Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Bilan de l’année scolaire 2020-2021 : Le système éducatif continue de souffrir du déficit d’enseignants


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 14 Février 2022

Le secteur de l’enseignement public a continué sa progression durant l’année scolaire 2020-2021, indique le ministère de l’Education nationale, dans son bilan de l’année écoulée, qui souligne la persistance du déficit d’enseignants. Un déficit qui persiste et continue de compliquer la lutte contre le phénomène d’encombrement dans les classes. Voici l’essentiel du bilan que vient de publier le département de Chakib Benmoussa. Détails.



Le ministère de l'Éducation nationale vient de publier le bilan de l’année scolaire 2020-2021, une année marquée par une hausse de 1,09 % du nombre d’élèves aussi bien dans le privé que dans le public, qui a atteint 7.502.229 en 2021. Le secteur public continue son expansion, sachant que le nombre des nouveaux inscrits a augmenté de 3,3% au titre de l’année 2020-2021 par rapport à l’année précédente. Le nombre d’élèves dans les écoles publiques est passé ainsi de 6.260.444 à 6.467.666 de 2019 à 2021, selon le rapport du département de Chakib Benmoussa. Pour sa part, le secteur privé a reculé de 6,4% en matière d’effectifs, sachant que le nombre d’élèves inscrits dans les établissements privés a diminué à 1.034.563 en 2021, contre 1.105.182 en 2019.

Par conséquent, la part du secteur privé dans l’ensemble des élèves s’est vue réduite à 13,8% dans l’année scolaire 2020-2021 alors que sa part s'élevait à 15% l’année précédente.

Concernant le préscolaire, il a connu un bond significatif, indique la même source, ajoutant que l’effectif total des élèves scolarisés au préscolaire, tous types confondus, pour l'année scolaire 2020-2021, a atteint un total de 875.313 dont 425.148 filles qui en représentent 48.6%. Le secteur “non-structuré”, s’est rétréci durant l’année scolaire écoulée, en enregistrant une baisse de 30%, sachant que le nombre des bénéficiaires a fortement diminué, passant ainsi de 446.014 en 2019 à 312.889 en 2021. Le secteur public a dépassé le secteur privé puisque le nombre d’élèves inscrits a progressé de 39%, sachant que le privé a connu un repli de 15%.

Le rapport du ministère de l'Éducation nationale est revenu également sur le corps professoral qui comptait, en 2021, 256.493 enseignants, soit une hausse de 1,9% par rapport à 2019. Force est de constater que presque la moitié des enseignants susmentionnés travaillent en milieu rural, précise le rapport, qui reconnaît que le Maroc continue à souffrir d’un déficit d’enseignants malgré les efforts consentis ces dernières années. Ceci continue à se répercuter négativement sur le taux d’encombrement dans les classes. En témoignent les chiffres du ministère qui indiquent que le pourcentage des classes encombrées (40 élèves et plus) est passé à 6,2% en 2021 au cycle primaire, contre 4,7% en 2019. Idem pour le cycle secondaire dont le taux d’encombrement s’élève à 12,2%. 

Pour ce qui est du taux d'encadrement, il a augmenté de 0,2 % dans le cycle du primaire de sorte qu’il existe un enseignant pour 27,2 élèves. Ceci dit, chaque enseignant au lycée encadre 19 élèves. La hausse disproportionnée du nombre d’élèves à celle des enseignants explique cette légère augmentation du taux d’encadrement.