Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

Autodafé


Rédigé par AB le Mardi 6 Août 2019

La mort tragique de la petite Hiba dévorée dimanche par les flammes sous le regard impuissant de dizaines de passants, dans la localité de Sidi Allal El Bahraoui située à une trentaine de kilomètres à peine de la Capitale du Royaume, accuse toute une chaîne de responsabilités, ou plus exactement d’irresponsabilités, de défaillances et d’incompétences dont notre pays est malheureusement riche.




Apparemment parti d’un court circuit causé par un chargeur de téléphone contrefait comme on l’a déjà vu dans le passé lors de drames analogues ayant causé la mort de nombreux innocents, l’incendie porte un doigt accusateur sur l’administration des douanes dont les contrôleurs pourtant sourcilleux lorsqu’il s’agit de traquer le moindre euro non déclaré en cette période de vacances estivales, laissent des conteneurs chargés à ras-bord de produits contrefaits et dangereux, traverser en toute illégalité les frontières du pays pour irriguer le florissant marché de l’informel.

La mort de Hiba accuse également les services urbanistiques de la localité de Sidi Allal El Bahraoui et son conseil communal qui, à l’instar de ceux de la quasi totalité de nos villes, villages et campagnes, a laissé fleurir ces horribles immeubles R+2 et R+3 aux fenêtres grillagées, dépourvus d’issues de secours et qui au moindre sinistre peuvent se transformer en pièges mortels pour leurs malheureux habitants.

La pose même de clôtures grillagées dans nos balcons, terrasses, portes et fenêtres, souvent en total irrespect d’une législation urbanistique censément en vigueur sur le papier, mais en parfaite désuétude dans les faits, accuse  quant à elle ce sentiment d’insécurité grandissant parmi la population d’un pays où, pourtant, il y’a à peine une quarantaine d’années, les portes et les fenêtres des maisons étaient constamment ouvertes  aux quatre vents.

La mort de Hiba accuse enfin la faillite fréquente des procédures de gestion des catastrophes de toutes sortes et celles de l’évacuation sanitaire de leurs victimes.  Cette mort symbolise en somme l’autodafé de nos lois, de nos règlements et plus généralement celle de l’ensemble de notre mode de fonctionnement en communauté, atteint gravement et depuis longtemps d’hérésie organisationnelle. Puisse-t-elle expier, au moins, nos innombrables manquements et inciter à un sursaut des consciences quant aux risques qui nous guettent tous. 
  
Majd El Atouabi

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Août 2020 - 17:58 Beyrouth en cendres, Beyrouth en larmes