Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale

Jamal HAJJAM

 Sahara
Eviter les erreurs de Christopher Ross
 
Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a adressé des messages indirects au nouvel envoyé personnel du SG des Nations Unies, Horst Köhler, au sujet de la partie qui assume la responsabilité première dans le conflit du Sahara.
M. Bourita, qui s’exprimait jeudi devant la commission des Affaires étrangères à la Chambre des Représentants à l’occasion de la présentation du budget sectoriel de son département, a en effet averti M. Köhler, assez subtilement, à ne pas tomber dans les mêmes erreurs commises par son prédécesseur Christopher Ross. Une façon de dire à l’envoyé personnel du SG de l’ONU de ne pas se tromper d’interlocuteur dans la recherche d’une solution viable à ce conflit artificiel qui s’est enlisé en raison des prestidigitations algériennes. Le ministre des Affaires étrangères a clairement souligné que si l’Algérie ne venait pas à assumer sa pleine responsabilité dans le conflit, il n’y aura aucune voie de règlement.
Cet avertissement est particulièrement révélateur et de la fermeté du Maroc et de son souci de voir l’instance onusienne désigner enfin les vraies parties au conflit pour cesser de tourner en rond et pouvoir avancer réellement.
Il ne faut pas perdre de vue qu’en refusant d’admettre que l’Algérie est partie directe au conflit, Christopher Ross avait largement joué le jeu d’Alger, fait perdre du temps et de l’argent à l’ONU et contribué à la complication de la situation, allant jusqu’à faire exposer l’ensemble de la région à l’instabilité. Pourtant, via sa courageuse et néanmoins sérieuse et crédible proposition de large autonomie, le Maroc avait bien ouvert la voie devant un règlement politique effectif et définitif du conflit, conformément aux recommandations du Conseil de Sécurité.
Le droit et la morale voudraient, en effet, que l’Algérie assume ses responsabilités au regard de son implication directe dans la naissance du conflit et dans l’entretien de la tension. Si le Maroc a accepté le dialogue, ce n’est pas pour négocier la marocanité du Sahara, mais pour asseoir une solution politique à un conflit régional dans lequel la responsabilité de l’Algérie est pleinement engagée. Partant de là, par sa démarche et par l’action de sa diplomatie, le Maroc ne fait que contrer l’activisme hostile à son intégrité territoriale par une Algérie qui se sert du Polisario comme cheval de Troie, ni plus ni moins.

Jamal HAJJAM
13/11/2017
Lu 8968 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
 
A quand une agence nationale du médicament
Hafid FASSI FIHRI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Un échange fécond autour de questions majeures
 15.000 scientifiques lancent un cri d’alarme
 Nos meilleurs vœux
 Etendre l’action d’éducation au développement durable à l’échelle de l’Afrique
 Déclaration finale et 19 accords de coopération bilatérale
 80 réseaux démantelés, 50.000 tentatives d’immigration clandestine avortées
 Les nationalistes de Rabat assurent l’ordre public lors du retour de Feu Mohammed V d’exil
 Grotesque montage
 L’œuvre de modernisation continue…
 Le retard des pluies compromet le bon démarrage


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems