L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Affaire Brahim Saâdoun : La société civile continue de faire pression


Rédigé par Rime Taybouta le Lundi 27 Juin 2022

Les organisations marocaines des droits de l’Homme ont appelé l’Etat russe à intervenir pour empêcher l’exécution du Marocain Brahim Saâdoun, condamné à mort par les séparatistes prorusses pour avoir combattu avec l’armée ukrainienne.



Affaire Brahim Saâdoun : La société civile continue de faire pression
Le 9 juin 2022, Brahim Saâdoun, 21 ans, a été condamné à mort - ainsi que deux Britanniques - par la Cour suprême de la République populaire de Donetsk, région séparatiste prorusse, pour «avoir participé aux combats comme mercenaires».

Deux semaines plus tard, l’affaire continue de semer la zizanie et si la diplomatie marocaine n’a pas officiellement appelé à épargner le jeune homme, la société civile déplore cette affaire, appelant les autorités russes à intervenir.

En effet, l’Organisation Marocaine des Droits Humains (OMDH), le Médiateur pour la Démocratie et les Droits de l’Homme (MDDH) et l’association ADALA pour le droit à un procès équitable ont exprimé, dans un communiqué conjoint, leur vive inquiétude face à la situation de Brahim Saâdoun, tout en réitérant leur opposition à la peine de mort, quelles qu’en soient les circonstances et les raisons. Elles ont ainsi appelé la Russie à intervenir du fait qu’elle a initié un moratoire volontaire sur l’application de la peine de mort depuis 1999.

Le communiqué conjoint a exprimé la solidarité avec la famille du jeune Saâdoun qui, depuis l’annonce choc, ne ménage aucun effort pour assurer la protection et la sécurité de son fils et pour lui éviter la peine de mort. Les organisations ont exigé de garantir des conditions de procès justes et équitables à la personne concernée pendant la phase d’appel, tout en insistant sur la mise en place de conditions de détention humaines qui respectent la dignité humaine et les normes internationales.

Le CNDH en ligne

La présidente du CNDH, Amina Bouayach, a également contacté le Haut-Commissariat pour les droits de l’Homme en Russie afin qu’il «entreprenne les démarches nécessaires pour assurer à Brahim Saâdoun un procès équitable lors de son jugement en appel», a déclaré à l’AFP une source de l’organisation marocaine. L’instance russe est désormais présidée par la déléguée auprès du Kremlin Tatiana Moskalkova, une ancienne générale au sein du ministère russe de l’Intérieur nommée en 2016 par le président Vladimir Poutine.

La déléguée pour les droits de l’Homme a pour mission de veiller au respect des droits humains en Russie et rend compte au président Poutine. Rappelons que le Maroc a réagi par la voix de son ambassade en Ukraine en précisant que Saâdoun «a été capturé portant l’uniforme de l’armée de l’Etat d’Ukraine, en tant que membre d’une unité de la Marine ukrainienne» et qu’il «se trouve actuellement emprisonné par une entité qui n’est reconnue ni par les Nations Unies ni par le Maroc».



Rime TAYBOUTA








🔴 Top News










 
Other