Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale
  De son auteur Mohamed Louma
Haj Ahmed Cherkaoui/ « 50 ans de combat de la génération des précurseurs »
 
Après une présentation générale de l’ouvrage consacré au combattant et militant Haj Ahmed Cherkaoui, ses positions à l’encontre de l’opportunisme politique et son combat pour faire prévaloir l’égalité, l’équité et la démocratie, nous nous attachons dans cet article à faire ressortir quelques aspects de la personnalité du défunt, son parcours, son éducation et ses divers centres d’intérêt.


Né en 1897 (8 février) à Fès, d’une famille modeste, Haj Ahmed Cherkaoui a grandi dans un environnement propice au savoir et à l’acquisition de matériaux intellectuel et éducationnel.
Ayant fait ses preuves dans l’administration en qualité de percepteur au sein de l’administration des impôts, Haj Ahmed Cherkaoui va être démis de ses fonctions le 27 août 1930 pour avoir été parmi les signataires du manifeste de protestation contre le dahir berbère le 17 août 1930.
Cette étape marque ainsi le commencement de toute une série d’inquiétudes pour Haj Ahmed Cherkaoui, à commencer par son arrestation en 1933.
Parallèlement, c’est le changement de fond en comble que va connaître la vie de Haj Ahmed qui va tout consacrer à la défense de la cause nationale à travers sa participation à la présentation du manifeste des doléances nationales au Sultan Mohammed Ben Youssef, en compagnie de ses compagnons Mohammed Zeghari, Aboubakr El Kadiri, Abdelaziz Ben Driss, pour ne citer que ceux-là. Tels que rapporté par l’auteur du livre, le combat que va mener Haj Ahmed Cherkaoui revêt plusieurs facettes, à titre privé et au sein de la Koutla. Son militantisme débordant va le conduire à la prison le 27 octobre 1937 pour une année. Après sa libération, l’administration coloniale ne va pas lâcher prise pour mettre toutes les activités de Haj Ahmed sous le feu de la rampe. Mais toutes les tentatives de freiner cet élan débordant n’ont été que peine perdue.
D’ailleurs, tous les événements qui s’en sont suivis à travers notamment l’impulsion donnée par le sultan à la dynamisation du secteur de l’enseignement, vont permettre à Haj Ahmed Cherkaoui d’être reconnu et récompensé pour la nature du combat qu’il mène. L’auteur du livre rappelle ici que c’est Haj Ahmed Charkaoui qui a été choisi pour donner toutes les explications au sultan lors de la pose de la première pierre en 1946 du projet « Madariss Mohammed V », groupement dont il va prendre la direction dès 947, date de son ouverture.
L’auteur qui s’est longuement arrêté sur les événements qui ont émaillé ce contexte n’a pas perdu d’œil ce qui se passait au sein des pays voisins, notamment en Tunisie avec l’assassinat le 5 décembre 1952 du militant syndicaliste Ferhat Hachad et ce que cela va donc déclencher comme mouvements de prestation au Maroc.
M. Mohamed Louma passe au peigne fin bien des chapitres douloureux de l’Histoire de notre pays avec l’exil, le 20 août 1953, du Sultan Sa Majesté le Roi Mohammed V et de sa famille et tout ce que les nationalistes vont endurer durant cette période, à travers emprisonnement, interdictions, limitations de tous genres,… dont notamment Haj Ahmed Cherkaoui.
Avec l’indépendance du Maroc, M. Louma va nous faire vivre, à travers son ouvrage, une véritable libération des synergies. Haj Ahmed Cherkaoui fut ainsi nommé, en 1956, inspecteur général du Parti de l’Istiqlal. En 1957, il fut nommé par le Roi membre de la commission supérieure de l’enseignement et, durant la même année, conseiller à l’ambassade du Maroc en Arabie Saoudite,…
Cerner la personnalité de Haj Ahmed Cherkaoui, l’auteur Mohammed Louma donne la preuve d’un travail méticuleux qu’il a entrepris avec beaucoup de précisions et dans lequel il a relaté faits et événements. C’est ainsi qu’il s’est attaché à jeter toute la lumière sur l’éducation originale dont Haj Ahmed s’est ressourcé et qui a nourri ses activités religieuse et de prédicateur et de militant pour l’égalité et la démocratie et de défenseur des nobles causes et des causes de peuples pour se libérer du joug du colonialisme et recouvrer leur indépendance.

Mohamed BEROUAL
15/7/2015
Lu 2667 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems