Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Du fait de récoltes mondiales favorables : L’indice FAO des prix alimentaires à son plus bas niveau en six ans...      11ème Réunion de haut niveau Espagne-Maroc : Rabat et Madrid pour plus d’échanges commerciaux ...  
   
 
        Nationale
 
Après la tragédie de Tan Tan, celle de Oued Cherrat où six enfants sont morts noyés et cinq autres portés disparus : Le Maroc de nouveau sous le choc

La ville de Benslimane endeuillée et tout le Maroc est sous le choc. Six enfants sont morts noyés et cinq autres sont portés disparus, dimanche sur une plage non gardée proche de Oued Cherrate (province de Skhirate). Ce drame, un de plus, vient rappeler un autre, encore vivace dans les esprits, celui de Tan Tan où 33 élèves avaient trouvé la mort en avril dernier dans un terrible accident de la circulation.
A Oued Cherrat, cinq enfants sont morts noyés sur la plage et le sixième est décédé au moment de son évacuation vers l'hôpital de Bouznika, tandis que deux autres enfants ont été secourus par la protection civile.
Les victimes font partie d'un groupe de 46 membres membres d’un club de taekwondo local de la province de Ben Slimane, en majorité des enfants âgés de 12 à 17 ans, qui participaient à une excursion dans cette région.
Dans des circonstances non éclaircies, ils se sont baignés à l'embouchure de l'oued Cherrat, une zone non gardée où la mer est réputée être dangereuse. Les enfants ont été emportés par un courant très fort contre lequel ils n'ont pu lutter.
Les services de la protection civile, de la gendarmerie royale et les autorités locales menaient lundi les recherches, assistés par des hélicoptères de la gendarmerie et par plusieurs zodiacs qui ratissaient la surface de l'eau pour retrouver les enfants portés disparus.
Aussitôt informé de la triste nouvelle de cette tragédie,
SM Mohammed VI a adressé des messages de condoléances et de compassion aux familles des victimes. Dans ces messages, le Souverain a exprimé ses sentiments de sympathie avec les familles éplorées des victimes, implorant le Très Haut d'avoir les personnes décédées en sa sainte miséricorde et d'accorder à leurs proches patience et réconfort.
Le Roi a donné ses instructions aux autorités sécuritaires et territoriales compétentes et aux services de santé pour prendre toutes les dispositions nécessaires en vue de prêter assistance aux victimes, rechercher les disparus et apporter toutes les formes d'aide et de soutien nécessaires aux familles éplorées, en signe de compassion à leurs douleurs et pour atténuer leurs souffrances, précise un communiqué du cabinet royal. Le Souverain prendra par ailleurs en charge personnellement les frais de transport des dépouilles, de leur inhumation et des funérailles.
Dans une déclaration à la MAP, le secrétaire général de la Fédération nationale du taekwondo, Mohamed Daoudi, a fait savoir que parmi les enfants disparus figure la championne marocaine de taekwondo Fadoua (catégorie des juniors), relevant que l'association, qui a organisé une excursion pour un groupe d'enfants, fait partie des associations sportives actives dans la province de Benslimane.
De leur côté, des témoins oculaires de la région se sont dits étonnés de voir un groupe d'enfants sur une plage non gardée et peu fréquentée par les estivants.
Une enquête a été ouverte sur cet incident sous la supervision du parquet compétent. Cette tragédie, après celle de Tan Tan, repose la question de l’encadrement réglementaire et humain des élèves et enfants dans leurs sorties organisées et dans leurs déplacements en dehors de leurs villes.

9/6/2015
Lu 1040 fois
| |
 
A Libreville, dernière étape de la tournée africaine de SM Mohammed VI: Un accueil populaire, enthousiaste et haut en couleurs réservé au Souverain

Un accueil à la fois grandiose et coloré a été réservé, vendredi en fin d'après-midi à Libreville, à Sa Majesté le Roi Mohammed VI qui effectue une visite de travail et d'amitié en République gabonaise, dernière étape d'une tournée africaine qui a mené le Souverain au Sénégal, en Guinée Bissau et en Côte d'Ivoire.
Venues nombreux, les populations de la ville et les membres de la communauté marocaine établie au Gabon se sont massés à l'entrée de l'aéroport international Léon M'Ba, ainsi que tout au long de l'itinéraire emprunté par le cortège des deux Chefs d'Etat, entre l'Aéroport et le Palais Rénovation, réservant un accueil enthousiaste et haut en couleurs à l'illustre hôte du Gabon.
La foule nombreuse a exprimé avec exubérance sa joie et son allégresse en ce jour faste de début de cette visite qui ne manquera pas d'ajouter un nouveau jalon à l'édifice des relations séculaires de fraternité, d'amitié et de coopération unissant les deux pays et les deux peuples.
Les drapeaux marocains et gabonais flottaient côte-à-côte au-dessus des édifices et les portraits des deux Chefs d'Etat, SM le Roi Mohammed VI et SE le Président Ali Bongo Ondimba, pavoisaient les principales artères de la capitale gabonaise.
A Leur sortie de l'aéroport Léon M'BA, SM le Roi Mohammed VI et le Président Ali Bongo Ondimba ont tenu à se mêler à la foule venue saluer les deux Chefs d'Etat, scander des vivats à l'adresse du Souverain et du Président gabonais et glorifier l'amitié maroco-gabonaise.
Cette visite, qui vient conforter les relations politiques séculaires et profondes entre les deux pays frères, consacre l'exemplarité des liens qui unissent les deux chefs d'Etats, SM le Roi Mohammed VI et Ali Bongo Ondimba. Elle constituera, à la faveur des décisions et des actions qui y seront prises ou entreprises, un jalon supplémentaire et significatif dans l'évolution des relations, toujours prometteuses, entre les deux pays. Ainsi, Rabat et Libreville pourront, grâce à cette visite, approfondir et élargir leur partenariat solidaire et mutuellement bénéfique et compter sur leurs propres forces pour répondre aux aspirations légitimes de leurs peuples, si attachés à la coopération afro-africaine.
Les relations entre les deux pays ne datent pas d'hier, elles puisent leur force et leur solidité dans le précieux legs façonné par Feu Sa Majesté Hassan II et Feu le Président El Hadj Omar Bongo Ondimba, que Dieu ait Leurs âmes en Sa Sainte Miséricorde. Ces relations privilégiées sont en outre citées en exemple sur le plan continental et illustrent parfaitement la politique de coopération Sud-Sud, érigée en choix stratégique par le Royaume.

8/6/2015
Lu 108 fois
| |
 
Mawazine 2015 : Concert exceptionnel de Maroon 5 et clôture en apothéose

Afaf Razouki
(MAP)

Maroon 5, l'un des groupes de la musique pop rock les plus marquants de la scène musicale actuelle, a littéralement subjugué la foule, samedi soir sur la scène de l'OLM Souissi en clôture de la 14ème édition du Festival Mawazine-Rythmes du monde, avec un concert exceptionnel qui constitue l'un des moments les plus forts de cette édition.
Très populaire au Maroc comme un peu partout dans le monde, le groupe connait depuis plusieurs
années un succès fulgurant, ayant vendu plus de 17 millions d'albums et remporté trois Grammy Awards
Lors d'une conférence de presse avant son concert, le groupe avait admis que son succès a largement dépassé ses espérances, estimant qu'il a eu une grande chance d'avoir, aussi longtemps, un tel succès dans l'industrie musicale.
"J'étais toujours confiant que nous aurons une aventure amusante dans le monde de la musique, mais ce qui nous est arrivé depuis la sortie en 2002 de notre premier album Songs about Jane est incroyable", a relevé le leader du groupe, Adam Levine.
Pour leur premier concert au Maroc, les Maroon 5 ont été à la hauteur des attentes de leurs fans, livrant une prestation époustouflante dans une ambiance de folie.
Débarquant sur scène sous les cris d'un public au bord de l'hystérie, les Maroon 5, emmenés par le charismatique Adam Levine, ne tardent pas à entrer dans le vif du sujet, ouvrant le show avec "Animals", l'un des titres les plus emblématiques de leur dernier album "V".
Sans répit, ils ont enchaîné, ensuite avec leurs plus gros tubes qui proposent un mélange musical explosif, notamment "Maps", "One More Night", "Love Somebody", "Moves Like Jagger" et "Payphone", repris en chœur par le public qui en connaissait parfaitement les paroles.
Les Maroon 5 ont fait ensuite un retour vers le début des années 2000 pour chanter des titres puisés dans leur premier album "Songs about Jane" avec lequel ils ont acquis leurs fans et ont su gagner la sympathie des critiques grâce à leur son rock/R&B hybride, chantant les titres qui les ont fait connaitre à l'échelle mondiale comme "This Love" et "She Will be loved".
Pour conclure leur concert en beauté, ils ont choisi "Sugar", une chanson très rythmée et dynamique, à l'image du groupe très énergique sur scène.
Révélation de la dernière décennie, Maroon 5 intègre au rock des éléments funk et hip-hop qui ont permis à leur premier album, "Songs About Jane", sorti en 2002, de se vendre à 10 millions d'exemplaires.
Depuis, le groupe a remporté trois Grammy Awards et rencontré un succès planétaire en 2011 avec le tube "Moves Like Jagger" qui est devenu l'un des singles les plus vendus de tous les temps.
Sorti en 2014, leur dernier album en date,"V" a été classé î1 dans le Billboard Top 200 dès sa sortie. Cet album relate l'aventure extraordinaire que vit ce groupe de leurs débuts à ce jour. Il capture l'essence de leurs premiers hits à leurs plus récents succès, en nous promettant de très belles surprises sur leur croissance artistique future.
La soirée de clôture du festival Mawazine sur la scène de l'OLM Souissi a été marquée par la présence de la jeune chanteuse marocaine, Ghita, qui a assuré la première partie des Maroon 5.
Le public a eu ainsi l'occasion de découvrir cette artiste passionnée, qui, après avoir suivi des cours de chant au Studio des Arts Vivants à Casablanca, intègre la fameuse école "Berklee collège of music" à Boston (Etats-Unis). Elle forme ensuite un groupe de musiciens internationaux avec lequel elle se produit dans plusieurs salles à New York et Boston.
Placée sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI et organisée par l'association Maroc-Cultures, cette 14ème édition du Festival Mawazine a réuni pas moins de 1.000 artistes, parmi lesquels de grandes figures de la chanson marocaine et arabe, des stars internationales, ainsi que des ambassadeurs des traditions mondiales des différentes contrées du monde.

8/6/2015
Lu 187 fois
| |
 
Kénitra : Du 6 au 13 juin 2015: Formation des futurs leaders dans le domaine de la nutrition en Afrique

Dr Anwar CHERKAOUI

Dans le cadre de l’ouverture du Maroc sur l’Afrique, et dans le cadre du transfert du savoir faire, le programme de Leadership Africain en nutrition (PLAN), organisé à l’Université Ibn Tofail de Kénitra du 6 au 13 juin 2015, vise à former de futurs leaders africains dans le domaine de la Nutrition.
Particulièrement des doctorants en dernière année de thèse, des post-doctorants et autres candidats ayant une expérience avérée dans le domaine de la Nutrition et ou occupant des postes de décisions, indique Pr Hassan Aguenaou, Directeur de l’unité mixte de recherche en nutrition et alimentation au CNESTEN, et un des acteurs principaux du programme de Leadership Africain en nutrition.
Le Programme de Leadership Africain en Nutrition (PLAN) est un atelier de formation de futurs leaders dans le domaine de la Nutrition en Afrique. Il est organisé dans le cadre du Programme de l’Alimentation et Nutrition pour l’Europe et l’Afrique de l’Université des Nations Unies (UNU) et en partenariat avec le Programme Africain de Leadership en Nutrition (ANLP, version anglaise) et l’Union Internationale des Sciences de la Nutrition (IUNS).
Des ateliers similaires de formation sur le Leadership en Nutrition sont organisés depuis 1994 en Europe (ENLP, European Nutrition Leadership Programme), et depuis 2002 en Afrique du Sud (ANLP, African Nutrition Leadership Programme).
Après les quatre premières éditions au Maroc du PLAN (PLAN 2007, PLAN 2008, PLAN 2010, PLAN 2012), la cinquième édition du PLAN (PLAN 2015) est organisée à Kénitra (Maroc) du 06 au 13 Juin 2015, par l'Université Ibn Tofaïl , via l’Unité Mixte de Recherche en Nutrition et Alimentation (Université Ibn Tofaïl – CNESTEN ) URAC 39 , RDC-Nutrition, en collaboration avec l'Université Wageningen et leurs partenaires (AFRA, IAEA, UNICEF, CNESTEN, Ministère de la Santé, CNRST, ONSSA, GANIM ).
L’approche Nutritionnelle est réalisée sur fond de la Stratégie Régionale de Nutrition 2010-2019 (OMS, EMRO 2010), de la Stratégie Nationale de Nutrition 2011-2019, des recommandations de la Conférence Internationale de Nutrition (Rome, FAO/OMS 2014), de l’Assemblée Mondiale de la Santé (2013), du plan d’action mondial de l’OMS pour la lutte contre les maladies non transmissibles 2013-2020 et des "The Sustainable Development Goals (SDGs)" 2016-2030.
Lors du PLAN 2015, les intervenants étaient des spécialistes de leadership et ou de nutrition. Ce sont des experts internationaux travaillant avec l’UNICEF, la FAO, l’AFRA, l’AIEA et ou l’OMS, des Professeurs Universitaires Nationaux ou Internationaux, des décideurs au niveau du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Agriculture (ONSSA et LOARC).
Les participants au PLAN 2015 sont au nombre de 26 candidats, sélectionnés parmi 479 candidatures. Cette édition du PLAN 2015 a connu la présence de 26 candidats de 18 nationalités différentes : Algérie, Benin, Burkina Fasso, Cameroun, Centrafrique, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Haiti, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Tunisie et Togo.
Une attestation de la participation à la formation du PLAN 2015 est cosignée, par le Président de l’Université Ibn Tofaïl, par le «Managing Director Graduate School VLAG Wageningen University» et par le Directeur de l’Unité Mixte de Recherche en Nutrition et Alimentation (URAC39) RDC-Nutrition.

8/6/2015
Lu 7841 fois
| |
 
Défense commerciale: Les opérateurs réclament assistance technique et raccourcissement des délais d’ouverture d’enquêtes

N. BATIJE

En 2011, le Maroc s'est doté d'un cadre juridique et réglementaire relatif aux mesures de défense commerciale.
A travers la loi 15-09 et son décret d'application, le Maroc se trouve en mesure de faire jouer un certain nombre d'instruments lui permettant de faire face aux importations massives et/ou subventionnées et de mieux protéger son espace économique de pratiques de dumping.
Les temps de la protection moyennant des leviers tarifaires étant révolus, cette pratique est consommée un peu partout dans le monde et ce, justement pour contrecarrer ou mettre un terme à toute forme de concurrence déloyale.
La fameuse main invisible d'Adam Smith ne pouvant plus réguler le marché ou apporter les corrections qui s'avéreraient nécessaires à la vérité des prix, il a bien fallu envisager ou penser à autre chose sans pour autant porter sérieusement atteinte à la libre circulation des biens et marchandises. La défense commerciale en l'occurrence.
Aussi, convient-il de souligner que les pratiques afférentes aux mesures de défense commerciale ne datent pas d'aujourd'hui et sont régies par l'article VI de l'accord général sur les tarifs douaniers et le commerce de 1994 qui, à ce titre, prévoit trois types de mesures, des mesures antidumping, des mesures compensatoires et des mesures de sauvegarde.
Au Maroc, cet instrument est à la fois méconnu et peu consommé.
Depuis 2009, le Maroc n'a lancé que 9 enquêtes dont 6 concernant l'antidumping et 3 la sauvegarde : la céramique, l'acier laminé, le papier A4, le contreplaqué, et le fer rond à béton. Et ce, au moment où le recours à ce genre de pratique explose un peu partout dans le monde.
Aux derniers chiffres, le nombre de mesures de défense commerciale initiés en 2013, au niveau mondial, a atteint 2100 mesures dont plus de la moitié émane de pays développés.
Aujourd'hui, le Maroc, signataire de nombreux accords de libre échange et sensé être au fait de l'impact des flux d'importation sur sa production nationale, est encore au stade de vulgarisation des dispositions de sa loi sur la défense commerciale.
A cet effet, la loi 15-09 fait l'objet de la part du département du commerce extérieur d'une campagne de communication qui, du 25 mai au 16 juin, couvrirait les principales villes du Royaume et dont le but annoncé consiste à collecter les doléances des operateurs vis-à-vis d'un mécanisme peu utilisé.
Et pourtant, l'avis du Patronat sur le sujet est on ne peut plus explicite et traite du besoin de mise en place d'assistance technique notamment en termes de collecte de données et preuves nécessaires au lancement des enquêtes et au raccourcissement des délais de leurs ouvertures.
D'autant plus que de l'avis même de ces opérateurs, la production nationale croit moins vite que les importations.

8/6/2015
Lu 395 fois
| |
 
Du fait de récoltes mondiales favorables : L’indice FAO des prix alimentaires à son plus bas niveau en six ans

Les prix des principaux produits alimentaires de base ont de nouveau reculé en mai frôlant leur plus bas niveau depuis septembre 2009 suite à la baisse sensible des cours des céréales du fait de perspectives de récoltes favorables pour cette année.
L'indice FAO des prix des produits alimentaires a atteint en moyenne 166,8 points en mai, en recul de 1,4 pc par rapport à avril et en forte chute (20,7 pc) par rapport à son niveau d'il y a un an.
La FAO a également amélioré ses prévisions de mai 2015 pour les productions mondiales de blé, céréales secondaires et riz, en anticipant des récoltes plus abondantes de maïs en Chine et au Mexique ainsi que des récoltes de blé plus abondantes en Afrique et en Amérique du Nord.
Selon les dernières prévisions révisées, la production céréalière mondiale en 2015 devrait atteindre 2,524 milliards de tonnes, soit 1 pc de moins par rapport au niveau record de l'an dernier. Alors que certains stocks seront tirés vers le bas, le ratio stock-utilisation des céréales devrait chuter légèrement, "confortant ainsi les vues selon lesquelles les marchés des céréales devraient rester généralement stables", indique-t-on à la FAO.
L'indice FAO des prix alimentaires est un indice pondéré par les échanges commerciaux qui permet de suivre l'évolution sur les marchés internationaux des prix des cinq principaux groupes de produits alimentaires: céréales, viande, produits laitiers, huiles végétales et sucre.

8/6/2015
Lu 2245 fois
| |
 
Perspectives macroéconomiques au Maroc : Le FMI souffle le chaud et le froid

"L'économie se redresse et les perspectives macroéconomiques au Maroc sont favorables, mais restent exposées à des risques extérieurs importants", a affirmé, vendredi, le chef de la mission du Fonds monétaire international (FMI) pour le Maroc, Jean-François Dauphin.
Dans un communiqué publié à l'issue de la mission effectuée dans le Royaume, du 28 mai au 5 juin, par une équipe des services du FMI, pour procéder à des entretiens avec les autorités sur la deuxième revue des résultats économiques obtenus dans le cadre de l'accord au titre de la Ligne de Précaution et de Liquidité (LPL), qui a été approuvé par le Conseil d'administration du FMI en juillet 2014, M. Dauphin a souligné qu'"après avoir ralenti en 2014, la croissance devrait s'établir autour de 5 pc en 2015, portée par une bonne production agricole et une accélération progressive de l'activité dans les autres secteurs".
Par ailleurs, ajoute la même source, "la position extérieure s'est améliorée, grâce à la baisse des prix du pétrole et à la forte performance des exportations des secteurs émergents".
M. Dauphin a précisé que le déficit des transactions extérieures courantes s'est réduit à 5,6 pc du PIB en 2014 et devrait continuer de baisser pour avoisiner 3 pc du PIB en 2015, faisant savoir que les réserves de change ont continué d'augmenter.
S'agissant du déficit budgétaire, le responsable du FMI a indiqué qu'il a continué de diminuer, en particulier en raison des mesures prises par le gouvernement pour réduire les dépenses publiques.
"La dette publique a augmenté, mais, à environ 65 pc du PIB, elle reste viable", a noté M. Dauphin, relevant que l'inflation demeure faible, à 1,5 pc, mais des efforts importants
restent à fournir pour diminuer le chômage, en particulier des jeunes.
"A moyen terme, la croissance devrait continuer de s'accélérer, sous réserve d'une amélioration des conditions extérieures et de la mise en œuvre des réformes", a affirmé le responsable, faisant observer que "les risques d'une période prolongée de croissance lente dans les pays avancés, d'une remontée des prix de l'énergie ou d'une augmentation de la volatilité sur les marchés restent considérables, et appellent à la poursuite des efforts visant à renforcer la résilience de l'économie".
Selon lui, "la réduction des vulnérabilités extérieure et budgétaire au cours des deux dernières années a été permise par une action volontariste de politique et de réforme économiques".
Et M. Dauphin de soutenir, dans ce sens, que des progrès "considérables" ont été accomplis dans la réforme du système des subventions, ce qui a permis de réduire son coût et les risques budgétaires y afférents.
Au même moment, a-t-il poursuivi, les programmes sociaux dans les domaines de la santé et de l'éducation ont été étendus, estimant que l'adoption d'une nouvelle loi organique des lois de finances en mai 2015 constitue une étape importante dans l'amélioration du cadre budgétaire.
Dans le même sens, a-t-il insisté, il est important de réformer dans les meilleurs délais le système des retraites afin d'en assurer la viabilité tout en étendant la couverture.
M. Dauphin a, en outre, déclaré que l'orientation de la politique monétaire demeure appropriée, ajoutant que le rééquilibrage récent des pondérations de l'euro et du dollar dans le panier auquel le dirham est rattaché correspond à la structure actuelle des échanges extérieurs du Maroc.
Pour le responsable du FMI, un assouplissement du régime de change, en coordination avec les autres politiques macroéconomiques, soutiendrait la stratégie gouvernementale de diversification des produits et des marchés d'exportation, et aiderait l'économie à mieux absorber les chocs.
A cet égard, a dit M. Dauphin, "il est également nécessaire de continuer d'améliorer le climat des affaires, la transparence, la concurrence et la gouvernance afin de rehausser davantage la compétitivité, de favoriser une croissance plus forte et plus riche en emplois, et de réduire la pauvreté".
Concernant le secteur financier, il reste "sain" et "résilient" grâce à la solidité du cadre de réglementation et de supervision, a-t-il fait remarquer, notant que bien qu'en augmentation, les créances en souffrance restent à un niveau bas et bien provisionnées.
Saluant les efforts déployés par les autorités pour continuer d'améliorer le cadre de politique financière, M. Dauphin a souligné qu'après l'adoption d'une nouvelle loi bancaire en novembre 2014, la mission du FMI attend avec intérêt l'adoption de la loi révisée sur la banque centrale.

8/6/2015
Lu 211 fois
| |
 
Le Maroc réélu à la 3ème vice-présidence de l’Organisation météorologique mondiale
Le Marocain Abdellah Mokssit, directeur de la Météorologie nationale, a été réélu jeudi dernier troisième vice-président de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies, pour un nouveau mandant de quatre ans.

Cette réélection, qui s'est déroulée dans le cadre du 17ème congrès météorologique mondial à Genève, conforte le Maroc dans son rôle de leadership à l'échelle africaine dans le domaine de la météorologie.
Elle vient témoigner de la reconnaissance internationale de l'expertise du Royaume qui a été déjà élu à la présidence du consortium ALADIN de prévision numérique dont il est membre fondateur.
La direction de la météorologie nationale n'a pas cessé de jouer des rôles de premier ordre lors des évènements régionaux et internationaux en lien avec la météorologie et les changements climatiques, se positionnant comme une référence à l'échelle continentale.
M. Mokssit, en poste depuis 2011, est vice-président du groupe de travail relevant du Groupe d'experts intergouvernemental sur les changements climatiques (GIEC), chargé d'évaluer les aspects scientifiques du système climatique et de l'évolution du climat. "C'est un membre éminent de plusieurs commissions de l'OMM, notamment la commission de climatologie et la commission des systèmes de base", indique-t-on auprès de cette agence spécialisée de l'ONU.
Il contribue activement à la coopération internationale avec des centres régionaux et internationaux, comme le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme et le consortium ALADIN, qui regroupe plusieurs pays européens agissant en matière de prévision numérique du temps.
Au sein de la direction météorologie nationale, M. Mokssit a été l'un des principaux acteurs du processus de modernisation des prévisions, de la prévision immédiate à la prévision à longue échéance, de même qu'il a contribué à la mise en place des modèles régionaux de scénarios de changements climatiques.
"Son apport est reconnu dans les études d'impact sectoriel des changements climatiques et des services à l'intention des utilisateurs", souligne-t-on auprès de l'OMM.
Le troisième vice-président de l'organisation, membre du Conseil économique, social et environnemental, est diplômé en génie civil de l'Ecole nationale de la météorologie de Toulouse (France) et est lauréat en télématique et informatique de l'Ecole d'ingénieurs Supélec (France).
Le congrès a été marqué jeudi par l'élection du Finlandais Petteri Taalas à la tête de l'OMM, succédant ainsi au français Michel Jarraud.

8/6/2015
Lu 816 fois
| |
 
11ème Réunion de haut niveau Espagne-Maroc : Rabat et Madrid pour plus d’échanges commerciaux

Le Maroc et l'Espagne sont engagés à favoriser l'émergence d'un cadre économique propice à plus d'échanges commerciaux, de flux d'investissement et de joint-ventures, particulièrement dans les secteurs émergents, tels que les énergies renouvelables, l'automobile, l'agro-alimentaire et le gaz naturel liquéfié.
Dans la Déclaration conjointe publiée au terme des travaux de la 11ème Réunion de haut niveau Maroc-Espagne, tenue sous la co-présidence des chefs de gouvernement des deux pays, les deux parties ont souligné
l'importance de la coopération entre les instances gouvernementales, ainsi que l'implication des opérateurs économiques, pour une meilleure gestion des dossiers liés aux investissements et au commerce bilatéral.
L'Espagne et le Maroc se sont félicités, à cette occasion, de "l'évolution remarquable" de leur partenariat économique et ont relevé, avec satisfaction, l'intégration de plus en plus grande entre les chaînes de valeur des deux économies, lit-on dans la Déclaration conjointe.
Rabat et Madrid se sont également félicités de leur "coopération exemplaire" en matière de sécurité qui enregistre un "bilan extrêmement positif", et ce grâce à la "confiance mutuelle et à l'étroite collaboration entre les services de sécurité". Les deux pays se sont félicités également des résultats obtenus en matière de lutte contre le terrorisme, le trafic de drogue et l'immigration clandestine. Concernant la lutte contre le trafic de drogue, les deux parties ont convenu de renforcer et de poursuivre la collaboration efficace par voies terrestre, maritime et aérienne à travers le détroit de Gibraltar, soulignant l'efficacité du Plan Telos, qui constitue un modèle en matière de coordination des stratégies de surveillance des frontières et de lutte contre le trafic de drogue par voie aérienne.
D'autre part, l'Espagne a salué la nouvelle politique migratoire lancée par le Maroc, en septembre 2013, marquée notamment par l'opération exceptionnelle de régularisation de migrants en situation irrégulière et leur insertion dans le tissu économique et social du pays. Dans ce contexte, Madrid a exprimé sa détermination de continuer à soutenir les efforts du Maroc visant la mise en œuvre de cette nouvelle politique migratoire.
L'Espagne a, par ailleurs, exprimé son soutien à la stratégie du Maroc dans la lutte contre le terrorisme. Cette stratégie articule renforcement de la sécurité, développement économique inclusif et promotion de la tolérance religieuse, précise le texte de la déclaration conjointe.
Les deux parties se sont, par ailleurs, "réjouies de leur collaboration en matière de lutte contre le terrorisme nucléaire et se sont engagées à renforcer leur coopération à travers des actions concrètes, comme l'exercice sur le transport sûr des matières nucléaires et radioactives, qui a lieu cette année, en partenariat avec l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA)", ajoute le document.
L'Espagne a, en outre, réitéré sa "grande appréciation pour la dynamique de réforme, d'ouverture et de progrès que le Maroc mène sous la conduite de Sa Majesté le Roi Mohammed VI ". Le gouvernement espagnol a également salué le modèle démocratique marocain, singulier dans la région, qui s'articule sur l'ouverture, la tolérance et la liberté.
A cette occasion, les deux parties ont salué le renforcement des relations entre les institutions législatives des deux pays, à travers la tenue du 3ème Forum Parlementaire à Rabat en janvier 2015, après les sessions de Madrid en 2013 et de Rabat en 2012.
Au volet de notre intégrité territoriale, l'Espagne salue les efforts "sérieux et crédibles" déployés par le Maroc pour parvenir à une solution à la question du Sahara. Les deux pays "se félicitent de l'adoption, en avril 2015, de la résolution 2218 du Conseil de Sécurité des Nations Unies" sur la question du Sahara, souligne la Déclaration conjointe qui précise que les deux parties ont rappelé "l'importance de la reprise des négociations sur des bases solides, conformément aux résolutions et aux paramètres clairement définis par le Conseil de sécurité". Rabat et Madrid ont mis l'accent sur "l'esprit de compromis et de réalisme pour arriver à une solution politique consensuelle et mutuellement acceptable".
Dans ce contexte, les deux parties ont reconnu qu'une "solution de ce contentieux de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l'Union du Maghreb arabe (UMA) contribueront à la stabilité et à la sécurité dans la région".

8/6/2015
Lu 7563 fois
| |
 
Aéroport Mohammed V : Un inspecteur de police arrêté pour soupçons de corruption

Un inspecteur de police affecté à l’aéroport international Mohammed V a été arrêté vendredi pour des soupçons d’implication dans une affaire de corruption, a indiqué la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Le policier a été placé en détention préventive en attendant les résultats de l'enquête menée par le service préfectoral de la police judiciaire de Casablanca sous la supervision du parquet compétent, après que l'accusé a été filmé par les caméras de surveillance en train d'accepter un avantage financier en contrepartie de l'accomplissement de l'une de ses tâches administratives, souligne la DGSN dans un communiqué.
L'accusé sera déféré devant le parquet dès clôture de l'enquête, ajoute la même source précisant que le policier a été suspendu temporairement de ses fonctions en attendant l'issue de la procédure judiciaire en cours.
Le communiqué explique que cette arrestation s inscrit dans le cadre des missions de contrôle administratif effectuées par la DGSN pour garantir le fonctionnement normal des différents services policiers.

8/6/2015
Lu 1587 fois
| |
 
Turquie : Législatives test pour Erdogan
Les Turcs votaient dimanche pour élire leurs députés dans un scrutin déterminant pour l'avenir du président Recep Tayyip Erdogan, qui espère une large victoire de son parti, au pouvoir depuis treize ans, pour renforcer son emprise contestée sur le pays.

Près de 54 millions d'électeurs sont appelés aux urnes jusqu'à 17h00 (14h00 GMT), au terme d'une campagne électorale sous haute tension après un attentat à la bombe qui a fait deux morts et plus d'une centaine de blessés vendredi lors d'une réunion publique du parti kurde dans son fief de Diyarbakir (sud-est).
Vainqueur de tous les scrutins depuis 2002, le Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) de M. Erdogan est assuré d'arriver en tête dimanche soir.
Mais, pour la première fois depuis le début de son règne, il se présente affaibli face aux électeurs, victime du déclin de l'économie et des critiques sur sa dérive autoritaire. Les derniers sondages le créditent de 40 à 42% des suffrages, en net recul par rapport à son score d'il y a quatre ans (49,9%).
L'ampleur de ce recul s'annonce crucial pour le chef de l'Etat, qui a décidé de jouer son va-tout à l'occasion de cette élection.
Premier ministre à poigne pendant onze ans, il a été élu chef de l'Etat en août dernier et a rendu sur le papier les clés de l'exécutif et du parti à son successeur, l'ancien ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu.
Mais, bien décidé à garder les rênes du pays, M. Erdogan plaide depuis pour la présidentialisation du régime et le renforcement de ses pouvoirs, contre ses détracteurs qui redoutent avec cette réforme une "dictature constitutionnelle".
Pour réussir son opération, M. Erdogan a besoin d'un raz-de-marée électoral. Si l'AKP rafle les deux tiers (367) des 550 sièges de députés, il pourra voter seul la réforme constitutionnelle qui renforce ses prérogatives.
S'il n'en obtient que 330, il pourra la soumettre à référendum. Sinon, son ambition s'écroulera.
Malgré l'usure du pouvoir, il garde une forte popularité dans le pays. "Nous sommes de tout c ur avec l'AKP. J'ai voté à nouveau pour eux parce que je veux que la  Turquie soit dirigée par un président fort", a confié à l'AFP Mehmet Köse, 50 ans, un vendeur de fruits qui a voté dans le district de Sisli à Istanbul.
Mais les derniers sondages suggèrent que le président pourrait bien perdre son pari.
"J'ai voté pour l'AKP lors des précédentes élections parce qu'ils ont fait du bon travail. Mais je n'ai plus confiance en eux", a dit Murat Sefagil, 42 ans, un autre électeur d'Istanbul qui a accordé son suffrage à l'opposition.
"J'espère que cette élection sera la bonne et que nous pourrons nous débarrasser de "Tayyip" et de sa bande", a renchéri Ergin Dilek, un ingénieur de 42 ans venu voter avec son épouse dans le quartier résidentiel de Yildiz, à Ankara.
Plus encore que les deux grands partis d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate) et le Parti de l'action nationaliste (MHP, droite), le parti kurde constitue le principal obstacle sur la route de M. Erdogan.
S'il franchit la barre des 10% des voix, requise pour entrer au parlement, le Parti démocratique du peuple (HDP) devrait obtenir une cinquantaine de sièges de députés et ainsi priver l'AKP de la majorité qualifiée qu'il convoite. En cas de poussée du CHP et du MHP, le parti au pouvoir pourrait même perdre sa majorité absolue.
Très à gauche, moderne et tourné vers les minorités, le parti kurde est emmené par un "quadra" charismatique, Selahattin Demirtas, qui espère profiter de son statut de "faiseur de rois" pour élargir son audience traditionnelle.
"Je ne suis pas d'origine kurde mais j'ai décidé de voter HDP pour que l'AKP ait moins de sièges", a confié à l'AFP Ilker Sorgun, un électeur d'Ankara.
En déposant son bulletin dans l'urne dimanche à Istanbul, M. Demirtas a réaffirmé ses ambitions. "On ne peut pas dire que la campagne a été très démocratique", a-t-il déploré devant la presse, "mais j'espère que le résultat de ce scrutin contribuera à la paix et à la démocratie en Turquie".
"Nous voulons que ce jour soit une fête pour la démocratie", a renchéri le chef du gouvernement Ahmet Davutoglu en votant dans son fief de Konya (est).
Plus de 400.000 policiers et gendarmes ont été déployés dans tout le pays pour assurer la sécurité du scrutin, selon les médias turcs.

8/6/2015
Lu 69 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Sociétés de personnes non-résidentes : Pas d’obligation légale d’information sur la propriété des parts
Les concernés et comment se faire enregistrer
BREVES
Ciné - zoom : Les dialogues de films

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Informer ne veut pas dire influencer: Quand la chaîne de télévision publique France3 se fait la caisse de résonance des détracteurs du Maroc
Yasser Ayoubi

Fonctionnaires et autres employés, vous êtes avertis : M. Benkirane vous dit qu’il n’y aura pas d’augmentation de salaires

Ahmed NAJI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 L’autisme incarné dans un nouveau film, « Le monde de Nathan» : Sans diagnostic, on est encore plus autiste
 Informer ne veut pas dire influencer: Quand la chaîne de télévision publique France3 se fait la caisse de résonance des détracteurs du Maroc
 Marrakech: Un lycée qualifiant arbore le nom du Faquih Mohammed Binebine
 Sidi Kacem : Santé : L’INDH, vecteur de développement
 Ciné - zoom : Les dialogues de films
 Ciné - star : 10 choses que vous ignorez peut-être sur ...  : Christopher Lee
 Expulsion d’une ressortissante espagnole venue “parrainer des actions non autorisées”
 Sociétés de personnes non-résidentes : Pas d’obligation légale d’information sur la propriété des parts
 Les concernés et comment se faire enregistrer
 Le géant américain Google propose d’accompagner l’internationalisation des entreprises marocaines


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems