L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


Conso & Web zone

Applications de livraison de repas : 75% des Marocains ne les utilisent pas


Rédigé par A. CHANNAJE le Dimanche 31 Juillet 2022

Seul un Marocain sur quatre utilise les applications de livraison de repas. Les utilisateurs réguliers de ces applications sont davantage les jeunes de 18-24 ans et les personnes des régions Nord et Est, selon une nouvelle étude du groupe Sunergia.



Après la crise du COVID-19 et la transition vers un mode de vie plus digitalisé, on pourrait croire que la majorité des Marocains adopterait les applications de livraison de repas. Cependant, une nouvelle étude du groupe Sunergia montre le contraire, révélant que seulement 25% des Marocains les utilisent. Intitulée « Utilisation des applications de livraison de repas au Maroc », l’étude, basée sur les chiffres recueillis auprès d’un échantillon représentatif de la population, relève qu’un Marocain sur quatre déclare utiliser les applications de livraison de repas. Ce taux passe à 37% en milieu urbain.

Ce taux d’utilisation des applications de livraison bien que phénoménal en comparaison avec la moyenne du continent africain qui est de 2,26% (environ 31.8 millions de consommateurs), reste moyennement inférieur à celui d’autres pays où la Foodtech est en pleine croissance, notamment en France, où ce taux atteint 46% en 2020 , et aux USA où il atteint 47% en 2021.

L’étude précise, en outre, que les adeptes de ces applications se répartissent sans grande surprise dans les régions les plus urbanisées du Maroc, avec respectivement Casablanca (34% ), Rabat- Salé-Kénitra (17%), Fès-Meknès (12%), Marrakech-Safi (11%), Tanger- Tétouan-Al Hoceima (9%), Béni-Mellal-Khénifra (6%), Souss- Massa (6%) et autres régions (5%).

Profil des adeptes et des réfractaires

L’étude nous apprend, par ailleurs, que les personnes adeptes de la Foodtech et qui utilisent les applications de livraisons sont davantage des jeunes, célibataires (35%) et âgées de 18 à 24 ans (41%), des habitants du centre du Maroc (34%), et dans des régions urbaines (37%), et puis de la classe socioprofessionnelle aisée (49%).

Concernant les profils réfractaires qui n’utilisent pas ces applications, ils sont des seniors âgés de 45 ans et plus (11%), des divorcés (19%), des habitants au Nord, à l’Est (20%) et au sud (19%), majoritairement dans les zones rurales (7%), puis la classe socioprofessionnelle modeste (12%).

L’étude note, d’autre part, que Glovo, la start-up leader de la Foodtech et plus particulièrement de la livraison de repas, arrive sans grande surprise en tête des applications les plus utilisées par les Marocains avec 58% de taux d’utilisation parmi les utilisateurs de ces services. Ce taux d’usage est plus élevé auprès des jeunes âgées de 25 à 34 ans (67%).

La start-up nigérienne Jumia Food obtient, quant à elle, un taux d’utilisation de 41%, davantage auprès des jeunes âgées de 18 à 24 ans (49%). D’autres applications ressortent avec un taux d’usage cumulé de 1% seulement, il s’agit de KAALIX, Facebook, Allo Smail, Natsakharlik et Jibli-m3ak.

Quel est la fréquence d’utilisation de ces applications?

Autre résultat de l’étude : les personnes, qui se déclarent comme utilisateurs réguliers de ces applications, sont davantage les jeunes de 18-24 ans (26%), les célibataires (26%) et les personnes des régions Nord et Est du Maroc (25%). Pour les personnes qui utilisent les applications de façon occasionnelle, elles sont davantage des personnes mariées (78%) et du Sud (83%). En revanche, les personnes, qui les utilisent rarement, sont davantage des personnes de 25 à 44 ans (21%). Par ailleurs, l’étude note peu de différences statistiques des fréquences d’utilisation entre les différentes applications de livraison de repas, sauf pour Glovo qui connait une fréquence d’utilisation occasionnelle de 74%, un peu plus que son concurrent Jumia Food avec seulement 58%.

30% des Marocains préfèrent le fait maison

Pour ce qui est enfin des freins à l’utilisation, l’étude révèle que 30% des sondés préfèrent le fait maison, 25% préfèrent aller sur place, 23% déclarent que leur zone n’est pas couverte, 11% ne connaissent pas ces applications, 5% ont déclaré ne pas être intéressés, 4% trouvent que c’est cher, 4% appellent le restaurant directement, 3% ne savent pas comment les utiliser tandis que 8% des Marocains ne les connaissent pas.




A. CHANNAJE



Dans la même rubrique :
< >





🔴 Top News