Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Droits de l’Homme : Rabat conteste le rapport d’Amnesty International ...  
   
 
        Cinéma
 
Ciné - star : Festival National du Film : Hommage à Malika Omari
 
Lors de cette seizième édition du Festival National du Film, qu'abrite la ville de Tanger du 20 au 28 du mois courant, un hommage particulier est rendu à la comédienne Malika Omari (70 ans), en reconnaissance à ses innombrables contributions tant sur les planches que sur les écrans, grand et petit.
Malika Omari compte parmi la deuxième génération des comédiennes marocaines, celle de Naima Lamcharki, Fatima Benmeziane, Nezha Regragui, Fatima Regragui, Chaabia Adraoui, bien que les parcours artistiques varient de l'une à l'autre. Comme ses collègues, elle s'intéressa très tôt, dès l'age de 15 ans, au jeu théâtral en fréquentant d'abord les troupes de théâtre amateur dans sa ville natale Marrakech.
L'école française où elle étudia va consolider son penchant. Ses premiers compagnons de route sont Aziz Mouhoub, Abdellah Amrani, Mohamed Hassan Joundi, Fatima Benmeziane et un certain Ahmed Omari, devenu plus tard son époux, tous originaires de la même ville décidés à faire carrière dans le théâtre. Leur destination est Rabat qui comptait déjà un centre de formation en art dramatique. Elle s'y inscrit avec ses compagnons en 1960 et eut comme professeurs des formateurs étrangers mais également des Marocains notamment Ahmed Tayeb Laalej.
Ce dernier va monter avec ses étudiants un bon nombre de pièces auxquelles participe Malika Bellamine Alaoui, car c'est le véritable nom de l'actrice marrakchie. "Hadda" comme "Balgha Mashoura" ne sont que des titres parmi tant d'autres de pièces à succès écrites par le très prolifique Tayeb Laalej. En 1974, la comédienne rejoint avec les autres lauréats du centre la troupe "Maamora", créée par le ministère de la jeunesse et du sport. C'est l'occasion pour elle d'élargir son répertoire en interprétant divers rôles dans des pièces écrites par Laalej ou Tayeb Saddiki adaptées de Molière, Shakespeare, Marivaux, Ibsen, Taoufik Hakim, etc...Elle tint parfois le rôle principal comme dans la pièce adaptée de "Tartuffe" par Saddiki retitrée "Wali Allah" en 1966. C'est à peu près à la même époque qu'elle est tentée par le cinéma. Elle eut son premier rôle en 1964 sous la direction de Larbi Bennani qui l'engagea avec son mari dans un film de vulgarisation: "Le logis des hommes".
Dans les années 70 on va la retrouver dirigée par Richard C. Sarafian dans "The next man"(1976) puis plus tard par Franco Zeffirelli dans "Jésus de Nazareth"(1978). Cependant, c'est sur le plan national que sa contribution est plus prolifique puisqu'on va la retrouver régulièrement sur le grand comme sur le petit écran. C'est l'mage d'une mère ou d'une épouse d'une condition aisée ou moyenne, qu'elle va le plus souvent inculquer au public déjà familiarisé à cette image par les nombreux rôles qu'elle interprétés sur les planches en particulier aux cotés de Mohamed Jam depuis les années 90 et dont elle ne s'en sépara jamais au même titre que sa collègue Nezha Regragui. "Les amis d'hier", "Destin de femme", "Femmes et femmes", "Yacout", "Le résistant inconnu", "Lalla chafia", "Abbe
s ou jouha n'est pas mort", "L'histoire d'une rose" ne sont que quelques titres de la longue filmographie de Malika Omari qu'elle a forgée par un talent sur et une force tranquille.
22/2/2015
Lu 10988 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Sécurité des données juridiques transmises par voie électronique : Comment être prestataire de services de cryptographie
Garantir la confidentialité et l’intégrité des conventions secrètes
Ciné-Mémoire : Mort de l'acteur français Louis Jourdan
Basket-ball / Nationale Une / Mise à jour de la première journée (Aller) : W A C - A S S : 63 – 79 (35 -44): Une simple formalité pour les Slaouis !
Mise à jour de la 19ème Journée: Le MAT s›écroule devant l’Olympique de Safi (0-1): Youssef Fertout loue la prestation de ses poulains
« Mémoire des temps futurs », nouveau recueil de M. El Jerroudi

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
 
Viandes rouges : Mauvaises conditions d’hygiène et manque de normes adéquates dans la plupart des abattoirs: Une filière à la conquête de son aval

N. BATIJE
 
   
  Chronique
 
Affaire des deux journalistes expulsés : Je mens, je transgresse la loi et je me plains !
Ahmed NAJI

Les points sur les i

Par Najib SALMI

Décoration de la Légion d’Honneur du Directeur de la DGST : Au nom d’une certaine idée de la France, dira De Gaulle
Ahmed NAJI
 
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

 Décoration de la Légion d’Honneur du Directeur de la DGST : Au nom d’une certaine idée de la France, dira De Gaulle
 La Destinée de l’art : Réaction contre le cocktail visuel
 A la mémoire d’Assia Djebar : « Sois toujours mort en Eurydice, chantant plus, ô monte !»: Rainer Maria Rilke
 Terrorisme: 18 inculpés écopent de 3 à 10 ans de prison ferme
 Fès: Diversité et pluralisme au Maroc : Des atouts à préserver
 Ciné-Mémoire : Mort de l'acteur français Louis Jourdan
 « Mémoire des temps futurs », nouveau recueil de M. El Jerroudi
  Tennis : Clôture du tournoi des jeunes du RTC Marrakech : Un palmarès des outsiders 
 Notre temps : Face aux Hauts Potentiels Intellectuels… l’Ecole clique sur Ignorer
 Dar El Gueddari : Le cadavre d’une fillette repêché...


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems