Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
    La 1ère édition MarocExpo célèbre à Utrecht le caftan marocain...      Prix du Maroc du Livre: Le délai de dépôt des candidatures, prolongé jusqu'au 6 janvier ...  
 
 
 
        Editorial
 
Le gouvernement veut “normaliser” avec les prévaricateurs

Jamal HAJJAM

Le gouvernement Benkirane n’en finira décidément pas de nous surprendre. Négativement, hélas. Au fil des mesures et décisions frôlant souvent l’anti-populaire, il est donné au citoyen de découvrir à quel point le discours véhiculé par l’actuelle première force électorale, le PJD en l’occurrence, est creux et dénué de tout sens de justice.
“Lutte contre la dépravation sous toutes ses formes”, disait le slogan électoral du parti aujourd’hui à la tête de l’Exécutif. “Protection”, voire “encouragement des prévaricateurs”, semblent dire concrètement ses actes.
Par un projet d’amendement de la loi de Finances 2014 à la Chambre des conseillers, le gouvernement Benkirane voudrait tout simplement annuler les sanctions relatives aux infractions de change et celles fiscales liées à la détention par des Marocains résidant au Maroc, d’avoirs immobiliers et financiers à l’étranger.
L’Exécutif voudrait ainsi que le pays et le peuple “normalisent” leurs rapports avec les fraudeurs de tout genre qui ont soit expatrié les capitaux en devise en toute illégalité, soit carrément volé leur pays. En contrepartie, le prix de la mise en conformité avec la loi des fraudeurs et autres auteurs de crimes financiers est limité au paiement d’une insignifiante contribution libératoire. Ceci, au moment où le commun des mortels s’attendait, au regard du discours politicien du PJD, à des mesures draconiennes punitives et dissuasives, y compris la publication des listes des contrevenants.
Le gouvernement, démagogue à en revendre, avance que la mesure permettra de “revitaliser l’économie et d’augmenter les réserves de change” et... “de remettre ainsi tout le monde dans la légalité” ! Mais sans avoir à payer réellement pour ce dont il est reconnu coupable.
Ceci pour les gros calibres qui parviennent à expatrier le fruit de leurs forfaits. Quant aux contrevenants intra-muros, ils continueront à payer leurs manquements citoyens souvent de leur propre liberté.
Elle est belle la justice Péjidiste !


17/12/2013
Lu 52619 fois
| |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Le gouvernement veut “normaliser” avec les prévaricateurs
Le gouvernement Benkirane n’en finira décidément pas de nous surprendre. Négativement, hélas. Au fil
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Lettre N°9 ou la diplomatie de proximité
Ali Benadada
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Un chef de gouvernement est comptable de ses propos
 Habilitation de l’occupation du domaine public et partage des infrastructures
 L’avenir de la couverture médicale de base confronté à des défis, selon la BAD : Vers la mise en place de mécanismes institutionnels, politiques et techniques
 Maintenance des infrastructures dans les immeubles et les lotissements 
 Renforcer la redevabilité: Plaintes en ligne et par téléphone et publication du baromètre RAMED
 Droits d'auteur et droits voisins
 
 Accords d’itinérance pour l’accès des abonnés à plusieurs réseaux
 Hamid Chabat préside le 3ème Congrès de l'Alliance des médecins istiqlaliens
 Communiqué de la commission nationale d’arbitrage et de discipline du Parti de l’istiqlal


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems