Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Campagne de vaccination : 15 questions simples ou complexes qui taraudent les Marocains


Rédigé par Anass MACHLOUKH & Nabil LAAROUSSI le Jeudi 28 Janvier 2021

Après des mois d’attente, la campagne de vaccination est officiellement lancée, le jeudi 28 janvier, sous haute supervision Royale. A cette occasion, nous avons contacté des experts pour apporter des éclairages sur certaines questions liées à cette opération d’envergure.



Préparatifs pour la distribution des premières doses du vaccin chinois Sinopharm réceptionnées sur l’ensemble des régions du Royaume après le parachèvement de toutes les procédures techniques requises. Ph. MAP
Préparatifs pour la distribution des premières doses du vaccin chinois Sinopharm réceptionnées sur l’ensemble des régions du Royaume après le parachèvement de toutes les procédures techniques requises. Ph. MAP
En dépit des efforts de communication et de vulgarisation déployés dernièrement par les autorités sanitaires marocaines, en vue d’assurer le bon déroulement de la campagne nationale de vaccination, plusieurs questions, importantes ou anodines, continuent à trotter dans l’esprit des Marocains : peut-on choisir son vaccin anti-Covid ? Est-il possible de changer son rendez-vous de vaccination ? Que faire en cas de déménagement ? Qui contacter en cas d’effets secondaires graves ?…sont entre autres interrogations auxquelles nous avons essayé de répondre en faisant recours à un panel d’experts en la matière, tout en se référant aux éléments de réponses publiés sur la plateforme «www.liqahcorona.ma». F.A.Q. 

- Si je rate mon rendez-vous ?

-Les autorités ont ouvert dimanche dernier les prises de rendez-vous pour la vaccination contre le Covid-19, première étape d’une campagne nationale gratuite et « graduelle ». Les rendez-vous sont fixés automatiquement par système, toutefois, si une personne manque le sien, une 2ème date lui sera proposée dans les premiers jours qui suivent le 1er RDV. Cependant, si la personne concernée rate une 2ème fois la date fixée, il faudra se rapprocher de l’annexe administrative de son lieu de résidence. Cela dit, il est possible de changer la date du RDV, en déposant une demande motivée auprès de l’annexe administrative locale qui prendra en charge la demande.

- Puis-je changer de centre de vaccination si l’adresse que j’ai sur la carte CNIE ou carte de séjour n’est pas celle où j’habite ?

- Chaque personne concernée par la campagne de vaccination doit se rendre au centre qui lui a été désigné. L’affectation du centre de vaccination tient en compte le lieu de résidence indiqué sur la carte CNIE ou carte de séjour. Si l’adresse du domicile actuel est différente de celle indiquée sur la CNIE ou carte de séjour de la personne, il faut changer l’adresse en suivant la démarche précisée ci-dessous. Toute personne ne remplissant pas ces critères ne peut pas changer de centre de vaccination.

- Si je déménage ?

- Les personnes qui ont déménagé peuvent changer leur adresse sur le site «www.liqahcorona.ma» à travers la rubrique « je consulte mon rendez-vous et mon centre de vaccination ». Néanmoins, le changement d’adresse en ligne peut se faire une seule fois. Tout nouveau changement d’adresse doit être fait auprès de l’annexe administrative locale du domicile.

- Le refus de se faire vacciner implique-t-il des impacts administratifs ?

- D’un point de vue administratif, refuser de recevoir le vaccin est un choix personnel qui n’entraîne aucun impact direct, puisque la vaccination se fait sur la base du volontariat. Cependant, certains aspects négatifs peuvent en découler, notamment le refus de certains pays d’accueillir les individus non vaccinés sur leurs sols, et ce, afin de ne pas contrecarrer les efforts de ces pays à immuniser leurs populations. Il est à noter qu’une attestation sera livrée aux citoyens vaccinés après l’injection de la deuxième dose.
Le Royaume a acquis 66 millions de doses pour vacciner 33 millions de personnes

- Les personnes atteintes au Covid-19 avant la première dose pourront-elles se faire vacciner ? 

- Il est probable que des personnes candidates au vaccin soient contaminées avant le jour du rendez-vous. Ce qui risque est d’autant plus grand avec l’intrusion de la variante britannique dans le territoire national. Dans ce cas, la suspension de la vaccination est préconisée par Amina Barakat, membre du comité national scientifique ad hoc, pour l’élaboration de la stratégie vaccination contre le Sars-CoV-2, qui a précisé, mercredi 27 janvier, sur le plateau de 2M, qu’au cas où les candidats présentent des symptômes du Covid-19, leur rendez-vous sera reporté à une date ultérieure. « Il faut attendre trois mois après leur guérison pour qu’ils puissent se faire vacciner », a-t-elle expliqué. 

Campagne de vaccination : 15 questions simples ou complexes qui taraudent les Marocains
- Que se passe-t-il si je contracte le virus après les deux doses ?

- Sur le plan médical, en cas d’infection chez une personne ayant reçu la 1ère dose du vaccin anti-SARSCoV-2, « la réception de la 2ème dose pourra être possible 30 jours après guérison », nous indique Jaâfar Heikel, épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses. « La probabilité de contracter le virus entre les deux injections est cependant très faible », soulignet-il, puisqu’ « après la première injection, le corps commence déjà à produire des anticorps protecteurs ». Cette protection n’est toutefois pas optimale, insiste Jaâfar Heikel. Aussi, Moulay Mustapha Ennaji, directeur du laboratoire de virologie de l’université Hassan II de Casablanca, nous explique qu’ « un traitement au cas par cas devra être effectué selon l’état du patient ».

- Peut-on choisir entre les deux vaccins ?

- Depuis l’annonce de la campagne de vaccination, la question du choix du vaccin est récurrente. Chaque personne ne pourra prendre qu’un seul vaccin et ne pourra en aucun cas prendre deux doses différentes. Amina Barakat précise que chaque centre de vaccination ne peut être approvisionné des deux vaccins (AstraZeneca et Sinopharm) en même temps, et ce, dans le but de ne pas les confondre. En somme, il est inutile de choisir entre les deux vu qu’ils ont les mêmes résultats des essais cliniques, rassure Azzedine Ibrahimi, également membre du Comité consultatif de vaccination, expliquant que les deux vaccins ont été développés sur la base de techniques conventionnelles. 

- Si j’ai des allergies liées à l’un des composants du vaccin ?

- Les allergies saisonnières et alimentaires ne représentent pas des contres-indications à la vaccination contre le virus de la Covid -19. Les personnes qui ont eu des réactions antérieures graves, comme l’anaphylaxie, à des médicaments ou à des vaccins ne devraient pas recevoir le vaccin contre le virus de la Covid-19. Toutefois, Amina Barakat précise que les personnes ayant manifesté une réaction allergique excessive envers un vaccin seront dispensées. Même chose pour les personnes ayant présenté une anaphylaxie après l’administration de la première dose de ce vaccin. Il est à noter que la durée formelle d’observation médicale post-vaccinale est fixée entre 15 et 30 minutes, selon Moulay Mustafa Ennaji, membre du Comité de vaccination. 

- Qui contacter en cas d’effet secondaires graves ?

- Une application informatique « Yakadaliqah » est mise à la disposition de la population pour permettre de notifier les effets indésirables du vaccin, un médecin se chargera d’examiner les notifications, et orienter les vaccinés sur la prise en charge adéquate. Cependant, dans des cas exceptionnels où une véritable réaction indésirable est suspectée, le vaccin peut être suspendu. Des investigations complémentaires auront lieu pour déterminer la cause exacte de l’événement et des mesures correctives seront mises en place. Azeddine Ibrahimi appelle à la patience avant de contacter les équipes médicales s’il s’agit d’ effets anodins tels que la fatigue, l’étourdissement, la rougeur, etc. 

- Est-il possible de ne pas recevoir un rendez-vous pour la deuxième dose ?

- Toute personne ayant reçu la première dose du vaccin aura un rendez-vous pour la deuxième dose. En plus du système informatisé qui regroupe toutes les informations concernant les patients, le médecin qui prendra en charge un patient se doit, directement après la première injection, de remplir un carnet où il notera la date de la première injection, le vaccin qui a été utilisé ainsi que la date de la deuxième injection.
«Yakadaliqah» une plateforme pour signaler les effets indésirables du vaccin

- Si je suis enceinte ?

- Selon Amina Barakat, il est déconseillé de donner le vaccin aux femmes enceintes du fait qu’elles ne faisaient pas partie des essais cliniques des vaccins d’AstraZeneca et de Sinopharm. Ainsi, on ne se sait pas, pour le moment, l’ampleur des effets secondaires sur cette catégorie de la population. Les femmes qui sont en phase d’allaitement seront à leur tour dispensées, selon la spécialiste. En effet, avant de se faire vacciner, les candidats seront accueillis par un médecin qui prendra toutes les informations relatives à leur état de santé et leur historique médical, une occasion d’écarter les personnes inaptes. Cela dit, il faut signaler toute administration par inadvertance pendant la grossesse. Il importe de souligner que la surveillance de ces cas doit être établie par l’équipe médicale.

- Quid des étrangers en résidence illégale au Maroc ?

- A en croire les propos d’Amina Barakat, lors de l’émission « Moubacharat Maâkom », le mercredi 27 janvier, les résidents illégaux au Maroc seront également concernés par la campagne de vaccination. Toutefois, il sied de noter qu’une population cible a été déterminée pour la première vague de vaccination, notamment les professionnels de Santé de 40 ans et plus, le corps enseignant de 45 ans et plus, les autorités publiques, les membres de l’armée et les personnes âgées de plus de 75 ans.
Une personne ne peut se considérer immunisée qu’après 4 semaines de la deuxième dose

- Y a-t-il des aliments ou des substances à éviter après la première injection du vaccin ?

« Après l’injection du vaccin, il n’y a pas obligation de changer son régime alimentaire », nous assure Jaâfar Heikel. Cependant, il est important d’éviter les produits fortement allergisants, à savoir « des protéines animales ou quelques fruits ou fruits de mer, auxquels certaines personnes sont allergiques », souligne-t-il, et ce, afin « d’avoir une forte immunité efficace », ajoute Moulay Mustapha Ennaji.

- Pour quand l’immunité collective ?

- Quoique le ministre de la Santé ait déclaré que l’immunité collective sera atteinte au mois de mai, les estimations des experts témoignent du contraire. Azeddine Ibrahimi estime que l’immunité de groupe ne pourrait être complètement atteinte qu’en juillet prochain. Ceci dépend de plusieurs facteurs, dont l’approvisionnement en doses de vaccin figure en tête de liste. Selon M. Ibrahimi, les prochaines livraisons auront lieu en février, puis en mars. Par ailleurs, Tayeb Hamdi, chercheur en Politiques de Santé, nous a précisé que nous ne pouvons nous débarrasser des mesures restrictives définitivement qu’en automne. 

- Faut-il continuer à respecter les gestes barrières bien qu’on soit vacciné ?

- La vaccination ne signifie pas forcément la fin des gestes barrières, une conclusion qui fait l’unanimité chez les spécialistes et les membres du comité scientifique. En fait, pour être suffisamment immunisé, il faut au moins attendre quarte semaines après la deuxième dose, estime Amina Barakat. Un avis partagé par Tayeb Hamdi qui affirme qu’il est encore incertain si les personnes vaccinées puissent transmettre le virus, ce à quoi les essais cliniques n’ont pas encore apporté de réponse claire.
Anass MACHLOUKH & Nabil LAAROUSSI

  


Dans la même rubrique :
< >