Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Culture

Par Daniel COUTURIER*

 
La Girouette de Lahousseine Maouhoub / Un créateur « face au vent »
 
J’ai rencontré Lahousseine Maouhoub à l’ occasion de l’exposition d’art contemporain sur la musique, 7ème du genre, organisée par mon ami Gilles Lamour à Saint Barthélémy d’Anjou en 1998, pour laquelle il fut sélectionné. Je lui demandai aussitôt s’il pouvait me créer une de ces « Girouettes » dont il a l’art, qu’il réalisa dans ma galerie l’Atelier, à main levée, d’un seul trait.
Cette « Girouette » est certainement la première conçue par un artiste marocain.
Réalisée en cuivre, elle fut exposée avec la collection pour la première fois dans les jardins du château d’Angers, puis au célèbre Centre d’ Art Contemporain Louisiana, près de Copenhague au Danemark, ensuite au centre d’Art moderne Saint - Auvent près de Limoges, elle était en 2010 exposée trois fois en République Tchèque, sous l’égide de L’UNESCO.
Cette « Girouette » trouve une bonne place dans mon livre « l’Esprit de la Girouette », édité en 2004 et reste l’unique girouette - d’art marocaine. Elle fut sélectionnée par le Centre Scientifique Technique et Industriel de la Région Aquitaine comme exemple d’une expression alliant tradition et modernité. Montée sur un large panneau en reproduction photographique, elle fut aussi exposée à Bordeaux, Strasbourg, Rouen et Chambéry en France, puis à fait le tour des Capitales d’ Europe dans le cadre de l’Exposition « Face au vent », jusqu’an 2015 sous l’égide de l’Union Européenne.
C›est dire l’importance de cette œuvre, qui devient une des représentantes de l’Art marocaine. Il peut en être fier, à mon sens !
Exposée avec la collection dans la Citadelle de Sisteron du 6 Juillet au 27 Septembre 2013 dans les Alpes du sud en France, cette « Girouette » de Lahousseine Maouhoub fut sélectionnée par Madame Edith Robert, directrice artistique et initiatrice de l’Exposition tout comme du Festival de cette ville, l’un des plus anciens de France qu’elle dirige depuis déjà trente ans, pour illustrer le dépliant distribué au public le temps de l’exposition.
Une œuvre qui se retrouve sous la dénomination « Au souffre du vent d’été » à coté des œuvres de Rogers Bezombes (1913 - 1994), Robert Couturier (1905 – Paris 2008, il disparu bien à l’âge de 103 ans), Emilio Gilioli (1911 – 1977), Etienne Hajdu, le Roumain (1907 – 1996) et François Morellet, né en 1926, un des artistes les plus connus de notre époque, avec le sculpteur allemand vivant à Paris depuis 1951, Dietrich Mohr, né,lui, en 1924.
C’est cela la notoriété qui, par une œuvre toujours remarquée ,voit son auteur se placer dans les rangs des plus illustres et atteindre lentement la consécration. Ne fut- elle pas, plus d’une fois, distinguée par des journalistes qui se plurent à en illustrer leurs articles ?
Elle fit la une du journal danois Halsman Poeten de Copenhague en 2003, puis illustra l’annonce de l’exposition au jardin des fleurs (Parc Vojamovy Malastrana) à Prague en été 2011, puis celle au château de Bitov dans le N° du Denik 6 Octobre 2011 en Moravie du Sud.
Elle fut la vedette de l’ émission consacrée à la collection de girouettes contemporaines à Criel - sur - mer enregistrée par la chaine FR3, fit la une du journal La Provence alors qu’elle est exposée dans la Citadelle de Sisteron ( été 2012), se retrouva dans La voix du Nord lorsque la collection fut exposée au jardin Mosaïc au Sud de Lille en 2014, de Ouest -France à l’ inauguration de l’ exposition au château de Pères près de Rennes, trouva une place de choix dans le Courrier Picard à la suite de l’ exposition de la collection au jardin du Carmel à Abbeville en été 2015.La girouette de Lahoussein Maouhoub parut de nombreuses fois dans les journaux marocains en écho aux expositions européennes.
En cela, Lahoussein Maouhoub participe à l’effort de création qui anime le monde dans tous ses instants artistiques et apporte au Maroc une notoriété qui ne peut qu’enrichir et encourager les nombreux artistes qui, avec bonheur, œuvrent pour la compréhension de ce pays.

*Auteur, essayiste, critique d’art
8/2/2016
Lu 239 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Quand l’action syndicale sert de locomotive à l’action politique
Il y 28 ans, le 14 décembre 1990, le Maroc vivait un tournant décisif de son Histoire récente. Deux
Par Jamal HAJJAM
 
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Quand l’action syndicale sert de locomotive à l’action politique


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems