Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Casablanca   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
   
 
        Economie
  Immobilier
Les prix stagnent globalement
  Les ventes d’appartements progressent de 10%
Après une croissance trimestrielle de 0,8%, les prix des actifs immobiliers ont stagné au 2ème trimestre 2012. Cette évolution recouvre une hausse de 0,9% des prix des biens résidentiels et des baisses respectives de 1,5% et de 2% de ceux des biens fonciers et commerciaux, rapporte la dernière note de Banj Al-Maghrib relative aux indices des prix des actifs immobiliers. En glissement annuel, ces prix ont progressé à un rythme supérieur à celui observé le trimestre précédent, soit 1,6% au lieu de 1,2%.
Par région, les tendances, en glissement annuel, ont été disparates. Les diminutions les plus importantes ont concerné les régions de Doukkala-Abda, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, et Souss-Massa-Draâ, alors que des hausses sensibles ont été relevées dans les régions de Chaouia-Ourdigha, Gharb-Chrarda-Beni Hssen, Fès-Boulmane et Marrakech-Tensift-El Haouz.
Selon les données arrêtées 35 jours après la fin du 2ème trimestre 2012, les ventes des biens immobiliers immatriculés au niveau de l’ANCFCC (Agence nationale de la conservation foncière, de la cartographie et du cadastre) ont régressé de 0,8% d’un trimestre à l’autre, alors qu’elles ont augmenté de 10,1% en glissement annuel, s’élevant ainsi à 28 123 transactions.
La progression annuelle des actifs immobiliers est de 1,6%, reflétant l’appréciation des prix de l’ensemble des catégories.
Les prix des appartements augmentent de 1,4%
Après un repli de 0,6%, les prix des appartements ont connu un accroissement de 1,4%, d’un trimestre à l’autre. En glissement annuel, ils ont progressé de 2,3 % au lieu de 1,8% un trimestre auparavant. Cette hausse a concerné toutes les villes, à l’exception de Marrakech, d’Oujda et de Rabat.
Représentant environ 61% des transactions au cours de ce trimestre, le volume des ventes des appartements a enregistré une baisse de 3,8% en glissement trimestriel et une hausse de 10% d’une année à l’autre, s’élevant ainsi à 17 454 unités. Par ville, les volumes des ventes les plus importants ont été réalisés à Agadir, à Kenitra et à Marrakech.
D’un trimestre à l’autre, les prix des biens résidentiels sont restés inchangés au cours du 2ème trimestre, recouvrant des hausses respectives de 1,4% et de 1,2% des prix des appartements et des maisons et une baisse de 10,1% de ceux des villas. Concernant les prix des biens fonciers et commerciaux, ils ont diminué de 1,5% et de 2%. Sur un an, les hausses des prix des appartements, des terrains et des bureaux, chiffrées respectivement à 2,3%, à 3% et à 13,5%, ont plus que compensé les replis de ceux des maisons, des villas et des locaux commerciaux, évalués à 1,8%, à 2,6% et à 0,6%.
Quant au volume de transactions, les ventes des biens résidentiels se sont accrues en variation trimestrielle de 3,5%, atteignant 19 244, en raison essentiellement des hausses respectives de 3,8% et de 28,3% des transactions des appartements et des villas.
En revanche, le nombre des ventes des biens commerciaux et ceux fonciers ont régressé respectivement de 11,9% et de 8,1%.
En glissement annuel, le nombre de transactions a augmenté pour l’ensemble des catégories des biens immobiliers, à l’exception des maisons, dont la baisse s’est située à 6,1%.
Concernant la structure des ventes, les biens résidentiels continuent de constituer plus de 67% de l’ensemble des ventes des biens immobiliers, avec la prédominance des appartements. Quant aux terrains urbains, ils représentent environ 25% du marché national, alors que la part des transactions relatives aux biens commerciaux se situe autour de 7%.
Les prix des maisons ont progressé de 1,2% au 2ème trimestre, après 4% un trimestre auparavant. D’une année à l’autre, ces prix se sont contractés à un rythme supérieur à celui du trimestre précédent, soit 1,8% au lieu de 0,9%, recouvrant des baisses sensibles dans les villes d’El Jadida, de Casablanca, de Marrakech, de Meknès et d’Oujda, ainsi que des hausses importantes dans les villes de Tanger et de Rabat.
Quant au nombre de transactions, qui représente environ 5% du marché national, il s’est établi à 1 318, en hausse de 1,2% par rapport au trimestre précédent et en baisse de 1,8% en glissement annuel.
Repli de 10,1% des prix des villas
Les prix des villas se sont repliés de 10,1% d’un trimestre à l’autre et de 2,6% sur un an. Par ville, ils ont connu une hausse annuelle de 8,7% pour Kénitra et des baisses respectives de 11,7%, de 10% et de 3,4% pour Meknès, Casablanca et Marrakech.
Pour leur part, les transactions ont enregistré un accroissement de 28,3% d’un trimestre à l’autre et de 40,5% sur un an, atteignant ainsi 472 unités.
Les prix des terrains urbains ont enregistré une diminution trimestrielle de 1,5% et une croissance de 3% par rapport à la même période de l’année précédente.
Avec une part de marché national d’environ 25%, les terrains urbains ont fait l’objet de 6 986 transactions, soit un repli de 8,1% d’un trimestre à l’autre et une augmentation de 12,7% en variation annuelle.

Diminution de 2,3% des prix des locaux commerciaux
Les prix des locaux commerciaux ont diminué de 2,3% d’un trimestre à l’autre et de 0,6% en glissement annuel.
Pour sa part, le volume de transactions a atteint 1 633 ventes, soit environ 6% de l’ensemble des biens immobiliers, en recul de 16,2% d’un trimestre à l’autre et en hausse de 5,8% sur un an.
Concernant les prix des bureaux, ils ont quasiment stagné d’un trimestre à l’autre, alors qu’ils se sont accrus de 13,5% en glissement annuel.
Dans le même temps, avec une part de près de 1% du marché national, le volume de transactions a atteint 260 au 2ème trimestre, ressortant ainsi en augmentation de 30,7% d’un trimestre à l’autre et de 39% sur un an.

Baisses de 4,4% et 2,9% respectivement
à Rabat et Marrakech et hausse de 5,8% à Fès
La ventilation de l’IPAI par ville au cours du 2ème trimestre a fait ressortir dans l’ensemble un accroissement des prix des biens immobiliers, en glissement annuel. En effet, à l’exception de Rabat et de Marrakech où les prix ont accusé des baisses respectives de 4,4% et de 2,9%, et d’Oujda et de Casablanca où ils ont stagné, les prix dans les autres villes ont enregistré des progressions allant de 0,8% à Agadir à 5,8 % à Fès.
Le nombre de transactions a connu globalement des accroissements en glissement
trimestriel. En effet, les hausses se sont situées entre 2% pour Tanger et 18,3% pour Meknès, alors que les diminutions ont été observées à Agadir, à Kenitra, à Oujda et à Rabat. Par ailleurs, la part de transactions des biens
immobiliers par ville s’est établie à 31,7% à Casablanca, à 14,6 % à Marrakech et à 13,8 % à Tanger.
22/8/2012
Lu 18043 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Les besoins de liquidité s’accroissent
La hausse s’explique davantage par un effet change que par un effet prix
Dépréciation quasi-générale des valeurs
Les prix stagnent globalement
Le secteur tiré vers le bas par les entreprises qui recourent à la fraude
Absence de système de régulation et de règles « claires, simples et équitables »
Réglementation des produits cosmétiques importés pour protéger le consommateur
L’Algérie «vit dangereusement et la crise s’éternise et s’aggrave»
Marche d’enfants mardi à Rabat pour mettre à nu les exactions commises par le «Polisario»
Un triporteur entre en collision avec un 4x4 à Fkih Ben Salah : trois morts et 9 blessés
Laâyoune: La dénommée Sakina Jad Ahlou simule un évanouissement sur la voie publique
Le team national termine à la 9ème place
Le Sénégal succède à l’Egypte

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
La défense de l’unité territoriale, objectif prioritaire du Maroc
Le peuple marocain célèbre, le mardi 14 août, l’anniversaire du retour à la mère-patrie de la provin
Mohammed IDRISSI KAÏTOUNI
 
  Dossier
 
Le récit de la naissance tumultueuse du Casablanca moderne au début du XXème siècle

Saïd AFOULOUS
 
   
  Chronique
   
  Télégramme
 

On les appelle toujours « Dèf Allah », ces gens qui frappent à la porte d’une maison inconnue où ilssuite

 
   
   Articles les plus lus
 

 La hausse s’explique davantage par un effet change que par un effet prix
 Les besoins de liquidité s’accroissent
 Le secteur tiré vers le bas par les entreprises qui recourent à la fraude
 Absence de système de régulation et de règles « claires, simples et équitables »
 Dépréciation quasi-générale des valeurs
 Les prix stagnent globalement
 Le récit de la naissance tumultueuse du Casablanca moderne au début du XXème siècle
 Essaouira : Intoxication alimentaire de neuf employés d’un établissement hôtelier
  Oued Laou : Des artistes espagnols au Festival “Al Lamma”
 Khouribga : Les cas de piqûres de scorpion en baisse de 24% en juillet


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems