Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Données personnelles : Le Maroc consolide sa coopération avec le Conseil de l’Europe...      Nouvelle desserte aérienne Rabat-Amsterdam...      Sécurité : Des caméras de surveillance à Casablanca...      2ème séminaire maroco-espagnol en matière de sécurité : Priorité à la lutte contre le radicalisme...      SM le Roi et le chef d’Etat gabonais visitent le CHU d’Agondje à Libreville et l’institut de cancérologie ...  
 
 
 
        Nationale
 
Données personnelles : Le Maroc consolide sa coopération avec le Conseil de l’Europe

Le Maroc s’est investi de plain-pied dans le domaine de la protection des données à caractère personnel, dans une perspective de respect des droits de l’Homme, avec à la clé un cadre de coopération avantageuse avec le Conseil de l’Europe.
Tel est le constat dressé lors d’un panel organisé jeudi à Genève en marge de la 25e session du Conseil des droits de l’Homme avec la participation de M. Mahjoub El Haiba, délégué interministériel aux droits de l’Homme.
A cette occasion, M. El Haiba a mis en évidence l’engagement du Royaume en faveur de la protection des données personnelles des citoyens, comme en témoigne son adhésion à la convention 108 y afférente.
«L’approche que nous suivons consiste à intégrer la consécration de protection des données comme étant un droit fondamental», a déclaré à la MAP le président de la Commission nationale pour le contrôle des données à caractère personnel, M. Said Ihrai, qui a également pris part à ce panel.
Le Royaume est actuellement «en voie de finalisation de l’adhésion du Maroc à la convention108 et son protocole», a-t-il indiqué, soulignant qu’il s’agit là d’»un progrès énorme puisque nous accédons aux standards universels en la matière».
Selon lui, le pas ainsi franchi permet au Maroc de promouvoir une coopération égalitaire avec le Conseil de l’Europe dans ce domaine. C’est ainsi que les deux parties envisagent de tenir, le 20 mars à Rabat, des ateliers dédiés à la protection des données personnelles et à la sensibilisation à cette question.
Dans une déclaration similaire, Mme Sophie Kwasny, chef de l’unité de protection des données au conseil de l’Europe, a qualifié l’adhésion du Maroc à la convention 108 sur la protection des données de «signal fort de son engagement en faveur des droits de l’Homme» puisqu’il s’agit d’un instrument empreint de respect des droits des personnes.
«C’est une approche très positive. Il convient à présent d’informer et de sensibiliser l’opinion publique sur les moyens de protection», a-t-elle fait valoir.
En marge de la 25e session ordinaire du CDH à Genève, M. Mahjoub El Haiba a eu un entretien avec le secrétaire général de l’Union interparlementaire (UIP), Anders Johnson, consacré à l’examen des préparatifs en vue d’un séminaire qui sera organisé prochainement au Maroc.
Ce séminaire aura à examiner le rôle dévolu aux parlementaires au sein du Conseil des droits de l’Homme et ses divers mécanismes, en particulier l’Examen périodique universel.

9/3/2014
Lu 2143 fois
| |
 
Nouvelle desserte aérienne Rabat-Amsterdam

La Compagnie néerlandaise Corendon Dutch Airlines a inauguré jeudi soir sa première desserte aérienne hebdomadaire reliant Rabat à Amsterdam.
Cette nouvelle ligne aérienne renforcera les dessertes liant Rabat à l’Europe, l’un des marchés émetteurs de touristes, a indiqué le directeur délégué de l’aéroport Rabat-Salé, Abdelaziz Kinani à cette occasion.
L’aéroport de Rabat-Salé connaît, depuis l’inauguration du nouveau terminal, 54 vols hebdomadaires vers Paris, Marseille, Charleroi, Madrid, Girone et Amsterdam, a précisé M. Kinani.
La création d’autres lignes en partance de l’aéroport de Rabat-Salé vise l’accompagnement du dynamisme que connaît la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer et l’adhésion dans le processus de développement qui a pour but de faire de la capitale du Royaume une destination touristique.
Le mouvement des vols dans l’aéroport de Rabat-Salé a enregistré une nette hausse, particulièrement après l’inauguration du nouveau terminal en janvier 2012, a-t-il dit, faisant savoir que le nombre de voyageurs est passé de 350.000 en 2012 à 485.000 en 2013.

9/3/2014
Lu 2051 fois
| |
 
Sécurité : Des caméras de surveillance à Casablanca

Prés de 40 millions de dirhams pour renforcer la sécurité des citoyens casablancais et des automobilistes. Au total, 500 caméras de surveillances vont être installées, à la fin du mois de mars 2014, dans les principales artères de la capitale économique et dans certaines parties de la périphérie.
Afin d’endiguer l’insécurité grandissante qui inquiète les citoyens de la capitale économique, et veiller sur le respect scrupuleux du code de la route, les responsables locaux prévoient de mettre en place des caméras de surveillance dans 19 boulevards et 13 carrefours de Casablanca. Même si le nombre programmé de 500 caméras est «insuffisant», selon certains habitants qui affirment que «les citoyens vivant dans la périphérie sont plus concernés par les problèmes liés à l’insécurité», cette initiative pourrait faciliter le travail de la police casablancaise. En effet, les agressions sont plus fréquentes dans les quartiers populaires et dans certaines ruelles où l’éclairage public fait parfois défaut. Ainsi, cette politique sécuritaire qui commence dans des quartiers aux alentours des boulevards d’Anfa et Gandhi, devrait être étendue dans certaines zones périurbaines comme Hay Hassani et Hay Mohammadi.
Cependant, pour la plupart des citoyens casablancais, le cœur du problème de l’insécurité serait ailleurs. Les pouvoirs publics devraient d’abord, s’attaquer aux principales sources de la criminalité et de la recrudescence de la délinquance qui sont la pauvreté, l’ignorance, la scolarisation des jeunes, le chômage, les disparités sociales, et les addictions à l’alcool et à la drogue…
La décision d’installer des caméras dans certains boulevards de Casablanca pourrait ainsi être une initiative louable. Mais quelques soient les mesures prises par les autorités, le bien être des populations, leur sécurité, leur dignité doivent faire l’objet d’une mobilisation générale de toutes les forces vives de la société et être au cœur des préoccupations de tous les décideurs car la cohésion sociale et la stabilité politique et économique du Maroc en dépendent fortement. Les citoyens de leur côté, devront faire preuve de plus de civisme et de respect des règles établies pour le bon fonctionnement de la société. (Villes du Maroc).

9/3/2014
Lu 2195 fois
| |
 
2ème séminaire maroco-espagnol en matière de sécurité : Priorité à la lutte contre le radicalisme

Le 2eme séminaire maroco-espagnol en matière de sécurité a entamé ses travaux, jeudi à Marrakech, avec la participation de hauts responsables de la sécurité des deux pays qui vont se pencher sur le thème «Radicalisation obscurantiste et déradicalisation clairvoyante : défis pour la coproduction de la sécurité».
Ce séminaire, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des mécanismes de coopération sécuritaire entre le Maroc et l’Espagne, s’assigne pour objectif de faire le diagnostic des risques sécuritaires actuels, d’échanger les expertises et les expériences entre les deux parties au sujet d’une question sécuritaire d’intérêt commun «la lutte contre le radicalisme à l’origine du phénomène du terrorisme».
Ce séminaire scientifique sera marqué par une série d’exposés présentés par des experts marocains et espagnols sur les divers aspects du radicalisme, particulièrement auprès des jeunes et des communautés nationales à l’étranger, l’usage des nouvelles technologies au service la propagande du radicalisme, et les bonnes pratiques dans la lutte contre le prosélytisme du radicalisme et de l’extrémisme dans les espaces publics et auprès des populations carcérales.
Intervenant à l’ouverture de ce séminaire, le directeur général de la sûreté nationale (DGSN), M. Bouchaib Rmail a souligné «l’importance de ces journées d’échanges entre la Police Nationale Espagnole et la Direction générale de la sûreté nationale sur une thématique en relation directe avec la radicalisation et les moyens à mettre en œuvre pour contrer le phénomène du radicalisme dont les conséquences défient les valeurs humaines les plus enracinées dans l’histoire de l’humanité et tentent de bousculer la tolérance qui a toujours été de mise dans nos deux sociétés».
M. Rmail a affirmé «la profonde prise de conscience des deux parties de la nécessité d’aller de l’avant en matière de coopération relative au déploiement de tous les efforts requis pour raffermir les liens distingués en matières d’échanges, d’expertise et d’assistance mutuelle dans la perspective de relever le défi d’assurer efficacement la sécurité de nos deux pays et d’éradiquer tout phénomène susceptible de troubler la quiétude de nos concitoyens respectifs et de heurter de front les valeurs universelles des pays civilisés».
«A cet effet deux dimensions nécessiteraient d’être gérées en parallèle : la dimension opérationnelle et la dimension stratégique, compte tenu de la situation géographique de l’Espagne et du Maroc. L’un est la porte de l’Europe, l’autre est la porte voisine de l’Afrique avantageant un flux humain de plus en plus envahissant et difficile à contrôler sans un effort extraordinairement important et vecteur signifiant parfois de phénomène radicaliste se nourrissant de doctrines obscurantistes», a-t-il dit.
Après avoir rappelé les pratiques des promoteurs de l’idiologie du radicalisme pour propager une pensée obscurantiste et inciter à la violence et au terrorisme, particulièrement les via les nouvelles technologies de la communication, M. Rmail a affirmé que «les techniques et les méthodes pour assurer la déradicalisation ne peuvent garantir le résultat escompté que si elles épousent parfaitement les contours des phénomènes radicalistes, en mettant en place des stratégies idoines neutralisant les méthodes et moyens y afférents mis à profit par les radicalistes».
Et de conclure par le souhait qu’une telle rencontre puisse «mettre les jalons d’une stratégie efficace de lutte contre toutes formes de radicalisme, car aucune forme de ce phénomène ne doit être épargnée, afin de faire obstacle à ce qu’elles se nourrissent les unes des autres et donner lieu à des foyers d’actes terroristes dommageables pour notre sécurité, pour notre stabilité et pour nos valeurs humaines et religieuses».
Pour sa part, le directeur général de la police espagnole, Ignacio Cosido, a souligné que la lutte contre le phénomène de la radicalisation constitue une «priorité maximale» pour la police espagnole et l’un des points importants de l’agenda de coopération bilatéral entre les polices marocaine et espagnole.
Il a relevé que ce phénomène, qui représente sans doute une menace et un danger pour la sécurité des deux pays, est d’une grande complexité qui transcende l’action policière, ajoutant qu’il requiert l’implication de l’ensemble des institutions et celle de la société, ainsi qu’une coopération internationale.
M. Cosido a fait observer que l’organisation de ce séminaire est une preuve de la volonté des corps de police des deux pays de jouer un rôle de premier plan en matière de lutte contre le phénomène de la radicalisation, ajoutant que cette rencontre «nous place devant un nouveau défi».
«Il n’est plus suffisant d’arrêter les terroristes qui font partie des différentes cellules opérant dans nos pays respectifs, mais il faut être capable de rompre la capacité de recrutement de ces organisations criminelles», a-t-il expliqué, estimant qu’il s’agit d’un «défi difficile, mais fondamental pour qu’on puisse garantir notre sécurité».
M. Cosido a tenu, par ailleurs, à réitérer les remerciements non seulement de la police espagnole, mais de l’ensemble des Espagnols, pour «l’excellente» coopération apportée par le Maroc en matière de lutte contre l’immigration illégale.
Il a mis en exergue, dans le même sens, le succès de la coopération entre les deux pays également dans leur lutte conjointe contre le crime organisé, le trafic de drogue et le phénomène du terrorisme, faisant savoir que cette coopération ne se limite pas uniquement à un échange d’information constant, fluide et utile entre les deux parties.
Cette coopération bilatérale «a franchi un pas en avant» dernièrement sur le plan opérationnel en permettant de mener des opérations conjointes «très importantes» de lutte contre le terrorisme, a-t-il expliqué.
Le séminaire de Marrakech s’inscrit dans le cadre de la mise en application des recommandations du comité sécuritaire stratégique créée conjointement par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et la Direction générale de la Police nationale espagnole en novembre dernier à Cordoue (Sud de l’Espagne).
Ce comité est chargé de fixer les priorités de l’action des services de sécurité des deux pays et d’adopter et évaluer les mesures nécessaires, afin de mettre en œuvre les lignes stratégiques de la coopération bilatérale dans le domaine sécuritaire.
La rencontre de Marrakech intervient après le premier Séminaire maroco-espagnol en matière de sécurité, tenu fin novembre dernier à Cordoue sous le thème «Nouveaux défis, plus de coopération».
Ce séminaire scientifique conjoint est initié comme un outil de renforcement de la coopération sécuritaire entre les deux pays.
La Direction générale de la sûreté nationale avait conclu avec la Direction générale de la Police nationale espagnole, en avril 2013, une convention de coopération pour organiser la coopération bilatérale dans la lutte contre la migration illégale.

9/3/2014
Lu 2113 fois
| |
 
Sebta et Mellilia: L’Espagne installera des filets anti-escalade aux “frontières”

Jorge Fernandez Diaz, ministre espagnol de l’intérieur, a annoncé que seront montés sur les lignes “frontalières” séparant Sebta et Mellilia du reste du territoire marocain, des filets de protection anti-escalade, qui serviraient à empêcher l’entrée des clandestins subsahariens.
Ce dispositif sera également renforcé par l’envoi, dans les prochaines semaines, de 20 agents de la Garde civile et d’un hélicoptère, a précisé le ministre lors de sa visite, mercredi, au préside de Sebta, a indiqué le quotidien espagnol El Pais.
Tout en qualifiant le Maroc de pays voisin, ami, partenaire et allié, Jorge Fernandez a salué le niveau de coopération avec le Maroc en matière de lutte contre l’immigration clandestine, soulignant que les forces de sécurité marocaines déploient des efforts importants pour juguler ce phénomène. Il a, dans ce contexte, annoncé la tenue, le 26 mars à Tanger, d’une réunion avec le Maroc pour évoquer l’accord bilatéral, signé en 1992, en matière d’immigration et examiner la possibilité de mettre en place une commission mixte.
Après Sebta, le ministre espagnol de l’Intérieur s’est rendu jeudi à Mellilia pour des réunions avec les responsables locaux, de la Garde civile et de la police.

9/3/2014
Lu 1191 fois
| |
 
Sebta et Mellilia: L’Espagne installera des filets anti-escalade aux “frontières”

Jorge Fernandez Diaz, ministre espagnol de l’intérieur, a annoncé que seront montés sur les lignes “frontalières” séparant Sebta et Mellilia du reste du territoire marocain, des filets de protection anti-escalade, qui serviraient à empêcher l’entrée des clandestins subsahariens.
Ce dispositif sera également renforcé par l’envoi, dans les prochaines semaines, de 20 agents de la Garde civile et d’un hélicoptère, a précisé le ministre lors de sa visite, mercredi, au préside de Sebta, a indiqué le quotidien espagnol El Pais.
Tout en qualifiant le Maroc de pays voisin, ami, partenaire et allié, Jorge Fernandez a salué le niveau de coopération avec le Maroc en matière de lutte contre l’immigration clandestine, soulignant que les forces de sécurité marocaines déploient des efforts importants pour juguler ce phénomène. Il a, dans ce contexte, annoncé la tenue, le 26 mars à Tanger, d’une réunion avec le Maroc pour évoquer l’accord bilatéral, signé en 1992, en matière d’immigration et examiner la possibilité de mettre en place une commission mixte.
Après Sebta, le ministre espagnol de l’Intérieur s’est rendu jeudi à Mellilia pour des réunions avec les responsables locaux, de la Garde civile et de la police.

9/3/2014
Lu 1424 fois
| |
 
SAR le Prince Moulay Rachid et SAS le Prince Albert II de Monaco visitent le Centre SAR le Prince Moulay Rachid pour les personnes trisomiques

Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid et Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco, ont effectué, jeudi à Rabat, une visite au Centre SAR le Prince Moulay Rachid, qui prend en charge les personnes trisomiques issues principalement des milieux défavorisés, de la naissance à l’âge adulte.
En cette occasion, SAR le Prince Moulay Rachid et SAS le Prince Albert II de Monaco ont effectué une tournée dans les locaux du Centre et ont suivi des explications sur le fonctionnement de cette structure, qui fait partie du programme de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) dans la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer.
Inauguré en juin 2012 par SAR le Prince Moulay Rachid, président d’honneur de l’Association marocaine de soutien et d’aide aux personnes trisomiques (AMSAT), cet établissement offre des services de rééducation paramédicale, d’accompagnement psychologique et socio-éducatif et de formation socio-professionnelle.
D’une superficie de 1.000 m2, le centre a une capacité d’accueil de 300 personnes en rééducation et d’une cinquantaine au niveau des ateliers de formation dans les métiers de la cuisine et du jardinage.
Le centre se compose de trois étages, à savoir le rez-de-chaussée abritant des salles spécialisées dans l’orthophonie, la kinésithérapie, l’éducation psychomotrice, le suivi psychologique et le suivi de l’intégration scolaire des enfants trisomiques, le premier étage doté d’une bibliothèque spécialisée et d’un service de formation et de projets, et le sous-sol réservé aux ateliers socioéducatifs, d’hôtellerie et de gastronomie.
Reconnue d’utilité publique, l’AMSAT œuvre, depuis sa naissance en 1981, à l’intégration socioprofessionnelle des personnes trisomiques.
La trisomie 21 (ou syndrome de down) est la plus fréquente anomalie congénitale d’origine chromosomique, qui se manifeste par une diminution du tonus musculaire, un retard du développement psychomoteur et une déficience intellectuelle avec variations individuelles importantes.
En visite de trois jours au Maroc, SAS le Prince Albert II de Monaco est arrivée mercredi à l’aéroport de Rabat Salé à la tête d’une délégation comprenant, notamment, le Conseiller de Gouvernement pour les Relations Extérieures et la Coopération, José Badia et le Conseiller au Cabinet princier, Didier Gamerdinger, ainsi que des représentants d’institutions monégasques.

9/3/2014
Lu 234 fois
| |
 
SM le Roi et le chef d’Etat gabonais visitent le CHU d’Agondje à Libreville et l’institut de cancérologie

Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, et son Excellence le Président Ali Bongo Ondimba, ont visité jeudi le Centre Hospitalier Universitaire d’Agondje à Libreville.
Au cours de cette visite, les deux chefs d’Etat ont parcouru les différents départements et services, dont l’institut de cancérologie, qui a fait l’objet d’un partenariat entre la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des Cancers et la Fondation Sylvia Bongo Ondimba.
La fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des Cancers a mis à la disposition de l’institut de cancérologie de Libreville, à titre permanent, des radiothérapeutes, ainsi que des physiciens et techniciens.
Auparavant, la Fondation Lalla Salma pour la prévention et le traitement des Cancers avait procédé à la formation au Maroc de 10 médecins spécialistes et de 80 techniciens gabonais, la mise en place d’un programme de prévention et de détection précoce des cancers du sein et du col de l’utérus, ainsi qu’à l’octroi d’un don de médicaments pour enfants cancéreux.
Lors de la visite de l’institut de cancérologie de Libreville, situé au sein du CHU d’Agondjé,, des explications ont été fournies à à SM le Roi sur cet institut de cancérologie ultramoderne, réalisé en partenariat avec la Fondation Lalla Salma Prévention et Traitement des cancers.
Erigée au sein du CHU d’Agondjé, à l’initiative de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba, cette nouvelle infrastructure sanitaire constitue une avancée notable dans la prise en charge sur place des personnes atteintes de cancer et dans l’amélioration en général de l’offre de santé au Gabon.
L’institut de cancérologie de Libreville a pour missions d’offrir des soins de qualité aux malades souffrant du cancer, de faciliter l’accès aux soins aux malades cancéreux, de promouvoir le développement de toutes les disciplines médicales impliquées dans le diagnostic et le traitement des cancers et de développer la recherche scientifique dans le domaine du cancer.
Un staff médical marocain est chargé de la formation et de la fourniture des soins médicaux au sein de cet établissement.
L’institut, dont l’objectif à long terme est de faire du Gabon un leader en Afrique centrale en matière de lutte contre les cancers, est doté d’un pavillon technique et d’un pavillon d’hospitalisation de 18 lits.
Le pavillon technique comprend un service de radiothérapie, un service de médecine nucléaire, une unité de chimiothérapie ambulatoire, une unité de physique médicale, une unité de maintenance biomédicale et un laboratoire d’histopathologie et de biologie des tumeurs.
L’institut est équipé de deux accélérateurs linéaires de particules, une Gamma caméra SPECT CT, un scanner de simulation 16 barrettes, un laboratoire chaud de préparation des radio-pharmaceutiques et 8 postes de chimiothérapie.
SM le Roi a également visité les services de pédiatrie, de gynécologie-obstétrique et de maternité.
Le CHU d’Agondjé vise à assurer en continu des soins de qualité, contribuer à la formation et organiser la recherche clinique fondamentale et opérationnelle.
Doté d’une administration centrale et d’un service des admissions, le CHU d’Agondjé comprend quatre blocs opératoires (y compris neurochirurgie et chirurgie cardiaque), un laboratoire (hématologie, parasitologie, séro-immunologie), une imagerie médicale, une unité centrale de stérilisation, une clinique de consultations externes (pédiatrie, gynéco-obstétrique).
Ce CHU est également doté des services de cardiologie, dermatologie, ORL, hépato-gastro-entérologie, neurochirurgie, chirurgie, neurologie, ophtalmologie, urologie, stomatologie, diététique, en plus de pavillons d’hospitalisation (médecines et spécialités médicales, chirurgie et spécialités chirurgicales, gynéco-obstétrique, pédiatrie et néonatologie).
D’une capacité litière de 160 lits, le CHU d’Agondjé dispose aussi d’une pharmacie et de services techniques.

9/3/2014
Lu 10445 fois
| |
 
Visite de SM le Roi au Gabon : Un partenariat de portée stratégique scellé entre Rabat et Libreville dans le domaine des engrais

Le Maroc et le Gabon ont conclu jeudi, à l’occasion de la visite qu’effectue SM le Roi Mohammed VI à Libreville, un accord prévoyant la construction d’usines d’engrais dans les deux pays pour la production de 2 millions de tonnes d’engrais par an dès 2018.
SM le Roi et le Président Ali Bongo Ondimba, ont ainsi présidé, au Palais présidentiel à Libreville, la cérémonie de signature de ce partenariat stratégique entre le Royaume du Maroc et la République Gabonaise dans le domaine des engrais.
Ce partenariat de portée stratégique a pour vocation de renforcer durablement la sécurité alimentaire du continent. Il traduit la forte volonté politique des deux chefs d’Etat et s’inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud, solidaire et agissante.
Ce projet, constituant une véritable première à plusieurs niveaux, a pour vocation de permettre l’expression d’un authentique leadership africain dans le domaine de la valorisation agricole, sur un continent où près de 80 pc de terres arables ne sont pas exploitées.
Il vise à produire des engrais à forte teneur en phosphate et en ammoniaque adaptés ainsi aux spécificités des différents écosystèmes que compte le sol africain, représentatif des écosystèmes existant sur d’autres continents , et valoriser dès aujourd’hui le potentiel agricole au profit du développement humain durable.
La capacité totale de production sera de l’ordre de 2 millions de tonnes d’engrais par an dès 2018, qui seront acheminés en priorité vers les pays d’Afrique.
La forte demande en engrais, adaptés et accessibles, fait que le potentiel d’exploitation pourrait être de 8 millions de tonnes par an et permettra dans le futur de réaliser plusieurs unités industrielles intégrées de ce type dans la sous-région, voire également dans l’Est africain.
A cette occasion, M. Mostapha Terrab, Président Directeur Général du Groupe OCP a présenté, sur écran, un exposé sur ce partenariat fondé sur le principe d’une intégration aux ressources naturelles des deux pays (phosphate et gaz).
Cette initiative consiste à créer des unités de production d’engrais : Au Gabon : 1 unité de production d’Ammoniaque (à partir du gaz gabonais), la première unité de ce type dans la région et qui alimentera en priorité les marchés limitrophes et 1 unité de production d’engrais, Au Maroc : 2 unités de production d’Acide Phosphorique à partir du phosphate marocain dont la source a déjà été identifiée, à savoir le bassin d’Oulad Abdoune dans la région de Khouribga et 1 unité de production d’engrais.
L’initiative contribuera à la création de plus 5000 emplois directs et indirects au Gabon et au Maroc et sera accompagnée dès le départ par une approche volontariste d’anticipation des besoins en formation professionnelle des personnes impliquées.
De même, des échanges en matière de formation académique accompagneront ce partenariat et ancreront des partages de technologie, de savoir-faire et de R&D entre les deux pays, notamment via l’Université Mohammed VI Polytechnique et son Ecole de Management Industriel.
Un dispositif d’accompagnement socio-économique viendra en appui au projet, à travers la dynamisation d’un tissu de PME/PMI et la création d’un écosystème de sous-traitance autour du projet, à l’instar de la plateforme de Jorf Phosphate Hub.
Dès sa conception, le projet intégrera fortement la logique environnementale (énergies renouvelables, normes environnementales de dernière génération...)
Pour engager ce partenariat le Protocole d’Accord, d’une durée de 9 mois, signé entre les parties marocaine et gabonaise, permettra le lancement par les deux parties des études nécessaires au démarrage de la réalisation du projet.
L’accord de partenariat a été signé pour la partie marocaine par MM. Moulay Hafid Alamy, ministre de l’Industrie, du Commerce, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Abdelkader Aâmara, ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement et Mostafa Terrab, président directeur général de l’OCP et du côté gabonais par MM. Régis Immongault Tatagani, ministre des Mines, de l’Industrie et du Tourisme, Etienne Dieudonné Ngoubou, ministre du Pétrole et des Hydrocarbures et Fabrice Nze-Bekale, directeur général de la société équatoriale des mines.

9/3/2014
Lu 183 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


Nouvelle desserte aérienne Rabat-Amsterdam
Le Maroc, cet Etat africain
Baisse des prix des médicaments: La liste publiée en avril
Projet de Loi n°31-08 : Edictant des mesures de protection des consommateurs

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
L’insulte érigée en langage diplomatique
Les propos, rapportés par le journal “Le Monde” et prêtés à l’ambassadeur de France aux Etats-Unis,
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
Rachida Roky, Présidente du Réseau de la lecture au Maroc :  : Plusieurs causes à l’inappétence à la lecture chez les jeunes

Entretien réalisé par Saïd AFOULOUS

Un mémorandum pour l’abrogation des dispositions législatives discriminatoires


Entretien avec Fouzia Assouli, Présidente de la Fédération de la Ligue démocratique des droits des femmes : des millions de femmes restent victimes de violence sans aucune protection
Entretien réalisé par Bouteina BENNANI
 
   
  Chronique
 
HRW: Migration : Un parti pris, tout simplement !

Ali BENADADA
 
  Télégramme
 

Alors que le match de foot Maroc-Gabon était bel et bien un match amical, des ploucs qui voient le msuite

 
   
   Articles les plus lus
 

 Brouille entre le Maroc et la France : L’injustice au nom de la Justice Universelle
 Le Maroc, cet Etat africain
 COUPE DE LA CAF : FC Gamtel-DHJ : 0-2 : Ayoub Nahnah, la star du match !
 Le retour de Taoussi
 Rachida Roky, Présidente du Réseau de la lecture au Maroc :  : Plusieurs causes à l’inappétence à la lecture chez les jeunes
 Entretien avec Fouzia Assouli, Présidente de la Fédération de la Ligue démocratique des droits des femmes : des millions de femmes restent victimes de violence sans aucune protection
 Un mémorandum pour l’abrogation des dispositions législatives discriminatoires
 Echouement d’un bateau de pêche dans la région de Tanger: Un marin mort et 9 autres sauvés
 Simple opinion : Des zones à éclaircir
 Arrestation à Kénitra de cinq personnes pour vol de câbles électriques


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems