Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Benali : «le Maroc subit les effets de la turbulence des prix de l'énergie»


Rédigé par S.M le Lundi 14 Mars 2022

Accélération du déploiement des énergies renouvelables, l'introduction du gaz naturel comme vecteur de compétitivité pour l'industrie nationale, relèvement de la sécurité énergétique du Royaume… Des thématiques débattues lors de la 15ème conférence de l'énergie, tenue, ce lundi à Rabat. Détails.



« L’exécutif déploie des efforts inlassables pour s’approvisionner en énergie bas carbone, pour les secteurs des services et de l'industrie », a indiqué, la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Laila Benali, à l’occasion de ladite conférence, organisée sous le thème « Transition énergétique : bilan d’étape et perspectives 2035 », avec comme pays invité d'honneur l’État des Émirats Arabes Unis. Un événement qui rassemble une pléiade de personnalités institutionnelles marocaines et étrangères réunies pour dresser le bilan d'étape et surtout parler des perspectives d'avenir d'un secteur hautement stratégique.

Tout en précisant qu’un « pays importateur d'énergie comme le Maroc « subit les effets de la turbulence des prix de l'énergie vu le contexte géopolitique mondial », Mme Benali a fait savoir que le gouvernement dispose d'une stratégie visant à élever la sécurité énergétique du Royaume à un niveau stratégique.

La ministre a ainsi assuré que la sécurité énergétique et le développement durable constituent les fondements de base de la politique énergétique nationale, se basant sur trois piliers, à savoir la durabilité, la flexibilité, et la compétitivité.

Le Maroc, leader régional en matière d’énergie

« Le Maroc se positionne aujourd'hui comme leader régional en matière d'énergies renouvelables à travers ses divers projets dans ce domaine », a-t-elle dit, appelant dans ce sens à accélérer davantage les investissements dans les technologies de transition énergétique au regard de son rôle dans la création de postes d'emplois et l'économie de la consommation d'énergie.

Pour sa part, le ministre de l'Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour, a affirmé que l'industrie, premier secteur industriel exportateur du pays, représente une partie importante de la consommation énergétique totale, notant que le Maroc a lancé depuis plusieurs années une série de programmes de développement durable dans le but d'optimiser davantage ses ressources énergétiques, à travers une stratégie d’efficacité énergétique ambitieuse dans les différents secteurs productifs.

Dans ce sens, M. Mezzour a mis en avant le potentiel indéniable du secteur énergétique au Maroc permettant aux industriels de réduire leurs coûts, surtout dans ce contexte marqué par une grande volatilité des prix de l'énergie.

De son côté, le ministre émirati de l'Industrie et des technologies avancées, Sultan bin Ahmed Al Jaber, a indiqué que cette conférence intervient dans une conjoncture extrêmement importante, où le marché de l'énergie connait des fluctuations inédites. « Face au contexte géopolitique mondial, l'offre en énergie a remarquablement baissé, d'où la nécessité de mettre en place plus d'investissements qui s'inscrivent dans le long terme pour atteindre les niveaux d'avant-crise du Covid-19 », a-t-il ajouté.

« Les efforts menés par le Royaume en matière de diversification des ressources d'énergie l'érigent comme exemple dans la région », a-t-il souligné.