Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Economie
 L’économie marocaine sous la loupe de Moody’s
PIB par habitant bas et dette élevée
 
L’agence de notation Moody’s vient de maintenir la note de crédit du Maroc à "Ba1 stable". Dans une note, Moody’s estime que ce profil de crédit du Maroc reflète sa résilience démontrée aux chocs internes et externes, soutenu par l'accès du gouvernement à des marchés de capitaux nationaux relativement profonds, ce qui le protège de la volatilité des marchés internationaux des capitaux.
Il reflète également la réorientation structurelle du Maroc vers des industries d'exportation à plus forte valeur ajoutée et en tant que plaque tournante du commerce entre l'Europe et l'Afrique, a déclaré Moody's dans un rapport fraîchement publié.
« Le positionnement du Maroc dans les chaînes de valeur mondiales, en particulier dans les secteurs de l'automobile et de l'aéronautique, est reflété par l'expansion de ses banques en Afrique subsaharienne et est soutenu par une infrastructure de transport améliorée", a déclaré Elisa Parisi-Capone, vice-présidente - analyste principale de Moody's et co-auteur du rapport.
Néanmoins, l’agence de notation américaine estime que les principales contraintes en matière de notation comprennent un PIB par habitant relativement bas, une croissance non agricole modérée et un stock de dette relativement élevé, bien qu’abordable.
A rappeler en ce sens, qu’en novembre 2018 Moody’s avait souligné que les même défis restent encore à relever pour le Maroc : un PIB/habitant bas de 8.568 dollars; en plus du poids de la dette qui s’est considérablement accru au cours de la dernière décennie et la tendance relativement modérée de la croissance non agricole.
La pression à la hausse sur la note pourrait provenir d’autres mesures politiques garantissant que le ratio de la dette publique - y compris les garanties de la dette extérieure des entreprises d’État - est fermement positionné sur une trajectoire à la baisse, soutenu par des réformes continues de l’environnement fiscal et des entreprises, ajoute-t-on de même source.
La résilience du profil de crédit aux chocs budgétaires et externes de ces dernières années ne laisse entrevoir qu'une probabilité limitée de dégradation de la note à court terme, bien que la poursuite de la détérioration des finances publiques ou la matérialisation d'importants passifs éventuels des entreprises d'État ou du secteur bancaire ne permettent pas d'obtenir un crédit positif, affirme Moody’s.
16/4/2019
Lu 9624 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
En attendant l’Agence Marocaine Antidopage

Dossier réalisé par Hamid Yahya avec Lionel Atokre
 
   
  Chronique
   
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 En attendant l’Agence Marocaine Antidopage
 Québec International lance une mission de recrutement au Maroc en juin prochain
 «La cohésion sociale d’abord »
 La CNDP et Facebook se concertent
 Les enseignants "contractuels" suspendent leur grève
 PIB par habitant bas et dette élevée
 La croissance économique tombera à 2,8% en 2019
 L'efficacité énergétique l'emporte sur la puissance
 10 condamnations à mort au Maroc en 2018
 Le Maroc recadre et tend le bras à l’Afrique du Sud


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems