Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

BAD : La Santé publique, une priorité dans le partenariat Maroc


Rédigé par S.K. le Mercredi 21 Octobre 2020

La réforme de la couverture médicale et le renforcement de la capacité du système de santé du Maroc, les principales priorités dans le partenariat entre le Maroc et la Banque Africaine du Développement



Leila Farah Mokaddem, la représentante résidente de la BAD au Maroc
Leila Farah Mokaddem, la représentante résidente de la BAD au Maroc
La Santé publique et le soutien au Maroc dans sa riposte contre la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) constituent des priorités dans le partenariat entre le Maroc et la Banque Africaine du Développement (BAD), a souligné la représentante résidente de la BAD au Maroc, Leila Farah Mokaddem.

"L'urgence sanitaire mondiale a démontré l'importance de prioriser encore plus la santé dans l'action publique. Je souhaite le souligner, encore une fois: Cette priorité a toujours été au cœur du partenariat entre la Banque et le Maroc. Nous l’incarnons avec des projets qui ont contribué à renforcer la capacité du système de santé et à étendre encore plus la couverture médicale", a dit Mme. Mokaddem dans une déclaration à la MAP.

Ce sont deux dimensions particulièrement importantes en temps de crise, a-t-elle soutenu, notant qu'en fin 2019, la Banque a "apporté près de 204 millions de dollars pour élargir la protection sociale, en particulier aux personnes en situation de handicap, aux enfants et aux femmes vulnérables".

Quant à la couverture sociale, c'est une préoccupation de premier plan qui anime leur action sur le court, moyen et long terme. "Nos efforts convergent vers la mise en place d'un socle de protection sociale. Depuis 2005, année de lancement des réformes dans le secteur de la santé, nous avons mobilisé plus de 360 millions de dollars pour financer les trois phases du programme d'appui à la réforme de la couverture médicale", a relevé Mme Mokaddem.

La BAD a ainsi consolidé ses interventions dans ce domaine et ce, dans l'objectif de passer d'un taux de couverture médicale de 62% de la population en 2018 à plus de 80% en 2023, a-t-elle fait savoir. Aussi, ce programme permettra de construire un hôpital régional à Guelmim ainsi qu'un hôpital des spécialités à Ouarzazate, d'une capacité de 140 lits chacun, a-t-elle indiqué, ajoutant que 144 unités spécialisées dans la prise en charge des personnes à besoins spécifiques seront créées et une centaine de dispensaires ruraux verront leurs infrastructures et équipements mis à niveau.

Par ailleurs, la représentante de la BAD a rappelé la mobilisation de 264 millions d'euros par la Banque pour soutenir le plan de riposte sanitaire du Maroc contre la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) et promouvoir la relance de l'économie nationale. "Nous appuyons la réponse sanitaire du pays en contribuant à augmenter le nombre de centres hospitaliers habilités à réaliser les dépistages virologiques.

Et afin de soutenir le pouvoir d'achat, nous accompagnons également les efforts du gouvernement pour aider 4,3 millions de ménages du secteur informel, ainsi que 800.000 salariés affiliés à la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS)", a dit Mme Mokaddem.

Sur le plan économique, a-t-elle soutenu, "nous aidons au déploiement de mesures destinées à faciliter l’accès au financement pour les auto-entrepreneurs et à renforcer la trésorerie des très petites et moyennes entreprises". Ces efforts combinés visent à préserver les emplois et à promouvoir la reprise économique, a estimé la représentante de la BAD. "Par ces mesures, nous estimons que 75% des emplois, fragilisés par la crise, seront préservés".