Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Les réserves de change à la mi-avril : Hausse de 4,5 %...      Suite à une erreur professionnelle concernant l’intégrité territoriale du Royaume «Medi1TV» a pris des mesures administratives «rigoureuses»...      Union internationale pour la conservation de la nature: Dix associations marocaines à l’atelier régional de Tunis...      Parti de l’Istiqlal : Congrès extraordinaire samedi prochain...  
   
 
        Femme
 
Evaluation des mécanismes de promotion de la représentation politique des femmes au Maroc : Quota, liste nationale et annexes, mesures incitatives mais non visibles
Tanger a abrité les 20 et 21 avril 2017 une table ronde régionale sur l’évaluation de la représentation politique
des femmes au Maroc. Après un cap les 2 et 3 mars à Rabat où ont été conviées à débattre des élues de la région mais aussi du sud, c’est au tour des de femmes du nord du Royaume, élues ou non, de femmes qui en ont fait l’expérience, des militantes associatives, des médias et des universitaires de débattre, de présenter et de rendre compte de leurs expériences, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, d’estimer les mesures prises en considération pour une meilleure représentation des femmes dans la sphère politique.

Bouteina BENNANI

Le changement se ressent, les chances se resserrent et à l’horizon de 2021, tout est à repenser, à reconsidérer, à travailler et à promouvoir dès maintenant, pour atteindre les objectifs préconisés. Tout les facteurs politiques déterminants pour la participation des femmes est passé au crible fin : le système électoral, les partis politiques et leurs structures, les critères de sélection des candidats, les mesures de discrimination positive (listes et quotas), les mesures de financement.

Faut-il penser à un autre mécanisme

Passer du quota à la parité Le tiers a-t-il un impact positif sur les mentalités Autant de questions qui guident vers des choix de plus en plus stratégiques et des réponses données par des femmes pionnières dans le domaine politique, social et universitaire. Divers points de vue de jeunes et moins jeunes, qui montrent que même si ce n’est pas une évidence, la relève est là, ancrée dans notre société, chez nos jeunes, surtout au niveau local qui opèrent des mouvances colossales malgré les mentalités et les stéréotypes. Pour la Présidente de l’association Jossour FFM, il y a effectivement de grandes avancées depuis plusieurs années mais nous ressentons qu’il y a une volonté de mitiger ces droits et de geler ces acquis. C'est pour cette raison que nous lançons un appel fort au nouveau Gouvernement pour rendre prioritaires les droits des femmes dans les politiques publiques et mettre en oeuvre les dispositions de la Constitution, particulièrement la création d'une autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination fortes, qui reflète le dynamisme de notre société civile. Cette recommandation a émané fortement de l’échange avec les élus, les parlementaires et les militantes de la société civile, tenue à Rabat et également à Tanger.

Mécanismes de discrimination positive : Les quotas sont-ils toujours valables

Mme Rhizlaine Benachir, Vice- Présidente de Jossour Forum des femmes marocaines, coordinatrice du projet « Etude sur l’évaluation des mécanismes de promotion de la représentation politique des femmes au Maroc », a parlé, dans son introduction, des mécanismes de discrimination positive utilisés pour la promotion et la représentation politiques des femmes, mis en exergue depuis la mise en oeuvre de la Constitution et même avant. L’étape est pour Jossour de s’arrêter et de faire le bilan et l’évaluation de ce mécanisme au niveau communal, législatif et, aujourd’hui au niveau du Gouvernement. On est certes dans des avancées mais qui restent encore insuffisantes par rapport à la Constitution. Il s’agit, en marge de cette étude, de soupeser les points forts et les points faibles et de se poser certaines questions : Ces mécanismes sont-ils toujours valables et d’actualité ou faudrait-il penser à d’autres Faudrait-il juste les renforcer Ces mécanismes ont-ils pu être utilisés en faveur ou en défaveur des élues La démarche de l’étude est participative, impliquant toutes les personnes concernées et surtout les femmes élues au niveau local, régional et national. Tous les regards sont importants. Ce sont des témoignages, des expériences et des expertises de femmes qui ont vécu la problématique de la représentation politique féminine, elles ont subi cette discrimination positive sur le terrain. Le plus important, c’est d’avoir une remontée d’informations du terrain. Trois table-rondes sont organisées dans ce cadre, la première qui avait réuni toute la région de Rabat et du sud de Rabat. A Tanger, dans le souci de la collecte d’informations, ce sont des témoignages et d’expertise de femmes issues de Larache, d’El Hoceima, de Tanger, d’Oujda. En septembre, une conférence internationale rassemblera des expériences externes, au delà de la Méditerranée, de l’Amérique Latine et de l’Afrique. On peut s’imbiber de pays qui vivent les mêmes contraintes dont certains pays du Maghreb : la Tunisie, l’Algérie, l’Afrique Subsaharienne ou autre, s’inspirer de ces échanges et les adapter au contexte marocain. Cette étude est voulue interactive et avoir un impact sur les prochaines élections, au même titre qu’au niveau d’autres institutions qui vont être mises en place telles que l’APALD, les commissions de l’égalité au niveau communal…

Aucun impact réel de la liste nationale et de la liste additionnelle au niveau de l’accès des femmes aux fonctions électives

Pour Mme Batirtze Eguiluz Herrera, Coordinatrice de Programme FES, Freiedrich Ebert Stiftung, il s’agit de dresser un diagnostic de la représentation politique des femmes au Maroc, en partenariat avec Jossour FFM, une association engagée depuis 20 ans dans la promotion des droits des femmes marocaines. Ces débats intenses, ces échanges et expériences, selon une approche participative, revêtent une grande importance surtout que les progrès réalisés au Maroc sont jugés insuffisants, attestés par les statistiques. D’après les données de l’Union interparlementaire du 1er décembre 2016, le taux de présence féminine dans les parlements des Etats arabes, toutes chambres confondues a atteint les 18,2%. Pour ce qui est des élections législatives du 7 octobre 2016 au Maroc, la Représentation Politique des femmes au sein de la chambre basse a atteint 20,5%. 11,7% de sièges sont occupés par des femmes. Aussi, d’après l’étude intitulée : « L’impact du système électoral sur la représentation politique des femmes au niveau local et régional », élaborée en 2014 par le « Mouvement pour la démocratie paritaire », en partenariat avec l’ONU-Femmes, atteste que les mesures de discrimination positive, en l’occurrence, la liste nationale et la liste additionnelle ont contribué à l’augmentation du nombre des femmes dans les mandats électifs sans laisser un impact réel au niveau de l’accès des femmes aux fonctions électives. Ces mesures renvoient directement aux principes de charité, de dons et nullement aux principes de respect des droits fondamentaux, ce qui n’est pas escompté. La démocratie est un incubateur de la démocratie. La première rencontre régionale sur Rabat avec des militantes politiques, associatives, les médias, ainsi que les membres de la communauté académique du centre et du sud du Royaume a permis de faire remonter certaines informations très intéressantes via des témoignages éloquents. L’approche participative a été adoptée pour une mobilisation en faveur de l’égalité. Dans ce contexte, la FES, Fondation à caractère politique, soutient la société civile marocaine dans la création d’espaces de réflexion et de dialogue en matière d’égalité dans le domaine de la représentativité politique. Et ce, afin de contribuer à la consolidation de la démocratie par la construction d’une société inclusive respectueuse des droits humains de tous les citoyens et citoyennes. D’autant plus que le Maroc est passé par trois processus électoraux cruciaux en 2015 et 2016. La Fondation politique allemande souscrit fermement à la valeur universelle de l’égalité. L’égalité de tous les citoyens devant la loi, l’égalité devant le suffrage, l’égalité des chances et l’égalité entre les hommes et les femmes. L’égalité étant le principe fondamental de la parité. D’où l’intérêt de parachever le processus de consolidation d’un régime démocratique.
La représentation des femmes est-elle effective au niveau des instances élues
Mme Bouchra Bouchentouf, membre de Jossour FFM s’interroge sur l’effectivité de la représentation au niveau des instances élues, encore faible quoique de gros efforts aient été consentis par la société civile et les mouvements féministes et qui vise le changement du statut juridique. Les acquis constitutionnels ont-ils joué leurs rôles L’article 19 qui prône l’égalité, le quota, les institutions mais encore et toujours des contraintes. Après la première étape des 2 et 3 mars sur Rabat, le débat pour la promotion de la participation politique des femmes change de cap. Après les dernières élections communales et législatives, ce long processus de concertation en cours va déboucher sur des recommandations et non des slogans, dont la finalité, c’est réussir ce projet. A condition, bien sûr, qu’il y ait une bonne volonté politique pour mieux percer. Le quota, argumentaire jugé non représentatif des femmes La Consultante Ouafae Ben Abdennebi a fait la présentation de l’étude proprement dite et les axes de travail et d’intervention. Il est temps de mettre en place des indicateurs pour faire évoluer la représentation politique des femmes et la performance des mécanismes y afférents, sachant qu’il y a des mécanismes qui fonctionnent dans certaines villes du Royaume et d’autres non. Mais aussi, d’évaluer cette problématique, sur la base de ses avancées, de ses acquis et de ses mécanismes institutionnels et législatifs. Le constat flagrant, c’est que le champ politique reste majoritairement masculin. Pourtant le contexte national est favorable au plus haut niveau de l’Etat, la société civile est très active et réactive, l’accès des femmes est une nécessité économique et institutionnelle des droits des femmes, la Constitution de juillet 2011 prône l’égalité effective et favorise les mécanismes d’action et tout le contexte législatif national est partie prenante : Code du travail, Code de la famille, Code Pénal, les statistiques nationales et sectorielles… Au niveau des engagements internationaux, il y a la CEDAW contre les discriminations… Au niveau des mécanismes législatifs et institutionnels pour la représentation rolitique des femmes se sont ajoutées, depuis 2002, d’autres mesures encourageantes telles que la liste nationale, la charte nationale, certains mécanismes à la chambre des représentants et des conseillers, des lois organiques. Ce qui a contribué à améliorer les résultats. Au niveau des collectivités territoriales, le quota est de 27% de sièges décernés aux femmes au niveau communal et de 30% au niveau régional. Seulement, le constat général, c’est que ces taux ne reflètent pas les directives constitutionnelles et c’est un argumentaire jugé non représentatif. 81 femmes au parlement en 2016 à la chambre des représentants. Pour la Chambre des conseillers, c’est 13 femmes sur 120 sièges, c’est très faible surtout que la gent féminine représente plus de 51% de la population. Et comme il n’y a pas de démocratie sans égalité Hommes-Femmes, il est temps de proposer de nouveaux mécanismes et bonnes pratiques, de mobiliser l’opinion publique et les décideurs politiques en faveur de l’égalité Homme-Femme. La conférence internationale prévue pour le mois de septembre réunira la Tunisie, l’Algérie, le Cameroun, l’Allemagne, la Belgique et fera le benchmarking. L’avenir est garant quant à la liste nationale et la parité. Dans certains pays, d’ailleurs, même si la parité est constitutionnelle, elle n’est pas encore acquise. L’évolution chiffrée des statistiques a-t-elle eu un impact positif au niveau des mentalités Il faudrait un lien entre la représentativité politique des femmes et la lutte contre les discriminations. Mme Fouzia Assouli, Présidente de la Fondation des femmes de l’Euro- Méditerranée, Présidente fondatrice de la Fédération ligue des droits des femmes est une grande militante associative sans aucune casquette politique, mais qui suit l’évolution, toujours de près. La représentation effective est ce qui est préconisé au niveau des postes de prise de décision, des communes et du parlement et c’est un rôle partagé par les mouvements féministe et féminin, ce sont des défis à relever. On a besoin de cette étude de Jossour, en matière de termes de référence, l’association étant une force de propositions. Le débat regroupe le mouvement féminin, des activistes au niveau des universités, cette grande synergie ne peut déboucher que sur des acquis pour les femmes en matière de droit à la représentation politique, à la décision et à l’égalité. Le quota est un mécanisme jusqu’à l’accès à l’égalité qui n’est pas à fortiori 50/50, mais le droit à la démocratie. Et, l’APALD qui n’a encore vu le jour. Les contraintes culturelles, les mentalités, la masculinisation de la sphère politique, autant de contraintes qui freinent le levier du changement. Nous avons des chiffres qui n’atteignent même pas le tiers qui est le minimum sensé montrer l’impact de la présentation politique des femmes. Ce chiffre, malgré son évolution, a-t-il un impact positif au niveau des mentalités D’où l’intérêt du plaidoyer. La vision du mouvement féministe marocain, c’est d’instaurer le quota avec des termes d’alternance. La Constitution marocaine ne dispose pas de dispositions positives. La charte a été proposée pour y arriver. On ne voulait pas avorter cette expérience mais on fait le plaidoyer pour un mécanisme qui ne soit pas perçu comme une rente. Il devrait y avoir une relation entre le mécanisme juridique et la culture, toujours faire le lien entre la représentativité politique des femmes et la lutte contre les discriminations et remettre en compte leurs rôles. Malheureusement, il y a une reproduction des rôles et des stéréotypes. Dans le cadre juridique, le principe constitutionnel homme-femme devrait être en premier plan. On garde cette dichotomie dans la loi entre le spécifique et l’universel. Ces mécanismes qui ont fait monter des femmes ont-ils fait évoluer les perceptions Le grand handicap, ce sont les partis politiques. Les mesures positives financières sont encore des contraintes, cela a permis l’accès et fait avancer les choses, mais, à moyen terme et au long terme. A l’horizon 2021, il faudrait travailler sur la proposition des mécanismes, faire évoluer l’argumentaire et faire le plaidoyer au niveau des partis politiques et des médias.

23/4/2017
Lu 2861 fois
| |
 
Dépakine : Des milliers de malformations chez les enfants exposés

Reuters

Entre 2.150 et 4.100 enfants ayant été exposés in utero au valproate, la substance active de l'antiépileptique Dépakine de Sanofi, et à ses dérivés sur la période 1967-2016 seraient atteints d'au moins une malformation congénitale majeure, selon une estimation pour la France établie par une étude des autorités sanitaires publiée jeudi. "Le nombre total d'enfants exposés in utero à l'acide valproïque atteints d'au moins une malformation congénitale majeure en France sur l'ensemble de la période depuis la commercialisation de l'acide valproïque (1967 à 2016) se situerait dans une fourchette entre 2.150 et 4.100", peut-on lire dans les conclusions de cette étude menée par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) et la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts). Ce chiffre a été obtenu par extrapolation d'une analyse portant sur près de deux millions de grossesses sur la période 2011-2015. Sanofi a indiqué que ces chiffres faisaient appel à des hypothèses non vérifiables et devaient être "interprétés avec prudence". Le groupe, dans une déclaration transmise à Reuters, a dit avoir fait preuve d’une "totale transparence" vis-à-vis des autorités de santé et a rappelé avoir pris l’initiative d'actualiser l’information médicale destinée aux médecins et aux patients. La base de données nationale de l'assurance maladie a permis aux auteurs de cette étude de rechercher, chez des enfants ayant été exposé in utero au valproate et à ses dérivés, 26 maformations congénitales majeures parmi lesquelles figuraient notamment des atteintes sévères du cerveau ou du coeur. Leurs résultats "confirment le caractère hautement tératogène (qui provoque des malformations-NDLR) du valproate", précise l'ANSM dans un communiqué. Ils mettent également en évidence un degré de risque différent selon l'affection traitée, probablement du fait d'un niveau d'exposition variable en fonction de l'indication. "Le risque de malformations congénitales majeures, par rapport à la population générale, est globalement quatre fois plus élevé chez les enfants nés d'une femme traitée par valproate pour une épilepsie, alors qu'il est deux fois plus élevé lorsqu'elle est traitée par valproate pour un trouble bipolaire", explique l'ANSM. Les risques de malformations liés à la prise d'acide valproïque pendant la grossesse ont été établis dès le début des années 80 mais le renforcement de l'information des patientes n'a commencé à être mis en place que trente ans plus tard. Un premier volet de cette étude portant sur le valproate et ses dérivés, publié l'été dernier, avait mis en évidence que 14.000 femmes enceintes avaient été exposées à cette molécule entre 2007 et 2014 alors que les dangers pour les enfants à naître étaient déjà connus. Une troisième analyse, dont les résultats sont attendus pour le second semestre, portera sur les troubles neurodévoloppementaux chez les enfants exposés in utero. (Myriam Rivet, avec Matthias Blamont et Dominique Rodriguez, édité par Yves Clarisse)

23/4/2017
Lu 4144 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Témoignage de Mme Rabiaa, maman d’un enfant atteint d’un handicap : Nécessité d’adapter les contrôles, présence d’accompagnateur et temps supplémentaire, une nécessité vitale lors du passage des examens
Parti de l’Istiqlal : Congrès extraordinaire samedi prochain
L’intégration des Espoirs dans le collimateur : Quels débouchés pour les joueurs espoirs ?
Tennis : 17ème Grand Prix Lalla Meryem : Le président de l’U.S Cheminots Haj Mohamed Smouni : « C’est le meilleur plateau de l’Histoire »

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
Polémique autour des examens de passage pour enfants en situatoin d’handicap : Tiraillements entre MEN, société civile et parents d’élèves

Dossier réalisé par Bouteina BENNANI

Entretien avec Mme Sabah Zemmama, Présidente de l’UNHAM Origine de la problématique


Droit à l’accompagnement pour les personnes en situation d’handicap mental : Le ministère de l’Éducation nationale dément son annulation

 
   
  Chronique
 
Littérature japonaise : Le Haïku
Par Idriss Shah Badidi

Modernes, gagnez en classiques !

Anis HAJJAM
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Du 6 au 13 mai à Essaouira / 2ème International Windsurf Tour
 La DGI, la TGR, la Douane et CIH… se dématérialisent
 Maroc/Sultanat d’Oman : Mémorandum d’entente dans les domaines juridique et judiciaire
 Maroc-BID : Soutien technique en matière d’emploi et de financements participatifs
 Aperçu sur l’agriculture bio en l’Italie, invité d’honneur au SIAM
 Financement des PME : Don saoudien de 100 millions de dollars
 Squelette du dinosaure marin qui a failli être vendu en France : Enfin restitué au Maroc
 L’enfer des migrants
 Comité Exécutif de l’Istiqlal : L’accord scellant l’homogénéité du parti et l’unité de ses rangs hautement salué
 Détenus condamnés pour extrémisme et terrorisme : La DGAPR dément l’ouverture d’un dialogue


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems