Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   Casablanca   |   Tribune du Consommateur   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |      |
   
 
        Economie
 Marché des capitaux
Dépréciation quasi-générale des valeurs
 
A l’issue du mois de juillet, les indices MASI et MADEX se sont dépréciés de 2% par rapport au mois de juin, portant ainsi leurs contre-performances depuis le début de l’année à près de 10,7%. La capitalisation boursière s’est également inscrite en baisse durant ce mois, revenant à 461,3 milliards de dirhams, soit une diminution de 10,6% comparativement à décembre 2011.
De même, le volume global des transactions est revenu de 8,2 à 3,7 milliards, en relation principalement avec le recul des échanges sur le marché central. En dépit du repli des cours sur la place boursière de Casablanca durant ce mois, les indicateurs de valorisations notamment le PER et le Price to Book Ratio, évalués respectivement à 15,5 et à 2,8, demeurent globalement élevés par rapport à ceux des autres pays de l’échantillon retenu. Au niveau de certaines places boursières émergentes, à l’exception de la Chine et de la république tchèque où les cours des actions ont reculé respectivement de 5,4% et de 1,1% d’un mois à l’autre, les indices boursiers des autres places de l’échantillon ont enregistré des performances mensuelles, allant de 1,3% pour le Mexique à 2,7% pour la Turquie. Au plan sectoriel, la plupart des indices ont accusé une baisse durant ce mois, allant de 0,6% pour le secteur bancaire à 9,5% pour celui du pétrole et gaz. Des hausses ont été, toutefois, observées au niveau des secteurs chimique, de l’industrie pharmaceutique et des distributeurs, soit respectivement 14,4 %, 1,3% et 0,4%. Pour ce qui est de l’évolution des cours, 54 valeurs cotées sur un total de 78 ont fléchi durant le mois de juillet. S’agissant plus particulièrement des valeurs du secteur bancaire, elles ont enregistré des évolutions contrastées. En effet, les valeurs BMCE, CDM et BMCI se sont contractées respectivement de 11,6%, de 5,6% et de 2,4%, alors que celles de CIH, d’Attijari et de BCP ont connu des appréciations respectives de 4,6%, de 3,2% et de 0,5%. Concernant les valeurs des sociétés de financement, les cours d’Eqdom, de Sofac et de Taslif se sont dépréciés respectivement de 9,5%, de 5,8% et de 2,9%. En revanche, les autres valeurs ont enregistré des hausses variant de 2,1% pour Diac salaf à 10% pour Salafin, la valeur AXA crédit étant restée inchangée. Pour ce qui est des sociétés d’assurance, hormis CNIA SAADA dont le cours s’est accru de 1,9%, les autres valeurs ont accusé des baisses allant de 3,2% pour Wafa assurance à 14,4% pour Atlanta.
Par ailleurs, l’actif net des OPCVM, valorisé au 20 juillet, a diminué de 3,1% d’un mois à l’autre, sous l’effet principalement de la contraction des fonds monétaires à hauteur de 12%. Quant à sa structure, elle demeure dominée par les fonds obligataires, avec une part de près de 61%. Au niveau du marché des bons du Trésor, les émissions effectuées en juillet 2012 se sont établies à 4 milliards de dirhams, en repli de 2,6 milliards par rapport au mois précédent. Les remboursements étant de 6 milliards, l’encours de ces titres s’est situé à 339,2 milliards de dirhams.
Sur le marché des titres de créances négociables, sept banques ont procédé, en juin, à l’émission de certificats de dépôt d’un montant global de près de 3,9 milliards de dirhams, tandis que trois sociétés de financement ont émis des bons d’un montant de 1,1 milliard. Pour ce qui est des billets de trésorerie, deux émissions d’une valeur de 270 millions de dirhams ont été opérées durant ce mois. Compte tenu des remboursements, chiffrés à 4,4 milliards de dirhams, l’encours des titres de créances négociables a atteint 81,8 milliards de dirhams au lieu de 80,9 milliards un mois auparavant.
22/8/2012
Lu 18586 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
 


Les besoins de liquidité s’accroissent
La hausse s’explique davantage par un effet change que par un effet prix
Dépréciation quasi-générale des valeurs
Les prix stagnent globalement
Le secteur tiré vers le bas par les entreprises qui recourent à la fraude
Absence de système de régulation et de règles « claires, simples et équitables »
Réglementation des produits cosmétiques importés pour protéger le consommateur
L’Algérie «vit dangereusement et la crise s’éternise et s’aggrave»
Marche d’enfants mardi à Rabat pour mettre à nu les exactions commises par le «Polisario»
Un triporteur entre en collision avec un 4x4 à Fkih Ben Salah : trois morts et 9 blessés
Laâyoune: La dénommée Sakina Jad Ahlou simule un évanouissement sur la voie publique
Le team national termine à la 9ème place
Le Sénégal succède à l’Egypte

  
 
  La une en PDF
 
  Editorial
 
La défense de l’unité territoriale, objectif prioritaire du Maroc
Le peuple marocain célèbre, le mardi 14 août, l’anniversaire du retour à la mère-patrie de la provin
Mohammed IDRISSI KAÏTOUNI
 
  Dossier
 
Le récit de la naissance tumultueuse du Casablanca moderne au début du XXème siècle

Saïd AFOULOUS
 
   
  Chronique
   
  Télégramme
 

On les appelle toujours « Dèf Allah », ces gens qui frappent à la porte d’une maison inconnue où ilssuite

 
   
   Articles les plus lus
 

 La hausse s’explique davantage par un effet change que par un effet prix
 Les besoins de liquidité s’accroissent
 Le secteur tiré vers le bas par les entreprises qui recourent à la fraude
 Absence de système de régulation et de règles « claires, simples et équitables »
 Dépréciation quasi-générale des valeurs
 Les prix stagnent globalement
 Le récit de la naissance tumultueuse du Casablanca moderne au début du XXème siècle
 Essaouira : Intoxication alimentaire de neuf employés d’un établissement hôtelier
  Oued Laou : Des artistes espagnols au Festival “Al Lamma”
 Khouribga : Les cas de piqûres de scorpion en baisse de 24% en juillet


© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems