Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Sport
 
Témoignages : Mehdi Faria a tant aimé le Maroc et les Marocains
 
Les différents témoignages recueillis à la suite du décès de l’ancien entraîneur de la sélection nationale de football, Mehdi Faria, qui a rendu l’âme mardi à Rabat, ont été unanimes à dire que le défunt fut l’exemple de l’entraîneur chevronné et compétent qui a tant aimé le Maroc et les Marocains.
L’entraîneur national et ex joueur marocain, Abdelmalek El Aziz, a salué les grandes qualités humaines du regretté, la noblesse de son esprit et les services qu’il a rendus à son club l’Association Sportive des FAR et à la sélection nationale dont il avait pris les commandes dans les années 1980.
 « Faria était un éducateur, un sportif et un psychologue », a-t-il dit, louant sa fidélité à son club, l’AS FAR, avec qui il a remporté la Coupe du Trône et la Coupe des clubs champions africains.
« J’ai perdu en Faria le frère et l’ami intime », a affirmé El Aziz, ex joueur du club militaire.
Et d’ajouter: « Je dois beaucoup à Faria, l’encadrant et l’éducateur, qui m’a prodigué de précieux conseils. Il m’a fortement soutenu, à maintes reprises, aux côtés des autres joueurs, entre autres, Abdesslam Laghrissi et Abderzzaq Khayri ».
Le défunt a signé un bon parcours sportif dans l’encadrement technique. Il fut le premier entraîneur à offrir au Maroc son premier titre africain, à savoir la Coupe d’Afrique des clubs champions en 1985 avec l’AS FAR.
Même son de cloche chez l’international marocain, entraîneur actuel de la sélection marocaine de football de plage, Mustpaha El Hadaoui, qui a relevé que « la disparition de Faria constitue une perte irréparable pour la scène sportive marocaine, car le regretté, aux nobles qualités humaines, a beaucoup donné au football national », notant que « les hommes tels que Faria sont devenus monnaie rare » et que le défunt « a mis sa vie au service du sport ».
 « La famille sportive est en deuil après la perte de Faria, le sportif, l’entraîneur et le grand éducateur qui a rendu des services louables au sport national », a-t-il déploré.
Le regretté était « l’un des rares cadres ayant réussi à entraîner, à la fois, la sélection nationale et le club AS FAR », témoigne El Hadaoui, ajoutant que l’arrivée de Faria à la tête de la sélection nationale a constitué « une valeur ajoutée au football national, dans la mesure où son époque a connu l’émergence d’une pléiade de stars hors pair ».
Et de souligner que Faria, qui s’est converti à l’Islam, a beaucoup donné au ballon rond national. « Sous sa houlette, le Maroc devient la première équipe africaine et arabe à atteindre le deuxième tour d’une Coupe du Monde. C’était lors du Mondial mexicain de 1986 », a-t-il rappelé.
L’ancien international marocain, Aziz Bouderbala, a souligné, pour sa part, que « le Maroc a perdu une de ses figures emblématiques qui a marqué de ses empreintes le paysage footballistique national, notamment par la qualification au deuxième tour de la Coupe du Monde 1986, notant que « le regretté qui a tant aimé le Maroc et les Marocains, était également connu pour son sens de responsabilité et de patriotisme ».
De son coté, l’ex joueur marocain Noureddine Bouyahyaoui, qui s’est montré très ému par la disparition du regretté, a indiqué que « feu Faria, avec qui j’ai scellé une profonde amitié, était mon deuxième père », relevant que le regretté a généreusement donné au football marocain et fait preuve de dévouement et d’abnégation.
10/10/2013
Lu 921 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems