Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    L’Istiqlal s’engage à soutenir et à protéger l’enfance: Elargir et renforcer la classe moyenne...      Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d’industrie pharmaceutique en Côte d’Ivoire...      Programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d’envoi ...      Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche ...      L’appel du Maroc a été entendu...  
   
 
        Nationale
 
Rentrée scolaire 2016-2017: SM le Roi donne le coup d’envoi officiel et lance l’Initiative Royale «Un million de cartables» à Tanger

SM le Roi Mohammed VI, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan, a donné, vendredi à l'école Moulay Youssef au quartier Beni Makada à Tanger, le coup d'envoi officiel de la rentrée scolaire 2016-2017, et lancé l'Initiative Royale "Un million de cartables" qui bénéficiera cette année à 4,182 millions d'élèves.
Ce geste royal, hautement symbolique, témoigne de la place de choix qu'accorde le Souverain au secteur de l’enseignement et Son engagement, fort et déterminé, en faveur du renforcement du système éducatif et de la consolidation du secteur de la formation professionnelle, considérés comme base du développement, clef d’ouverture et de promotion sociale, gage de protection de l’individu et de la collectivité contre les fléaux de l’ignorance et de la pauvreté, et meilleur rempart contre toutes formes d'extrémisme ou de fanatisme.
Il s’inscrit en droite ligne de la vision stratégique pour la réforme de l'Ecole marocaine (2015-2030) qui s’assigne pour objectifs l'édification d’une école à la hauteur des attentes et des ambitions des Marocains, une école nouvelle qui est celle de l'équité, de l'égalité des chances, de la qualité pour tous, de l'intégration de l'individu et du progrès social.
C'est dans le cadre toujours de ces efforts de réforme et de généralisation de l'enseignement fondamental que s'inscrit l'Initiative Royale "Un million de cartables", lancée par le Souverain en 2008 et reconduite chaque année depuis.
Mobilisant des investissements de l'ordre de 390 millions de dirhams, cette initiative, pilotée cette année par les organes de gouvernance territoriaux de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH), concerne l'ensemble des provinces et préfectures du Royaume et profite aux élèves de l'enseignement primaire et collégial, avec une priorité accordée au monde rural (64 pc).
Elle s'inscrit dans une démarche solidaire et tend principalement à garantir l'égalité des chances en matière d'enseignement et à lutter contre le phénomène de décrochage scolaire.
L'opération "Un million de cartables" fait partie intégrante de la stratégie nationale de soutien social aux enfants scolarisés et à leurs familles, dotée cette année d'une enveloppe budgétaire de plus de 2,149 milliards de dirhams. Cette stratégie prévoit également un programme de soutien financier aux familles pauvres "Tayssir" (777 millions DH) -une aide financière conditionnée par la scolarisation des enfants des familles bénéficiaires - ainsi que des programmes d'amélioration des services des cantines et des internats (948 millions DH) et du transport scolaire (34 millions DH).
A cette occasion, SM le Roi a visité des salles de classe de l’école Moulay Youssef, avant de procéder à la remise symbolique de cartables et de manuels scolaires au profit de dix élèves de l'école Moulay Youssef et de dix élèves du lycée collégial Al Aouama de la commune Al Aouama (préfecture de Tanger-Assilah).
SM le Roi Mohammed VI a ensuite posé pour une photo souvenir avec les enseignants et les cadres administratifs de l'école Moulay Youssef.
Le Souverain a, par la suite, procédé à la remise de huit minibus de transport scolaire au profit d’associations de parents d’élèves relevant de communes rurales de la préfecture de Tanger-Assilah. Ces minibus, acquis dans le cadre d’un partenariat entre l’INDH et l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), participeront sans nul doute à l'amélioration des conditions de scolarité et à la lutte contre la déperdition scolaire des élèves des zones rurales cibles.
Le nombre global des inscrits au titre de cette nouvelle année scolaire dans les établissements d'enseignement publics et privés (primaire, secondaire et qualifiant) est de 6.951.351 élèves, dont 2.722.002 en milieu rural.

26/9/2016
Lu 96 fois
| |
 
Programme électoral du Parti de l’Istiqlal : Pari gagnant du « Contrat pour la dignité » et raisons de voter Istiqlal

Mohammed BEROUAL

Conforté par son profond ancrage dans la société, par la force des valeurs qu’il défend et par les grandes avancées réalisées depuis l’indépendance du pays, à la faveur de la consolidation de la démocratie, du respect des droits de l’Homme et de l’amélioration des conditions de vie et d’existence des populations, le Parti de l'Istiqlal vit aujourd'hui, de façon intense, au rythme de la campagne électorale en perspective des élections législatives du 7 octobre prochain.
A travers son programme ambitieux et novateur, le Parti de l'Istiqlal exprime son ferme engagement à relever les défis auxquels le Maroc se trouve confronté aujourd’hui, et considère que c'est au prix d’une volonté résolue que l'on puisse réaliser l'essor
économique et social et ainsi favoriser l'avènement d'une citoyenneté digne et responsable.
Le programme qu’il défend ardemment aujourd’hui ayant pour devise « Un contrat pour la dignité » constitue ainsi une réponse appropriée à toutes les problématiques de l’heure dans la mesure où il met en évidence, outre la richesse des conceptions et la pertinence de l’approche, la nécessaire adaptation à l'évolution de l’environnement qui entoure notre société et dans lequel elle se meut et se développe. 
Une opportunité historique qui s’offre, donc, à notre pays à travers le programme du Parti de l’Istiqlal pour transcender les difficultés du contexte que nous vivons et faire entrer le Maroc dans la démocratie véritable.
Totalement mobilisé derrière Sa Majesté le Roi, guide du changement et des réformes, et en parfaite symbiose avec les attentes et les espérances des Marocains, le Parti de l’Istiqlal, qui y voit dans cette campagne électorale une opportunité d’intenses débats, d’échange et de partage, mesure à juste titre et avec beaucoup de fierté, le sens et la portée d'un programme qu'il considère d'une profonde portée démocratique, d’une profonde portée sociale et d’une profonde portée économique.
Chiffres à l’appui : Ce programme, qui compte 556 mesures devant aboutir à 90 objectifs et 64 engagements, mérite à ce que tout un chacun s’y arrête compte tenu de sa richesse et des opportunités qu’il offre en terme de performance et de résilience de notre économie. Sur ce chapitre et sur bien d’autres, voici ce que l’Istiqlal défend :
Un taux de croissance non agricole à réaliser en 2021 de l’ordre de 8 % contre une moyenne de 3 % lors de la période 2012-2016. L’Istiqlal ambitionne, également, de réduire la dette du Trésor à 55 % du PIB, booster l’investissement public de 29.6 % du PIB actuellement à 36 %, et créer 800.000 postes d’emploi sur la période 2016-2021.
Et bonne nouvelle pour l’entreprise, car parmi les mesures incitatives qu’il compte mettre en œuvre, le Parti de l’Istiqlal s’engage à réduire l’IS à 25 % en 2021 au lieu de 31 % actuellement et de redoubler d’effort afin d’améliorer le classement du Maroc dans le Doing Business pour arriver à la 55ème place en 2021 au lieu de la 75ème place qu’il occupait dans le classement de 2015.
Aussi, en lien direct avec le pouvoir d’achat des citoyens, le programme du Parti, au titre du quinquennat 2017-2021, prévoit de réduire à 7% le taux de chômage, actuellement de l’ordre de 10%, et de relever le niveau du revenu brut de 30% entre 2016 et 2021 contre 8% durant la période 2012-2016. Un taux qui va permettre d’élargir la classe moyenne à 65% au lieu de 50% actuellement.
Sur d’autres chapitres comme l’Éducation, l’Istiqlal promet d’apporter toutes les thérapeutiques appropriées aux maux et dysfonctionnements qui rongent ce secteur, et ce, è travers plusieurs remèdes, à savoir : mettre en places les filets de sécurité contre l’abandon scolaire de sorte à s’assurer que 100% des enfants arrivent en fin du cycle du primaire contre 78% actuellement. Il promet aussi un professeur pour des classes de 40 élèves, contre un professeur pour 53 actuellement. L’Istiqlal s’engage à augmenter le budget de la recherche scientifique, de 0.6% du PIB aujourd’hui à 1.5% et réduire le taux d’analphabétisme à 10% en 2021, pour ne citer que ces axes.
C’est dire à travers ce que le PI préconise, la dimension du programme électoral du Parti de l'Istiqlal, faisant qu'il se trouve réellement au cœur de l'action en faveur de la promotion et du développement d'une citoyenneté digne, totale et sans discrimination. L'ambition du Parti de l'Istiqlal, dont le programme électoral puise son essence dans les conceptions de renouveau et de l'innovation, telles que préconisées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, est de faire en sorte que le combat contre les déficits ne peut être mené sans développement global, sans modernisation des institutions, sans renforcement du monde de gouvernance, sans promotion de l'élément humain et sans une véritable stratégie intégrée de développement tous azimuts.
Une orientation qui entend ainsi donner à la démocratie une assise élargie, enrichir ses bases, leur signification et leurs retombées sur le vécu quotidien du citoyen.
Judicieux choix qui fait que les électeurs sont vivement interpellés. Interpellés à se pencher sur les questions de fond que contiennent ou ne contiennent pas les programmes des partis, aujourd'hui en compétition électorale. Interpellés à décortiquer le contenu des programmes avec toute l'objectivité requise pour faire des législatives du 7 octobre 2016 une étape décisive devant permettre au bon choix de l’emporter à la faveur de la concrétisation du projet sociétal pour lequel toutes les forces vives de notre pays combattent aujourd’hui, sans relâche.

26/9/2016
Lu 1888 fois
| |
 
Hamid Chabat donne le coup d’envoi de la campagne électorale de l’Istiqlal: Il n’est pas de dignité tant que prévaut le chômage et en l’absence des soins de santé et de l’enseignement

M. Hamid Chabat, Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, a donné, samedi dernier à Fès, le coup d’envoi de la campagne électorale du parti en insistant, notamment, sur l’impératif de ménager les conditions de vie digne et décente aux Marocains et de consacrer la justice sociale et l’égalité de tous au regard de la loi.
Il a affirmé, à ce sujet, lors d’un imposant meeting populaire dans le cadre de la campagne électorale en vue des législatives du 7 octobre prochain, qu’il n’est pas de dignité tant que prévaut le chômage et en l’absence des soins de santé et de l’aggravation de la crise de l’enseignement et du phénomène du surnombre puisque une seule classe peut accueillir plus de 60 élèves dans certains établissements et qu’il n’est pas de dignité, non plus, en l’absence d’une administration prompte à répondre aux besoins élémentaires des citoyens.
M. Chabat a souligné, d’autre part, que le parti a élaboré un programme global, réaliste, réalisable et susceptible de résoudre les problèmes que connaissent les divers secteurs économiques et sociaux clés en proposant une réelle alternative à même de soustraire le pays aux tensions sociales qui couvent et à la crise économique
et l’aggravation de la dette publique à travers un contrat avec les citoyens ouvert sur toutes les professions et corporations, tous les secteurs d’activités et toutes les couches et strates sociales.
Le parti mise énormément, a-t-il ajouté, sur les jeunes et les femmes pour concrétiser le changement et les réformes et réaliser le développement et l’émancipation de la société à condition, toutefois, que la femme et la jeunesse jouissent pleinement de leurs droits à l’enseignement, la formation et au travail et que le programme du parti propose, de ce fait, une foule de mesures pratiques et opérationnelles propres à promouvoir les divers secteurs.
Le Secrétaire Général a indiqué, en outre, que le Parti de l’Istiqlal réitère son engagement à réviser toutes les décisions iniques et mesures impopulaires du gouvernement sortant dont, en particulier, celles ayant touché les pauvres et les masses laborieuses en premier, comme la pseudo réforme de la Caisse de Compensation ou du fait de l’absence de dialogue social et de l’ignorance de leurs revendications et attentes..., soulignant, à ce propos, que toute réforme qui ne sert pas les intérêts du peuple équivaut à de la corruption sur terre qui menace le pays et insistant sur l’importance de l’étape du 7 octobre pour la consécration et la consolidation des choix démocratiques du Maroc à travers le renforcement de l’Etat de droit et des institutions, d’où la nécessité d’élections réellement libres, honnêtes et transparentes du début à la fin.
Le meeting a été, par ailleurs, l’occasion de présenter les têtes des listes locales du parti dans les 9 provinces de la région de Fès/Méknès ainsi que de listes nationales des femmes et des jeunes istiqlaliens pour la région.

26/9/2016
Lu 2022 fois
| |
 
Elle se concentre dans quatre régions du Royaume : La population nomade en baisse de 63%

L’effectif de la population nomade recensée au 1er septembre 2014 s’élève à 25274 personnes contre 68540 en 2004, soit une baisse de 63%. C’est ce que fait savoir le HCP (Haut-Commissariat au Plan) dans sa note « La population nomade au Maroc d’après les données du Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014 », ajoutant que le nombre de ménages nomades s’établit à 4044 ménages, ce qui correspond à une taille moyenne de 6,2 personnes contre 4,6 personnes au niveau national.

La structure familiale de cette population est encore dominée par les ménages de grandes tailles. Environ 68,2% des ménages nomades sont constitués de cinq personnes et plus (dont 32,8% sont formés de huit personnes et plus), 10,6% de quatre personnes, 8,1% de trois personnes, 7,1% de deux personnes et seulement 6,1% sont formés d’une seule personne.
Près de 52% de la population nomade sont des hommes. C’est une population majoritairement jeune, 36,0% sont âgées de moins de 15 ans contre 28% parmi la population totale. Environ 47,5% ont moins de 20 ans et 65,5% moins de 30 ans. Enfin, la population nomade en âge d'activité (15-59 ans) représente 57% et celle du 3ème âge (60 ans et plus) 7,0% contre 62,4% et 9,6% respectivement parmi l’ensemble de la population.
Le HCP note, par ailleurs, que la part de la population nomade mariée âgée de 15 ans et plus a diminué de 59,5% en 2004 à 55,1% en 2014, tandis que celle des célibataires a augmenté de 35,2% à 40,8%.L’âge moyen au premier mariage des femmes nomades a significativement augmenté de 23,2 ans en 2004 à 26,1 ans en 2014 contrairement à l’ensemble des femmes marocaines. Il en est de même pour l’âge moyen au premier mariage des hommes qui est passé de 28,7 ans à 30,7 ans alors qu’il est resté stable autour de 31,2 ans pour l’ensemble des hommes au niveau national durant la même période.
Le taux de célibat définitif des nomades à 55 ans a presque triplé en dix ans en passant de 1,3% en 2004 à 3,4% en 2014. Ce taux est, en 2014, plus élevé, parmi les femmes (3,7%) que parmi les hommes (3,1%).
Le nombre moyen d’enfants par femme nomade a diminué en passant de 4,3 enfants en 2004 à 4 en 2014. Malgré cette légère baisse, cet indice est presque le double de celui observé au niveau national (2,2 enfants) en 2014.
L’accès à l’enseignement chez les enfants nomades est encore très limité. Le taux de scolarisation des enfants de 7 à 12 ans est de 31,3% (94,5% au niveau national), 39,8% parmi les garçons et seulement 23,5% parmi les filles.
De même, le niveau d’éducation de la population nomade demeure très faible, 84% des nomades n’ont aucun niveau d’instruction, 2,2% ont fréquenté tout au plus le préscolaire, 9,3% le primaire, 2,7% le collège. Le secondaire et le supérieur n’ont été le fait que de 1,2% et 0,6% respectivement.
La population nomade est majoritairement analphabète, son taux d’analphabétisme est très élevé : 81 ,9% contre 32,2% au niveau national. Les femmes nomades sont plus analphabètes que les hommes (89,5% contre 74,9%).
Les nomades sont plus actifs que l’ensemble de la population, leur taux d'activité est de 56,8% contre 47,6% à l’échelon national. Les hommes nomades sont nettement plus actifs que les femmes (87,7 % contre 22,5%). Les nomades sont moins exposés au chômage que l’ensemble de la population, leur taux de chômage est de 10,1% (16,2% au niveau national), 8,6% pour les hommes (12,4% au niveau national) et 16,7% pour les femmes (29,6% au niveau national).
Sur le plan régional, Draa-Tafilalet totalise près des deux tiers de la population nomade, soit 60,8%. La région de Guelmim-Oued Noun (21,0%) vient en seconde position, suivie par Laayoune-Sakia El Hamra (6,6%) et Souss-Massa (6,3%). En revanche, les régions de l’Oriental, Eddakhla-Oued Eddahab et Fès-Meknès enregistrent les proportions les plus faibles, respectivement 2,2%, 2,1% et 1,0% de l’ensemble des nomades.
Les provinces à forte concentration de nomades, à savoir, Tinghir (21.5%), Midelt (20,3%), Assa-Zag (13,8%) et Errachidia (13,8%), enregistrent un peu moins des trois quarts de la population nomade du pays. Les provinces à concentration moyenne (2 à 6%) sont par ordre d’importance: Guelmim, Tata, Zagora, Boujdour et Tarfaya. Les provinces à faible concentration (moins de 2%) concernent: Tan-Tan, Es-Semara, Aousserd, Figuig, Guercif, Taroudannt, Oued Ed-Dahab, Agadir-Ida-Ou-Tanane, Taza, Tiznit, Sidi Ifni, Chtouka- Ait Baha, Laâyoune, Taounate, Ifrane, Jerada et Chichaoua.
La population nomade est celle dont le mode de vie est caractérisé par la pratique de l’élevage et les déplacements fréquents motivés par la recherche de zones de pâturage et de points d’eau.

26/9/2016
Lu 68 fois
| |
 
L’Istiqlal s’engage à soutenir et à protéger l’enfance: Elargir et renforcer la classe moyenne

Le Parti de l’Istiqlal aborde les élections législatives prévues le 7 octobre prochain avec un programme électoral réaliste fondé sur des orientations claires, un programme pratique, global et répondant aux attentes du peuple puisque comprenant pas moins de 556 mesures, 90 objectifs et 64 engagements  que le parti compte mettre en œuvre s’il arrive en tête des prochaines législatives.
Par ce programme, placé sous le signe de « Contrat pour la dignité », le parti s’engage à soutenir l’enfance par tous les moyens possibles par le renforcement des mécanismes de protection de cette catégorie et à lutter contre toutes les formes de violence contre l’enfant. Le parti considère, par ailleurs, la question de l’enfance comme l’une des priorités du développement social et humain.
- Mesures préconisées : élaboration d’une charte de travail adossée aux engagements des parties (administration et associations concernées par ce volet) ; adoption d’une politique gouvernementale intégrée pour la protection et la prise en charge des enfants de la rue ; accélération de la mise en place du Conseil consultatif de la famille et de l’enfance en le dotant des moyens et matériels propres à lui permettre d’assumer le rôle qui lui est assigné par la Constitution ; multiplication des espaces de jeu et de relaxation ainsi que des équipements sportifs et de colonies de vacances ; aménagement d’espaces de nature à développer les activités enfantines dans le cadre de contrats-programmes avec les collectivités territoriales.
- Engagements : le parti s’engage surtout à faire baisser le taux de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans à moins de 15 pour mille nouveaux nés en 2021 contre 30 %° sous le gouvernement sortant ainsi qu’à améliorer le classement mondial du Maroc en matière de protection de l’enfance en le ramenant à la 50ème place au lieu du 74ème rang actuellement.

Accompagnement de toutes les catégories et strates sociales

Le Parti de l’Istiqlal tend, à travers son programme électoral, à proposer des solutions pratiques et méthodologiques dont bénéficieront l’ensemble des composantes de la société civile, et ce, par l’élaboration d’un programme sociétal solidaire et équilibré portant sur : la concrétisation de la parité hommes/femmes et la lutte contre toutes les formes de discrimination, l’appui et la protection de l’enfance, l’implication des jeunes ainsi qu’en veillant à accéder aux attentes des MRE, par la défense des personnes handicapées en leur garantissant la pleine et entière citoyenneté et des personnes âgées en leur assurant une vie digne et décente.

Elargir et renforcer la classe moyenne

Le programme du parti prévoit, concernant ce chapitre, d’améliorer le revenu individuel, de promouvoir l’emploi, d’intégrer l’informel et d’augmenter la valeur ajoutée de l’économie sociale et solidaire.
- Engagements : le parti s’engage surtout à porter la proportion de la classe moyenne à 65% en 2021 contre 50% en 2015, à ramener le taux du chômage à 7% en 2021 contre 10% en 2016, à baisser le taux de TVA à 18% au lieu de 20% en 2016 ainsi qu’à réduire le taux d’inflation entre 2017 et 2021 à 1% contre 1,6% en 2015, à augmenter la cadence de création de coopératives opérationnelles en en portant le nombre à 5000 en 2021 tout en augmentant la part de ce secteur au PIB en la portant à 7% en 2021 contre moins de 3% en 2015.
Les mesures prévues pour ce faire se déclinent comme suit :
• Accélération du rythme de mise en œuvre des stratégies sectorielles en intégrant la dimension régionale et les bassins régionaux de l’emploi ;
• Renforcement des programmes volontaristes d’emploi grâce à des mécanismes efficaces d’intégration des jeunes licenciés et diplômés au marché du travail ;
• Augmentation du taux de participation aux charges des entreprises envers la CNSS au profit de celles disposées à embaucher les jeunes ayant bénéficié de stage chez elles ;
• Octroi d’une bourse équivalant à 60% du SMIG aux jeunes en quête d’emploi prêts à se soumettre à une formation en rapport avec les besoins des entreprises désireuses de développer leurs activités ;
• Développer des partenariats de médiation en matière d’emploi entre les secteurs public et privé et avec les acteurs associatifs en concertation avec l’ANAPEC;
• Amélioration du revenu per capita ;
• Réduction de l’impôt sur le revenu (IR) au profit des personnes à revenu moyen ;
• Réduction de la TVA ;
• Consécration du droit à l’exonération de TVA pour les frais de scolarisation des enfants, ce qui permet d’améliorer effectivement le revenu des familles et de réduire les charges des parents et de les encourager, partant, à envoyer leurs enfants à l’école ;
• Veiller au bon fonctionnement du marché en garantissant la compétitivité et en luttant contre la spéculation ;
• Maîtriser le contrôle des prix et de l’inflation ;
• Garantir la couverture médicale à l’ensemble des couches socioprofessionnelles moyennes (artisans, professions libérales, petits commerçants, entreprises individuelles, …) ;
• Diversification de l’offre d’habitat destiné aux classes moyennes et octroi d’incitations fiscales à ces couches afin de leur permettre de posséder leur logement principal;
• Hisser l’économie sociale au niveau de mécanisme de promotion d’une véritable révolution industrielle susceptible de créer des opportunités d’emploi en milieu rural et une très importante valeur ajoutée locale tout en fixant les populations rurales dans leur milieu d’origine ;
• aciliter l’accès des coopératives aux marchés publics tout en veillant à la transparence de ces derniers ;
• Création de Fonds de solidarité en vue de développer les secteurs liés à l’économie sociale et solidaire ;
• Elaboration d’un système géographique et informatique de suivi des activités génératrices de revenus au niveau de chaque région ;
• Mise en place d’un système de couverture médicale au profit des travailleurs du secteur financé via les revenus des producteurs (coopérateurs) eux-mêmes ;
- Elaboration d’un système d’encouragement et de développement des activités génératrices de revenus.

(A suivre)

26/9/2016
Lu 2129 fois
| |
 
Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d’industrie pharmaceutique en Côte d’Ivoire

A.CHANNAJE

Le secteur de l’industrie pharmaceutique national se renforce en Afrique. En témoigne la signature, samedi à Rabat, entre le Maroc et la Côte d’Ivoire d’un protocole de partenariat sud-sud
prévoyant la construction par le groupe pharmaceutique Pharma 5 d’une usine de production de médicaments sur une surface de 5000 m2 extensible dans la zone franche de Bassam, en périphérie de la capitale Abidjan pour un investissement initial de 100 millions de dirhams. Cette unité permettra de produire 70 millions de comprimés et 5 millions de flacons par an, ce qui garantira leur disponibilité aux normes de qualité internationale et à des prix accessibles aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Afrique de l’ouest.
Cette convention a été signée par le ministre de la santé, Houcine El Ouardi,Raymonde Goudou Coffie, ministre ivoirienne de la Santé et de l’Hygiène, Moulay Hafid Elalamy, ministre de Commerce et de l’Industrie et le PDG de Pharma 5, Abdallah Lahlou Filali. « Pour concrétiser les Hautes directives de SM le Roi et du président de la Côte d’Ivoire, M. Alassane Ouattara, et renforcer la coopération sud-sud, nous procédons aujourd’hui à la signature d’une convention de partenariat entre le groupe Pharma 5 et son partenaire ivoirien Alliance Médicale (AMCI) dans le but est de faire bénéficier les populations africaines des médicaments de bonne qualité avec des prix abordables », a souligné M. El Ouardi.
De son côté, la ministre ivoirienne, après avoir rappelé les bonnes relations existant entre le Maroc et la Côte d’Ivoire, a affirmé que cet accord va permettra à faciliter l’accès de sa population aux soins de santé meilleurs, puisqu’il est censé de faire baisser les coûts de médicaments. « Il doit permettre à mon pays de bénéficier de l’expérience marocaine dans le domaine médical et de la santé », a-t-elle souligné.
Même avis partagé par le PDG du groupe Pharma 5 : « Ce nouvel investissement de la société marocaine, leader dans son domaine, va contribuer à satisfaire les besoins en médicaments de la Côte d’Ivoire et de la sous-région, selon les normes internationales et avec des coûts à la portée des citoyens africains ».
« Ce projet illustre le partenariat Sud-Sud prôné par le Maroc et permettant aux acteurs économiques africains de développer leurs échanges et de partager leurs expériences pour assurer le développement du continent et l’amélioration des conditions de vie des populations », a-t-il relevé.
« Nous avons vécu des situations similaires à celles de nos frères africains lorsque nous ne disposions pas de notre propre industrie pharmaceutique. Aujourd’hui nus avons acquis une expertise reconnue en la matière et souhaitons la partager avec eux », a conclu M. Lahlou
Pour sa part,M. Elalamya dixit que l’Afrique est désormais le continent de l’avenir, précisant que cet accord va contribuer au renforcement des échanges et de la coopération entre le Maroc et la Côte d’Ivoire. D’autant plus, poursuit le ministre chargé de l’Industrie, l’industrie est un véritable potentiel pour l’avenir de l’Afrique.
« Les économies qui se sont engagées pour aider nos pays se sont fatiguées. Nous devrons alors se coopérer davantage pour que nous puissions relever les défis de développement », a-t- annoncé.
Pour rappel, le lancement de cette nouvelle unité industrielle de Pharma 5 en Côte d’Ivoire s’inscrit également dans le cadre de la « Déclaration de Skhirat », adoptée le 11 décembre 2015, en marge des premières Assises nationales du médicament et des produits de santé. Celles-ci ont en effet, en autres, la création du réseau africain des autorités réglementaires dans le domaine des médicaments et des produits de santé visant à consolider le rapprochement entre acteurs africains du domaine pharmaceutique pour une meilleure collaboration sud-sud.
Célèbre pour avoir commercialisé le SSB 400, version générique marocaine du médicament contre l’hépatite C, le laboratoire Pharma 5 est aujourd’hui majeur du secteur pharmaceutique au Maroc. Avec plus de 1200 collaborateurs, le groupe occupe une place de leader dans le développement et la production de médicaments génériques au Royaume, en Afrique et dans la région MENA.

26/9/2016
Lu 2506 fois
| |
 
Programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d’envoi

SM le Roi Mohammed VI, Amir Al-Mouminine, accompagné de SAR le Prince Héritier Moulay El Hassan et de SA le Prince Moulay Ismail, a donné après la prière du vendredi à la mosquée «Al Imam Al Boukhari» au quartier Beni Makada à Tanger, le coup d’envoi du programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2016-2017.
A cette occasion, le Souverain a procédé à la remise du Prix Mohammed VI aux majors du programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2015-2016. Il s’agit de Hafida Meziani (Berkane), Fatema Abbassi (Khénifra), Ayada Makhchouni (Tata), Mina Ennouini (Chichaoua), et Samira Adriouch (Guelmim).
Par la suite, SM le Roi, Amir Al Mouminine, a visité, deux espaces, un pour les hommes et un autre pour les femmes, dédiés au programme de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées.
Le programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées a été lancé conformément aux Hautes instructions royales contenues dans le discours du Souverain à l’occasion du 47ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple (20 août 2000), dans lequel SM le Roi avait ordonné à ce que «les mosquées demeurent ouvertes pour dispenser des cours d’alphabétisation et d’éducation religieuse, civique et sanitaire, selon un programme bien élaboré».
Ce programme, qui reflète l’intérêt particulier que le Souverain ne cesse d’accorder au développement de l’élément humain, a également permis aux mosquées, ces lieux de culte et d’invocation de Dieu, de retrouver leur place d’avant-garde en matière de guidance, d’orientation spirituelle et d’alphabétisation, ainsi que leur rôle dans l’édification d’une société démocratique, moderne, ouverte et basée sur le rejet de l’exclusion et de la marginalisation, la lutte contre la pauvreté et l’ignorance.
Le programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées, dont la mise en œuvre est confiée au ministère des Habous et des Affaires islamiques, a pu, grâce à la haute sollicitude royale, enregistrer des résultats très satisfaisants qui dépassent de loin les objectifs fixés initialement, à la faveur, notamment, d’une augmentation du nombre des mosquées qui y participent, d’une hausse du nombre des encadrants, des coordinateurs et des conseillers pédagogiques.
Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a mobilisé au titre de cette même période plus de 6.500 mosquées (52 pc en milieu rural), et a chargé quelque 6.182 encadrants, 143 coordinateurs, 729 conseillers et 370 formateurs pédagogiques pour assurer la mise en œuvre dudit programme.
Parallèlement au programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées, le ministère veille à la mise en œuvre du programme de lutte contre l’analphabétisme à travers la télévision et Internet qui a bénéficié au titre de l’année 2015-2016 à plus de 288.600 personnes.
++++++++++
Suite au décès de l’artiste Mohamed El Idriss
Message de condoléances du Souverain à sa famille
SM le Roi Mohammed VI a adressé un message de condoléances à la famille de l’artiste Mohamed El Idrissi, décédé à Paris à l’âge de 83 ans. 

Le Souverain affirme avoir appris avec une profonde affliction la triste nouvelle de la disparition de l’artiste, que Dieu l’ait en Sa sainte miséricorde et l’accueille dans Son vaste paradis.
«En cette douloureuse circonstance, Nous vous exprimons, et à travers vous à l’ensemble de votre famille, à vos proches, aux amis du défunt et ses admirateurs, et à sa grande famille artistique, les vives condoléances et les sincères sentiments de compassion suite à la disparition de l’un des précurseurs de la chanson marocaine moderne, qui a excellé dans la composition et la parole, et enrichi la bibliothèque musicale nationale par sa production distinguée», souligne le message.
«Nous nous remémorons avec considération les qualités du défunt, son patriotisme sincère, son indéfectible dévouement au glorieux Trône alaouite et son attachement immuable à l’identité marocaine authentique, des qualités très chères à Nos fidèles sujets résidant à l’étranger», ajoute le message, implorant le Très-Haut d’accueillir le défunt dans Son vaste paradis et d’accorder à sa famille patience et réconfort.

26/9/2016
Lu 2319 fois
| |
 
Validation par la Cour Constitutionnelle du Gabon de la réélection du Président Ali Bongo : Le Maroc prend acte et appelle au respect de cette décision

Le Royaume du Maroc prend acte de la décision rendue vendredi par la Cour Constitutionnelle de la République gabonaise, validant la réélection du Président Ali Bongo Ondimba, indique samedi le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération.
"Cette importante décision conclut le processus d’élection présidentielle dans ce pays africain frère", a souligné un communiqué du ministère.
A cette occasion, le Maroc, fortement attaché aux liens exceptionnels entre les deux pays, appelle l’ensemble des protagonistes à respecter cette décision émanant de la plus haute juridiction du Gabon et à faire prévaloir les intérêts supérieurs de la Nation, sa stabilité et la prospérité de son peuple, a ajouté la même source.
Le Royaume du Maroc est confiant que l’ensemble des forces politiques gabonaises agiront dans un esprit d’unité, d’entente et d’ouverture et s’engageront dans un dialogue inclusif et apaisé, relève le communiqué.

26/9/2016
Lu 71 fois
| |
 
Lutte antiterroriste et questions migratoires : Le Maroc, un partenaire clé de l’UE

Le Maroc est un partenaire clé de l’Union européenne (UE) dans la lutte antiterroriste et dans les questions migratoires, a souligné la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la sécurité, Federica Mogherini. 
Répondant à la question d’un député européen sur le niveau de coopération avec le Maroc dans la lutte antiterroriste, Mme Mogherini a affirmé que le Royaume est un pays «prioritaire» de la coopération dans les questions de sécurité et de lutte contre le terrorisme.  Elle a également indiqué que le Maroc est un «partenaire clé» de l’UE dans le domaine de la migration et participe activement à nombreuses initiatives multilatérales notamment le processus de Rabat et le sommet de La Valette. 
La chef de la diplomatie européenne a rappelé que le Conseil de l’UE, lors de ces dernières réunions de juin et octobre 2015, a retenu le Maroc comme étant l’un des pays «prioritaires» à prendre en considération pour un dialogue de haut niveau sur les migrations.

26/9/2016
Lu 100 fois
| |
 
Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche

Mohamed LOKHNATI

La capitale du royaume a abrité jeudi au ministère une réunion de travail entre les présidents d’universités marocaines et directeurs centraux avec leurs homologues chinois. Cette rencontre tenue en présence du ministre de l’éducation de la Chine populaire, a été l’occasion de renforcer le partenariat dans le domaine de l’enseignement et de la recherche entre le deux pays.
L’objectif, indique M. Yahya Boughaleb, Président de l’Université Doukkali,  est d’impulser une nouvelle dynamique partenariale dans les domaines de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, mais aussi de développer une réflexion collective et concertée autour des différentes possibilités de son application,  développement et de sa mise en œuvre, ainsi que de créer une dynamique partenariale fructueuse très soutenue.
Ce partenariat stratégique illustre la volonté des deux pays de renforcer des relations historiques et privilégiées. Ils viennent concrétiser la nouvelle dynamique de coopération initiée par les ministres de l’enseignement supérieur et de la recherche des deux pays. Cette rencontre s’inscrit aussi dans le cadre de la construction d’un espace asiatico-méditerranéen et basé sur la promotion de l’enseignement superieur et l’élévation du niveau de recherche.
Rappelons que cette réunion a couronné ses travaux par une sympathique réception organisée en l’honneur du ministre de la Chine populaire à l’occasion de son anniversaire...

26/9/2016
Lu 2654 fois
| |
 
Ballet d’Oriental : Evolution : Le Voyage de Schéhérazade

Abderrahmane KROMBI

« Parce qu’une scolarisation réussie des enfants d’aujourd’hui est un garant de développement pour les adultes de demain » (Kacem Bennani-Smires, Président-Fondateur de Sanady)
Pour un événement artistique, s’en fut un et de taille ! Le large et bon public qui a répondu massivement à l’invitation des organisateurs fut vraiment gratifié d’un spectacle hors du commun.



Déjà, une semaine avant le jour de lever de rideau pour cette représentation unique à Rabat, le guichet affichait complet.
C’est grâce à la bonne volonté et le soutien inconditionnel des initiateurs de ce projet fort ambitieux, à savoir M. Kacem Bennani-Smires, président-fondateur de Sanady, et son épouse Dalal Mezzour, l’artiste multiculturelle, accomplie et envoûtante, auxquels se sont joints l’Orchestre Philharmonique du Maroc, l’Ecole Internationale de Musique et de Danse, le Théâtre National Mohammed V, ainsi que d’autres fondations, groupements et sociétés bienfaitrices, que le défi fut gagné… et de loin !
En effet, le grand travail d’ensemble et la finesse des tableaux multicolores, pleins de charme et de féérie, ont démontré à l’assistance émerveillée un bouquet coloré venu des quatre coins de la planète. Les différents artistes qui ont bien voulu apporter leur soutien à des œuvres sociales de bienfaisance sont venus d’Europe, d’Amérique, d’Asie, d’Australie et d’Afrique. Le film présenté au début de la soirée de ce vendredi 23 septembre 2016, devait donner à l’auditoire intéressé, l’œuvre grandiose de la Fondation Sanady pour laquelle fut organisé ce ballet. Une action citoyenne entamée depuis 2009 au profit de plus de 4000 élèves de 8 à 18 ans, issus d’écoles publiques des quartiers défavorisés et zones rurales. Cette action humanitaire a conquis ces superstars qui ont accepté de se joindre à cette manifestation à but non lucratif. Ces étoiles étincelantes qui ont illuminé la scène durant deux heures, avaient acquis une meilleure réputation et une reconnaissance mondiale par leurs multiples participations dans des mises en scène grandioses présentées sur les plateaux des célèbres opéras et salles de théâtre.
Cet événement mémorable tenu face à une belle salle comble, émerveillée, scellera une nouvelle fois le destin d’une artiste émérite qui fait honneur à son pays : Dalal Mezzour Bennani-Smires et sa compagnie Orient Art. Effectivement, « Dalal, ouverte sur la diversité des traditions musicales, met en scène les différents courants de danses internationales et ethniques : marocaine, égyptienne, indienne, africaine…etc. Les différentes influences reflétées dans ses chorégraphies est la volonté acharnée de Dalal de présenter à son public une vision de partage et de modernité issue d’une recherche approfondie, créative et novatrice » Fin de citation… Sincères remerciements à tout ce beau monde, pour une soirée inénarrable qui restera gravée dans notre mémoire et qui a ressuscité durant deux heures une des mille et une nuits de notre riche et inépuisable patrimoine.

26/9/2016
Lu 134 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


L’appel du Maroc a été entendu
BREVES
Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d’industrie pharmaceutique en Côte d’Ivoire
Programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d’envoi
Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche
Assemblée Générale Ordinaire du DHJ: Plus de 42 millions de dhs de dépenses et près de 6 millions de déficit !

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Marocains du Canada : La presse multiethnique et son apport aux médias canadiens
Montréal - Mouna Achiri
 
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 L’appel du Maroc a été entendu
 France-Inde : Achat de 36 avions Rafale par New Delhi
 COP22, J - 45 : Mobilisation pour la mobilité durable et la sécurité routière
 UGTM : Programme des réunions des Conseils provinciaux
 Pour manquement à ses missions sécuritaires : Le chef du la sûreté régionale d’Errachidia relevé de ses fonctions
 Marocains du Canada : La presse multiethnique et son apport aux médias canadiens
 L’agro-alimentaire en Afrique du Nord: Le Maroc distance largement ses voisins
 Le Maroc dépose les instruments de ratification de l’Accord de Paris : Engagement réaffirmé
 La chronique du jour d’après : Quand la Maison Blanche soutient les prochaines guerres d’Israël
 BREVES


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems