L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



Actu Maroc

Allal Amraoui plaide pour plus de rapprochement entre le Maroc et le Conseil de l'Europe


Rédigé par Malak EL ALAMI Jeudi 27 Avril 2023

Le député istiqlalien, Allal Amraoui, a plaidé pour un rehaussement des relations du Maroc avec le partenaire européen, compte tenu des défis qui posent en des termes nouveaux, notamment en matière de migration et de changement climatique.



Allal Amraoui plaide pour plus de rapprochement entre le Maroc et le Conseil de l'Europe
Intervenant devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, à l'occasion d’un débat autour de l'évaluation du statut de partenaire pour la démocratie de l’APCE , Allal Amraoui a affirmé que « le Maroc a fait le choix irréversible de l’ancrage vers l’Europe, en partageant ainsi ses valeurs et ses normes économiques, d’autant plus qu’il constitue un pont entre les deux continents européen et africain ».
 
Dans le même sens, a-t-il affirmé, notre pays « considère qu’un rehaussement de ses relations avec le Conseil de l’Europe est plus qu’une nécessité de part et d’autre, vu les défis de nature continentale qui se posent à nous tous ».
 
Plusieurs questions d’intérêt commun se posent, a-t-il expliqué, notamment la migration et le changement climatique qui ont des « effets supranationaux et supra continentaux » considérables.
 
À cet égard, précise-t-il, la contribution du Maroc revêt une importance toute particulière, « car nous pouvons en tant que parlementaires apporter une valeur ajoutée aux discussions inter-européennes sur ce genre de sujets », ce qui montre, a-t-il dit, combien « le Conseil de l’Europe a besoin de la voix du Maroc en son sein ».
 
Amraoui a rappelé, par la même occasion, que le Maroc a déjà fait l’objet de trois évaluations avec un bilan globalement positif. Ce rapport, dit-il, « est une pierre qu’on rajoute ensemble à cet édifice commun »
 
« Le Maroc, depuis 2011, est passé par un processus de maturation, 10 ans après son lancement, son statut devait à nos yeux évoluer. Sachant que cette phase reste un passage obligé pour chaque partenaire désirant développer sa coopération parlementaire avec l’APCE. » a-t-il déclaré.
 
L’intervenant a fait part de l’ambition du Maroc « à faire évoluer graduellement ce partenariat dans une logique partenariale collégiale fondée sur l’intérêt commun et la complémentarité ».
 
« Notre relation devra transcender le caractère de verticalité, désormais dépassé, en faveur de l’appropriation commune et assumée en vue de sa promotion », a-t-il assuré, en se gardant toutefois de « toute approche d’homogénéisation des standards et des statuts, qui peut s’avérer stérile, sinon contre-productive ».  
 
Le Maroc ambitionne et revendique une certaine différenciation, à savoir une ligne de démarcation dans sa logique partenariale avec le Conseil de l’Europe, chose qui est, selon Amraoui, très normale et légitime.
 
Le député a ainsi appelé toutes les parties, à une réflexion commune et au dialogue autour d’une politique de voisinage rénovée de l’Europe.
 
Pour rappel, le 21 juin 2011, le Parlement marocain est devenu le premier partenaire pour la démocratie de l’Assemblée parlementaire, en vertu de la Résolution 1818 (2011) sur la demande de statut de partenaire pour la démocratie auprès de l’Assemblée parlementaire présentée par le Royaume.
 
Quelques années passées après la mise en œuvre du partenariat avec le Parlement du Maroc, l’Assemblée parlementaire européenne avait fait état d’un bilan positif, notant que « le Maroc a accompli des progrès dans le renforcement de la gouvernance démocratique ». Par ailleurs, elle a « appelé les autorités à poursuivre les réformes et à se les approprier afin de réaliser pleinement les ambitions de la Constitution de 2011 ».