Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Beur FM suspend une émission sur la reprise des relations entre le Maroc et Israël : pression algérienne ?


Rédigé par Anass Machloukh le Vendredi 29 Janvier 2021

Après avoir préparé une émission sur la reprise des relations entre le Maroc et l’Etat hébreu, deux animateurs français de la Radio « Beur FM » ont été sanctionnés par la direction qui a refusé de diffuser leur émission. Interloqués, ces derniers dénoncent des pressions et n’excluent pas une ingérence algérienne.



Rose Ameziane et Malik Yettou, animateurs de l’émission « L’Actu autrement » sur Beur FM ont été stupéfaits de la décision de la direction de la Radio de les sanctionner à cause d’un entretien avec l’ambassadeur d’Israël en France sur les accords de reprise des relations entre Rabat et Tel Aviv.

Selon l’hebdomadaire français Marianne, les journalistes ont été recadrés par leur direction alors qu’ils étaient en train de préparer leur émission en coordination avec l’ambassade d’Israël, à laquelle ils s’étaient rendus pour un échange préliminaire avec des responsables. La rencontre a été relayée sur tweeter par l’ambassade qui a remercié les deux journalistes pour « un échange agréable », qui portait sur le « récent accord entre le Maroc et Israël ». Elle était censée constituer l’ébauche d’une émission sur ce sujet qui intéresse fortement la communauté juive de France et les Franco-marocains.

La direction de la Radio a envoyé un e-mail aux deux journalistes pour leur annoncer que « l’émission ne sera pas reconduite à la rentrée et ce pas avant un bon debrief de notre ligne éditoriale ». Sidéré, Malik Yettou, co-présentateur de l’émission, a déclaré à Marianne « On avait fait le choix de proposer une émission de débat ouvert et sans tabou, aujourd’hui c’est la stupéfaction et le dégoût... ». Pour sa part, sa camarade Rose Ameziane s’est indignée en affirmant « À travers cet accord, il s’agissait d’explorer la possibilité d’un dialogue, d’un vivre-ensemble entre Israéliens et Marocains, entre juifs et arabes, c’est tout de même important ! ». « Quels étaient les risques ? Contrarier une dizaine d’antisémites ? », s’est-elle interrogée, insinuant qu’une tentative d’ingérence algérienne n’est pas exclue.  « Sommes-nous, nous-mêmes, victimes d’antisémitisme par ricochet ou d’une ingérence étrangère algérienne pour éviter de parler du Maroc ? », s’est-elle demandée.

Malik Yettou n’a pas manqué de dénoncer la pression de quelques minorités agissantes et des médias communautaires sur la direction, qui serait à l’origine de sa décision controversée. Rose Ameziane est allée plus loin en condamnant « une trahison idéologique et humaine vis-à-vis des auditeurs ».

En fin de compte, l’émission n’a pas eu lieu comme prévu, bien que la direction de Beur FM, niant avoir réprimander ses journalistes, ait annoncé qu’elle sera diffusée ultérieurement.
 


  


Dans la même rubrique :
< >