Directeur : El Atouabi Majdouline           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
    Expulsé arbitrairement, un Marocain résidant en Espagne obtient gain de cause : En attendant l’exécution du jugement ! ...      Le commerce extérieur au terme du premier semestre...      Hausse de 31% des débarquements des poissons pélagiques à fin juin...      Culture : 48ème édition du Festival National des Arts Populaires (FNAP) du 17 au 21 juillet 2013...      Opération transit 2013 : Plus de 344.000 personnes ont gagné le Maroc via Gibraltar...  
 
 
 
        Dossier

S.A

 
Médina de Casablanca : Projet de mise à niveau des ateliers d’artisanat
 
La réhabilitation concernera aussi les petits métiers de services dont le réseau des fours publics traditionnels, qui sont nombreux dans la médina, mais dans une étape ultérieure sans qu’on sache à quelle date exactement. Toutefois, histoire de donner un avant-goût de ce qui est attendu, un four public se trouvant sur le circuit touristique, rue Bousmara, fera l’objet de restauration au même titre que les ateliers d’artisans du dit circuit. Ce sera un exemple qui donnera une idée de ce qui se fera pour l’ensemble des fours si le projet de restauration est poussé jusqu’au bout. Le « si » est encore à l’ordre du jour pour les observateurs, artisans en premier lieu, qui restent très sceptiques tant on les avait fatigués et déçus par le passé avec des promesses jamais tenues. Selon le projet de Direction de l’Artisanat, la restauration et mise à niveau professionnel concerne un total de 140 artisans recensés ayant exprimé leur adhésion au projet. De même les petits métiers de service (coiffeurs, fours publics, hammams, cordonniers, cyclistes, marchands de beignets, plâtriers…) soit un total de 207 unités dispersées dans les ruelles ont exprimé leur adhésion de principe au projet d’après la Direction de l’Artisanat.
Nonobstant le scepticisme des uns et des autres, la médina est condamnée à couper les ponts avec le délabrement qui risque de figurer un contraste criant devant les grands projets touristiques, économiques qui l’environnent : la Marina, la nouvelle gare ferroviaire Casa-Port, la nouvelle place des Nations Unies avec la grande station du tramway etc. C’est ce qui faisait dire aux Mdinis, depuis le lancement des travaux dans la médina en 2011, que ce n’est pas pour leurs beaux yeux qu’on arrange aujourd’hui la vieille ville, mais plutôt pour ne pas choquer le touriste et gêner le business des grands projets faramineux capitalistiques qui font de Dar el Beida la grande cité des contrastes entre emblèmes de richesse criarde et marques de grande précarité.
Ainsi les ateliers des artisans sont appelés ni plus ni moins qu’à faire partie de la vitrine touristique de la ville historique et participer à renforcer son attrait. En contrepartie les artisans tireront profit de l’embellie attendpar le fait que les ruelles de la médina deviendront visitables par un grand nombre de touristes étrangers et nationaux selon un scénario très optimiste.
Il est vrai qu’aujourd’hui on a du mal à se laisser bercer par des effets d’annonce, car le problème le plus urgent dans la médina reste surtout de trouver des solutions pour les maisons menaçant ruines et reloger les familles qui y résident en surnombre. Sachant que 78% des habitants de la médina sont des locataires dans un tissu urbain ancien d’une très grande densité, soit 1000 habitants/hectares sur une superficie total de 47 hectares à l’intérieur des remparts. Un problème dont la sensibilité s’est exacerbée avec les séries d’effondrements qui ont coûté des vies humaines, tragédies attribuées pour certains cas (effondrement de Sidi Fateh) à la manière « anarchique » des travaux de creusage et d’installation des égouts sans « études préalables » de manière à prévenir des impacts qui peuvent en résulter. Il fallait prendre des mesures de renforcement des maisons notamment ou les évacuer par mesure de sécurité avait-on répété. Pour l’Agence urbaine c’est un autre avis qui est soutenu selon lequel l’effondrement est intervenu six mois après les travaux et ce seraient des travaux de surélévation qui sont la cause d’effondrement. Il n’empêche que les travaux actuels dans les zones des maisons délabrées avancent très lentement par prudence pour éviter les erreurs du passé.
Parallèlement donc à l’Agence urbaine et autres partenaires, la Direction de l’Artisanat de la wilaya de Casablanca mène le projet de mise à niveau du secteur de l’artisanat dans la médina à l’intérieur des remparts. Comme nous l’explique M. Mohamed Ilali, directeur de l’Artisanat à la wilaya de Casablanca, la stratégie va de la sensibilisation, de l’identification des problèmes que vivent les artisans, à la formation, la restauration des ateliers avec réaménagement de l’intérieur des ateliers et leurs façades, l’équipement et enfin l’aide à l’amélioration de la production et la commercialisation.
 D’abord un diagnostic a été établi par les cadres de la Direction de l’Artisanat de la wilaya pour connaître la situation des artisans, leurs ateliers et les problèmes posés dans la médina pour l’essor de ce secteur. L’un des premiers constats est certainement l’exiguïté des ateliers et les conditions difficiles de travail.
Le projet de mise à niveau des artisans s’effectuera par étapes. Sont concernés pour la première étape ceux qui se trouvent dans le circuit touristique. Celui-ci commence par Bab Lakbir, rue el-Hansali, rue de Rabat par la kissaria al-Fath des bijoutiers et orfèvres en allant vers rue Anfa en direction du jardin Boussemara. Les concernés dans ce circuit par secteurs d’activités ont été recensés soit 50 unités d’orfèvrerie, 10 de menuiserie, 15 de maroquinerie, 60 de couture. Ce qui sera réalisé pour cette première fournée d’artisans sera généralisé pour les autres que compte la médina intra muros. Il s’agirait au total d’un millier d’ateliers. Un architecte a été désigné pour la restauration des ateliers selon un modèle uniforme pour leur donner une identité facilement identifiable pour le simple passant par la façade et l’aménagement intérieur.
« Il s’agit de faire retrouver aux ateliers une identité en l’affichant au grand jour alors que jusqu’à présent ils étaient restés cachés, discrets » soutient Nadia Belghoulimi chef de service études à la Direction de l’Artisanat.
Quand on parle de l’artisanat à Casablanca il faut préciser qu’il ne s’agit pas automatiquement de fabrication d’articles traditionnels comme dans les médinas de Fès ou Marrakech mais plutôt d’articles modernes, sacs à main pour femmes, portefeuilles, ceintures pour les artisans du cuir et articles vestimentaires modernes de tailleurs pour la couture, travail du bois pour l’ameublement, travail du plâtre etc.
Le travail de restauration devrait se faire selon une écoute des besoins spécifiques des bénéficiaires afin que le résultat final puisse répondre à leur attente et aspirations.


13/7/2013
Lu 16472 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Hausse de 31% des débarquements des poissons pélagiques à fin juin
Culture : 48ème édition du Festival National des Arts Populaires (FNAP) du 17 au 21 juillet 2013
Opération transit 2013 : Plus de 344.000 personnes ont gagné le Maroc via Gibraltar
Le Jumping International de Vichy : Abdelkebir Ouaddar vainqueur du GP de Vichy de saut d’obstacles  
Taekwondo : Driss Hilali réélu membre du Bureau exécutif du WTF

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
Politique : Mauvaise foi
Rien à faire. Le PJD s’accroche au même discours qui a conduit à la crise gouvernementale peu enviab
Jamal HAJJAM
 
  Dossier
 
Médina de Casablanca : Projet de mise à niveau des ateliers d’artisanat

S.A

Mohamed Ilali, directeur de l’Artisanat, région du Grand Casablanca :« Toute une stratégie de mise à niveau de l’activité de l’artisanat dans la médina a été définie»


D’un artisan à l’autre de la médina : Fin d’une ère de quasi clandestinité

Saïd AFOULOUS
 
   
  Chronique
 
Le pompier espagnol
Par Naïm Kamal

Humeur: Pèlerinage: Tla3 takoul el kermous…
Ali Benadada
 
  T�l�gramme
 

L’été perdu pour les jeunes, les très jeunes qui ne font pas le Ramadan. Pourquoi ne pas les envoyersuite

 
   
   Articles les plus lus
 

 Chiffres alarmants de l’ OPALS: Les infections au VIH sida au Maroc en hausse de 52% entre 2007 et 2011
 En prévention des maladies de la vache folle et de l’influenza aviaire : Interdiction d’administrer certaines substances aux animaux en vue de leur engraissement
 D’un artisan à l’autre de la médina : Fin d’une ère de quasi clandestinité
 Médina de Casablanca : Projet de mise à niveau des ateliers d’artisanat
 Mohamed Ilali, directeur de l’Artisanat, région du Grand Casablanca :« Toute une stratégie de mise à niveau de l’activité de l’artisanat dans la médina a été définie»
 Conseil de gouvernement : Fouad Douiri présente la stratégie nationale pour le développement du secteur minier
 ONU : Le black-out et le blocus imposés aux populations de Tindouf mis à nu devant le CDH
 Lancement d’une campagne de communication sur les sacs en plastique
 Le Conseil d’affaires maroco-turc de la CGEM organise prochainement une rencontre économique en Turquie
 Sidi Bennour  : Deux autocars calcinés 


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems