Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
    Visite Royale à Marrakech : Les infrastructures socio-sportives de proximité renforcées...      Le ministre de la Santé agressé à la Chambre des représentants, le parquet saisi...      Une arrestation : qu’on voudrait faire passer pour un enlèvement ...      Scandale de corruption en Turquie : Le système judiciaire dans la ligne de mire du gouvernement turc...      Tourisme : L’indice d’attractivité du Maroc atteint un score de 89 points sur 100 ...      Présentation à Rabat de l’ouvrage «Maroc-Algérie : La méfiance réciproque»...  
   
 
        Nationale

Hassan BENMAHMOUD

 
Politique : Benkirane, de l’échec cuisant à l’accusation putride
 
Si la liberté d’expression doit demeurer le principe, surtout au Parlement, ce principe ne peut servir de paravent à des ignominies, des contre vérités et surtout des déclarations à l’emporte-pièce, gratuites, inutiles, qui ne servent en rien la réflexion si ce n’est à monter le vrai visage de celui qui les profère.
Lorsqu’un bouffon spécule davantage sur la démagogie, le pseudo parler cru, les accusations infondées, les provocations putrides que sur la reddition des comptes, la responsabilité et l’évaluation objective de son action, la démocratie en souffre, l’image de l’action politique se dégrade et les débats se transforment en combats de coqs dans une scène obscène et un climat délétère qui donne la nausée.
Le chef de l’exécutif, dans ses diatribes verbales qui n’amusent plus personne, a été acculé, une énième fois à se retrancher dans son fondamental ouvrant la voie à toutes les dérives, à tous les dérapages, voire à des gesticulations inadmissibles de la part d’un chef de gouvernement face aux élus de la nation. Accuser des représentants de la Nation de transferts illicites de capitaux à l’étranger sans fondements alors qu’on est le chef du gouvernement, ayant entre les mains tous les ressorts de l’administration et donc toute latitude à poursuivre en justice les contrevenants, ce n’est plus un abus de langage, ni une posture démagogique circonstanciée, c’est un délit passible de poursuites judiciaires et un déni de l’action politique qui porte atteinte à l’image du pays.
Au lieu d’essayer de réhabiliter l’action politique en se concentrant sur l’objectif essentiel d’un gouvernement , à savoir répondre aux aspirations des citoyennes et citoyens, permettre à toutes les sensibilités de s’exprimer dans le respect mutuel, répondre aux défis de développement durable et proposer des solutions viables, crédibles et efficientes aux problèmes de société posés, on s’achemine lentement mais sûrement vers une dérive hégémonique qui en dit long sur le parcours politique du chef de l’exécutif.
Accuser à tort, provoquer et chercher «Tbourida» pour étouffer toute opposition, pour se dédouaner de certaines décisions prises à l’encontre des aspirations des citoyens et pour essayer d’imposer ses points de vue, est une attitude anti-démocratique inquiétante. On croyait qu’avec le retrait du gouvernement du parti de l’Istiqlal pour protester contre le manque de concertation avec la majorité, la dérive personnalisante des prises de décision et le non-respect du pluralisme des opinions, le chef de gouvernement allait changer son logiciel management et se conformer avec les contraintes de gestion d’une société marocaine éprise de justice, tolérante, ouverte et rêvant d’un lendemain meilleur, mais… l’incompétence dans la gestion économique et sociale du pays de la part du chef du gouvernement a été accentuée par une arrogance, du moins verbale, qui ne laisse aucune chance au compromis, à la négociation et aux possibilités de réorientation de l’action gouvernementale.
L’épreuve de réalité de l’exercice des fonctions du gouvernement a montré les limites d’un chef de gouvernement, certes hâbleur, mais manquant d’expérience, de vision et de stratégie de développement. Le chef de gouvernement a échoué à son premier test : Passer d’une culture d’opposition, de protestation et de prédication vers une culture managériale, de gestion, de prévision et d’exercice de pouvoir. A défaut de tenir ses promesses électorales, il s’ingénue à créer des problèmes pour masquer son échec. Accuser des parlementaires de transfert de capitaux ne sera, sans doute, pas sa dernière dérive, le personnage est ainsi formaté, c’est inquiétant pour la démocratie.
6/1/2014
Lu 4782 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Coucher les enfants à heure fixe évite les problèmes comportementaux ?
Galette frangipane «Chhiwates»: au chocolat
Connaissez vos droits : La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur
Flashs
Tourisme : L’indice d’attractivité du Maroc atteint un score de 89 points sur 100
Présentation à Rabat de l’ouvrage «Maroc-Algérie : La méfiance réciproque»

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Le gouvernement veut “normaliser” avec les prévaricateurs
Le gouvernement Benkirane n’en finira décidément pas de nous surprendre. Négativement, hélas. Au fil
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
La prostitution à Casablanca, système concentrationnaire sous le Protectorat français : Quand l’enquête de deux médecins français en 1951 pulvérise l’image du Bousbir exotique

Said AFOULOUS

Abdellah Naguib : Bousbir, «une greffe très mal perçue par les habitants de Derb Soltane», avait fait partie du circuit touristique exotique de Casablanca
Propos recueillis par S.A

Le Parti de l’Istiqlal commémore le 80ème anniversaire de la création du son premier noyau

 
   
  Chronique
 
Les Points Sur les i

Par Najib SALMI

Intox à Alger !
Y. A.

Un chef de gouvernement est comptable de ses propos
Jamal Hajjam
 
  Télégramme
 

Qui contrôle quoi, rue Zanzibar, rue Napoli - elle commence bien l’année ! Des ouvriers municipaux -suite

 
   
   Articles les plus lus
 

 Intox à Alger !
 Modifications de la TIC et de la TVA
 Les dispositions de la L.F. 2014 et le Code des douanes : Création de magasins de dédouanement
 Une pensée pour Feue Malika El Fassi,seule femme signataire du Manifeste de l’indépendance
 Un responsable à l’ONEE: Toutes les villes marocaines seront dotées de stations d’épuration des eaux usées à l’horizon 2030
 Le Parti de l’Istiqlal dépose une plainte contre le chef du gouvernement pour «diffamation» et «non dénonciation de délit commis»
 Présentation à Rabat de l’ouvrage «Maroc-Algérie : La méfiance réciproque»
 Les particuliers et les professionnels sont les moins satisfaits
 Le Manifeste du Nord
 Connaissez vos droits : La loi 31-08 édictant des mesures de protection du consommateur


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems