Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ali BENADADA
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Régions
 
Kénitra: L’Institut Royal de Police: Une formation basée sur le respect des valeurs et la conscience professionnelle

Mohamed MANIÂ

Le 16 Mai 2015, a été  célébré à l’Institut Royal de Police de Kénitra, en présence de M. Abdellatif Hammouchi  patron de la DGST, nommé récemment par Sa Majesté le Roi Mohamed VI que Dieu l’assiste à la tête de la Direction Général de la Sûreté Nationale (DGSN) ; M. Charki Draiss, ministre délégué auprès du ministre de l’intérieur ; Mme Zineb Addaoui wali de la région du Gharb Chrarda Bni Hsen et gouverneur de la province de Kénitra, autres personnalités civiles et militaires, et composantes de la société civiles, etc… Cet anniversaire est un moment fort pour la famille de la Sûreté Nationale et des citoyens qui manifestent ses reconnaissances aux différents agents de la DGSN.
Le programme de cette manifestation était riche, comprenant les présentations des honneurs, projection des moyens d’interconnexion : radio et simulation de communication, application informatique de gestion des ressources humaines, levée des couleurs, revu des promotions, allocution de la DGSN, défilé, exhibition des stagiaires, présentation des promotions, exposition des tableaux artistiques, décorations, et cérémonie.
Il est à noter que cette célébration a été réalisée sous le slogan « Les valeurs et conscience sont la base de la réussite ». Dans ce sens, la DGSN a conçu un programme de formation au profit de 3196 stagiaires, lauréat de 2014 de l’Institut Royal de Kénitra. Pour l’année en cours il y aura recrutement pour la formation de 4400 candidats de différents grades. 1496 bénéficiaires ont reçu une formation spécialisée. Concernant la formation continue régionale, 217 289 personnes ont reçu une formation surtout dans le domaine de la sûreté et droit de l’homme. Il est à signaler que dans le cadre de la coopération internationale, 230 séances de formation ont été réalisées ayant comme bénéficiaires 855 agents de sûreté.
Pour ce qui est du bilan réalisé cette année, il y a eu création de la police chargée de l’environnement à Laayoune, à Meknès création de district de police, 8 arrondissements dans différentes villes du Royaume, et construction de multiples centres équipés avec un matériel moderne, l’utilisation de nouvelles techniques aux frontières SGPF au port de Tanger, aéroport Ibn Batouta, centre Beni-Ansar, pour généraliser ces nouvelles méthodes et création des équipes spécialisées à l’aéroport Mohamed V, Marrakech Ménara, et Tanger Med. Le volet relatif au traitement des appels téléphoniques des citoyens sur la ligne 19, l’année 2014 a enregistré 716 794 appels dont 394 182 traités sur terrain engendrant l’arrestation de 374 913 individus présentés à la justice.
Sur le plan social : la DGSN en partenariat avec les œuvres sociales du corps de la Sûreté Nationale a offert 359 logements à Agadir avec un montant ne dépassant pas 140 000,00Dhs au lieu de 250 000,00Dhs. A Meknès, il y a eu remise de 50 logements au profit des veuves et retraités de la Sûreté Nationale avec livraison de 300 lots pour construction de centre estival à Ifrane.
Sur le plan médical, 21 centres médicaux sont créés à travers le Royaume pour prodiguer des soins dentaires, et prestations générales avec dotation de 90 ambulances. En ce qui concerne les activités sportives, la DGSN a créé 22 salles de sport mis à la disposition des wilayas de la Sûreté Nationale, en attendant sa généralisation à toutes les préfectures de police du Royaume. De même dans le cadre de la régulation des papiers vis-à-vis des étrangers, la DGSN à reçu 12 996 demandes pour études et prises de décisions. Quant aux RME, 3889 cartes d’identités ont été confectionnées et remises aux intéressés.
Pour rappel, la Direction Générale de la Sûreté Nationale a été fondée le 16 Mai 1956 par Feu Sa Majesté le Roi Mohamed V.  

25/5/2015
Lu 334 fois
| |
 
Al Hoceima: Pêche artisanale : Rencontre sur le système de suivi communautaire de l’activité
Une journée de communication a été organisée, mardi à Al Hoceima, sur le système de suivi communautaire de l’activité de pêche artisanale “suivicom” avec la participation d’un ensemble de professionnels, de responsables et d’acteurs de la société civile.

Dans une déclaration à la MAP, le directeur de l’Institut national de recherche halieutique (INRH) à Nador, Abdelhakim Mesfioui, a indiqué que l’objectif de ce projet est de remédier au problème de la collecte de l’information concernant la situation des ressources halieutiques dans le Parc national d’Al Hoceima en recourant aux pêcheurs qui sont en permanence sur le terrain.
Ce projet cofinancé par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’INRH vise à asseoir les conditions nécessaires pour travailler en concertation avec les pêcheurs afin d’apporter des réponses sur l’activité de pêche et la vie socioéconomique des pêcheurs, a-t-il dit, notant que cela est de même à procurer aux responsables un important outil de prise de décision.
Cette journée de communication s’inscrit dans un processus global qui consiste en la formation et l’entrainement des pêcheurs sur les techniques de la collecte de l’information, le rassemblement de ces données en vue de les traiter et les interpréter au sein de l’INRH et finalement la proposition par l’institut et les professionnels des actions et mesures adéquates pour remédier aux éventuels dysfonctionnements détectés, a ajouté le responsable.

Pour sa part, le délégué provincial de la pêche maritime, Berhdad Boudi, a souligné que la Méditerranée est une mer quasi fermée, ce qui la rend plus fragile et influençable par les facteurs de pollution et de surexploitation de ses ressources, estimant qu’il est nécessaire d’assurer une exploitation durable des ressources halieutiques afin de garantir les sources de revenus des pêcheurs et de préserver ces ressources aux générations futures.
Le chef de département des ressources halieutiques de l’Institut national de recherche halieutique, Mohammed Malouli Idrissi, a, quant à lui, noté que le travail de l’INRH ne peut être complet qu’avec la collaboration des professionnels qui jouent un rôle primordial dans le suivi de la situation des ressources maritimes, signalant que le projet “suivicom” est un exemple très réussi de la collaboration entre les instituts de recherche et les professionnels du secteur.
Cette journée a été marquée par un ensemble d’exposés sur la situation de la pêche sur la côte du Parc national d’Al Hoceima, son potentiel et les contraintes auxquelles font face les pêcheurs, comme elle a été clôturée par un débat entre les chercheurs et les professionnels sur les techniques et les moyens de mise en œuvre d’un système de suivi pour une gestion participative des ressources halieutiques dans le PNAH.

25/5/2015
Lu 517 fois
| |
 
Agadir: Information touristique: Interprétation de monuments touristiques via des outils numériques
Une belle réalisation concernant l’interprétation touristique des sites et monuments d’Agadir via des outils numériques (site internet, QR codes et réalité augmentée) vient d’être réalisée par les élèves du Lycée français d’Agadir (établissement de l’Office Scolaire Universitaire International (OSUI) / MLF), en partenariat avec le CRT et le Conseil Régional SMD. Il s’agit d’un projet unique dans le Royaume du Maroc et en Afrique du Nord.

Mohamed RIAL

C’est ainsi que 14 élèves du lycée, encadrés par Mme Hélène Tassain-Aboutayeb, ont réussi cette initiative qui s’inscrit dans le cadre d’une bonne implication citoyenne mais également une implication bien justifiée dans l’intégration de l’établissement dans son environnement, touristique particulièrement. Ainsi a été élaborée une interprétation touristique en français et en anglais pour certains sites et monuments touristiques de la ville via des outils numériques.
Cela permet de répondre aux attentes des visiteurs qui déplorent le manque d’information touristique dans la ville.
Il s’agit, également, de découvrir la ville autrement, d’une manière originale et ludique, via les technologies de l’information et de la communication (TIC).
Les visiteurs découvrent ainsi le patrimoine gadiri à leur rythme avec leur smartphone via des QR codes et une application de réalité augmentée.
Le travail réalisé est à souligner pour son caractère innovant puisqu’il s’agit d’une démarche participative dans le développement touristique de la destination, par des élèves. Le Projet avait débuté en 2012 mais concrétisé en 2015. Un beau retard qui vient d’être rattrapé grâce à la direction actuelle du CRT par Youssef Maoun. Inutile de souligner que la destination souffre notamment du manque de valorisation patrimoniale et d’animation touristique (information et interprétation touristique).
Les élèves ont donc, le grand mérite, d’avoir tenté de répondre à cette problématique via l’e-tourisme. Les visiteurs peuvent ainsi découvrir la ville autrement, avec leur smartphone d’une manière originale et ludique. Les élèves ont également présenté un travail approfondi et rigoureux sur la ville. Ils ont, tout d’abord, créé un site internet (www.agadirmonuments.com) afin que les internautes aient une interprétation en ligne, en français et en anglais des sites et monuments. Ils ont également préparé des codes QR qui pourraient être affichés sur chaque monument. Les visiteurs pourraient ensuite scanner ces codes afin d’obtenir l’interprétation du site en question en français et en anglais.
Ils ont également utilisé une application de réalité augmentée « Aurasma » pour l’interprétation de deux monuments à savoir : Agadir Oufella et le mur du souvenir, en face du siège du Conseil Communal. Il suffit, pour les visiteurs, de télécharger gratuitement l’application et de suivre le compte « Agadir ».
Ensuite, les visiteurs scannent le monument à l’aide de l’application et des icônes s’affichent en superposition de l’écran afin de proposer une interprétation via une vidéo ou des textes. Par exemple, pour le mur du souvenir, ils ont mis une vidéo du discours de Feu SM Mohammed V, vidéo dont les élèves ont fait les traductions en français et en anglais.
Le projet est à la fois créatif, innovant et ouvre sur des perspectives concrètes pour la valorisation touristique d’Agadir. Il a permis aux nouvelles générations de participer au développement local, de mettre en avant leur identité gadirie et de découvrir une nouvelle perspective de leur patrimoine et au devoir de mémoire qui y est intimement liée.
Oumaima Abounassir, Mariam Ait Oumelloul, Hamza Bensouda, Asma Bicha, Ali Bouaida, Mariam El Ghazi
Ibtihal Hamdaoui, Souhail Harouach, Fouad Lahcen, Naïm Maoun, Younes Moussaif, Mariam Mouwafaq, Hasna Outgajouft,  Myriem Tazi : « Tbarka Allah Alikoum », vous avez fait du beau travail à travers celle initiative et cette implication qui, nous espérons donnera à réfléchir aux professionnels du tourisme, aux élus et aux autorités, car émanent de jeunes bénévoles, pour une belle réalisation à moindre coût, si ce n’est celui du temps pris sur leurs études.

25/5/2015
Lu 574 fois
| |
 
Béni-Mellal: Santé: Journée de sensibilisation sur le virus Ebola

L’Université Sultan Moulay Slimane en collaboration avec la Délégation de la Santé Publique de Béni-Mellal a organisé mercredi 13 mai 2015 au Centre des Conférence à la FST (Faculté des Sciences et Techniques) une journée scientifique de sensibilisation sur la maladie à virus Ebola, sous le thème : « La maladie à virus Ebola : actualités et perspectives ».
Dans leur préambule, les organisateurs notent que le virus Ebola provoque une maladie aigue et grave, souvent mortelle si elle n’est pas traité. La maladie à virus Ebola est apparue pour la première fois en 1976, lors de deux flambées simultanées à Nzara au Soudan et à Yambuku république démocratique du Congo. Yambuku étant situé près de la rivière Ebola, celle –ci a donné son nom à la maladie.
La flambée qui a sévit récemment en Afrique de l’Ouest, dont les premiers cas ont été notifiés en mars 2014, est la plus importante et la plus complexe depuis la découverte du virus en 1976. Elle a produit plus de cas et de décès que toutes les précédentes flambées réunies. Cette flambée a également comme particularité de s’être propagée d’un pays à l’autre, partant de la Guinée pour toucher la Sierra Léone et le Libéria, en traversant les frontières terrestres, par le cas d’un voyageur, le Nigéria et les USA par l’intermédiaire d’un voyageur, le Sénégal et le Mali par l’intermédiaire de deux voyageurs également.
Jusqu’à présent, la réponse sur le terrain a été essentiellement sanitaire : centre de soin, traçage des contacts, isolement des malades ou encore changement des habitudes. En parallèle, la réponse médicale regroupant vaccins et traitements n’a jamais été aussi près d’aboutir. La famille de virus Floviridae compte trois genres : Cuevavirus, Marburgvirus et Ebolavirus. Cinq espèces ont été identifiées : Zaire, Bundibugyo, Soudan, Reston et forêt de Tai. Les trois premières ont été associées à d’importantes flambées en Afrique. Le virus à l’origine de la flambée en 2014 en Afrique de l’Ouest appartient à l’espèce Zaire.
On pense que les chauves-souris frugivores de la famille des Pteropodidae sont les hôtes naturels du virus Ebola. Celui-ci s’introduit dans la population humaine après un contact étroit avec du sang, des sécrétions, des organes ou des liquides biologiques d’animaux infectés comme des chimpanzés, des gorilles, des chauves-souris frugivores, des singes, des antilopes des bois ou des porcs-épics retrouvés malades ou morts dans la forêt tropicale.
Il se propage ensuite par transmission interhumaine, à la suite de contacts directs, comme la peau lésée ou muqueuse avec le sang, des secrétions, des organes ou des liquides biologiques de personnes infectées, ou avec des surfaces et des matériaux, par exemple : linge de lit et vêtements qui ont été contaminés par ce type de liquides.
Les rites funéraires au cours desquels les parents et amis du défunt sont en contact direct avec la dépouille peuvent également jouer un rôle dans la transmission du virus Ebola. Les sujets atteints restent contagieux tant que le virus est présent dans leur sang.
Il n’existe pas de preuve officielle d’une transmission sexuelle à partir de patients convalescents ne peut pas être totalement écartée. Des données scientifiques montrent que le virus Ebola présent peut être isolé dans le liquide séminal d’hommes convalescents pendant 82 jours après le début des symptômes.
On ne dispose encore d’aucun élément de preuve au-delà de 82 jours. Il n’existe de preuve de la présence du virus Ebola dans les sécrétions vaginales. La durée d’incubation, c’est-à-dire le temps écoulé entre l’infection par le virus et l’apparition des premiers symptômes, varie entre 2 à 21 jours. Tant qu’ils ne présentent pas de symptômes, les sujets humains ne sont pas contagieux.
Les premiers symptômes sont une fatigue fébrile à début brutal, des douleurs musculaires, des céphalées et un mal de gorge. Il sont suivis de vomissements, de diarrhées, d’une éruption cutanée, de symptômes d’insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, d’hémorragies internes et externes comme par exemple les saignements des gencives, sang dans les selles. Les analyses de laboratoire révèlent une baisse de la numération leucocytaire, ainsi qu’une élévation des enzymes hépatique.
Plusieurs exposés ont été présentés lors de cette journée sur cette grave maladie qu’est Ebola par des médecins expérimentés qui ont éclaircit plusieurs points obscures sur cette épidémie.
Ont participé à cette journée scientifique, le Directeur Régional de la Santé publique, le Doyen de la FST, le Délégué Provincial de la Santé Publique, les professeurs chercheurs, des médecins et les étudiants du Master Environnement.
Pour ce qui de l’objectif de cette manifestation scientifique, les organisateurs ont affirmé qu’il s’agit d’une journée de sensibilisation, afin de cerner la maladie à virus Ebola en faisant le point sur l’état actuel des connaissances et sur les perspectives en matière de recherche scientifique et de prise de charge. Cette séance a été au programme pour permettre des échanges scientifiques entre les différents acteurs et scientifiques de la journée.

25/5/2015
Lu 1181 fois
| |
 
Sidi Bennour: Saisie par la gendarmerie de près de 12 tonnes de poissons avariés

Mohamed LOKHNATI

Près de 12 Tonnes de poissons avariés destinés à la contrebande dans des marchés de Casablanca ont été saisis, jeudi sur la route nationale reliant Sidi Bennour au centre de Bni-Hlal, par les éléments de la gendarmerie royale, confirme une source responsable proche. 
Cette importante quantité de poissons a été interceptée à bord d’un camion suspect, en provenance d’Agadir et qui se dirigeait vers Casablanca. Des perquisitions ont été effectuées sur le véhicule, après le constat d’irrégularités dans la conformité des papiers ont aboutit à la découverte d’une quantité de poissons impropres à la consommation, minutieusement enfouie dans la benne du camion  Les éléments de la gendarmerie ont également arrêté et déféré devant la justice quatre suspects, pour trafic illicite de poisson impropre à la consommation et défaut de factures de sortie ... La marchandise saisie devrait en principe être détruite dans les jours qui suivent, précise la même source 

25/5/2015
Lu 854 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Assurance « tous risques chantier » obligatoire 
Assurance «responsabilité civile décennale» / Obligation de mentionner la souscription dans les actes de vente
La Chorale Tzaffin, orchestrée par la troupe Abdou Ouardi, enchante les Safiots
Vif succès du festival du Rire d’El Jadida / Dounia Boutazout à l'honneur de la 8ème édition
Béni-Mellal: Santé: Journée de sensibilisation sur le virus Ebola
Sidi Bennour: Saisie par la gendarmerie de près de 12 tonnes de poissons avariés
50ème session du Conseil économique, social et environnemental : Le rôle des CES dans le renforcement de la coopération maroco-sénégalaise

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Synergie maroco-sénégalaise
SM le Roi entame aujourd’hui une visite d’Etat à Dakar dans le cadre d’une tournée africaine qui c
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
Le SIAM souffle sa dixième bougie: Un Salon qui traite de l’agriculture et des systèmes alimentaires

Dossier réalisé par Noureddine BATIJE

L’ADA, une agence de promotion de l’offre d’investissement dans le secteur agricole


Le Plan Maroc Vert ou le reprofilage de l’agriculture marocaine

 
   
  Chronique
 
Affaire opposant la société italienne Salini au ministère de l’Equipement : Ghallab veille au grain, Rabbah fait le malin et le contribuable trinque !

Ahmed NAJI

J’ai mal à mon Amazighité…à ma Marocanité !

Jamal Eddine NAJI

Hérésie énergétique et financière : Le solaire dans nos mosquées : un marché de dupes

Yasser AYOUBI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Coupe du monde du génie informatique à Marrakech: Domination russe
 Synergie maroco-sénégalaise
 Gouvernement Benkirane III : Le Souverain nomme quatre nouveaux ministres
 Prise en charge des maladies cancéreuses au Maroc / La consécration par l’Organisation Mondiale de la Santé
 Assurance «responsabilité civile décennale» / Obligation de mentionner la souscription dans les actes de vente
 Assurance « tous risques chantier » obligatoire 
 Un hebdomadaire égyptien dénonce:/ L’Algérie et le Polisario sapent le processus de médiation onusienne
 25ème Congrès National de Rhumatologie à Rabat, du 21 au 23 Mai : Le Visage des maladies rhumatismales dans les pays du Maghreb est différent de celui en Europe
 Lutte contre Ebola / Plan de réformes proposé pour l’OMS
  Code des assurances : Innovations majeures en perspective


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems