Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    L’Istiqlal s’engage à soutenir et à protéger l’enfance: Elargir et renforcer la classe moyenne...      Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d’industrie pharmaceutique en Côte d’Ivoire...      Programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d’envoi ...      Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche ...      L’appel du Maroc a été entendu...  
 
 
 
        Nationale

Abdelilah CHANNAJE

 
L’agro-alimentaire en Afrique du Nord: Le Maroc distance largement ses voisins
 
Le secteur agroalimentaire au Maroc a une importance cruciale dans l’économie nationale puisqu’il contribue à près de 16 % du PIB contre 13% en Algérie et en Egypte, 9,5 % en Tunisie.
Tel est, en tout cas, le nouveau constat de Coface, un leader mondial de l’assurance-crédit, dressé dans une nouvelle étude sur l’agro-alimentaire en Afrique du Nord, ajoutant que ce secteur au Royaume constitue même un réservoir important de main d’œuvre en employant40 % de la population active, au lieu de 21,7 % en Égypte et 15 % en Tunisie.
Pour l’Algérie, Coface ne donne aucun chiffre sur la contribution du secteur à l’embauche de la main d’œuvre. Mais, ce qui est sûre c’est que l’industrie de l’agro-alimentaire ne se porte pas bien comparativement aux autres pays de la région, puisque l’Algérie n’est pas un producteur majeur de produits agricoles et dépend des importations alimentaires pour répondre à la demande intérieure.
En Égypte, qui renoue avec la stabilité à la suite de troubles politiques de 2011-2013, l’agroalimentaire
a commencé à se rétablir, surtout depuis que le gouvernement a fait du développement de ce secteur une priorité.
En Tunisie, Coface estime que l’agroalimentaire joue un rôle de moindre importance en comparaison avec les autres pays de la région, le tourisme étant le principal moteur de son économie.
En somme, pour l’assureur français, les facteurs qui contribuent au développement de l’agro-alimentaire en Afrique du Nord sont la croissance démographique, la hausse de la demande en aliments transformés, les revenus par habitant plus élevés et les capacités de production améliorées. « Néanmoins, les conditions locales et les stratégies gouvernementales influencent considérablement les défis rencontrés par chacun de ces pays », affirment les analystes de Coface. Et la même source d’ajouter que certains problèmes persistent, alors que des progrès ont d’ores et déjà été réalisés. Le plus important réside dans le manque d’infrastructures, qui fait grimper les frais de transport et limite par conséquent les marges bénéficiaires. Dans certaines régions, les topographies complexes associées aux conditions climatiques difficiles rendent la culture de certains types de produits agricoles pratiquement impossible. Les bas prix alimentaires à l’échelle mondiale, qui représentent un défi de taille pour l’Afrique du Nord, peuvent également dissuader de nouveaux investissements dans le secteur.
« Combinée aux coûts de production élevés, au manque d’infrastructures et aux conditions climatiques difficiles, la production agricole requiert davantage d’efforts et de soutien de la part des gouvernements. Alors que la sécheresse constitue la principale menace pour les pays producteurs, El Niño (un phénomène naturel provoquant un réchauffement anormal de la surface de la mer, générant ainsi des phénomènes climatiques extrêmes) rend la production encore plus difficile en raison des fortes pluies, des inondations et des températures extrêmes. Un autre risque de phénomène naturel est celui de La Niña. Selon la FAO, les modèles climatiques indiquent désormais qu’il est de plus en plus probable que la Niña (effet inverse d’El Niño) se développe en 2016. Le cas échéant, les conséquences pourraient être une augmentation des précipitations et des inondations, notamment dans les régions déjà frappées par El Niño », fait savoir Coface.
Autre contrainte soulevée dans ladite étude est relative aux conditions climatiques qui sont, de l’avis de Coface, extrêmement importantes, puisqu’elles ont une incidence directe sur les niveaux des prix des matières premières des pays nord-africains. « Dans ce contexte, les gouvernements de la région soutiennent leurs industries agricoles respectives par l’intermédiaire de subventions et d’investissements nécessaires à l’amélioration des infrastructures. Malgré les conditions climatiques défavorables générant une volatilité des niveaux de production, le secteur agricole présente de nombreuses opportunités. La croissance démographique, la hausse des revenus disponibles et les expansions économiques offrent toutes des perspectives de ventes plus positives. Au cours de la période à venir, ces aides pourraient se solder par une chaîne d’approvisionnement mieux intégrée, plus efficace et plus productive pour le secteur », indique-t-on.
Pour le Maroc, Coface cite deux principales entraves auxquels le secteur de l’agro-alimentaire au Maroc est confronté, à savoir la sécheresse et les pluies irrégulières. Malgré ce constat, l’assureur français considère néanmoins le Royaume comme étant l’un des pays qui représentent le moins de risques dans la région.
Selon l’Office des Changes, la production de l'industrie agroalimentaire marocaine a pris du poids tout au long de cette dernière décennie. Son chiffre d'affaires est chiffré à plus de 142 milliards de dirhams. Biens plus, l'industrie des poissons, une des filiales du secteur, contribue le plus à l'export (52% en 2014, 53% en 2004).
22/9/2016
Lu 13468 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


L’appel du Maroc a été entendu
BREVES
Pour un investissement de 100 millions de DH: Un groupe marocain construit une unité d’industrie pharmaceutique en Côte d’Ivoire
Programme national de lutte contre l’analphabétisme dans les mosquées au titre de l’année 2016-2017 : Amir Al-Mouminine donne le coup d’envoi
Maroc - Chine : Renforcement du partenariat dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche
Assemblée Générale Ordinaire du DHJ: Plus de 42 millions de dhs de dépenses et près de 6 millions de déficit !

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
 
Marocains du Canada : La presse multiethnique et son apport aux médias canadiens
Montréal - Mouna Achiri
 
  T�l�gramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 L’appel du Maroc a été entendu
 France-Inde : Achat de 36 avions Rafale par New Delhi
 UGTM : Programme des réunions des Conseils provinciaux
 COP22, J - 45 : Mobilisation pour la mobilité durable et la sécurité routière
 Pour manquement à ses missions sécuritaires : Le chef du la sûreté régionale d’Errachidia relevé de ses fonctions
 Marocains du Canada : La presse multiethnique et son apport aux médias canadiens
 L’agro-alimentaire en Afrique du Nord: Le Maroc distance largement ses voisins
 Le Maroc dépose les instruments de ratification de l’Accord de Paris : Engagement réaffirmé
 La chronique du jour d’après : Quand la Maison Blanche soutient les prochaines guerres d’Israël
 BREVES


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems