Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Assemblée générale du Real Madrid 2020-21 : Un bénéfice de 900.000 euros malgré la pandémie


Rédigé par Rachid MADANI le Dimanche 21 Novembre 2021



Le Real Madrid a tenu l'Assemblée générale des membres  commissionnaires et le premier point de la journée était l'examen et l'approbation, le cas échéant, du règlement budgétaire, du rapport, du bilan et du compte de résultat correspondant à l'année 2020/2021.
Point présenté par Pedro López Jiménez et approuvé par les partenaires. Le vice-président du Real Madrid a commencé à présenter des comptes alarmants en raison de la pandémie et des pertes élevées subies par le club, environ 6 000 millions d'euros : « Pertes de revenus : 289 millions. 68 millions ont été économisés dans le directeur des économies de coûts, donc la perte nette était de 221". De plus, la croissance annuelle moyenne du Real Madrid a chuté de 8,5% depuis le début de la pandémie. Bien sûr, lors de la saison 2021, 653 millions d'euros ont été générés. Seuls 2% du total proviennent des membres et du stade.
 
                                           Des données importantes
 
D'autres données importantes que le Real Madrid a annoncées sont le résultat d'exploitation avant amortissement (EBITDA) de 180 millions d'euros.
Ainsi, la contribution directe aux recettes fiscales et sociales s'élève à près de 242 909 000 euros. Par conséquent, l'année s'est terminée avec 122 millions dans le trésor. Des données positives qui se confirment puisque la valeur nette est de 534 millions d'euros, soit un million de plus que les deux dernières années (533). Les revenus du Real Madrid ont été de 653 millions 37 de plus que prévu. Après impôts, c'est-à-dire le bénéfice, a été de 900 000 euros. Enfin, l'aspect économique par rapport au Santiago Bernabéu a été discuté et il a été indiqué que l'investissement cumulé dans le stade est de 279 millions, dont le prêt est de 375 millions d'euros.
 
                                    Critiques au président UEFA

Florentino Pérez n'a pas hésité à dénoncer l'UEFA et son président, Aleksander Ceferin, à l'Assemblée des membres du Real Madrid. Il explique les raisons pour lesquelles la Superliga est nécessaire et impute à l'UEFA le financement illimité des Etats-Clubs...
 Superliga : "Ce n'est pas une nouvelle compétition. Ce n'est pas un nouveau tournoi international. Nous devons essayer de changer la dynamique actuelle du football. C'est la liberté. Les clubs doivent être maîtres de leur destin. Nous devons gérer notre propre international compétition. C'est le fair-play financier. Il doit être strictement respecté. Les clubs reçoivent un soutien financier sans discernement. Cela conduit le football à la ruine. La Super League, c'est la solidarité et l'engagement envers une nouvelle structure du football. Ce n'est qu'ainsi que nous pourrons avoir plus de ressources". Nous avons la responsabilité de préserver l’avenir du football. L'UEFA ne prend pas en charge les coûts, les risques et les salaires du football. C'est nous, les clubs. La crise provoquée par la pandémie nous a contraints à une réaction immédiate...
 
                                                    Le projet Super-ligue
 
Nous avons annoncé le projet Superliga avec une société basée à Madrid. Libertad, self-management, fair-play, transparence, respect des compétitions nationales... Nous avons essayé de dialoguer avec l'UEFA sans succès. L'UEFA a rejeté tout dialogue et a transmis au monde une histoire qui n'était pas réelle.
 "L’UEFA nous a  menacé de sanctions et nous a insultés. Comment est-il possible que le président de l'UEFA insulte Agnelli avec des mots que je ne suis pas en mesure de dire ici ? L’UEFA a forcé 9 clubs à démissionner. Mais il lui est impossible de « briser »  le projet. Madrid, le Barça et la Juve continuent la route".                                                               
 
                                                           Le Tribunal de Luxembourg
 
« La justice a annulé les sanctions de l'UEFA. Le Tribunal européen de Luxembourg se prononcera sur le monopole de l'UEFA. Et, comme les membres de l’UEFA  opèrent sur le territoire de l'Union européenne, ils seront contraints de s'y conformer. C'est un conflit permanent. Ils empêchent l'entrée de tout concurrent, ce qui ne serait permis dans aucun secteur de l'UE. Ils n'ont pas répondu aux demandes de dialogue. Ils protègent des formats tels que le modèle suisse de la Ligue des champions avec de plus en plus de matches sans conséquence. Ils veulent conserver leurs privilèges politiques ».
 
                                                             Justice européenne
 
 « Nous faisons confiance aux tribunaux européens et en particulier aux tribunaux de l'Union européenne. Personne n'est au-dessus des lois. Nous ne céderons pas aux menaces de nous exclure des compétitions européennes. Ces menaces sont illégales. Des acteurs extérieurs utilisent le football européen. à d'autres fins. Nous devons vivre de nos ressources ».
 

  


Dans la même rubrique :
< >