Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
 
 
 
        Chroniques

Jamal HAJJAM

 Algérie
Bouteflika et l’ombre de Gaïd Salah
 
Une fenêtre s’est ouverte dimanche à la télévision officielle algérienne permettant à Abdelaziz Bouteflika de faire un petit coucou -silencieux - aux Algériens. L’occasion est une rencontre avec son ministre des Affaires maghrébines. Ce dernier lui a remis un dossier que le président a eu du mal à tenir pour le laisser immédiatement choir sur la table. Scène pathétique mais qui a le mérite de montrer un Bouteflika vivant. Pas “très vivant”, comme l’a déclaré dernièrement, non sans nervosité, le Premier ministre Abdelmalek Sellal, mais pas “très mort” non plus et c’est déjà ça.
Le fait d’exhiber à la télévision un président mort-vivant est-il d’un quelconque apport alors qu’une crise profonde sur fond de guerre des clans ronge le régime et n’augure rien de bon ? De toute évidence, non.
Au pouvoir depuis dix-huit ans, Abdelaziz Bouteflika, qui vient de fêter ses 80 ans et qui souffre des séquelles d’un AVC, n’est pas immortel et la logique voudrait que la question de sa succession ne soit pas un tabou, comme c’est bizarrement le cas en Algérie.
Pourtant, la Constitution algérienne réglemente la question en accordant au président du Conseil de la Nation la charge d’assumer la fonction de chef de l’Etat durant quatre-vingt-dix jours au maximum au cours desquels une élection présidentielle est organisée. Ce n’est pas très compliqué, mais en Algérie les expériences passées montrent que la mise en oeuvre de cette mesure est toujours tributaire d’un préalable où les différentes forces au sein du système (armée, services spéciaux, partis politiques affidés...) épaulées par une opposition “utile”, tombent d’accord sur un nom consensuel, avant de passer à des élections de façade.
Si aujourd’hui la question de la succession de Bouteflika est un tabou en Algérie et que l’évoquer relèverait du sacrilège, c’est parce qu’aucun consensus n’a été établi jusqu’ici pour lui trouver un remplaçant, luttes intestines obligent.
Il faudra alors s’attendre, au cas où Bouteflika venait à disparaître en l’absence d’un tel consensus, à ce q’un autre mécanisme soit actionné : une période transitoire dont l’armée, véritable détenteur du pouvoir, se verrait confier la gestion en la personne de son patron, Ahmed Gaïd Salah, le temps de mettre de l’ordre dans la demeure.
Reste à savoir si le général Salah, dont les ambitions présidentielles sont connues malgré ses 80 ans, ne sera pas tenté du “j’y suis, j’y reste”, lui qui, outre le contrôle absolu des troupes, détient aussi, depuis peu, celui de la majorité des services spéciaux.

20/3/2017
Lu 14353 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
Améliorer la résilience au bénéfice des populations et de l’environnement

 
   
  Chronique
 
Bouteflika et l’ombre de Gaïd Salah
Jamal HAJJAM

La reconquête de l’Afrique
Hafid FASSI FIHRI 
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Meeting populaire le vendredi 31 mars à Rabat
 Alger en mal de diversion
 Améliorer la résilience au bénéfice des populations et de l’environnement
 Bouteflika et l’ombre de Gaïd Salah
 La reconquête de l’Afrique
 4ème édition du Prix annuel de la lecture juridique francophone
 Promouvoir les expérimentations réussies pour contribuer à la sécurité alimentaire
 Monia Rizkallah,violoniste marocaine passionnée de musique classique
 L’armée dit avoir abattu un avion israélien, Tel-Aviv dit intercepter un missile antiaérien
 Classé 4ème au top 11 des plus beaux aéroports au monde


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems