Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Apparition de cas de Covid dans les écoles: Enfin un protocole dédié


Rédigé par La rédaction le Mardi 15 Septembre 2020

Après une période de flou marquée par nombre d’hésitations concernant les mesures à prendre en cas d’apparition de cas de covid dans les établissements d’enseignement publics ou privés, le ministère de l’éducation nationale vient de sortir de son silence en édictant un protocole dédié à ce genre de situations.



Suite à la multiplication des fermetures d’établissements scolaires, notamment ceux de la mission française à Rabat, en raison de la détection de cas de coronavirus parmi le corps professoral, la confusion et l’improvisation des responsables de ces écoles étaient visibles à l’œil nu.

Que fallait-il faire face à ce genre de situations aussi inédites que sensibles? Continuer l’enseignement après l’apparition du premier cas ou bien attendre d’arriver jusqu’à un seuil déterminé pour fermer l’établissement? Auquel cas, quel est ce seuil? ...Ce sont entre autres questions, quelques-uns des dilemmes qui ont mené la vie dure pendant les derniers jours à certains responsables d’établissements.

Afin de répondre à ce genre d’interrogations sur lesquelles il était resté évasif jusqu’ici, le ministère de l’éducation nationale vient de pondre un protocole assez clair et exhaustif qui concerne l’ensemble des systèmes d’enseignement en cours au Maroc, missions étrangères incluses. Ce protocole s'articule autour de deux scénarios: l'un prévoyant la contamination d'un membre du staff administratif qui inclut le corps enseignant et l'autre dédié aux cas de contaminations parmi les élèves. 

De prime abord ce qu’on retiens du premier protocole dédié aux cadres et enseignants de l'établissement, c’est qu’il reprend presque les mêmes dispositions mises en oeuvre dans les établissements de la mission française comme Descartes et Le Groupe Scolaire Jacques Chirac à Rabat avec l’instauration d’une mise en quarantaine de tout établissement où des cas de Covid avérés sont détectés parmi le staff enseignant et administratif. Mais au lieu d’attendre que ce soit une contamination généralisée comme ce fut le cas pour le lycée Descartes, le ministère décrète le basculement vers le distanciel à compter du deuxième cas avéré suite à des tests menés sur les échantillons désignés par une commission spéciale multidisciplinaire Incluant les représentants des autorités sanitaires, locales et éducatives, ainsi que ceux du ministère de l’emploi dans le cas des établissements privés. 

Pour ce qui est du scénario dédié à la contamination des élèves, celui-ci est compartimenté en trois situations: contamination dans une classe, dans un internat et dans le transport scolaire. Dans toutes ces situations, la même rigueur est instituée en ce qui concerne l'apparition d'un deuxième cas de contamination parmi l'échantillon choisi par la commission et qui entraîne de facto la fermeture de l'établissement pendant quatorze jours dans le cas ou aucune relation épidémiologique n'existe entre le premier cas et le deuxième cas détecté dans une seule et même classe. En revanche, s'il s'agit d'un simple cas contact ou d'une fratrie par exemple, seule la classe concernée est fermée. Dans tous les cas, la classe où un cas positif est détecté verra ses élèves soumis à la mesure de mise en quatorzaine. Ensuite, la liste des éventuels cas contacts relevant d'autres classes est établie et ceux-ci sont soumis à des tests qui au cas où ils s'avèrent positifs ne serait-ce que pour un  seul élève, entrainent la fermeture de l'établissement pour 14 jours. 

Pour ce qui est des internats, l'apparition d'un deuxième cas avéré, entraîne sa fermeture, tandis que pour le premier cas, une mesure de quatorzaine généralisée est instituée pour l'ensemble des résidents. Et enfin, pour le transport scolaire, le premier cas entraîne la mise en quatorzaine de tous les usagers de ce transport considérés comme des cas contacts qui doivent êtres testés. Si un deuxième cas est détecté parmi eux, c'est tout l'établissement scolaire qui bascule en distanciel. 

Ces mesures sont enclenchées dans tout établissement où un  cas positif est signalé. Le signalement doit-être fait par les responsables de l'école à la direction provinciale relevant du ministère de l'éducation nationale, ainsi qu'aux autorités locales et sanitaires en plus du ministère de l’emploi pour les établissements privés. Une commission pluridisciplinaire composée des représentants de ces autorités est alors dépêchée dans l'établissement concerné.

En plus des mesures ci-dessus, ladite commission vérifie le respect du protocole sanitaire de lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus établi par le ministère de la santé en partenariat avec celui de l'enseignement. Le cas échéant, le département d’Amzazi profite de la note administrative diffusée le 15 septembre pour brandir la menace de la mise en quatorzaine à l’encontre de tout établissement fautif, qu’il soit public ou privé, et ne respectant pas ces mesures standards de sûreté sanitaire. Le respect de ces mesures est la première étape de contrôle. Si elle s’avère non concluante, l’établissement défaillant est fermé avant même la mise en œuvre des points suivants du protocole, indépendamment de l’existence ou non d’autres cas de contamination. 

Apparition de cas de Covid dans les écoles: Enfin un protocole dédié