Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale

Mohammed SEDRATI

 
Prisons surpeuplées, détention préventive excessive
 
Quelque 100.000 personnes ont subi l’emprisonnement, le long de l’année 2016, dans le cadre de la détention préventive, selon l’Observatoire marocain des prisons. Quelques milliers ont été innocentés et sont sortis indemnes… sauf des séquelles.
Pour sa part, the International Centre for Prison Studies (ICPR) a publié le mois dernier des statistiques fort inquiétantes, selon lesquelles le Maroc compte 76.000 prisonniers. Ce chiffre, rapporté à la population marocaine estimée à 34 millions d’habitants, représente un taux de 222 prisonniers pour chaque 100.000 Marocains, soit l’un des taux les plus élevés au monde. Ces chiffres classent notre pays au 19ème rang mondial, 3ème africain. Toujours selon ce rapport, il existe au Maroc 77 prisons d’une capacité consolidée de seulement 40.000 places, ce qui fait que les établissements pénitentiaires marocains sont en surpopulation, avec un taux d’occupation de 157.8%.
La problématique du surpeuplement des établissements pénitenciers doit nous interpeller à plus d’un titre. Car qui dit surcharge dit désagréments, tracas et anicroches.
La prison est un lieu où sont détenues les personnes frappées de peines privatives  de liberté. En tant que tel, elle est censée être un espace où les aspects relatifs à la dignité humaine et à l’intégrité physique, sont préservés contre toute atteinte. Autrement, la personne incarcérée se trouve objet d’une double punition. Cela ne relève pas de la justice.
 Par ailleurs,  autant les magistrats, par essence et au moyen de l’application des textes de loi, en se référant au pouvoir discrétionnaire que leur confère leur statut, sont chargés de l’assainissement de la société,  en mettant  tout individu convaincu d’un crime hors d’état de nuire, c’est-à-dire derrière les barreaux,  autant ils ont la latitude d’agir indulgemment  à l’égard de mis en cause pas encore jugés et donc pas encore convaincus ou non des faits qui leur sont reprochés. Ce étant donné l’état de surpeuplement des prisons.
En clair,  il s’agit de la liberté provisoire et de la détention préventive. Et si l’on soulève cette question, c’est parce que l’on apprend que la proportion des personnes incarcérées en attente de jugement est tragiquement élevée et que sa propension tend vers l’accroissement. En effet,  l’ONG nationale avance dans son rapport que 40% des prisonniers au Maroc sont en détention préventive. 
En réaction audit rapport, la Délégation générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion se dit « parfaitement consciente de la problématique du surpeuplement que connaissent  certains établissements pénitenciers, lequel est essentiellement causé par la hausse de la proportion des détenus préventifs dans ces établissements ».

23/3/2017
Lu 24827 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Appel de l’Istiqlal pour Al Qods
 La grosse bêtise de Trump qui va sonner le glas de l’influence américaine au Moyen Orient
 « Droits de l’Homme au Maroc entre dispositions constitutionnelles et pratique »
 Rejet total d’une prise de position américaine fallacieuse
 SM le Roi préside la cérémonie de présentation du projet
 De bonnes pratiques ont favorisé la réussite des programmes
 Nizar Baraka préside l’assemblée générale élective à Bucarest
 Nos élèves du primaire mauvais en lecture
 « Les jeunes et les mutations sociales »
 Adoption de «l’Appel de Rabat»


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems