Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Botola Pro / D1 «Inwi» : Du spectacle et une avalanche de buts


Rédigé par Mohamed MELLOUK le Mercredi 9 Décembre 2020

Une 1ère journée avec des chocs qui n’ont pas déçu



Botola Pro / D1 «Inwi» : Du spectacle et une avalanche de buts
C’est parti pour une nouvelle aventure dans la Botola Pro D1 avec de nouveaux espoirs pour un départ sans anicroche, sans triche, de nouvelles perspectives et bien entendu un arbitrage comme il se fait dans les pays qui se respectent.

Les nouveaux promus se distinguent
La première journée a été entamée vendredi avec un MAT-SCCM qui n’a pas déçu. Les Tétouanais n’ont pu faire face au nouveau promu le Chabab de Mohammedia tout en ambition et en courage. Les représentants de la ville des fleurs et des beaux sports ont pressé au point que les Nordiques, qui n’ont rien démontré, il faut le signaler, ont fini par craquer : 2-0 à l’arrivée pour les hommes de Mohamed Amine Benhachem.

Dans la même journée, la rencontre MAS-AS FAR s’est jouée avec un parfum nostalgique. Celui où les deux grandes formations drainaient un public impressionnant connaisseur. La rencontre s’est soldée par la victoire des Fassis très en verve 2-1. L’AS FAR devra redoubler d’efforts.

Samedi les rencontres ont redoublé d’intensité avec des chocs qui n’ont pas déçu. A l’image de ce RCAZ où les Zemamra ont croisé le fer avec un hôte peu commode et champion d’Afrique, par-dessus le marché, en l’occurrence la Renaissance Sportive de Berkane. Il ne faut pas être intelligent pour deviner le vainqueur. La RSB est retournée dans son antre avec les trois points de la victoire.

Bon début de Abdessalam Ouaddou
A Oued-Zem, le Rapid local n’a pas pu aller au-delà d’un nul positif (1-1) face à des Oujdis conduits par l’ex-excellent défenseur des Lions de l’Atlas, Abdessalam Ouaddou. Un système oujdi qui a tenu tête aux envolées des Cherkaouis. Cette rencontre, avec celle du FUS-RCA, a été la seule à avoir enregistré un nul.

Très belle rencontre à Safi où les Safiots ont frappé un grand coup en battant, dans un match à rebondissements des Doukkalis loin de démériter. Dans ce derby régional, la victoire aurait pu être aussi bien jdidie que safiote. Mais la victoire a bien choisi son camp en favorisant les représentants de la cité des sardines : 4-3 au coup de sifflet final. A Agadir, le Hassania qui n’a plus retrouvé sa frappe d’antan depuis le départ de son mage, Angel Gamondi. En effet, les Gadiris se sont faits surprendre chez eux par un Itihad de Tanger qui se veut menaçant pour son prochain adversaire. La victoire il la doit à son groupe ; mais surtout à son gardien de but-araignée Hicham El Mejhed qui s’est dressé et a annihilé toutes les tentatives de joueurs du Sud.

Le plus beau match de cette première journée
Au Complexe sportif Mohammed V de Casablanca, le Wydad a quelque peu douté avant de venir à bout d’un Youssoufia de Berrechid, amoindri par l’expulsion d’un joueur qui a été héros malgré lui durant cette première journée en l’occurrence Youssef Ougadi. Le même joueur après avoir marqué un but contre son camp, il a trouvé le moyen de se faire expulser ; réduisant ainsi les chances de son équipe de redresser la barre. Le vice-champion est plus déterminé que jamais. A Rabat, Stade Moulay El Hassan, s’est déroulé le plus beau match de cette première journée. En effet, les deux formations ont livré un football de très haute facture. En effet, après avoir entamé la rencontre avec force en marquant par deux fois, de retour des vestiaires, les Fussistes vont se faire rejoindre au score puis dépasser. Après un 2-0, le Raja par le biais de son attaquant véloce, Soufiane Rahimi, va remonter son handicap avant que Wael Saâdaoui marque le plus beau but de la journée, ponctué d’un très beau geste technique des grands joueurs.

L’arbitrage débute mal

Incroyable ! Ce sont toujours les mêmes qui foutent la pagaille. Lors de ce match WAC-Youssoufia, Reddad Daki a fait montre de décisions incompréhensibles pour les deux formations. Son attitude hargneuse et agressive, il a déclenché l’ire des 22 acteurs. L’arbitre est un juge. Le droit lui donne tout le pouvoir. Il peut l’appliquer sans une mine renfrognée, des sourcils froncés ou une expression colérique. Il n’y avait, vraiment, pas de quoi. Il peut prendre n’importe quelle décision sans montrer ni colère ni agressivité. Apprenez, donc, des juges anglais ou d’ailleurs…