Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ali BENADADA
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   Tribune du Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Un communiqué commun en six points...      Eu égard à l’importance des enjeux de la réforme des systèmes de retraite au Maroc : Le CESE temporise pour enrichir sa copie...      SM le Roi ordonne la mise en place d’une commission permanente devant se pencher sur l’état des mosquées fermées ...  
   
 
        Femme
 
Bonne fête : Faisons de ce « Aïd al Adha » une fête pas comme les autres
Puisque l’aïd El Kebir ne rime pas avec santé, la viande de mouton et les abats étant très riches, « caloriquement » et médicalement parlant, autant prévoir dès à présent d’autres denrées à alterner telles que salades, volailles et poissons. Si le sacrifice est une sunna pour les musulmans, il n’est pas mentionné de consommer le mouton en entier jusqu’à satiété, mais de faire don d’une partie aux pauvres. En plus, il est coutume dans certaines régions du Maroc, de laisser ce fameux mouton, suspendu pendant quelques jours et d’en faire goûter tout le voisinage à tout moment, en bonne ambiance, jusqu’à son « extermination ». Certaines familles, après le copieux aïd en famille, reviennent au domicile fixe, les mains vides ou avec certaines « Chhiwates » des mamans. Toutes les matières grasses sont passées dans le corps pendant ce laps de temps. Alors, autant changer ces habitudes nocives pour notre santé et programmer un long « séjour » pour ce sacré mouton, qui, dans tous ses « états » donne, d’ores et déjà, du fil à retordre aux jeunes couples qui veulent entamer l’expérience. Et qui, en fin de compte, les fait fuir pour un voyage sans ombrages dans un coin douillet.

Bouteina BENNANI

Et pourtant, en ces temps, tout est plus facile et le mouton égorgé a bien du mal à résister aux rituels puisque le découpage qui se faisait chez soi par un connaisseur ou le boucher , est « acheminé » jusqu’aux boucheries et tout passe, des brochettes aux côtelettes. Bien « debout » à l’arrivée chez le boucher, il en ressort dans des sachets ou dans une bassine, presque prêt à cuire. Seulement ce passage ne se fait pas sans risques, car il faut que le mouton égorgé soit bien enveloppé et que tous les outils qui servent à sa conservation soient propres. D’autres temps d’autres mœurs, dit-on Certaines familles mettent tout dans le frigo pour usage journalier, contrairement à d’autres qui en façonnent « guéddid », « mquila », « mesrana », « maassal », « courdasse » ou autres, plus aptes à la conservation, rituels et héritage d’antan, pratiques saines: séchage, salinité et cuisson, d’un autre temps où il n’y avait ni frigidaire ni frigo.
Mais avant d’arriver à l’étape de concocter les plats succulents et tant attendus de l’aïd, autant connaitre certaines manières préventives d’hygiène et de conservation de la viande. Car, certaines pratiques peuvent permettre la prolifération des bactéries.
Tout d’abord, pour ce qui est de l’abattage du mouton, l’endroit devrait être propre et sec et les outils doivent répondre aux règles d’hygiène pour contrecarrer toute contamination avec les saletés et le sang, avec prévision de l’eau en abondance. Une fois égorgé, on devrait laisser tout le sang s’écouler, veiller à ce que la viande ne soit pas souillée par la peau et tous les déchets sont à mettre dans un sac plastique poubelle fermé et jeté dans les bennes du quartier. Les municipalités distribuent à cet effet de grands sacs poubelle pour utilisation la veille de l’aïd. Et surtout d’éviter le soufflage de l’animal par la bouche.
L’éviscération est à ne pas prendre à la légère, chaque viscère (poumons, foie…) est à mettre dans un récipient propre, les intestins à part avant de les vider pour éviter toute contamination. Une fois dépouillé, il est conseillé de faire une inspection minutieuse du foie, du cœur et des poumons. Toute couleur anormale (rouge foncé ou jaunâtre) est à prendre au sérieux, il faut soit les jeter soit s’assurer de son hygiène auprès des services vétérinaires de la ville. S’il y a présence de kystes ou de points blancs, les spécialistes conseillent de les bruler ou de les enfouir, et non pas les donner aux chiens et chats.
Pour ce qui est de la viande, elle doit être couverte avec du linge propre lors du temps de séchage et consommée après 24 heures. Sinon, gare aux diarrhées et vomissements qui peuvent survenir aussi par intoxication alimentaire due à de mauvaises manipulations en matière de conservation ou de préparation des mets. La règle d’hygiène est de ne pas toucher la viande avec les mains salies par les intestins et l’estomac. Donc, avant de commencer à cuisiner, pensez au lavage des mains avec du savon, c’est à travers ces saletés que se fait la contamination.
Une fois découpée, essayez d’enlever toute matière grasse, susceptible de faire monter les triglycérides et le cholestérol et d’induire des maladies cardiovasculaires, surtout pour les personnes à risques. Les temps ont changé et le mode d’alimentation et d’engraissage des moutons n’est plus le même. Certaines familles avaient la manie de mixer toute la graisse ou de la cuire pour d’éventuels usages tels que crêpes marocaines (rghayef ) ou autre, pratiques nuisibles pour la santé. Le premier ennemi alimentaire reste les matières grasses qui s’accumulent sur les parois des vaisseaux sanguins et diminuent la circulation du sang. Il est également conseillé de couper la viande en petits et moyens morceaux pour optimiser la congélation, de les mettre dans des sacs de congélation et les presser afin de dégager l’air à l’intérieur. Et l’on ne doit pas manger la viande plus de trois jours consécutifs.
Pour ce qui est de la conservation proprement dite, les abats ont une période de conservation courte au réfrigérateur : 1 à 2 jours et 3 à 4 mois au congélateur. La viande est à conserver pendant 3 à 4 jours au frigidaire et entre 8 à 10 mois au frigo. Seulement, dans le frigidaire, il est impératif de couvrir les viandes pour éviter qu’elles ne touchent les fruits et les légumes afin d’éviter les contaminations croisées.
Avec tous ces plats de viande rouge, riches en acides gras saturés, le corps des personnes à risque se perd entre excès de brochettes, abats (« fid »ou « douara »), couscous... On ne devrait plus se demander pourquoi le taux de glucides dans le sang s’emballe ni comment faire baisser les triglycérides, le cholestérol ou éviter la goutte ou l’altération de la fonction rénale. Modération, équilibre et sagesse devraient primer sur toute autre considération, et préconisez un bon bol de salades ou des soupes comme accompagnement. Et penser à partager la viande avec les nécessiteux est certes l’objectif de cette fête. Donc, ne soyons pas prisonniers de nos papilles et essayons de faire contre mauvaise augure bon cœur. La ration journalière de viande rouge ne devrait pas dépasser 120 g, rôtie, de préférence, à consommer avec des légumes, des féculents et des fruits de saison, soit à peu près 500g par personne et par semaine.
Des astuces sont à privilégier les prochains jours, comme mariner la viande dans du jus de citron, du vinaigre balsamique, de la moutarde, de l’origan pour éviter la formation de substances cancérigènes mais aussi d’enlever la graisse pour éviter la fumée. Le citron aide à dégraisser. Il ne permet pas à la graisse de stocker dans les artères mais de la diriger la graisse vers les intestins plutôt que vers le sang.
Consommée outre mesure, la viande de mouton apporte excès de lipides et de protéines, surtout les acides gras saturés
Côté calories, il faut d’abord privilégier la viande grillée ou au four.
A savoir que 100g de côtelettes ont un apport de 204 calories dont 15 de protéines et 16 de lipides. Pour ce qui est de l’épaule qui sert pour le couscous, le nombre de calories pour 100g est de 225 dont 18 de protéineset 20 de lipides. Quant au foie de mouton, le nombre de calories pour 100g est de 120 dont 21 de protéines et 4 de lipides. Le nombre de calories pour 100g de gigot est de 216 dont 18 de protéines et 16 de lipides.

28/9/2014
Lu 722 fois
| |
 
Questions féminines à travers le monde

Retrait du projet de loi
sur l’avortement
Le gouvernement conservateur espagnol a annoncé l’abandon de son projet de loi supprimant le droit à l’avortement, qui avait suscité la polémique jusqu’au sein du pouvoir, entraînant la démission du ministre de la Justice, Alberto Ruiz Gallardon, porteur du projet. Ce dernier, adopté en décembre dernier a été rejeté par l’opposition et par plusieurs ONGs.
Ce projet de loi, adopté en décembre dernier par le gouvernement espagnol de droite, et qui modifie la précédente loi adoptée en 2010 par les socialistes, n’autorise l’avortement qu’en cas de danger prouvé pour la vie ou la santé physique ou psychologique de la femme, ou après un viol, tout en excluant les cas de malformation du foetus comme motif valable.
La loi actuelle autorise l’avortement jusqu’à 14 semaines de grossesse pour toutes les femmes.
Le nouveau projet de loi avait suscité plusieurs manifestations dans le pays dont la dernière a eu lieu dimanche dernier dans la capitale Madrid.


Les femmes largement
sous-représentées en Californie
Les femmes en Californie sont largement sous-représentées à tous les niveaux de gouvernement, avec une proportion de moins de 30 pc des postes électifs aussi bien à l’échelle de l’État qu’au niveau local.
Le Leadership California Institute révèle dans étude récente que la gent féminine ne représente que 25 pc des superviseurs des 58 comtés de l’Etat et 28 pc des membres des conseils des villes californiennes. Pire encore, 14 pc des villes de Californie ne comptent aucune femme au sein de leurs postes électifs.
Les conseils scolaires n’échappent pas à la règle, mais avec une représentation comparativement plus forte de 47 pc du total des membres des 965 conseils que compte la Californie.
La disparité est particulièrement appréciable à Los Angeles, où une seule femme siège au conseil de la ville sur un total de 16 membres.
Une enquête rendue publique en mars dernier par le contrôleur de la ville de Los Angeles a fait état d’un écart flagrant entre les deux sexes au sein du gouvernement local de la métropole, à l’instar d’autres secteurs.
D’après l’étude, les femmes représentent 47 pc des travailleurs de l’administration municipale, alors qu’elles ne sont que 19 pc du département de police, 3 pc de travailleurs du secteur de la construction, et seulement 2 pc de pompiers.
Pour ce qui est de l’écart de rémunération, l’étude a précisé que les femmes employées par le gouvernement local ne perçoivent que 83 pc des salaires touchés par les hommes, une situation qui s’inscrit dans la tendance à l’échelle nationale.

La participation des femmes
est un facteur de succès
des entreprises
Les entreprises qui comptent des femmes au sein de leur conseil d’administration ou de leurs instances de direction affichent de meilleures performances, selon une étude publiée mardi par la banque helvétique Credit Suisse.
Ces performances se retrouvent notamment au niveau de la valorisation en Bourse, du rendement des fonds propres ou encore des dividendes, selon cette enquête.
Parmi les sociétés dont la capitalisation boursière dépasse 10 milliards de dollars, celles qui comptent au moins une femme au sein du conseil d’administration ont vu le cours de leur action afficher une performance supérieure de 5% entre début 2012 et juin 2014, et cela indépendamment du secteur d’activité.
L’étude, qui a passé au crible 3.000 entreprises dans quarante pays et dans tous les grands secteurs économiques, a également mis en lumière que le rendement des fonds propres s’établissait en moyenne à 14,1% depuis 2005 pour les entreprises comptant au moins une femme au conseil d’administration, contre 11,2% pour les conseils composés exclusivement d’administrateurs masculins.
Sur la même période, le ratio de distribution des dividendes se situait également en moyenne à 38%, contre 32% dans les entreprises où les femmes sont totalement absentes du conseil d’administration.
Bien que ces résultats statistiques suggèrent que la diversité coïncide avec de meilleures performances, trouver le facteur explicatif reste une tâche difficile, ont toutefois reconnu les auteurs de l’étude.

Le port du voile désormais
libre dans les lycées en Turquie

Le gouvernement islamo-conservateur turc a autorisé le port du voile islamique dans les lycées, a annoncé le Premier ministre, Ahmet Davutoglu, une mesure présentée pour élargir les “libertés” mais dénoncée par les laïcs.
Le gouvernement du Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste) a élargi les libertés dans tous les domaines et cette dernière mesure s’inscrit dans cette voie, a-t-il dit.
L’opposition laïque au Parlement s’opposait avec véhémence à la libéralisation du foulard à l’école, estimant que cela nuira à la laïcité, principe constitutionnel en Turquie.
Aux termes de la modification des règles imposées aux établissements scolaires, les étudiantes pourront désormais se voiler à partir de la première année du lycée, après le collège.
Plusieurs syndicats d’enseignants se sont élevés contre la mesure.
La grande majorité des épouses des dirigeants turcs portent le voile. Selon les sondages, près des deux tiers des femmes turques se voilent en Turquie, pays musulman mais officiellement laïque.

28/9/2014
Lu 767 fois
| |
 
Appel à la promotion de la culture de l’égalité

Les membres de la Commission des droits de la femme de l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UpM) réunie à la ville de Maia (district de Porto), avec la participation du Maroc, ont appelé à la promotion de la culture d’égalité pour établir une relation saine entre les femmes et les médias.
Après avoir rappelé que l’image de la femme arabe et méditerranéenne en général n’est pas toujours positive et reste fortement stéréotypée, ils ont plaidé pour une sensibilisation intense et à une prise de conscience non seulement des décideurs au sein des établissements médiatiques mais aussi des entreprises de publicité.
Les participants ont également examiné la relation entre la représentativité des femmes dans les postes de décisions dans les médias et l’image stéréotypée de la femme véhiculée par ces mêmes médias, appelant au renforcement du pouvoir des femmes dans les organisations de médias.
Intervenant à cette occasion, Khadija Zoumi (Istiqlal), membre de la chambre des Conseillers, a souligné le rôle important que les médias ont toujours joué dans la défense des droits des femmes, appelant à sensibiliser davantage les femmes politiques et les femmes journalistes à jouer un plus grand rôle dans l’amélioration de l’image de la femme dans les médias.
Mme Zoumi a également mis l’accent sur la nécessité d’ouvrir un dialogue avec les entreprises de presse et les lobbies de la publicité pour développer une image positive et non stéréotypée et équilibrée de la femme dans toutes les formes de médias et de contenu des médias.
Pour Fatiha Bekkali, députée à la Chambre des représentants (Istiqlal), elle a affirmé que l’amélioration de l’image de la femme dans les médias est tributaire d’une volonté politique réelle, appelant au développement de stratégies nationales en faveur de la femme en partenariat avec les médias.
Elle a également mis en exergue l’importance de promouvoir les conditions des femmes journalistes et les protéger contre toute forme de discrimination, mais aussi de lutter contre la corruption dans les établissements de médias.
Elle a, de même, estimé nécessaire de consacrer une “culture médiatique” prônant les droits de l’Homme et le respect de la dignité de la femme.
De son côté, Sahar Qawasmi, membre du conseil législatif palestinien a soulevé la question des femmes victimes de l’occupation, citant pour exemple le cas des femmes palestiniennes après l’agression israélienne récente sur la bande de Gaza.
Elle a, dans ce sens, indiqué que les femmes représentaient 12 pc des martyrs et 19 pc des blessés suite à l’agression israélienne qui a causé aussi le déplacement de quelque 250.000 femmes, exhortant la communauté internationale à faire preuve d’une plus grande mobilisation en vue d’assurer la protection des femmes sous l’occupation mais aussi dans les régions qui connaissent des conflits armés.
Présidée par Samira Merai-Friaa, membre de l’Assemblée nationale constituante tunisienne, la Commission des droits de la femme de l’AP-UpM se penche sur la situation des femmes des deux rives de la Méditerranée et sur leur participation dans les sphères politique, économique, sociale et culturelle.
Elle traite de questions liées à l’égalité des genres, à la protection des droits de la femme, à la prévention de la discrimination, à l’accès des femmes à l’éducation et au marché de travail ou encore au rôle des médias de masse. La Commission s’occupe également du rôle des femmes dans le processus de démocratisation et dans la gouvernance au sein de la région euro-méditerranéenne.

28/9/2014
Lu 773 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


SM le Roi ordonne la mise en place d’une commission permanente devant se pencher sur l’état des mosquées fermées

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
ABÛ BAKR IBN YÛSUF : Astronome Marocain du 13ème siècle, respecté et admiré à l’étranger, inconnu au Maroc  : Un électrochoc qui fait du bien

Abdelmalek Terkemani Chercheur et expert international
 
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Maroc-Condition de la femme : L’évolution de la femme marocaine à l’honneur au Parlement européen
 Mise en place d'un système national d'alerte précoce contre les tsunamis
 Rabat abrite la première réunion de la Commission mixte maroco-qatarie chargée des affaires consulaires et sociales
 Les atouts touristiques du Maroc mis en exergue au salon IFTM Top Resa de Paris
 Tribune libre : Un Messie de retour ?
 L'Ecosse reste britannique... mais !
 Marché de l’emploi : Des entreprises gabonaises à Rabat pour présenter leurs offres de recrutement : Les domaines concernés : Bois, Finance et Brasseries
 Sept membres d’une cellule d’embrigadement de combattants marocains pour «Daech» déférés devant le Parquet de Rabat
 L’évolution de la production et des ventes, selon Bank Al Maghrib : Les industriels «optimistes»
 Comité central du Parti de l’Istiqlal


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems