Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Agriculture : Les exportations marocaines vers l’Espagne ne cessent d’augmenter


Rédigé par Hajar Lebabi le Mercredi 9 Septembre 2020

Près de la moitié des légumes consommés en Espagne proviennent du Maroc. Selon les données douanières récoltées par la Fédération espagnole des associations de producteurs-exportateurs de fruits et légumes (FEPEX), l'importation depuis le Maroc a augmenté de 67% au cours des cinq dernières années et continue d'augmenter.



Plusieurs travailleuses marocaines dans une serre de la ville d'Agadir. ©️ Diario de Almeria
Plusieurs travailleuses marocaines dans une serre de la ville d'Agadir. ©️ Diario de Almeria
Les exportations du Royaume continuent de croître et ses ambitions de devenir une future puissance dans le secteur agroalimentaire sont en train de devenir une réalité. «Le pays d'Afrique du Nord se renforce en tant que premier fournisseur du marché espagnol de fruits et légumes frais, représentant 47% des importations espagnoles en provenance de pays tiers, et 33% du total acheté par l'Espagne au premier semestre, qui s'élevait à 1677 millions d'euros», rapporte le média espagnol Diario de Almeria.

Le Maroc : un fervent concurrent de l’agriculture locale

En volume, les exportations marocaines se sont élevées à 358 329 tonnes de janvier à juin 2020, soit 25% de plus. Avec 949 155 tonnes, ceci représente 38% de ce qui a été exporté par les pays tiers.

L'évolution de l'importation espagnole de fruits et légumes du Maroc s'est caractérisée par une croissance constante et forte. Au cours des cinq dernières années, compte tenu du premier semestre, les exportations marocaines sont passées de 214.215 en 2016 à 358.329 tonnes en 2020, soit 67% de plus. En valeur, elles sont passées de 312,3 millions d'euros à 548 millions d'euros, soit 76% plus, selon les données du service des douanes et des taxes spéciales, traitées par FEPEX.

Au cours des cinq dernières années, les achats de fruits et légumes du Maroc sont passés de 236775 tonnes en 2015 à 430299 tonnes en 2019, soit 82% de plus. En valeur, ils sont passés de 352 millions d'euros à 682 millions d'euros euros, avec une croissance de 94%. La croissance des exportations marocaines se produit également sur le marché communautaire, de sorte qu'en 2019, l'UE a importé 1,4 million de tonnes de fruits et légumes du Maghreb, 4% de plus qu'en 2018 et 40% de plus qu'au cours des cinq dernières années.

En revanche, en valeur, les achats du Maroc se sont élevés à 1805 millions d'euros, 3% de plus qu'en 2018 et 42% de plus qu'en 2015. Des données jugées alarmantes pour le secteur des fruits et légumes regroupés au sein de FEPEX, déjà que la croissance des importations communautaires en provenance du Maroc se produit dans des périodes qui coïncident avec la production espagnole, sans que les conditions de concurrence, tant sur le plan productif, social ou environnemental, soient les mêmes. C'est un fait que les agriculteurs d'Almeria revendiquent dans les rues ces derniers mois.

Plus de performance et de qualité pour pouvoir rivaliser dans les inégalités

Le rôle que les pays tiers gagnent sur le marché est devenu l’une des principales revendications du secteur, car ils ne jouent pas avec les mêmes cartes. Leurs coûts de production sont bien inférieurs à ceux des agriculteurs d'Almeria et, par conséquent, leurs produits sont beaucoup moins chers.

Dans ce contexte, le seul moyen pour les fruits et légumes espagnols de les concurrencer est de produire avec plus de performance, plus de garantie, plus de certification de qualité et avec une plus grande efficacité, en utilisant des outils d'innovation qui permettent de maintenir la compétitivité du secteur espagnol des fruits et légumes sur tous les marchés.

En même temps, les agriculteurs ne cesseront pas d'exiger que les réglementations changent, car le grief actuel peut entraîner de graves problèmes pour l'agriculture à Almería, à moyen et même à court terme. Ils demandent, pour l'instant, un contrôle exhaustif de l'arrivée des produits, et d'autre part des contrôles plus importants pour le pays d'Afrique du Nord, ainsi que pour les locaux.