Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Chambre des Représentants: Adoption de trois projets de loi relatifs à l’élection des membres des Conseils des collectivités territoriales, au code électoral et aux Chambres professionnelles...      Hadith du jour...  
   
 
        Femme
 
Le jeûne, expliqué par la science
Si l’on a tendance, dans toutes les étapes de la vie, à chercher des explications scientifiques aux différents mécanismes qui s’opèrent en nous, le ramadan rentre également dans ce genre de préoccupations devenues coutumières.

Bouteina BENNANI

Selon les spécialistes, on devrait avant le mois de piété, s’y préparer, en jeunant quelques jours, chose que, la plupart des musulmans font. Ils s’abstiennent de manger les, lundi et jeudi, du mois de chaâbane, mois qui précède le mois sacré. Autrement dit, des pratiques du saint prophète sidna Mohammed. Cette forme de préparation de l’organisme qui rentre dans les mœurs permet de rationnaliser la quantité d’aliments quotidiennement pris. Aussi, après deux ou trois jours de jeûne du mois de ramadan, la sensation de la faim s’en va, en plus des maux de tête, des étourdissements et des douleurs musculaires, donnant place à une sensation de légèreté et à une plus grande clarté d’esprit. S’ensuit une perte de poids initiale due à une élimination d’eau et de sel.
Les scientifiques affirment qu’en cas de jeûne thérapeutique, pour chaque kilo en moins, le corps perd approximativement 310 g de protéines et 550 g de graisse. Et c’est le cas du jeûne qu’on pratique, il est de longue durée et est considéré comme thérapeutique. En effet, il libère l’organisme des toxines dues à l’alimentation et à l’environnement, nettoie, rétablit et régénère l’organisme. Le jeûne renforce également le système immunitaire et « décharge » l’appareil digestif. Il est aussi recommandé en cas d’allergies, de douleurs articulaires, de dépression ou de rougeurs cutanées.
Après une semaine d’abstinence à manger du lever au coucher du soleil, si l’on n’attaque pas, de façon exhaustive, comme un affamé, la nourriture, une perte de poids se ressent. En plus, l’organisme retient au maximum toutes les substances rares, les oligo-éléments, les enzymes, les hormones… et le jeuneur procède à une modification de son « instinct alimentaire ».
Quand on arrête de stimuler à longueur de journée notre appareil digestif, le corps prend du repos aussi bien que nos organes. L’organisme se consacre ainsi à la régénération du for intérieur.

.

27/6/2015
Lu 9338 fois
| |
 
Le rapport sur l'égalité des genres, prévu pour septembre

Selon le président du Conseil, Driss El Yazami, le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) devra dévoiler début septembre un rapport qui dressera l'état des lieux de l'égalité des genres au Maroc.
Ce rapport déclinera les avancées remarquables enregistrées par le Maroc et l'agenda actuel relatif à l'égalité homme-femme et aux droits de la femme, a indiqué M. El Yazami à l'ouverture d'une rencontre sur "la femme et le changement social", organisée par la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc (BNRM) en partenariat avec la Fondation Jardin Majorelle.
La question des droits des femmes et l'égalité des genres constitue un sujet fondamental déterminant l'avenir démocratique et le processus de développement du pays, en ce sens, que l'indicateur de développement de la société est fonction du progrès ou du recul de la question de l'égalité entre les sexes.
Il a rappelé que la Constitution de 2011 stipule dans son préambule que le Royaume du Maroc s'engage à "bannir et combattre toute discrimination à l'encontre de quiconque, en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l'origine sociale ou régionale, de la langue, du handicap ou de quelque circonstance personnelle que ce soit". Et d'ajouter que dans son article 19, la loi fondamentale consacre l'égalité et la parité entre l'homme et la femme, deux principes constitutionnels dont l'application s'impose à tous les niveaux.
Le Maroc a connu de profondes mutations, a-t-il dit, notant que le processus démocratique a favorisé la scolarisation des filles, l'éducation et l'accès des femmes au marché du travail.
Cette rencontre a abordé des thèmes portant sur "l'accès des filles à l'école et à la formation : quels obstacles et quelles perspectives ", "la femme marocaine : quelle intégration et quelle participation dans les dynamiques sociales, économiques et culturelles " et "la femme et les défis politiques et institutionnels au Maroc".

27/6/2015
Lu 3059 fois
| |
 
Travail domestique: le CNDH préconise à Genève un âge minimum de 18 ans
Le Conseil national des droits de l'Homme (CNDH) a réitéré son appel, à Genève, à fixer à 18 ans l'âge minimum des travailleurs domestiques dont une grande partie sont des jeunes filles. "La majorité écrasante de ces travailleurs sont des filles issues de milieux pauvres et sont victimes de déperdition scolaire et des réseaux d'intermédiaires", a déclaré Mme Rabia Naciri, membre du CNDH, devant le Conseil des droits de l'Homme.

(MAP).

S'exprimant lors d'un débat à l'occasion de la Journée annuelle de discussion sur les droits des femmes, Mme Naciri a souligné que la nature et les conditions dans lesquelles s'exerce le travail domestique sont susceptibles de nuire à la santé, à la sécurité ou à la moralité de l'enfant. 
Le conseil, a-t-elle dit, accorde une attention particulière au cadre juridique de la lutte contre la violence faite aux femmes, compte tenu de "l'ampleur de sa propagation en tant que forme de discrimination en soi". 
Citant l'enquête nationale sur la prévalence de ce phénomène, la représentante du CNDH a indiqué que le milieu conjugal demeure le principal foyer de violence à l'égard des femmes avec un taux de prévalence de 55 pc, et que le taux de prévalence de la violence psychologique et morale s'élève à 48 pc.
Pour ce qui est du cadre juridique en la matière, l'institution nationale avait publié un mémorandum définissant le cadre normatif à adopter dans l'élaboration d'une loi y afférente, tout en prévoyant des mesures spécifiques de protection, de pénalisation et de réparation des préjudices subis par les victimes. 
Mme Naciri a expliqué que le cadre en question s'étend à d'autres mesures de nature préventive en lien avec le rôle de l'éducation dans le changement des mentalités ainsi qu'à la place des médias dans la lutte contre les stéréotypes à l'égard des femmes. 
Elle a dans ce sens rappelé que le CNDH recommande au gouvernement d'adhérer à la convention du Conseil de l'Europe sur la prévention et la lutte contre la violence faite aux femmes et la violence domestique, adoptée en mai 2011.
Le Conseil national des droits de l'Homme avait pris part, mardi dernier, au débat annuel du conseil des droits de l'Homme sur les moyens de garantir l'exercice du droit à l'éducation par toutes les filles sur un pied d'égalité.
A cette occasion, la délégation du conseil a plaidé pour des mesures d'accompagnement des filles dans leur parcours scolaire et pour l'ancrage de l'approche genre auprès de tous les acteurs concernés.



27/6/2015
Lu 135 fois
| |
 
8ème édition du festival de la femme marocaine "Maghribiyates"

La 8ème édition du festival national de la femme marocaine "Maghribiyates" se tiendra du 9 au 11 octobre prochain à Casablanca. Ce sera l’occasion de rendre hommage à l'historienne Bahija Simou, directrice des Archives Royales pour ses efforts déployés pour assurer la réussite de l'exposition itinérante "le Maroc médiéval : un empire de l'Afrique à l'Espagne" placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI et du Président français François Hollande. Cette exposition a été organisée du 17 octobre 2014 au 19 janvier 2015 au Musée du Louvre en France et du 03 mars au 03 juin 2015 au Musée Mohammed VI d'Art moderne et contemporain de Rabat.
Mme Bahija Simou est titulaire d’un doctorat en Histoire de l'université « La Sorbonne » et compte à son actif plusieurs livres d'histoire en arabe. Entre autres, "les relations maroco-italiennes 1869-1912", "les réformes militaires au Maroc de 1844 à 1912" ou encore "l'allégeance, un pacte éternel entre le Roi et le peuple", un ouvrage de plus de 500 pages dans lequel elle décortique les fondements de la Baiâ (allégeance).
Seront également honorées lors de cette édition, organisée par l'association "Moltaka B'ladi pour la citoyenneté", d'autres femmes remarquables, dont les noms seront dévoilés ultérieurement, et ce à l'occasion de la journée nationale de la femme, célébrée le 10 octobre de chaque année.

27/6/2015
Lu 2976 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Hadith du jour
Hadith du jour
Hadith du jour
Hadith du jour

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire 
Hamid YAHYA

Chronique : Le grand bêtisier de la télé !

Hafid FASSI FIHRI

Point de vue : La Confédération Nationale du Tourisme dénonce : : La vision 2020 accuse le pas
Mohamed JHIOUI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Le jeûne, expliqué par la science
 Grands taxis de Rabat : Incidents à Bab Chellah…
 Des experts internationaux interpellent le Haut commissariat aux réfugiés : Le sort de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud en question
 Hadith du jour
 Chine / Pékin “principale suspecte” d’un énorme piratage aux Etats-Unis
 Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire ?
 Point de vue : La Confédération Nationale du Tourisme dénonce : : La vision 2020 accuse le pas
  Le rapport sur l'égalité des genres, prévu pour septembre
 8ème édition du festival de la femme marocaine "Maghribiyates"
 La LOF en 3 vagues


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems