Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Affaire Brahim Ghali : El País dévoile les dessous de la coordination entre Alger et Madrid


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 11 Mai 2021

Fruit d’une planification conjointe entre Madrid et Alger, l’accueil de Brahim Ghali a été méticuleusement préparé. El País en livre des détails inédits.




L’accueil de Brahim Ghali en Espagne n’est pas le fruit du hasard. L’exfiltration du chef du Polisario vers le voisin ibérique a été soigneusement tramée par les autorités algériennes et espagnoles, au plus haut niveau. El País en a dévoilé les détails. Le journal espagnol précise que le leader des séparatistes est arrivé, le 18 avril, en Espagne à bord d’un avion de la présidence algérienne, sur demande du ministre des Affaires étrangères Sabri Bouqadoum qui aurait exhorté le gouvernement espagnol à accueillir Ghali, lors de sa récente visite à Madrid fin avril dernier.

L’avion transportant Ghali a atterri à Saragosse. Celui-ci a été ensuite transféré dans une ambulance escortée par la police, rapporte El País, confirmant à nouveau qu’il est entré muni d’un faux passeport algérien.

Selon des sources diplomatiques citées par El País, le gouvernement de Pedro Sanchez a donné une suite favorable à la demande algérienne pour des « raisons humanitaires », en dépit des objections du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska. Madrid aurait donc accepté la requête algérienne en vue du « caractère stratégique de ses relations avec l'Algérie…, premier fournisseur de gaz sur le marché espagnol ».

En outre, l’Algérie a fait recours à Madrid, après le refus de l’Allemagne qui a déjà accueilli le président algérien Abdelmajid Tebboune lors de sa période de convalescence du covid-19.
La complicité entre Madrid et Alger devient ainsi palpable, ce qui a déclenché la colère du Maroc dont le ministère de Affaires étrangères a promis de tirer les conclusions de cet incident regrettable. La diplomatie marocaine a visiblement durci le temps vis-à-vis de Madrid, en convoquant l’ambassadeur espagnol à Rabat pour lui faire part de l’exaspération quant au geste inamical de Madrid qui risque de compromettre les liens de bon voisinage entre les deux pays.

Rappelons que Brahim Ghali encourt le risque de comparaitre devant un tribunal espagnol pour répondre aux différentes plaintes déposées à son encontre par des associations des droits de l’Homme et des dissidents du Polisario. Il est accusé de crimes de guerre, de meurtre, séquestration et enlèvement arbitraires dans les camps de Tindouf.  Après avoir été identifié par la police à l’hôpital où il est pris en charge, il a été convoqué pour une audition par le juge de l’Audience nationale début juin, selon des médias espagnols.