Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ali BENADADA
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   Tribune du Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Le journal « Le Monde» : L’immobilisme en Algérie est la source de tous les dangers...      Hamid Chabat préside des meetings à Errachidia et Midelt...  
   
 
        Femme
 
Les femmes abusent facilement des médicaments

Hommes et femmes, inégaux face à l’automédication Selon une étude faite dans de nombreux pays en Europe, les femmes sont plus nombreuses à abuser des médicaments soumis à prescription médicale.
Antidouleurs, tranquillisants, somnifères, antidépresseurs: dans cette étude du Groupe de coopération du conseil de l’Europe en matière de lutte contre l’abus et le trafic illicite de stupéfiants, plus connu sous le nom du “Groupe Pompidou”, les femmes sont classées dans une “catégorie à haut risque dans l’usage non médical de médicaments délivrés sur ordonnance”.
Portant sur “la dimension du genre dans l’usage des médicaments sur ordonnance en Europe et dans la région méditerranéenne”, cette étude qui a analysé les données fournies par dix-sept pays, dont le Maroc, révèle que la consommation de médicaments délivrés sur ordonnance est “nettement plus élevée chez les femmes de tous les groupes d’âge et à toutes les époques”.
Bien qu’il ne s’agisse pas d’une étude exhaustive des populations qui font un usage non médical de médicaments délivrés sur ordonnance, elle est la toute première à mettre l’accent sur la différence entre hommes et femmes en matière d’automédication.
Ce rapport, qui n’a pas vocation d’exhaustivité, fait la synthèse des données disponibles dans 17 régions ou pays d’Europe et de la Méditerranée: Allemagne, Chypre, Egypte, France, Grèce, Irlande, Israël, Italie, Liban, Lituanie, Malte, Maroc, Pays-Bas, Pays de Galles, République tchèque, Serbie et Tunisie.
L’étude a permis de constater une “différence importante” selon le sexe en matière d’automédication, a indiqué la professeure Marilyn Clark de l’Université de Malte, coordinatrice du projet de recherche rédigé pour le Groupe de coopération en matière de lutte contre l’abus et le trafic illicite de stupéfiants (Groupe Pompidou) du Conseil de l’Europe.
L’étude observe que la pratique de ces abus est “nettement plus élevée chez les femmes de tous les groupes d’âge”.
En France, 15% des jeunes femmes, contre 8% des jeunes hommes, feraient un usage abusif des médicaments soumis à prescription, selon l’étude qui tire ses chiffres d’un rapport Baromètre Santé (2010).
Certains pays comme l’Allemagne, l’Italie, la Serbie et le Maroc, où les abus concernent moins de 5% de la population, n’affichent aucun écart notable selon le genre.
En Allemagne et en Serbie, des surdoses fatales plus élevées chez les femmes ont été constatées dans la consommation de psychotropes.
L’étude pointe le fait que ces abus sont favorisés par la facilité d’acquérir ces médicaments, la source la plus courante étant le médecin, suivi de l’entourage.

23/11/2014
Lu 2243 fois
| |
 
Les femmes dans des postes de responsabilité plus exposées à la dépression

Une étude américaine réalisée par l’université du Texas a montré que les femmes dans les hauts postes de responsabilité sont plus exposées à la dépression que leurs homologues masculins et que les femmes sans responsabilité.
Autrement dit, les femmes dans des postes qui leur permettent d’embaucher, de licencier ou de donner des augmentations de salaire, souffrent de davantage de stress. En plus, ces femmes à responsabilités présentent également davantage de symptômes de dépression que les femmes qui n’ont pas de responsabilités.
L’étude a été réalisée auprès de 1.500 femmes âgées d’une quarantaine d’années et de 1.300 hommes du même âge de l’Etat du Wisconsin (nord). “Au contraire, les hommes qui occupent des postes de responsables ont moins de symptômes de dépression que les hommes sans responsabilités”, indique la professeure Tetyana Pudrovska, qui a dirigé l’étude.
Selon la chercheuse, l’explication provient peut-être du fait que les femmes ayant des responsabilités sont mal jugées dès qu’il faut faire preuve d’autorité, dit Mme Pudrovska. Les hommes en revanche n’ont pas à affronter ce genre de stéréotypes négatifs.
“Ce qui est étonnant”, dit la chercheuse, “c’est que ces femmes bénéficient d’avantages qui normalement sont des signes de bonne santé psychologique”, comme une instruction plus grande, un meilleur salaire, des métiers plus prestigieux et une satisfaction au travail plus grande que les femmes sans responsabilités.

23/11/2014
Lu 112 fois
| |
 
Le taux de féminisation de la fonction publique s’élève à 40 %

Le taux de féminisation dans les administrations publiques s’élève à 39,40 pc, a indiqué à Amman lors d’une conférence sur “le genre social, la loi et la politique générale dans la région MENA”, le ministre chargé de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, Mohamed Moubdii.
Les données statistiques montrent clairement l’évolution progressive qu’a connue l’équité hommes-femmes dans la société marocaine, puisque le taux de féminisation dans les administrations publiques a atteint 39,40 pc.
60 pc de ces femmes sont des cadres supérieurs et 17 pc occupent des postes de responsabilité, alors que le taux de féminisation dans le secteur privé est de 45 pc et que le taux de féminisation dans certains secteurs productifs se situe entre 69 et 87 pc et reste nul dans d’autres secteurs.
Eu égard à ses engagements internationaux concernant les questions de la femme, particulièrement la convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), le Maroc œuvre à la réalisation d’un projet sociétal démocratique basé sur l’égalité des droits de tous les citoyens hommes et femmes.
Les Hautes orientations de SM le Roi Mohammed VI ainsi que les déclarations gouvernementales montrent en filigrane la volonté politique de traduire dans les faits le principe de parité, affirmant que la constitution de 2011 a constitué un tournant décisif dans la mise en œuvre des droits de l’homme et de l’égalité concernant le genre.
La présidence par le Maroc, aux côtés de l’Espagne, du Centre de la gouvernance des pays de la région MENA et de l’Organisation de la coopération et du développement économique (OCDE) et sa participation aux différents travaux des groupes de travail de cette initiative contribue au développement des mécanismes de la bonne gouvernance, notamment, en matière de l’égalité entre les sexes.
La déclaration de Marrakech de 2009, qui a couronné les travaux de la conférence ministérielle de l’initiative OCDE-MENA, constitue pour le Maroc une feuille de route en vue d’intégrer la femme dans le secteur public.
M. Moubdii a également loué les recommandations contenues dans le rapport de l’OCDE qui portent sur l’amélioration du cadre institutionnel et des ressources en vue de promouvoir l’égalité des sexes, notamment la participation des femmes aux institutions représentatives, exécutives et judiciaires, se félicitant, à cet égard, du lancement du Centre de la femme arabe pour la recherche et la formation.
Ces recommandations seront prises en compte dans le prochain programme d’action de l’initiative de la gouvernance des pays de la région MENA, a-t-il assuré.
Le Maroc est représenté à cette conférence, organisée par l’Organisation arabe du développement administratif, par les secrétaires généraux de l’Institution du Médiateur, de l’Instance centrale de prévention de la corruption, du ministère de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social et des membres de la société civile.

23/11/2014
Lu 2724 fois
| |
 
Prenons note…

Ebola et grossesses précoces

Dans les pays où Ebola sévit, malgré certaines précautions entre conjoints, l’épidémie ne cesse de s’aggraver en Afrique de l’Ouest, induisant grossesses précoces et risques de violences sexuelles. Ni la fermeture des écoles, des stades, des cinémas, des lieux de concert, ni l’interdiction de tous les rassemblements publics afin d’éviter la propagation du virus au désagrément d’une jeunesse découragée n’a permis la prolifération de l’épidémie.
Si la consigne “ABC” - pour “Avoid Body Contact”, “Eviter les contacts corporels” - est maintenant intégrée par la population qui a renoncé à la poignée de mains et aux accolades, elle s’arrête au seuil de l’intimité.
Dans les dispensaires désertés par les femmes sur le point d’accoucher par crainte de contamination, les infirmières reçoivent de plus en plus de filles enceintes âgées de moins de 15 ans, et même 13 ans.
“Si vous vous attendiez à une baisse de la natalité, c’est plutôt le contraire”, affirme Musab Sillah, directeur du centre de santé de Kuntorloh, un quartier populaire de Freetown, la capitale.
M. Dalling rappelle que “38% des adolescentes sont enceintes avant 18 ans et la moitié des filles mariées avant 15 ans” dans le pays, un des plus pauvres du monde et qui connaît en temps normal l’insécurité alimentaire.

Policières soumises
à des tests de virginité
en Indonésie

Human Rights Watch a demandé à la police indonésienne d’arrêter de contraindre à des tests de virginité les femmes qui souhaitent faire partie de ses effectifs, qualifiant de “discriminatoire” cette pratique humiliante pour celles qui y sont soumises.
Les femmes aspirant à devenir policières dans le plus grand pays musulman du monde doivent à la fois être célibataires et vierges, explique l’association de défense des droits de l’Homme. A savoir que les femmes ne représentent que 3% des 400.000 policiers indonésiens.
Il s’agit de “pratiques discriminatoires qui font du mal aux femmes et les humilient”, a déclaré Nisha Varia, directrice adjointe chargée des droits des femmes chez HRW. “Les responsables de la police à Jakarta doivent immédiatement et sans équivoque abolir ces tests et s’assurer ensuite que l’interdiction soit respectée partout dans le pays”.
Ces tests enfreignent les directives même de la police en matière de recrutement, sans parler des droits des êtres humains à l’égalité, à la non discriminion et à la vie privée, ajoute HRW.
La société est profondément conservatrice dans certaines régions de l’Indonésie où la virginité féminine est encore considérée comme une valeur primordiale.

Au Népal, des mères de famille munies d’un gel antiseptique pour sauver les nouveaux-nés
Afin de réduire la mortalité néonatale dans le pays himalayen, des femmes bénévoles distribuent gratuitement à des femmes enceintes un tube de gel antiseptique. Ce n’est autre que la chlorhexidine, à appliquer juste après la naissance pour qu’elle reste sur la peau pendant les 24 premières heures et protège les bébés, à ce moment très vulnérables aux infections.
Une campagne de ce genre a permis de réduire spectaculairement les décès de nouveau-nés au Népal, où deux-tiers des accouchements se font à domicile. Un an après l’introduction du gel, le nombre de morts de nourrissons avait chuté de 27%.
Selon les experts médicaux, la forte mortalité néonatale dans ce pays s’explique essentiellement par les infections contractées par le cordon ombilical coupé traditionnellement.
Les bénévoles essaient donc de changer les habitudes en persuadant les femmes d’utiliser un gel antiseptique. «Les gens utilisent des faucilles sales pour couper le cordon et appliquent de la bouse de vache, de l’huile et du curcuma sur la plaie», «Les bébés contractent des infections potentiellement mortelles comme le tétanos néonatal à cause de ces pratiques traditionnelles».

Indonésie:
Miss Muslimah

Dix-huit jeunes femmes sont en lice pour la finale de l’élection de «Miss monde Muslimah» en Indonésie, un concours qui verra les candidates défiler voilées.
Les candidates, parmi lesquelles un médecin et une experte en informatique, doivent défiler en robes scintillantes sur fond de temples anciens labellisés par l’Unesco. Elles seront jugées non seulement sur leur apparence mais aussi sur leur capacité à réciter les versets du Coran et leurs vues sur l’islam dans le monde moderne.

23/11/2014
Lu 2465 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


VOLLEY BALL : SECONDE JOURNEE / 1ère DIVISION: A SUIVRE DHJ / USF: TANGER RECOIT A TETOUAN

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
Chine : La métamorphose d’un empire

Un reportage de Ali BENADADA

Le far ouest chinois


La résurrection de la route de la soie

 
   
  Chronique
 
«Tapez vite ! Agissez !» : La manie de la manipulation
Yasser AYOUBI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Hausse des prix à Kénitra et Oujda et baisses à El-Jadida et Rabat
 I.S. : 8,415 MMDH de D.F., en hausse de 18,3%
 Le Maroc, un modèle à suivre : Les business schools américaines viennent se former au “Doing Business in North-Africa” à ESCA Ecole de Management
 L’ex-président burkinabè Blaise Compaoré en séjour au Maroc “pour une durée déterminée”
 Chine : La métamorphose d’un empire
 Campagne nationale pour mettre fin à la violence contre les enfants
 La résurrection de la route de la soie
 Le far ouest chinois
  Messi : "C'est merveilleux"
 Le taux de féminisation de la fonction publique s’élève à 40 %


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems