Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Afghanistan : L’arsenal américain aux mains des Talibans


Rédigé par la rédaction le Jeudi 19 Août 2021

La déroute de l’armée afghane a permis aux Talibans de s’emparer d’un équipement militaire américain considérable, embarrassant l’administration Biden.



Les réseaux sociaux abondent de vidéos de combattants talibans saisissant une cargaison d’armes, pour la plupart fournies à l’armée afghane par les puissances occidentales, posant avec jubilation devant des hélicoptères d’attaque Black Hawk, brandissant des armes automatiques M4 et M16, voire des fusils de précision M24 utilisés par les tireurs d’élite, ou circulant à bord de véhicules blindés équipés de lance-roquettes.

Des images gênantes pour Joe Biden, dont la gestion du retrait d’Afghanistan est sous le feu des critiques.

«Nous n’avons évidemment pas une idée claire de l’endroit où chaque pièce d’équipement se trouve, mais il est certain qu’un bon nombre est tombé entre les mains des talibans», a admis mardi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

«Et nous n’avons pas l’impression qu’ils ont l’intention de nous les rendre», a-t-il ajouté.

Les Talibans mieux équipés qu’ils ne l’ont jamais été

Une admission dont certains républicains se sont emparés pour critiquer les décisions du président démocrate.

«Grâce au retrait raté de Biden, les Talibans sont mieux équipés aujourd’hui qu’ils ne l’ont jamais été», a tweeté mardi la présidente du parti républicain Ronna McDaniel.

«Joe Biden est favorable au contrôle des ventes d’armes, sauf quand il s’agit de donner aux talibans des milliards d’armement militaire», a commenté mercredi l’élue pro-Trump Lauren Boebert. Washington a dépensé depuis 20 ans, 83 milliards de dollars pour former et équiper l’armée afghane.

Selon les chiffres de l’Inspecteur général pour la reconstruction de l’Afghanistan (Sigar), un organisme du Congrès, l’armée américaine a accordé ces dernières années à l’armée afghane plus de 7.000 fusils mitrailleurs, 4.700 véhicules blindés Humvee et plus de 20.000 grenades.

Elle a aussi livré à l’armée de l’air afghane plus de 200 appareils, mais seuls 167 étaient en état de voler le 30 juin, selon un rapport récent du Sigar.

Selon Jonathan Schroden, expert de la lutte contre le terrorisme au cabinet de conseil CNA, les armes les plus dangereuses saisies par les Talibans sont les obusiers de fabrication soviétique D-30 et les appareils de l’armée de l’air afghane créée de toutes pièces par Washington.

«Il n’est pas sûr qu’ils aient la capacité d’utiliser tous les avions qu’ils ont capturés, mais ils ont déjà démontré qu’ils savaient utiliser ces obusiers», a-t-il indiqué à l’AFP.

Certains équipements ont apparemment été sauvés par des éléments de l’armée afghane qui ont refusé de capituler. Le Pentagone a indiqué mardi que 500 à 600 soldats des forces spéciales afghanes avaient rejoint l’armée américaine à l’aéroport de Kaboul et aidaient à sécuriser les lieux.

La revue spécialisée Jane’s a publié mercredi des images satellites montrant une quarantaine d’avions de l’armée de l’air afghane ayant atterri dans les derniers jours en Ouzbékistan pour éviter qu’ils ne tombent aux mains des insurgés.

La destruction comme option

Selon Jane’s, 26 hélicoptères, dont cinq UH-60 Black Hawk, 16 Mi-17 de fabrication soviétique et cinq Mi-25 ont été repérés lundi sur l’aéroport de Termez, dans le sud de l’Ouzbékistan, de même que 21 avions d’attaque légère, dont 11 C-208 et 10 A-29 Super Tucano.
Même si les Talibans n’ont pas de pilotes capables de faire voler les hélicoptères américains, le Pentagone envisage de détruire les armements saisis par les insurgés, a indiqué mercredi le porte-parole du ministère américain de la Défense, John Kirby.

Au cours des opérations de retrait, l’armée américaine a évacué du pays ou détruit un grand nombre d’armes et d’équipements pour éviter qu’ils ne tombent entre les mains d’insurgés, a-t-il rappelé au cours d’un point de presse.

«Il est évident que nous ne voulons pas voir notre équipement entre les mains de ceux qui risquent d’agir contre nos intérêts ou contre les intérêts du peuple afghan et d’aggraver la violence et l’insécurité en Afghanistan», a-t-il ajouté.

Le Pentagone «n’a pas encore décidé» de ce qu’il allait faire à leur sujet, a-t-il dit. «Nous avons plusieurs options à notre disposition (...) y compris la destruction».

L’image de l’Occident écornée

Le sort de l’Afghanistan après 20 ans de guerre et d’intervention dirigées par les Etats-Unis affaiblit l’Occident aux yeux de ses rivaux sur la scène internationale tels que la Russie, a déclaré jeudi le ministre britannique de la Défense. Les pays occidentaux s’emploient depuis dimanche à évacuer dans l’urgence leur personnel diplomatique, leurs ressortissants et leurs collaborateurs afghans après la prise de Kaboul, sans coup férir, par les Talibans à l’issue d’une offensive éclair des insurgés islamistes à travers le pays depuis que les Etats-Unis, suivis par leurs alliés, ont commencé au printemps leur retrait militaire d’Afghanistan. «Ce qui me met mal à l’aise, c’est que nous avons un ordre mondial maintenant, où la détermination est perçue comme faible par nos adversaires, la détermination occidentale», a dit Ben Wallace à la BBC. «C’est quelque chose qui devrait tous nous inquiéter: si l’Occident donne l’impression de ne pas avoir de détermination et qu’il plie, alors nos adversaires comme la Russie trouvent cela encourageant», a déclaré le ministre britannique de la Défense. La Grande-Bretagne craint que le retour au pouvoir des Talibans et le vide créé par le retrait chaotique des Occidentaux ne permettent à Al Qaïda de se réimplanter solidement en Afghanistan, comme avant les attentats du 11 septembre 2001 à l’origine de l’intervention militaire des Etats-Unis et de leurs alliés.

«A travers le monde, les islamistes verront ce qu’ils interpréteront comme une victoire et cela inspirera d’autres terroristes», a dit Ben Wallace

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Septembre 2021 - 16:35 Allemagne : La page Merkel tournée dimanche