Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Technologie   |   Femme   |   Régions   |   Casablanca   |   Tribune du Consommateur   |   Société et Justice   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
   
 
        Nationale
 
“Thalassémie Plus”, le défi du 21ème siècle pour le mouvement Rotarien marocain

Dr. M. R.

L’action phare du mouvement rotarien international durant le 20ème siècle était l’éradication de la poliomyélite de la surface de la terre. Cet objectif a été atteint en 2005, année durant laquelle aucun cas de polio n’a été signalé. C’était le programme “Polio Plus” qui a permis à 2 milliards d’enfants d’être vaccinés. C’est la plus gigantesque et audacieuse action jamais réalisée par le Rotary et sa Fondation. Cela a nécessité plus de 600 millions de dollars qui ont été consacrés au programme d’éradication. Ces sommes ont été recueillies lors de collectes où des dizaines de milliers de Rotariens ont quêté sur la voie publique en expliquant le combat mené par le Rotary avec les grandes institutions internationales comme l’OMS, l’UNICEF ou le CDC d’Atlanta (Centre de contrôle des maladies).
Le docteur Nick Ward, responsable du Programme Elargi de Vaccination de l’OMS, avait déclaré que le Rotary est à l’origine de cette vision, de ce rêve, estimant qu’il pouvait, en collaboration avec l’OMS, libérer le monde de la polio une fois pour toute et pour toujours.
Le Rotary a été un catalyseur, l’élément déterminant dans la décision de l’OMS de s’engager dans la voie de l’éradication de cette maladie. Sans le Rotary, cette décision n’aurait pas été prise et, même si elle l’avait été, le soutien aurait été insuffisant pour la mener à bien. Les Rotariens du monde entier ne se sont pas contentés de réunir des fonds, beaucoup ont œuvré personnellement sur le terrain. La présence du Rotary dans la plupart des pays où la polio sévissait a été d’une aide précieuse car la connaissance du terrain et des mentalités ont souvent permis de concrétiser les vaccinations.
Partant de cette expérience humaine, des rotariens marocains et italiens se sont mobilisés pour mener un combat très difficile, celui de stopper la progression d’une maladie héréditaire dont souffrent plusieurs milliers d’enfants marocains: la thalassémie. Ce travail a été initié par l’association Marocaine de thalassémie et des maladies de l’hémoglobine, le club Rotary de Chellah Rabat avec le soutien précieux du Rotary Club de Genova, sous forme d’un programme “Thalassémie Plus”. En cette fin de l’année 2010, l’engagement du Maroc vient du côté officiel par la décision du ministère de la Santé de mettre en place un plan national contre la thalassémie, comme du côté associatif où 11 clubs rotariens de Casablanca, planchent sur un projet visant l’amélioration de la prise en charge des malades atteints de thalassémie et cela avec le soutien de clubs rotariens italiens et le concours précieux de l’initiative Nationale de Développement Humain. Ce sera ainsi l’action phare, en ce début du 21ème siècle, du mouvement rotarien Marocain.



17/9/2010
Lu 4692 fois
| |
  Mellilia occupée
Mariano Rajoy met de l’eau dans son vin

Jamal Hajjam

Réagissant à la lettre que M. Abbas El Fassi, Secrétaire Général du Parti de l’Istiqlal, lui a adressée mercredi, (cf notre édition du 16 septembre), M. Mariano Rajoy, président du Parti Populaire espagnol (opposition) a, depuis Mellilia occupée où il effectuait jeudi sa visite fortement critiquée par l’Istiqlal, tenté de temporiser en soulignant devant la presse qu’il «ne voulait pas de polémique avec le Maroc», que les deux pays doivent «travailler ensemble»et que ce qui unit le Maroc et l’Espagne est «plus important que ce qui les sépare».
Pour rappel, M. El Fassi avait qualifié ans sa lettre la visite de M. Rajoy de déplacement provocateur qui constitue «une atteinte aux sentiments profondément enracinés chez l'ensemble des composantes du peuple marocain» et qui «contraste avec l'esprit d'amitié et les principes de bon voisinage, de respect mutuel et d'amitié entre les Royaumes du Maroc et d'Espagne». Le patron de l’Istiqlal a également appelé à «un dialogue serein et responsable en vue de mettre un terme à l'occupation des villes de Sebta et Melillia et des îles voisines spoliées, selon une vision d'avenir prenant en compte les intérêts communs des deux pays et la communauté de destin des deux peuples».
Quoi que ne marquant aucune avancée par rapport à la question de fond, les propos de M. Rajoy tenus à Mellilia ne sont pas dénués d’intérêt dans la mesure où ils semblent rechercher l’apaisement. L’exercice mérite en tout cas d’être considéré d’autant plus que le chef du PP s’exprimait devant un parterre comprenant, outre les journalistes, les membres du gouvernement local de Mellilia et les agents publics.
Osons toutefois espérer que le ton adopté par le président du PP puisse déboucher sur une modération conséquente et sur de meilleurs sentiments à l’égard du Maroc, de ses droits historiques et des sentiments du peuple marocain. Il va sans dire qu’une nouvelle page de compréhension fondée sur la raison doit être ouverte dans l’intérêt compris et de l’Espagne et du Maroc.

17/9/2010
Lu 5036 fois
| |
 
Dans un communiqué rendu public jeudi
Le Parti de l'Istiqlal préoccupé par le sort de Ould Sidi Mouloud et appelle à la garantie des droits de circulation et d'expression dans les camps de Tindouf

Le Parti de l'Istiqlal suit avec grand intérêt l'affaire du citoyen Mostapha Salma Ould Sidi Mouloud qui a décidé de regagner les camps du «Polisario» à Tindouf pour exprimer son opinion à l'égard du soutien de la proposition d'autonomie présentée par le Maroc en vue de trouver un règlement équitable et définitif au conflit artificiel concernant le Sahara marocain.
Dans ce sens, le Parti de l'Istiqlal réclame la garantie des conditions de sécurité au citoyen Ould Sidi Mouloud et prévient quant à la gravité d'attenter à son intégrité, tout comme il insiste sur la nécessité de garantir la liberté d'expression et de circulation pour lui et pour l'ensemble des citoyens détenus dans les camps de Lahmada dans des conditions de vie très pénibles.
En outre, le Parti de l'Istiqlal fait assumer à la direction du «Polisario» et aux autorités algériennes la responsabilité des conséquences qui pourraient découler de l'atteinte à l'intégrité physique de Ould Sidi Mouloud.
Enfin, le Parti de l'Istiqlal interpelle la communauté internationale et particulièrement l'instance onusienne à imposer le respect des Droits de l'Homme dans les camps de Lahmada, notamment les libertés d'expression et de libre circulation.

17/9/2010
Lu 3371 fois
| |
 
Message de condoléances et de compassion de SM le Roi à la famille de feu Mohammed Arkoun

SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L'assiste, a adressé un message de condoléances et de compassion à la famille de l'islamologue feu Mohammed Arkoun, décédé mardi à Paris.
Dans ce message, le Souverain affirme avoir appris avec une vive émotion et une profonde affliction la triste nouvelle de la disparition du professeur Mohammed Arkoun.
"En cette douloureuse circonstance, Nous tenons à exprimer à son honorable épouse ainsi qu'aux membres de sa famille, et à travers eux, à l'ensemble de ses proches, de ses amis et de ceux qui l'affectionnaient, Nos condoléances les plus attristées et Notre compassion la plus sincère en ces moments pénibles, à l'heure où s'accomplit l'imparable volonté divine", souligne SM le Roi.
"Le souvenir du grand disparu restera à jamais gravé dans la mémoire de tous ceux et celles qui ont puisé dans l'œuvre riche et abondante que le défunt laisse derrière lui, une œuvre frappée du sceau de la rationalité et adossée aux sciences humaines modernes qu'il a su employer dans une méticuleuse analyse de la pensée islamique", poursuit le message.
SM le Roi indique que "c'est bel et bien cette démarche scientifique qui a valu au regretté défunt d'être considéré comme l'une des grandes figures de la pensée moderne, à l'échelle arabe, islamique et mondiale. Outre un attachement sans faille aux idéaux de tolérance, de modération et de dialogue entre les religions et les civilisations, il n'a eu de cesse de s'ériger contre les conflits qui se nourrissent de l'ignorance".
"Nous songeons avec une profonde considération à son engagement en faveur de l'intégration maghrébine, ainsi qu'aux sentiments d'affection et d'estime qui le liaient au Royaume du Maroc, pays dont il se plaisait à fréquenter les forums universitaires et culturels propices aux échanges intellectuels féconds et aux débats libres et constructifs", souligne le message royal.
Le Souverain affirme partager la peine de la famille du défunt face à cette immense perte et implore le Tout-Puissant de lui inspirer réconfort et consolation.
"Puisse-t-Il gratifier le défunt de Ses bienfaits pour l'œuvre combien méritoire qu'il a accomplie, l'agréer parmi les justes et les vertueux, et le combler de Son infinie miséricorde. Nous sommes à Dieu, et à Lui nous retournons", conclut le message.

17/9/2010
Lu 1414 fois
| |
  Les projets de décret d’application adoptés en Conseil de gouvernement
L’Exécutif “ne peut ni annuler le Code de la route ni reporter son entrée en vigueur”
La Fédération du transport de la CGEM réitère son soutien total au texte

Le Conseil de gouvernement, réuni jeudi sous la présidence du Premier ministre, M. Abbas El Fassi, a approuvé neuf projets de décret relatifs à l'application des dispositions de la loi 05-52 portant Code de la route, qui ont été présentés par le ministre de l'Equipement et du Transport, M. Karim Ghellab.
Ces projets de décret concernent le permis de conduite, le stationnement des voitures et leur dépôt en fourrière, les amendes à l'amiable et forfaitaires, la conduite professionnelle, la sécurité routière, les amendes et les mesures administratives, la constatation des contraventions, les règles du roulage et l'enseignement de la conduite, a indiqué le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, M. Khalid Naciri, lors d'un point de presse à l'issue du conseil.
L'adoption du Code de la route par le Parlement en janvier dernier est le fruit d'un débat vaste et profond et de la satisfaction par le gouvernement des requêtes d'introduction d'une série d'amendements, en plus de son souci à engager le dialogue avec les professionnels du secteur et l'organisation de journées de sensibilisation, a précisé le ministre.
Le nouveau Code, publié au Bulletin officiel 5.824 en date du 8 Rabii II 1431 correspondant au 25 mars 2010 et qui entrera en vigueur le 1er octobre prochain, est un cadre juridique de référence pour la réforme de l'arsenal législatif et la modernisation des dispositions juridiques, dans le but de faire face au fléau des accidents de la circulation qui occasionne des pertes annuelles représentant 2 pc du PIB, soit 11 milliards de dirhams et un grand nombre de victimes, a-t-il poursuivi.
Le texte de loi prend en compte les évolutions et les nouveautés dans le domaine de la circulation et du roulage en matière de technologies et de pédagogies, de même qu'il vise à définir les droits et obligations des usagers de la route et à promouvoir une culture de l'usage sain et responsable du réseau routier.
Le code s'inscrit dans le cadre de la stratégie gouvernementale de la sécurité routière qui est une stratégie nationale intégrée et complémentaire mise en place à la lumière d'une étude globale de la problématique de la sécurité routière.
M. Naciri a indiqué que le ministre de l'Equipement et du Transport a indiqué que ce nouveau Code se base sur des principes fondamentaux, à savoir la protection de la vie des usagers de la route et leurs biens à travers la lutte contre la violence, la mise au point de mécanismes transparents entre les services de contrôle et du conducteur, la réhabilitation des secteurs et des fonctions liés à la sécurité routière et l'élaboration d'un texte avec des dispositions juridiques objectives et applicables.

Cinq chapitres et 318 articles pour moderniser, prévenir, dissuader et professionnaliser

Ce code comprend cinq chapitres : 1- Les conditions de la circulation sur la voie publique, 2- Les sanctions et la procédure, 3- L'apprentissage de la conduite, 4- Les principes relatifs à la protection de la voie publique, 5- Dispositions diverses, transitoires et finales.
Le texte comporte 318 articles visant la modernisation de l'arsenal juridique, la dotation des services responsables en moyens transparents pour inciter les conducteurs et les usagers de la route à respecter la loi et éviter les comportements dangereux.
Le ministre de l'Equipement et du Transport a souligné que parmi les nouveautés apportées par le nouveau Code figurent notamment la tendance à professionnaliser les établissements d'enseignement de la conduite (auto-écoles), l'examen des conditions d'obtention du permis de conduite, l'organisation de l'examen technique des voitures, la promotion du principe du conducteur professionnel à travers la formation et la formation continue, la mise en place du permis à points et l'incrimination de la conduite en état d'ébriété ou sous l'effet des stupéfiants.
Concernant les sanctions et les contraventions, il a été procédé à la délimitation des responsabilités entre le conducteur, le propriétaire du véhicule, le donneur d'ordre, le chargeur, ainsi qu'à la mise en place d'un système progressif pour les sanctions suivant le degré de la contravention, le renforcement des sanctions et l'obligation d'entreprendre des recherches techniques, administratives et judiciaires à la suite des accidents de circulation meurtriers afin de déterminer les responsabilités.
Le texte apporte des précisions à l'opération de contrôle à travers la réglementation de la procédure de contrôle, la réduction du pouvoir d'appréciation des agents administratifs, la mise en place de signalisation avancée pour les points de contrôle, le port par les agents de police et les gendarmes de badges avec nom, prénom, photo et numéro de matricule, la délivrance d'une autorisation valable 15 jours au conducteur ayant fait l'objet de retrait du permis de conduire, l'installation de radars automatiques fixes et la limitation de l'intervention humaine dans le constat des accidents.
L'instauration du permis à points est une nouvelle mesure pédagogique et protectrice en matière de sécurité routière. Ainsi, chaque permis disposera d'un certain nombre de points qui vont être réduits à chaque fois que le conducteur commet une infraction.
L'introduction du terme conducteur professionnel vise à faire valoir sa situation et protéger ses droits à travers l'instauration d'une carte de conducteur professionnel qui lui permet d'adhérer au système de sécurité sociale et de bénéficier de la couverture médicale et des dispositions relatives aux horaires de conduite et de repos.
Le gouvernement “n'est pas habilité à annuler un texte approuvé par le Parlement”

M. Khalid Naciri a d’autre part affirmé que le gouvernement “ne peut ni annuler le Code de la route ni reporter son entrée en vigueur”, prévue le 1er octobre, assurant que le gouvernement “n'est pas habilité à annuler un texte approuvé par le Parlement”, allusion à l'adoption de ce texte de loi par l'institution législative en janvier dernier.
De par sa conviction de la vertu du dialogue, a-t-il dit, le gouvernement a affiché “une grande ouverture dans le traitement de ce dossier à travers un débat élargi avec les différents acteurs concernés”.
Le gouvernement “n'a nullement l'intention de porter préjudice aux usagers de la route, harceler les citoyens ou nuire à telle ou telle catégorie, mais tend à diffuser la paix sociale en préservant des vies et en atténuant les graves dégâts des accidents de la circulation”, a-t-il fait remarquer.
Le ministre a émis le voeu de voir les syndicats faire preuve de compréhension à l'égard de “l'esprit constructif” qui marque l'action du gouvernement en la matière et d'agir positivement sur ce point pour éviter au Maroc l'hécatombe de la guerre des routes.

Ouverture sur l'ensemble des syndicats représentant le secteur

Pour sa part, le ministre de l'Equipement et des Transports, M. Karim Ghellab a indiqué, dans une déclaration à la presse, peu avant la réunion u Conseil de gouvernement, que la majorité des centrales syndicales approuvent le nouveau Code de la route, soulignant que tout appel à la grève demeure injustifié.
M. Ghellab a affirmé que le processus de préparation de la procédure d'adoption de cette loi a été distingué par l'ouverture sur l'ensemble des syndicats représentant le secteur et le dialogue avec les différents professionnels, outre la tenue d'un round spécial en juillet dernier au terme duquel 58 syndicats sur 60 qui encadrent le secteur avaient approuvé le nouveau Code de la route.
Il a ajouté que “la majorité des instances professionnelles dénonce la grève dans la mesure où elle ébranle le dialogue et la mise en œuvre des engagements pris par le gouvernement à ce sujet”.
Et d'ajouter que devant l'ampleur des accidents de la circulation qui font 11 morts et 114 blessés chaque jour au Maroc, il s'avère désormais nécessaire d'appliquer le nouveau Code de la route pour mettre un terme à l'hécatombe.
Au sujet des neuf décrets d'application du nouveau Code et les modalités de la mise en œuvre de ses principales dispositions, M. Ghellab a noté qu'une série de mesures ont été prises pour définir les procédures d'application de cette loi qui sont au nombre de 63 dans l'objectif de garantir les droits des citoyens à travers une “application unifiée du Code de la route”.
Il a, en outre, fait état de la publication d'un guide de contrôle qui tienne compte de principes et d'objectifs, entre autres, la préservation la dignité des citoyens et la limitation du pouvoir discrétionnaire des agents de contrôle.
S'agissant des décrets relatifs à la formation des agents de contrôle, M. Ghellab a signalé que depuis août et jusqu'à septembre, il a été procédé à la formation de cadres et agents, relevant de la Gendarmerie royale à l'instar de la sûreté nationale, chargés d'appliquer les dispositions de cette loi, précisant que ces derniers seront appelés à leur tour à former d'autres éléments chargés d'établir les constats des contraventions et les PV, en partenariat avec l'ensemble des secteurs concernés.

La Fédération du transport relevant de la CGEM relève “l'approche sage et l'écoute responsable” adoptées par le ministère de tutelle

Dans communiqué, la Fédération du transport relevant de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a réitéré son soutien total au projet du nouveau Code de la route qui entrera en vigueur en octobre prochain.
La Fédération a indiqué que ses propositions, axées sur “les données sociales et économiques des professionnels du transport routier”, ont été prises en compte lors de l'élaboration du nouveau Code.
Ces suggestions ont été examinées dans le cadre des séances de travail avec le ministre de l'Equipement et des Transports et ses collaborateurs dans un cadre de “clarté, de sérieux et de responsabilité que requiert un projet aussi important, qui vise la prévention et la sécurité routières”, a précisé la même source.
“L'approche sage et l'écoute responsable” adoptées par le ministère de tutelle dans le traitement des avis, des propositions et des positions des représentants des professionnels du transport routier, ainsi que le sens de collaboration manifesté par ses services, ont incité la Fédération à contribuer efficacement à l'élaboration du projet du Code de la route.
“La mise en oeuvre du nouveau Code de la route constitue un saut qualitatif en matière de circulation routière au Maroc et permettra d'éviter les accidents de la route”, a estimé la Fédération.


Un dossier détaillé sur le nouveau Code de la route dans notre édition de lundi.

17/9/2010
Lu 1909 fois
| |
 
 
 
   Autre
 


“Thalassémie Plus”, le défi du 21ème siècle pour le mouvement Rotarien marocain

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Des acquis considérables
La femme marocaine célèbre aujourd’hui, à l’instar de toutes les femmes de par le monde, l’annivers
 
  Dossier
 
Entretien avec Professeur Saïd Benchekroun : La greffe de la moelle osseuse en passe de connaître un nouvel essor au Maroc


Première Conférence Internationale sur la greffe de la moelle osseuse
Dr. Mohammed RHAZOINI
 
   
  Chronique
   
  Télégramme
 

Heureusement qu’on peut payer dans la téléboutique ou chez l’épicier du coin parce que s’il fallait suite

 
   
   Articles les plus lus
 

 Entretien avec Professeur Saïd Benchekroun : La greffe de la moelle osseuse en passe de connaître un nouvel essor au Maroc
 Meknès : Assassinat d’un ressortissant français dans sa villa
 Première Conférence Internationale sur la greffe de la moelle osseuse
 Meknès : Le crime du ressortissant français élucidé
 Coup de fouet à Sharm El Cheikh !
 Six morts et trois blessés graves, répartis dimanche entre Oujda, Figuig et Al Hoceima
 Mariano Rajoy met de l’eau dans son vin
 Nota Bene
 Les arrivées de touristes internationaux en hausse de 7 %
 “Thalassémie Plus”, le défi du 21ème siècle pour le mouvement Rotarien marocain


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems