Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Casablanca   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
    Kénitra : SM le Roi donne une nouvelle fois corps à Sa vision en faveur de la promotion des conditions des jeunes et de la femme...      SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d’inauguration du service de Médecine Interne de l’hôpital Ibn Sina après sa réhabilitation...      Le coût social des accidents de la route au Maroc atteint 2, 5% du produit intérieur brut ...      Appel à la concrétisation du projet de tunnel de Tizi N’Tichka...  
 
 
 
        Sport
  Rachid Taoussi, nouveau sélectionneur de l’équipe nationale de football
Taoussi et le grand défi de redorer le blason du football marocain

Le cadre marocain Rachid Taoussi, nommé samedi soir par la Fédération Royale Marocaine de Football à la tête de la barre technique des Lions de l’Atlas et de la sélection nationale des locaux, aura pour principale mission de redorer le blason du ballon rond national, après des années de vaches maigres.
Ce natif de Sidi Kacem (1956) succède ainsi au Belge Eric Gerets, remercié la semaine dernière par la FRMF, après la défaite des nationaux, le 9 courant en déplacement chez la modeste équipe du Mozambique (0-2), pour le compte du 3ème et dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN-2013), prévue du 19 janvier au 10 février 2013 en Afrique du Sud.
Le cadre national, auteur l’an dernier d’un triplé historique à la tête de la direction technique du Moghreb de Fès (Coupe du Trône, Coupe de la Confédération africaine et super coupe africaine), semble, indubitablement, l’homme de la situation. Il aura pour objectif immédiat de remonter le moral des Lions de l’Atlas en prévision du match retour contre les Mambas du Mozambique, prévu le 13 octobre prochain à Marrakech.
Certes, la mission de l’équipe nationale est difficile, mais les deux buts d’écart paraissent surmontables à condition de se doter d’une volonté d’acier et de croire en ses chances jusqu’au bout.
Rachid Taoussi, entraîneur chevronné dont le palmarès est étoffé d’une Coupe d’Afrique des Nations remportée avec l’équipe nationale juniors en 1997 au Maroc, était candidat à ce poste aux côtés de l’ancien sélectionneur national, Baddou Zaki, et des actuels entraîneurs des clubs du Raja de Casablanca et du Moghreb Tétouan, dans l’ordre, M’hamed Fakhir et Aziz El Amri.
Au-delà du plan de travail proposé par Taoussi devant la commission chargée de désigner un successeur à Gerets, l’homme avait fait part à maintes reprises de son enthousiasme de prendre en main l’équipe nationale A et de sa détermination à former une sélection forte et compétitive capable de retrouver sa place de grande nation du football africain.
«C’est l’opportunité que j’attendais depuis longtemps. Je n’ai jamais entraîné l’équipe nationale, comme ce fut le cas pour Baddou Zaki, Fethi Jamal ou encore M’hamed Fakhir. J’espère que celle-ci sera la bonne. Je n’épargnerais aucun effort pour redonner au football marocain ses lettres de noblesse», avait-il déclaré à la presse.
Quart de finaliste de la Coupe du monde juniors (Malaisie-1997), Taoussi a débuté sa carrière de joueur au club de l’Union Sidi Kacem (1977) avant de rejoindre en 1989 l’AS FAR. En tant qu’entraîneur, il a pris en main les clubs de l’Union Sidi Kacem (1992-1993), l’AS FAR (1999-2000), le Wydad Casablanca (2003), l’Ittihad Tanger, le KAC (2004) et le Moghreb de Fès (2010-2012). En 1994, il a présidé aux destinées de la sélection marocaine des cadets avant d’entraîner celle olympique (1998-1999).
Taoussi, ancien directeur technique du club émirati d’Achabab (2005-2007) et directeur sportif d’Al-Aïn (2007-2008), a occupé également les postes d’entraîneur adjoint du sélectionneur national Henri Michel (1996-1998) et de directeur technique des équipes nationales (2000-2002).
Il a signé en fin de la saison écoulée un contrat avec l’AS FAR, qu’il a conduit la semaine passée à une victoire de prestige sur le Wydad Casablanca (2-0).

24/9/2012
Lu 213 fois
| |
 
Taoussi, un nouveau « Lion » de l’Atlas

Hamid YAHYA

La Fédération Royale Marocaine de Football a annoncé finalement samedi soir le nouveau sélectionneur de l’équipe nationale marocaine en remplacement du Belge Eric Gerets.
En effet, la commission chargée de nommer le sélectionneur marocain a enfin tranchée, après une semaine de discussions et consultations et une réunion marathonienne samedi dernier au sein des bureaux de la Fédération.
C’est le natif de Sidi Kacem Rachid Taoussi, actuellement sous contrat avec les FAR, qui l’a remporté devant ces concurrents et collègues Zaki, Fakhir et Amri. Ces deux derniers étaient éliminés depuis le premier tour alors que la concurrence a battu son plein entre les deux fils de Sidi Kacem : Taoussi et Zaki.
Zaki justement qui avait les faveurs du public et était présenté comme le grandissime favori, a été confronté à une opposition farouche de deux membres de ladite commission. Il s’agit de Nourredine Naybet et Hakim Doumou qui étaient catégoriques contre son retour à la tête des Lions de l’Atlas.
Ce refus de Zaki et la nomination de Taoussi ont soulevé la colère du public présent sur les lieux qui a arrosé les locaux de la fédé de pierres…et aussi causé une grande pagaille devant la porte du siège des fédérations…où il s’est mêlé les hommes de la presse, les agents de sécurité, les dirigeants de clubs et les curieux…
Donc, le choix de Rachid Taoussi, 56 ans, ancien joueur de Sidi Kacem et des FAR Rabat dans les années 1970 et 80, était une surprise pour les uns et tout à fait normal pour les autres. Surtout après que son projet a convaincu la commission chargée d’auditionner les candidats en lice.
Rachid Taoussi, qui avait entraîné plusieurs sélections de jeunes et était aussi ex-adjoint de Henri Michel lorsque il était sélectionneur du team national dans les années 90, jouit d’une bonne réputation et dispose d’un palmarès très honorable en raison de sa réussite, l’année précédente, d’une saison exceptionnelle, marquée par un triplé historique (Coupe du Trône-Coupe de la CAF-Super coupe d’Afrique) sans oublier qu’il avait remporté la Coupe d’Afrique des Nations juniors en 1997.
Si les modalités de son contrat avec la FRMF qui s’étend jusqu’à 2015, n’ont pas été révélées, sa tâche s’annonce ardue puisque l’équipe nationale est appelée à s’imposer par trois buts d’écart, le 13 octobre à Marrakech, face au Mozambique.
Taoussi est appelé aussi à se pencher sur la qualification de la sélection nationale pour le Mondial-2014 et sur la préparation de la CAN-2015, qui se déroulera au Maroc.

24/9/2012
Lu 216 fois
| |
  Les questions
Taoussi en équipe nationale

BABA

Il aura fallu attendre plus qu’il n’en faut pour finalement découvrir le nom du futur sélectionneur national en la personne de Rachid Taoussi. La décision de la Commission de la FRMF n’a pas réellement répondu au désir intense de la Vox Populi, ni du Parlement, ni du Gouvernement ! Elle a agi autrement mais peut-être selon des critères qu’elle seule connaît car dans un monde où la communication au sein de la FRMF n’a jamais été sacrée, on ne peut que se fier aux rumeurs qui continuent d’alimenter la rue marocaine.

Profil de
la Commission
  
Au premier abord, il faut reconnaître que l’idée de la Commission est géniale et démontre la volonté de la FRMF à déployer tous ses efforts pour rester à la fois neutre et plus sérieusement : démocratique ! N’empêche, les éléments choisis n’ont pas été ceux espérés, du moins ils n’ont pas l’étoffe de grands connaisseurs dans le domaine technique et même le profil idéal pour élire selon des normes adéquats !

Le duel Naybet-Zaki
  
Ce qu’on a lu et vu de terrible sur Naybet sur facebook où l’on l’accuse d’être un fervent adversaire de Zaki au point que certains « facebookois » appellent à intenter un procès contre  Naybet qui, d’après eux, serait à l’origine de la non désignation de Zaki ! Toujours dans un monde où l’information n’est pas dans son vrai sens, tout est possible !

Le   choix
   
Le choix de Taoussi n’a pas plu à tout le monde bien qu’il soit un cadre national, tout simplement parce que la Voix du Peuple n’a pas, encore une fois, été entendue et partant de là, tout ce que peut rapporter ou apporter Taoussi ou la FRMF, n’aura pas le même goût pour ce large public qui se considérera comme négligé car sa voix n’a pas été entendue comme il l’espérait.

Le revers de la médaille
  
Tout un chacun sait parfaitement le caractère intransigeant de Zaki qui ne recule jamais sur ce qu’il pense et n’entend aucunement céder au-delà de ses idées et ce qu’il pense, lui, et non  pas ce que pensent les autres. Sûr qu’il aura aspiré à des intentions particulières qui n’auraient pas été de l’avis de la Commission et de le contraindre à « laisser tomber » car sachant pertinemment qu’il ne va pas avoir les mains libres pour mieux agir à sa guise, contrairement à Taoussi qui peut toujours s’adapter aux desseins qu’on lui propose sans le moindre reproche ou recul.
A  la  Gerets !
 
A part l’équipe nationale juniors avec laquelle il a remporté la CAN à Fès (tiens tiens, Taoussi a trouvé tout son bonheur dans cette ville ! Et si on joue le Mozambique à Fès  ), notre cadre national n’a de vifs succès qu’avec le MAS et de beaux jours avec d’autres équipes ! Son personnage, trop lié avec ce genre de sujets, pourra t-il s’en sortir avec une vraie équipe nationale qui regorge de plusieurs problèmes  Aura-t-il le courage demandé de bien décortiquer les fils conducteurs qui mènent à la stabilité souhaitée sans qu’il ne tombe sous la tutelle de X ou Y  On le lui souhaite…

L’ombre  chinoise
  
On craint fort pour Taoussi qu’il ne soit dirigé par cette ombre chinoise qui se terre dans l’anonymat et qui fait le beau et le mauvais temps au sein des joueurs de l’équipe nationale, du staff et des clubs et qui se trouve souvent même parmi certains de nos dirigeants, conseillers de clubs, directeurs techniques de nos clubs, administrateurs…

Le  réalisme
  
Si Taoussi est plus connu par son style oral et démonstratif sur la façon de conduire son projet qui renferme actes futuristes et débats sentimentaux, n’en demeure pas moins que Taoussi est désormais entré dans une phase davantage sérieuse et compliquée où le sens de la complaisance ou le sentimentalisme doivent être exclus et n’ont pas de place …qu’il prenne exemple, le dernier, sur Gerets lui-même jeté en pâture par ses propres jetons !Alors, que Taoussi prenne conscience qu’il est là pour relever un nouveau défi contre lui-même, contre ses principes et même contre la Vox Populi qui ne l’a jamais demandé ou sollicité comme Zaki ! Fini le temps de l’indulgence…qui tue !

Le  terrible
 
En choisissant Taoussi, on veut prendre cela avec plus d’attention, puisqu’à bien des égards, on peut le situer là où le mal peut se développer car notre football est trop improvisé et peut, à tout moment, s’inventer des dimensions inattendues Espérons donc que la phase promotion de notre football puisse avoir une marche triomphale avec Taoussi, s’il sait profiter de beaucoup de ressources qu’il lui faut exploiter à bon escient. On sait qu’il a la motivation nécessaire, pour peu qu’on le laisse tranquille. Bonne chance !

24/9/2012
Lu 800 fois
| |
  Quand Arriyadia annonce Taoussi en clair sur ses écrans une demi-heure avant le communiqué de la FRMF
Anticipation ou avantage


BABA

Au moment où devant le siège des Fédérations une bataille rangée sans merci  avec des échauffaurées intenses qui se sont créées dans cette enceinte des plus exiguës, sous un soleil de plomb sans moindre attention particulière ou la plus petite bouteille d’eau, entre une quarantaine de journalistes, photographes, curieux, protestataires, facebookois,...pour pouvoir s’accaparer de la nouvelle de la désignation du futur sélectionneur national, les téléspectateurs assidus de Arriyadia qui étaient sur le point de suivre en direct la rencontre DHJ/HUSA, ont été surpris de lire sur leur écran un “Aàjil” qui stipule que la FRMF vient de désigner Rachid Taoussi sélectionneur national !!! Une demi heure après, Karim Alem sorti de la réunion fédérale, annoncera alors dans la plus grande des “Fawda” la nomination de Rachid Taoussi !!! Qu’est ce à dire Est-ce une anticipation de la boite sportive ou y a-t-il un mouchard  fédéral qui traite avec Arriyadia A vous de commenter...  

24/9/2012
Lu 1043 fois
| |
  Une ville fière de son enfant
Sidi Ka…

Nourreddine Regragui

Elle l’a vu naître et grandir, Sidi Kacem, ville pétrolière mais aussi célèbre pour son USK. Cette USK qui, lors des années 60/70, avait réussi l’exploit de prendre le meilleur sur les équipes casablancaises au …Stade d’Honneur  et aussi faire mordre la poussière aux MAS, ASFAR, RSS sur son mythique municipal devenu plus tard, Stade Colonel Al Allam.
Sidi Ka, c’est les Amri, Ben Driss, Dahane, Sliten et, auparavant, les pionniers, feus Driss Garti, Medor, Abdallah Chaoui, la famille Regragui, Bakatir, Belmejdoub, Haj Saïd le père à Rachid.
Petite ville mais qui va donner une génération de joueurs talentueux dont Rachid Taoussi, un excellent médian et non défenseur comme c’est posté sur Internet et ses dérivés. Du talent sorti de la célèbre « Msellah », les Lamidon, Bellahmar, Bsilla et Garanti donnaient des garanties que le Milan AC local, le Sidi Ka aux couleurs rouge et noir ne lâcherait pas l’adversaire.
Talent de footballeurs, le produit Kacémi va faire carrière en matière d’entraîneurs de football. Etudes et mises à niveau, qualités et profils. Aziz Amri déclaré champion en 2012 chez le MAT, Hassan Regragui apprécié à Al Hoceima, Tanger et aujourd’hui à Oujda, Rachid Taoussi auparavant champion d’Afrique juniors en ….1997, double champion d’Afrique avec le MAS (2012) et aujourd’hui à la tête du football national, l’ascension est là, elle est méritée et tout Sidi Kacem se trouve fière de voir son enfant s’occuper à mettre de l’ordre chez les lions de l’Atlas. « Oui, au nom de toutes les forces vives de Sidi Kacem, nous déclare Mohamed Tahiri du très célèbre quartier Sahraoua; ça nous comble de bonheur de voir Lamaâlem Rachid porter haut les couleurs de la ville pétrolière et partant, celui de tout un peuple qui n’a qu’une seule envie : retrouver la force d’Al Mountakhab. Un miroir qui a besoin de reluire et je suis certain que Taoussi, choix judicieux, lui qui a les qualités de technicien à la Guardiola, homogénéité, sérénité, spectacle et efficacité, j’ajouterais, même fédérateur…Rachid réussira ».



24/9/2012
Lu 3666 fois
| |
  Basket-ball
La balle orange nationale face à son nouveau destin !

Saïd B Cherki

Depuis la débâcle des Lions de l’Atlas face aux Mozambicains, le nom du successeur à Sieur Eric Gerets tient le haut de l’actualité sportive nationale, et même en dépit de ses mauvais résultats avec le groupe Maroc, l’ex patron du team national ne rentre pas au pays les mains vides, mais avec l’argent du beurre. Heureusement qu’on ne fait pas appel des gens d’outre mer pour présider nos fédérations, ma foi, avec les résultats que connaissent certains fédérations…, ce préambule posé, si en football le choix de l’entraîneur national est une affaire d’Etat, les autres fédérations en général, et celle du basket-ball en particulier de doit pas rester hors jeu, et au vu de ce qui se trame autour d’elle, on doit lui accorder une bonne place à cette initiative. Evidemment, le basket-ball n’a pas la même frénésie footballistique, mais ne doit pas brosser à chaque fois son tableau noir.
Aujourd’hui et plus que jamais, le basket-ball national est en crise. De Tanger en passant par Berkane, Al Hoceima, Oujda, Fès, Salé, Rabat, Casablanca, Essaouira, Agadir, Tan-Tan, ça sent le roussi, avec les démissions de quatre membres du bureau fédéral, à qui on peut ajouter, de manière déguisée, celle de M. Mohamed Dinia, président de la fédé. Oui, le basket-ball national est en crise. Le rôle des responsables des clubs et ligues à leur tête le ministère de tutelle, est surtout de trouver des solutions aux dérives que connaît le basket-ball national, par le truchement d’une gestion moribonde. Il faut en finir avec la tricherie, de duper les gens. C’est beau d’entendre par ci et par là des gens scander des réformes pour le basket-ball national, mais les paroles s’envolent, et les écrits restent.
Le jour de l’assemblée générale, il faut regarder les choses en face, ni se voiler la face pour dire les quatre vérités, mais pour trouver des solutions pour sortir la balle orange de sa torpeur. Une somnolence qui dure depuis 1980, l’année où le team national a obtenu la médaille de bronze au Championnat d’Afrique des Nations. Il est temps pour que les composantes du basket-ball national prennent leurs responsabilités, loin des discours feutrés, la situation du basket-ball mérite une large réflexion. Le problème du basket-ball national ne se situe au poste du président la Fédération Royale Marocaine de Basket-ball, mais faire valoir ce que préconise le futur président, comment réactiver et relancer le basket féminin, comment optimiser l’utilisation des ressources existantes, et rechercher de nouveaux moyens, un plan pour développer la formation, l’augmentation des licenciés jusque la insignifiant, des arbitres, le développement d’un nouveau programme avec les chaînes de télévisions et radios, agir auprès des collectivités locales pour d’autres formes d’aides pour les ligues, bref tout ce qui va permettre au basket-ball national pour sortir la tête de l’eau.
Le basket-ball national, est devant un tournant à ne pas rater, celui du changement, fini le temps où l’on peut lancer vaguement devant l’assistance ses réformes, ou de dire dans quatre ans, je vais monter sur la première marche du podium du basket-ball africain. Le sport national et le basket-ball avec entrent dans une nouvelle phase, celle de la transparence, car on a pris du retard.
Dans quinze jours, dit-on, les composantes du basket-ball national vont se retrouver au siège de la fédé, sise au complexe sportif Moulay Abdallah, pour prendre part à une assemblée générale élective, aussi c’est le meilleur moment pour discuter de l’avenir du basket-ball national, du moment que l’intérêt est commun, à savoir guider la balle orange vers un panier à trois points. Ceux ou celles qui vont prendre la parole pour apporter du l’eau au moulin fédéral, doivent agir dans l’intérêt du basket-ball, non le cautériser d’avantage.
La situation que connaît le basket-ball, tout le monde a une part de responsabilités, mais personne n’ose dire, ni de faire son autocritique.
Peut-on garder les bras croisés, de continuer à écouter les discours complaisants. Non, l’heure du changement frappe aux portes de la Fédération Royale Marocaine de Basket-ball, mais pas au premier son de cloche, être homme, c’est précisément être responsable ! Et la première responsabilité qui repose sur la conscience, de ceux ou celles qui vont passer aux urnes, il faut exiger de chacun ce que chacun peut apporter comme solutions au basket-ball national.
Fonder l’avenir, c’est d’abord et exclusivement penser présent !
Alors on va faire du neuf avec de l’ancien, les petits ruisseaux font les grandes rivières.
Une prise de conscience des uns et des autres, participer au retour d’une bonne gestion au sein de la fédé, il faut absolument participer, en finir avec les mauvais esprits qu’est la meilleure façon pour affirmer un bond en avant.
Le basket-ball est plus que jamais face à son propre destin.

24/9/2012
Lu 1108 fois
| |
 Une deuxième défaite évitée de justesse !
Elite-Pro / 2ème journée : FUS-OCS : 1-1

Hamid YAHYA

Vendredi dernier au complexe sportif Prince Moulay Abdallah, en ouverture de la deuxième journée de l’Elite-Pro, le FUS a été obligé au partage de points avec son hôte l’OCS, après son match nul, un but partout.
Auteurs d’une défaite décevante la semaine passée, le FUS et l’OCS ont entamé cette rencontre avec une extrême prudence. Prudence qui a poussé les deux équipes à ne pas s’aventurer trop et à serrer les rangs afin d’éviter une deuxième défaite…
En effet, après sa débâcle la semaine passée face au Raja (3-0), le FUS est passé tout près d’une deuxième défaite de rang en ce début de saison, devant des Safiots, défaits, eux aussi, à domicile face au voisin le DHJ (0-1).
Les deux formations ont commencé cette rencontre sur les chapeaux de roue multipliant les offensives à l’image des attaquants Benjelloun et Aroui pour le FUS, et Hamd Allah et Al Ouassil côté OCS.
Les Fussistes vont faire preuve d’inefficacité en ratant de occasions franches et de transformer plusieurs coups de pied arrêtés tirés respectivement par Laroui, Lirki, Batna et Benchrifa, où le gardien de l’OCS, Majdoubi, s’est distingué par ses arrêts spectaculaires.
Réduits à dix après l’expulsion de Mehdi Khermaj, les poulains de Abdelhadi Skitioui qui a déclaré à la fin de la rencontre qu’il mettra la clé sous le paillasson, décidés de ramener les trois points de la victoire de Rabat, vont surprendre les locaux en ouvrant la marque, à la 76ème minute, par Abderrazak Hamd Allah qui a battu le portier fussiste Issam Badda.
Les représentants de la capitale ne vont réussir à remettre les pendules à l’heure que dans le temps additionnel par l’intermédiaire de Abdeslam Benjelloun qui sauva son équipe d’une défaite à domicile.
Sur ce, l’arbitre de la rencontre M. Mounir Mabrouf siffla la fin de la rencontre. Un nul équitable pour deux clubs qui doivent se ressaisir dans les prochaines journées…


Résultats des matches avancés

FUS-OCS : 1-1
RSB-MAT : 0-0
MAS-CODM : 0-0
DHJ-HUSA : 1-1

24/9/2012
Lu 8301 fois
| |
  DHJ-HUSA: 1-1
Les Soussis et les Doukkalis, dos à dos !

Abdellatif CHERRAF

Les Soussis ont surpris d’emblée les Doukkalis par la transformation d’un coup franc, bien brossé du pied gauche de Yassine Bessate, en pleine lucarne, Laâroubi pris à froid, n’y a vu que du feu (8ème mn). Ce but provoqua l’explosion de joie de la poignée des supporters de l’HUSA… il a fallu attendre la pénétration de Mehdi Karnass et son fauchage en pleine surface de réparation par un défenseur gadiri pour que l’arbitre siffle le penalty en faveur d’El Jadida que Zakaria Hadraf transforma merveilleusement (35ème mn). La marque s’arrêta à un but partout et le match continua, tant de bien que mal par un football de niveau très moyen pour ne pas dire brouillon! Ni les poulains de Milani ni ceux de Mustapha Madih n’osèrent tenter des tirs de loin pour surprendre les gardiens! C’est vrai que, durant la seconde période, les locaux se sont montrés audacieux mais leur jeu était stérile et peu convaincant. C’est vrai aussi que les visiteurs se sont cantonnés en défense pour ne pas encaisser de but dans l’espoir de surprendre les Jdidis sur un contre mais ni leur stratégie ni celle des Doukkalis n’a marché! D’où la léthargie du match qui laissa les quelques spectateurs sur leur faim! Notamment la tribune d’honneur qui était à moitié pleine de dirigeants d’Agadir dont l’ex président et actuel directeur général du club Soussi, Abou Kassem. Ce dernier et sa suite ont été bien accueillis par l’ex président du DHJ Abdallah Ettoumi…Et dire que Saïd Kabil, l’actuel président du DHJ, ne cesse de briller par son absence. Il n’était même pas là pour recevoir Mouad Jamaï et ses proches collaborateurs, le secrétaire général et le directeur du cabinet! Chose qui n’a pas plu au gouverneur de la province d’El Jadida qui n’a pas manqué de le dire au secrétaire général du DHJ! Cela dit, la séparation dos à dos des Doukkalis et Soussis n’arrange pas les affaires des Jdidis qui seront appelés à cravacher dur face au Maghreb de Tétouan lors de la prochaine journée pour sauver leur peau! Avant de boucler ce chapitre nous ne pouvons passer sous silence le mauvais éclairage du stade Al Abdi. Par contre, toutes nos félicitations au jeunes arbitres qui ont dirigé la rencontre DHJ-HUSA. Il s’agit du trio Allam Mohammed, Salah El Wafi, Abderrahmane Berrouade.


24/9/2012
Lu 8515 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Réalisation d'une transplantation d'utérus de mère à fille en Suéde
Appel à la concrétisation du projet de tunnel de Tizi N’Tichka
Explosion accidentelle d’une bonbonne de gaz à Ben Ahmed Dix blessés légers
Elite-Pro / 2ème journée : FUS-OCS : 1-1
Les Soussis et les Doukkalis, dos à dos !

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
 Un projet relativement réussi, mais un échec pour les points de lecture

S.A

3274 livres prêtés en 2011, dont 932 pour les moins de 13 ans

S.A

Médiathèque de la ville de Larache

Mohamed Bourah
 
   
  Chronique
 
La main sur le Coeur
Mohammed SEDRATI
 
  Télégramme
 

Le Prix national de la presse, ouvert du 20 septembre au 20 octobre, ressemble à un « souirti moulansuite

 
   
   Articles les plus lus
 

 Une nouvelle ère
 Réalisation d'une transplantation d'utérus de mère à fille en Suéde
 Médiathèque de la ville de Larache
  Un projet relativement réussi, mais un échec pour les points de lecture
 3274 livres prêtés en 2011, dont 932 pour les moins de 13 ans
 Le Maroc en tête des pays tiers exportateurs vers l’Union européenne
 
 Madrid affiche une «réelle volonté politique» pour établir des «relations stratégiques» avec le Maroc  
 Le Maroc appelle à une mobilisation urgente de la communauté internationale pour faire cesser les violences en Syrie  
 Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de loi et de décret relatifs au secteur de la santé


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems