Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

BERD : Une récession inévitable en 2020 pour le Maroc


Rédigé par Saad Jafri le Mercredi 13 Mai 2020

Selon les estimations de la BERD l'effet de la crise sanitaire sur l'économie marocaine causerait une baisse de 2% en 2020, néanmoins un rebond de 4% est attendu en 2021.



Une rue au centre-ville de Rabat déserte et les commerces fermés, dans le cadre des mesures décrétées par les autorités face à la propagation de la COVID-19.
Une rue au centre-ville de Rabat déserte et les commerces fermés, dans le cadre des mesures décrétées par les autorités face à la propagation de la COVID-19.
L'économie marocaine diminuera de 2% en 2020 en raison de l'impact économique de la Covid19, mais un rebond de 4% est attendu en 2021, selon les nouvelles prévisions de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) publiées aujourd'hui. Un affaiblissement serait dû à une nette diminution du tourisme, aux mesures destinées à contenir la propagation de cette pandémie, aux récoltes probablement mauvaises suite au déficit pluviométrique dans plusieurs régions du Royaume, à une récession en Europe et à une baisse des prix des matières premières, explique la même source.
 
La croissance pourrait être favorisée par l’essor de secteurs non agricoles, en particulier l’industrie minière, principalement en raison de l’impact négatif de la pandémie de coronavirus sur la production de phosphate en Chine, relève la même source, estimant que le Maroc, deuxième producteur mondial de phosphate, pourrait en tirer parti.
 
Dans la dernière édition de son rapport «Regional Economic Prospects», dans lequel elle rend compte des perspectives économiques dans ses régions d’opérations, la Banque souligne que c’est toute la région du Sud-est de la Méditerranée (SEMED) qui sera touchée par la pandémie. Seule l’Egypte enregistrera une croissance positive (+0,5%), mais loin des niveaux de ces dernières années. La Jordanie (-2,5%), la Tunisie (-2,5%) ou encore le Liban (-11%) subiront tous les impacts du Covid19.
 
Le scénario central de la BERD se fonde sur la perspective d’une détente progressive des mesures intérieures appliquées pour contenir le virus et un retour à la normale au second semestre de l’année. Il suppose un impact limité de la crise sur l’évolution à long terme des résultats économiques, mais des effets économiques, politiques et sociaux importants à plus long terme.
 
Par ailleurs, il est prévu que la reprise suive une courbe en U, avec un redémarrage de la croissance à la fin du troisième trimestre. Ceci dit, le rapport indique que si la distanciation sociale reste en vigueur beaucoup plus longtemps que prévu, la récession pourrait être bien plus profonde et il faudra des années avant de retrouver les niveaux de production par habitant de 2019.

  


Dans la même rubrique :
< >