Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    1er Salon virtuel interactif de la veille et de la documentation, DocExpo 2016: Échanges en ligne entre professionnels africains et internationaux...      Dispositif 2016 de prévention et de lutte contre les feux de forêts : 21 postes vigies, 33 points d’eau et 400 km de tranchées pare-feu en Haut Atlas ...      Haut-Commissariat au Plan : Nouveaux outils technologiques pour l’exploitation statistique...      1er forum international de la pensée et de la création à Tétouan : Dialectique de la pensée et de la création ...  
   
 
        Femme
 
Fès-Meknès et régions: Plus de 400 cas de violence à l’égard des femmes et des enfants enregistrés en 2015

Quelque 5.187 cas de violence à l’égard des femmes et des enfants ont été enregistrés au niveau national au titre de l’année 2015, dont 409 cas à Fès-Meknès, soit 7,88 pc du total national.
Plus de 590 cas ont été enregistrés à Casablanca-Settat, 506 cas à Tanger-Tétouan-Al Hoceima, 581 cas à Béni Mellal-Khénifra, 522 cas à Souss Massa et 493 cas au niveau de la région Marrakech-Safi, a indiqué le Centre des Droits des Gens (CDG), mardi, lors d’une conférence de presse dédiée à la présentation de son rapport annuel initié en partenariat avec le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP).
Le rapport fait état également des autres cas de violence commis à l’encontre des femmes et enfants dont 477 cas à Rabat-Salé-Kenitra, 455 cas à Darâa –Tafilalet , 392 cas au niveau de la région de l’Oriental, 304 cas à Dakhla-Oued Eddaheb , 207 cas à Guelmim-Oued Noun et 167 autres cas à Laâyoune-Sakia El Hamra.
Les divers cas de violence recensés au niveau national se repartissent entre la violence juridique (37,28 pc), la violence économique ( 25,44 pc), la privation de la Nafaqa - pension alimentaire (17,81 pc), la violence corporelle ( 16,31 pc), le harcèlement sexuel ( 1,70 pc) et le viol ( 1,46 pc), ajoute le document.
Le rapport souligne aussi que la violence commise à l’égard de la gent féminine et l’enfance concerne 375 cas de violence perpétrés dans des lieux de travail, 288 cas dans la rue, 183 à l’école, 157 au foyer et 128 au niveau de la famille.
Le rapport du CDG recommande dans ce cadre la généralisation des cellules de prises en charge des femmes et des enfants , victimes de la violence , la mise en œuvre des comités locaux et régionaux en la matière, le renforcement du rôle de l’observatoire national de lutte contre la violence faite aux femmes, et la consolidation des actions de la société civile.
Il préconise aussi la création des observatoires régionaux, la multiplication des centres d’accueil, la lutte contre l’emploi des enfants de moins de 15 ans, et le renforcement des actions de sensibilisation quant aux effets néfastes de la violence sous ses différentes formes sur la société.

25/5/2016
Lu 31 fois
| |
 
Premier Centre public de Procréation Médicalement Assistée
Le vendredi 20 mai 2016 a été inauguré le Premier Centre de traitement de l’infertilité des couples, par les techniques de la procréation médicalement Assistée (PMA), plus connue sous le terme de bébés éprouvettes. La cérémonie d’inauguration a eu lieu au sein de la Maternité les Orangers ou Centre de santé reproductrice (CSR), établissement hospitalier universitaire spécialisé du Centre Hospitalier Ibn Sina de Rabat.

Issu d’un projet de coopération inter-universitaire Maroco-Belge, le Centre National de Santé Reproductrice CNSR dispose, depuis Octobre 2013, au sein de son établissement du premier Centre Public de Procréation Médicalement Assistée (PMA). Ce centre est dédié à la prise en charge, et à bas prix, des problèmes d’infertilité du couple. Il s’inscrit dans une dynamique d’amélioration continue par une culture de la qualité qui touche l’ensemble de ses activités. Cette pratique se limite uniquement au couple marié qui doit impérativement exprimer son consentement par écrit. Trois techniques de procréation médicale assistée seront pratiquées au centre : l’Insémination artificielle (IA), la Fécondation In Vitro (FIV) et l’Injection intra cytoplasmique de spermatozoïdes (ICSI).
L’ouverture du premier centre public de procréation médicale assistée (PMA) au Maroc, va permettre de répondre à une demande importante de la part de la population marocaine. En effet, d’après les statistiques, 10 à 15 % de couples souffrent d’infertilité, les problèmes de fertilité au Maroc touchent un couple sur 8, et, selon L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), ce problème toucherait 15 % des couples mariés au Maroc, sur un total de 5,5 millions de couples. Une autre étude réalisée en juin 2015 par la Société marocaine de médecine de reproduction (SMMR) avait révélé que les problèmes d’infertilité seraient dus à 93% aux femmes, tandis que les hommes n’en seraient atteints qu’à hauteur de 7% . Les 15 centres de procréation médicale assistée existants dans le royaume, relèvent du secteur privé. Par conséquent, la facture supportée par le couple est très élevée (honoraires des médecins, utilisation du bloc, Examens Biologiques …), d’où le problème d’inaccessibilité pour la population à faibles et à moyens revenus. C’est dans ce contexte que la prise en charge de l’infertilité dans un centre public va permettre de réduire la facture supportée par les couples et fera, par conséquence, de la PMA, une réalité possible pour tout couple demandeur.
« Ce Centre Public de PMA, le premier en son genre au Maroc, permettra à des couples marocains qui souffrent de stérilité, de bénéficier des dernières techniques thérapeutiques à des coûts abordables », indique Pr Abdelkader ERROUGANI, Directeur du Centre Hospitalier Ibn Sina
Le Ce projet intitulé, « Développement, implémentation et évaluation d’un programme de Prise en charge accessible au plus grand nombre des problèmes de Stérilité du couple dans le Secteur Public au Maghreb «PSSP» », a été coordonné par Pr Yvon Englert de la Belgique et du Pr Professeur Rachid Bezad, médecin chef du Centre de Santé Reproductrice, relevant du CHU de Rabat. Il rentre dans le cadre d’un projet financé par la Commission Universitaire pour le Développement Belge et le Centre Hospitalier Ibn Sina (Centre de Santé Reproductrice).
Les principaux partenaires de ce projet sont, le Laboratoire de recherche en reproduction humaine de la Faculté de médecine de l’Université Libre de Bruxelles, le Service de gynéco-obstétrique de l’hôpital Erasme Bruxelles, l’Université de Liège, la Faculté de médecine et de pharmacie de l’Université Mohammed V de Rabat et le centre de Santé Reproductrice du Centre Hospitalier Universitaire Ibn Sina Rabat. Le Coût global du projet est de 1 million d’EURO, avec un Financement : de 50% du CHIS (Centre de Santé Reproductrice) Maroc et 50% de la Commission Universitaire pour le Développement Belgique.
Le principal objectif de ce centre Public de PMA, indique Pr BEZAD RACHID, responsable de ce premier centre public de procréation médicalement assistée au Maroc, est la prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’infertilité du couple et cela de façon structurée dans le service public, depuis le centre de santé, jusqu’au Centre de PMA. La création de ce centre Public de PMA, a également pour objectif de diminuer la souffrance du couple infertile et plus particulièrement le statut de la femme infertile.
Le fonctionnement de ce centre public de procréation médicalement assistée dispose d’une consultation spécialisée en infertilité. Le personnel de PMA est constitué aujourd’hui d’une équipe multidisciplinaire de gynécologues, de biologistes, d’infirmiers et de responsable administratif, qui ont suivis des formations très pointues dans des établissements spécialisés en Belgique.
Le nouveau centre public de PMA, comprend un laboratoire, une unité d’accueil des couples infertiles, des locaux pour la consultation clinique, l’échographie et du bloc opératoire, ainsi que les bureaux pour le personnel. Par ailleurs, le recrutement des femmes infertiles, se base sur la mise en place d’un système d’information, avec « dossier médical PMA », dont la base de données est gérée par le logiciel Gyneco 2000. Ce logiciel a également facilité le suivi des patients ainsi que l’analyse et l’étude des données.
Pour Pr Rachid BEZAD, Directeur du Centre Public de PMA du Maroc, cette réalisation permet au Centre de Santé Reproductive (CSR), de mettre en place une unité pilote de procréation médicalement assistée fonctionnelle et de qualité et à moindre coût. Par ailleurs, le fonctionnement de ce centre obéit à des procédures organisationnelles et techniques, afin de de garantir une homogénéisation du travail de l’ensemble de l’équipe, permettant également une meilleure traçabilité des différentes étapes. De ce fait, rajoute Pr Rachid BEZAD, un guide de prise en charge sera élaboré, qui comporte tous les protocoles et les procédures cliniques, biologiques et administratives dans le domaine de la procréation médicalement assistée. Le coût de la prise en charge des couples infertiles, a été fait sur la base des techniques utilisées, des médicaments prescrits et des actes de laboratoire. Le coût forfaitaire (tout compris médicaments exploration et monitorage), selon la technique utilisée, varie entre 15.000 dh et 19 000 dh. Les résultats globaux des activités du Centre PMA, montrent qu’actuellement 700 couples sont suivis pour infertilité dont 400 couples sont proposés pour une technique de PMA.
Ce Centre de Procréation Médicalement Assistée (PMA) a pour mission de fournir des soins des plus pointus dans le domaine de Procréation Médicalement Assistée par excellence dans un cadre humaniste et disposer d’une plateforme de formation académique et pratique dans le domaine de prise en charge de l’infertilité. L’objectif est de mettre à la disposition des couples infertiles un service de PMA, de qualité à un coût minimal et de pérenniser cette unité en service aussi bien pour les soins que pour la formation et la recherche. Il s’inscrit en droite ligne du message royal adressé aux participants à la deuxième Conférence nationale sur la Santé (1er juillet 2013 à Marrakech), dans lequel le Souverain avait exprimé Sa conviction « Que le droit d’accès aux services de santé, qui a été consacré par la nouvelle Constitution du Royaume, constitue un des piliers majeurs pour la consolidation de la citoyenneté dans la dignité et pour la réalisation du développement humain global et intégré que nous souhaitons pour Notre pays».
Parmi les objectifs opérationnels, c’est disposer de prestation de PMA au sein du CNSR, prendre en charge toutes les situations de l’infertilité mécanique aussi bien sur le plan diagnostic que thérapeutique au sein du CNSR et réduire les coûts de prestation des techniques de PMA. En marge de cette grande opération d’assistance et de suivi de l’infertilité au Maroc, il a été procédé à la création d’une unité de procréation médicale assisté : Spermiologie, Fécondation in vitro et d’Injection intra cytoplasmique de sperme (ICSI) ; le réaménagement d’un bloc opératoire consacré à la ponction ovocytaire et au transfert, l’achat d’un échographe pour monitorage de l’ovulation et pour ponction ovocytaire, la création d’un laboratoire pour assurer le volet biologique de la procréation médialement assistée ainsi qu’une unité de procréation médicalement assistée fonctionnelle

24/5/2016
Lu 2261 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Haut-Commissariat au Plan : Nouveaux outils technologiques pour l’exploitation statistique
1er forum international de la pensée et de la création à Tétouan : Dialectique de la pensée et de la création

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Rapport du département d’Etat étasunien sur les Droits humains au Maroc: Quelles motivations derrière l’hostilité américaine ?
 Réveilles-toi « Ba Driss »…: Notre progéniture rase les têtes et l’Histoire
 Afghanistan / Obama confirme la mort du mollah Mansour
 La corruption compromet les fonctions essentielles de l'État et réduit ses capacités à collecter l’impôt
 La Destinée de l’art: Une poétique de la technologie
 Groupe Alliances : 300 millions de DH versés par Alami Lazraq en compte courant
 Ciné News
 Pèlerinage 1438 H: Le tirage au sort des candidats au pèlerinage du 6 au 17 juin 2016
 Premier Centre public de Procréation Médicalement Assistée
 Exclusif : Rapport accablant du FMI sur la corruption :: Des coûts économiques et sociaux « considérables » : 2 trillions de dollars versés en pots-de-vin


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems