Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

450 personnes arrêtées pour violation de l'état d'urgence et 56 poursuivies pour diffusion de fake news


le Samedi 28 Mars 2020

Plus que jamais, la diffusion de fake news en période de coronavirus mène de plus en plus d'affabulateurs en prison. Le ministère public vient de dévoiler qu'ils sont 56 à avoir tâté de la justice depuis le début de la pandémie.



Le secrétaire général de la Présidence du Ministère public, Hicham Balaoui
Le secrétaire général de la Présidence du Ministère public, Hicham Balaoui
Le Parquet a engagé à ce jour des poursuites contre 56 individus pour avoir publié de fausses informations au sujet de la propagation du nouveau Coronavirus (Covid-19), a indiqué le secrétaire général de la présidence du ministère public, Hicham Balaoui.

Dans une interview à la chaîne M24 de la MAP, M. Balaoui a souligné qu'il a été également procédé à l'arrestation d'environ 450 personnes pour violation de l'état d'urgence sanitaire depuis l'entrée en vigueur du décret-loi du 24 mars.

La présidence du Ministère public avait appelé, en début de semaine, à faire preuve de fermeté dans l'application du décret-loi n° 2.20.292 sur les dispositions relatives à l'état d'urgence sanitaire et aux procédures de sa déclaration.

Le texte publié au Bulletin officiel n° 6867 bis dans le cadre des mesures de prévention urgentes adoptées par les autorités publiques, conformément à l'article 21 de la Constitution, vise à garantir la santé et la sécurité des populations dans le respect des droits et libertés garantis aux citoyens.

Il permet au gouvernement de prendre des mesures exceptionnelles à caractère économique, financier, social ou environnemental, susceptibles de contribuer directement à faire face aux effets négatifs de l'état d'urgence déclaré.

Tout contrevenant aux directives de l'état d'urgence est passible notamment d'une peine d'un mois à trois mois de prison assortie d'une amende de 300 à 1.300 DH ou l'une des deux peines, sans préjudice de la sanction la plus lourde.

Avec MAP


  


Dans la même rubrique :
< >