la Grande Mosquée Hassan II et au sud-ouest de la Petite Zenata, cette côte draine, bon an, mal an, des surfeurs et des bodyboarders du monde entier. 

Le conseil municipal s’implique

Il va sans dire qu'un budget digne de ce nom devra sauver cette plage du marasme. Dans cette optique, Nabila Rmili, maire RNI de Casablanca, a déployé, dès le mois de mai dernier, les grands moyens pour accueillir la saison estivale dans les règles de l’art. A cet effet, elle aconclu un marché pour l’entretien des nombreuses plages de la Métropole et les travaux ont été confiés à Al Bounyane ingénierie, une société casablancaise spécialisée dans les travaux routiers, les ouvrages d'art et la construction.

Cette entreprise encaissera près de 2 millions de dirhams pour ses prestations sur une période d’au moins trois mois. Malgré l’embellissement de la plage, les monticules, les plastiques, les bouteilles continuent d’envahir les lieux.

Le manque de propreté sur ce lieu censé être dédié à la détente, n'est, hélas, pas le seul problème… La désorganisation provoquée par les gardiens de voitures et les loueurs de parasols, sans compter les légions de vendeurs à la sauvette qui prennent d’assaut la corniche sont autant de situations intenables. Ce qui complique davantage la tâche aux riverains, et surtout à ceux qui choisissent de s'y baigner.

Houda BELABD
 








🔴 Top News