Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Plan d’accélération Industrielle 2014-2020 / Naissance de cinq nouveaux écosystèmes...  
   
 
        Femme
 
Ramadan et les oeufs, une consommation à limiter dans le futur/ Les Marocains consomment environ 138 oeufs /an
Maintenant que Ramadan touche à sa fin, et pour ne pas jouer les rabat-joies en ce mois où la consommation des oeufs est à son plus haut degré pour les marocains, on peut parler de faits réels sur ces produits de poules dont la production dépasse les 18 millions d’oeufs par jour, juste pour le mois de ramadan.

Bouteina BENNANI

Un conseil, tout de même, ne lavez pas les oeufs frais, ils se conservent à 4 °C.
Leurs coquilles, fragiles et sensibles à l’eau et au changement brutal de température, sont recouvertes d’une cuticule imperméable à la bactérie Salmonelle, source d’intoxication alimentaire grave.
Il faut donc les consommer rapidement une fois sortis du réfrigérateur.

28/7/2015
Lu 3341 fois
| |
 
Les tongs, une tendance qui n’est pas sans risques
Qui n’a pas mis les tongs de nos jours, en temps estival, ces sandales pratiques de tout l’été, apparues en premier lieu en 1962 au Brésil, qu’on « chausse » partout, chez soi, à la plage, pour aller au marché… et qui devient, pour certains, chaussure à pied pour tous les jour.

Bouteina BENNANI

Ces sandales plates en plastique, pratiques, légères, qui accompagnent la serviette de plage, le parasol sont déconseillés par les médecins.
Elles peuvent provoquer à lalongue une mauvaise posture avec des douleurs aux pieds et au dos. En plus, d’après une étude américaine réalisée en 2009, cette sorte de claquette abrite jusqu’à 18.000 bactéries, dont le fameux staphylocoque doré.
La tendance, c’est qu’on voit les gens enfiler les tongs partout, même pour faire la marche, du lèche vitrines, au travail…, or ce qui est conseillé, c’est la modération, de n’en faire usage que dans la plage ou piscine. Seulement, il faut faire très attention, car, si marcher en tongs, une sorte de semelle robuste sur laquelle est plantée une lanière découpée en Y, est confortable et aère le pied, il faut tout de même être vigilant et ne pas les porter tout l’été, car ils ne confèrent aucun soutien à la voûte plantaire et nuisent à la cheville (instable).
En mettant les flip-flops, comme nommés par les anglo-saxons, les orteils se contractent pour s’accrocher à la semelle, car les tongs n’ont qu’une seule lanière à l’avant du pied et qui ne maintient pas la cheville.
Ce qui fait qu’ils (orteils) se déforment et peuvent produire des « oignons » pas du tout esthétiques. Mais encore, le pied non bien maintenu, fait que les tendons et les os se fatiguent et induisent des douleurs aux genoux, aux jambes, aux hanches et dans le dos. Sans oublier les ampoules qui surgissent de toutes parts, de surcroit par échauffement et transpiration, surtout quand les tongs sont de mauvaise qualité (elles peuvent causer des allergies). Le conseil donné est de mettre du talc ou un antimycosique, comme prévention, au niveau de la voûte plantaire pour éviter que l’extrémité des lanières ne coupe la peau, provoquant des lésions plus ou moins graves.
L’étude de l’American Podiatric Medical Association a mis en exergue plusieurs cas de tendinite et de déchirures, faute de maintien des orteils. Mais aussi des fissures au niveau des os des pieds, des ampoules provoquées par frottement contre le plastique, surtout en temps de canicule.
L’étude a également relevé que la démarche change avec les tongs, ce qui fait que les enjambées deviennent plus petites et que les talons touchent le sol d’une autre manière, ce qui provoque des douleurs.
Sans oublier les 18 000 bactéries qui pullulent dans nos tongs.

28/7/2015
Lu 13 fois
| |
 
Canicule et jeûne

Bouteina BENNANI

La hausse des températures se ressent de plus en plus, chose normale en ce mois de juillet et qui coïncide avec le mois sacré de ramadan. Et qui dit jeûne, dit abstinence de manger et de boire.
Privé d’eau en cas d’extrême chaleur peut être intolérable pour certains et dangereuse pour les personnes âgées. Si la faim ne pose pas problème, les liquides, c’est toute une affaire quand il fait chaud, la sécheresse de la bouche est vite ressentie. Afin d’éviter la déshydratation, les médecins leur conseillent de rester chez soi, de s’imbiber le visage, les mains et les pieds à tout bout de champ. D’ailleurs, c’est également le cas pour les autres adultes qui devraient privilégier les endroits frais. Il est également formellement interdit de faire de gros efforts physiques qui suent abondamment, surtout pendant la journée, la sueur qui s’échappe du corps est synonyme de déshydratation et est difficile à compenser en jeûnant. S’exposer au soleil est aussi dangereux. Il est impératif de boire au moins un litre et demi d’eau après la rupture du jeûne, et tout doucement, au long terme, pour que ce ne soit pas une dure corvée pour l’estomac qui se défendra à sa manière, entre rots et acidité. Et ne pas s’attaquer au grand verre d’eau une fois al adan.

5/7/2015
Lu 15699 fois
| |
 
Le Maroc, cadre approprié en matière d’égalité des sexes

Le Maroc constitue pour les Nations-Unies un cadre approprié pour la réflexion sur de nouvelles actions pour l’égalité des sexes, a estimé la Représentante de l’ONU-Femmes, Bureau multi-pays pour le Maghreb, Leila Rhiwi.
Intervenant à l’ouverture d’un séminaire, organisé à Rabat, par le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), sur le thème «Une nouvelle perspective pour l’égalité de genre au Maroc: quelle responsabilité pour les hommes », Mme Rhiwi a relevé que, si la société marocaine demeure encore patriarcale, force est de constater qu’»elle connaît aujourd’hui un débat public ouvert et propice à l’émergence d’une nouvelle forme d’engagement des hommes et des garçons».
«Le cas du Maroc illustre alors à la fois la nécessité et la complexité d’élaborer une nouvelle perspective de l’égalité de genre», a-t-elle souligné, notant que le Royaume a inscrit, sans ambiguïté, l’égalité de genre dans sa Constitution.
Par ailleurs, Mme Rhiwi, également Présidente du Groupe thématique Genre (GTG), a fait remarquer qu’il existe un écart frappant entre la position dominante des hommes dans les sociétés patriarcales et leur marginalisation dans les recherches, actions et initiatives, visant à promouvoir l’égalité des sexes, mettant l’accent sur la nécessité de s’interroger sur les masculinités, «cette forme culturellement idéalisée et socialement construite avec laquelle les hommes se définissent et sont définis par la société.»
«Nous devons élaborer une nouvelle perspective de l’égalité de genre. Nous devons également rappeler aux hommes qui craignent de perdre leur autorité que l’égalité de genre n’est pas une équation à somme nulle et qu’il s’agit là d’une nécessité plurielle et transversale qui requiert une mobilisation collective», a martelé la Représentante de l’ONU-Femmes.
Pour sa part, le Président du CESE, Nizar Baraka, a fait constater que l’effectivité du principe d’égalité entre les femmes et les hommes, nécessite une action volontariste, y compris législative, contre les préjugés et les stéréotypes discriminatoires, dégradants ou humiliants à l’encontre des femmes.
En effet, les programmes d’éducation civique à l’école, l’enseignement et la formation professionnelle dans les entreprises et la fonction publique doivent inclure des programmes de prévention de ces messages discriminatoires, a estimé M. Baraka, appelant à promouvoir, à travers les médias, une image plus valorisante de la femme, en relatant, par exemple, des modèles de réussite au féminin.
«Nous avons besoin de programmes intégrés complétés par une mobilisation des médias, de campagnes de communications participant à un changement de comportements, afin d’atteindre, au-delà de l’individu, l’ensemble de la société, et conduire à un changement permettant aux femmes d’atteindre l’égalité avec le soutien bienveillant des hommes», a-t-il souligné.
Organisé en partenariat avec le GTG du système des Nations Unies, ce séminaire vise à offrir un espace pour effectuer une analyse de l’intégration des masculinités dans les questions de genre ainsi que le contexte marocain.
Il se propose également de renforcer la prise de conscience sur la thématique d’égalité de genre et les différents enjeux, clivages et opportunités qui y sont liés et touchent directement les hommes et les garçons dans la société marocaine.
En effet, des recherches et travaux menés notamment au Maroc ont démontré qu’il est nécessaire de passer au crible la façon dont les hommes et les jeunes garçons sont socialisés, de chercher à comprendre comment les normes de genre façonnent la construction de leurs personnalités, leur santé et leur développement, et comment les programmes et les politiques peuvent mieux répondre à leurs besoins, en conjonction avec les besoins des femmes et des jeune filles.

5/7/2015
Lu 28574 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Hommage : Merci Docteur Fennich !

Par Mohamed Lotfi *

Asphyxie !

Hafid FASSI FIHRI

Droits TV : La CAF a-t-elle fait une bonne affaire 
Hamid YAHYA
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Moussem Moulay Abdellah Amghar / Fantasia, soirées artistiques, chasse aux faucons, lutte libre traditionnelle
 La diplomatie Royale au service du développement durable de l’Afrique : Le Maroc, premier investisseur en Afrique de l’Ouest et deuxième du continent
 A propos de la mascarade à l’ambassade du Maroc à Paris : Quand une bande de débiles et de crétins veut détruire le Maghreb !
 4ème édition de l’Expo Halal International / Relation acheteurs-centrales d’achats et exportateurs
 Observatoire français d’études géopolitiques / Le Maroc s’impose comme le chef de file de l’Islam du juste milieu au sud de la Méditerranée
 Ramadan et les oeufs, une consommation à limiter dans le futur/ Les Marocains consomment environ 138 oeufs /an
 Lutte contre le trafic des êtres humains: Les efforts du Maroc salués
 Campagne forêt propre 2015 : « Ensemble pour la diversité naturelle d’Ifrane et la lutte contre les causes des incendies de forêt »
 Sous le signe : « Non à la falsification des élections »: Hamid Chabat préside un grand meeting à Fès
 Boycott du Conseil régional de Meknès-Tafilalet pour campagne électorale prématurée: 100 millions de centimes pour une association créée il y a 20 jours !


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems