L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Accord de pêche : l’heure de la clarté a sonné !


Rédigé par Anass MACHLOUKH le Mercredi 29 Mars 2023



Accord de pêche : l’heure de la clarté a sonné !
Un grand doute plane sur le sort de l’accord de pêche Maroc-UE qui arrive bientôt à échéance. La Cour de justice de l’Union Européenne n’a pas encore dit son dernier mot sur sa validité. De quoi inquiéter la Commission de Bruxelles qui redoute que les magistrats de la Cour confirment l’annulation de l’accord telle que décidée dans l’arrêt du 29 septembre 2021. Une décision dont la Commission a fait appel. À entendre les échos en provenance du vieux continent, l’inquiétude hante les esprits, d’autant que la Cour établie au Luxembourg s’est résignée à maintes reprises à succomber au harcèlement judiciaire du polisario.

En cas d’une décision défavorable de la Cour, l’UE se trouverait dans une situation, le moins que l’on puisse dire, délicate, d’autant que le Maroc a rendu les choses très claires en clamant haut et fort qu’il ne signera aucun accord de coopération qui exclut le Sahara. Consciente de cela, la Commission européenne s’est lancée en quête d’alternatives puisque tout vide juridique condamnerait les 128 navires européens à quitter les eaux marocaines.

Jusqu’à présent, on a du mal à imaginer quelles seraient ces fameuses alternatives au-delà d’un réglage juridique semblable à celui de 2018. Quoiqu’il en soit, le Maroc n’accepterait aucun accord remettant en cause son intégrité territoriale. Les choses sont d’autant plus simples pour le Royaume du moment que l’accord de pêche est bénéfique aux habitants des provinces du Sud, et c’est la Commission européenne qui l’a, elle-même, reconnu dans son rapport de 2021.

Au milieu de cette confusion, il faut s’attendre à une forte résistance à un éventuel arrêt négatif de la Cour de la part de quelques pays, dont l’Espagne, qui devrait peser lourd par son statut de future présidente de l’UE pour défendre un accord dont dépend son industrie de pêche.

En attendant les péripéties de cette affaire, le temps qui reste est une occasion pour méditer et évaluer les retombées de cet accord pour le Maroc qui cède ses profondeurs maritimes à la marine marchande européenne en échange de 50 millions d’euros par an. Certes, cette somme va à l’appui de la pêche locale, mais il faut également garder à l’esprit que le citoyen marocain lambda juge les prix des poissons trop élevés dans un pays doté de mers aussi poissonneuses.
 
Anass MACHLOUKH



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 3 Mars 2024 - 15:47 Démocratie partisane dans l’ADN !






🔴 Top News