L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Akhannouch aux pays occidentaux : "laissez-nous les médecins, nous en avons besoin"


Rédigé par L'Opinion Mardi 28 Novembre 2023

Alors que le Maroc peine à combler le déficit de médecins, l’immigration se poursuit et aggrave la situation. Ce qui suscite l’agacement du gouvernement qui veut empêcher les “partenaires européens” de “piquer” nos cadres. Tel est le message que le Chef de l’Exécutif, Aziz Akhannouch, a tâché de transmettre, lundi, au Parlement. Détails.



(Droits réservés)
(Droits réservés)

“Si vous voulez la main d’œuvre, on peut en discuter, mais laissez les médecins et les ingénieurs, nous en avons besoin”, c’est le message qu’a transmis le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch aux pays européens et ceux d’Amérique du Nord lors de son passage à la Chambre des Représentants où il a présenté le bilan de la réforme du système de Santé.  

Au moment où l’immigration des cadres marocains, notamment les médecins, en Europe et en Amérique du Nord inquiète de plus en plus, le Chef du gouvernement a reconnu l’urgence de mettre fin à l'hémorragie. Depuis la tribune de l'hémicycle, Akhannouch a rappelé qu’il faut transmettre ce message aux partenaires européens. Il s’est plaint du fait que certains pays gardent les jeunes étudiants pour les intégrer dans leurs hôpitaux au détriment des pays d'origine, dont le Maroc. “Certains pays ont un quota, dès que quelqu'un arrive chez eux, ils le prennent”, a déploré le Chef de l’Exécutif qui a souligné l’urgence de soulever cela avec les partenaires européens. “Je n’ai pas manqué de le faire savoir à nos amis allemands”, a-t-il rappelé, faisant allusion à sa récente visite à Berlin où il a rencontré son homologue allemand Olaf Scholz.
 

Actuellement, le déficit de médecins au Maroc demeure critique. Près de 32.000 manquent à l’appel en plus de 65.000 infirmiers dont ont besoin nos hôpitaux. Le rattrapage demeure difficile, a jugé Aziz Akhannouch.

“Quoiqu’on augmente le nombre d’étudiants formés, il serait difficile de combler le déficit actuel”, a-t-il déclaré, tout en réaffirmant, pour autant, la volonté du gouvernement d’aller jusqu’au bout pour pallier ce à problème de sous-effectif.

Pour rappel, l'exode des médecins devient d’autant plus préoccupant que les chiffres sont alarmants. Près de 700 quittent le Royaume pour s’installer ailleurs, là où les conditions de travail et les salaires sont meilleures. Selon une étude publiée dans l’“European Journal of Public Health”, publiée le 20 octobre 2021, 70% des futurs médecins ont fait part de leur volonté de quitter leur pays après la fin de leurs études.

L’Exécutif, rappelons-le, vise à atteindre 90.000 médecins d'ici 2025, afin d’aligner le Maroc sur les normes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui recommande le seuil de 24 professionnels de santé pour 10.000 habitants.

Cette année, au titre du Projet de Loi des Finances de 2024, l’Exécutif a créé 5.500 nouveaux postes budgétaires dans la Santé publique. Ce dit, 16.500 postes budgétaires ont été créés dans le secteur depuis l’arrivée du gouvernement actuel.

 




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Février 2024 - 20:09 Mairie de Rabat: Asmaa Ghlalou démissione







🔴 Top News