Directeur : Jamal HAJJAM           Redacteur en Chef : Ahmed NAJI
  Nationale     Sport     Economie     Culture     Cinéma     Environnement     Dossier     International  
  Divers   |   Femme   |   Régions   |   T.Continent   |   Informations utiles   |   Tarif publicitaire   |
   
 
        Nationale
  Le Maroc perd l’un des symboles du patriotisme engagé et sincère
Le Parti de l’Istiqlal fait part du décès du combattant Abou Bakr Kadiri
 
Le combattant, prosélyte et éducateur Abou Bakr Kadiri a répondu à l’appel de son Créateur au soir du vendredi Rabië II 1433 (2 Mars 2012) au terme d’une maladie. Le défunt était l’un des fondateurs du Mouvement national au Maroc. Depuis 1930 et jusqu’à son dernier souffle, il n’a cessé de lutter sans relâche pour libérer son pays et ses compatriotes et pour le triomphe de la foi islamique et de la langue arabe quels que soient la situation, le lieu ou son état de santé.
Il pâtit durant son long combat des sévices de l’occupant et de ses suppôts, fut emprisonné à de nombreuses reprises depuis 1935 et jusqu’en 1952, puis à nouveau cette même année suite à la grève générale organisée par le Parti de l’Istiqlal en solidarité avec le peuple tunisien au lendemain de l’assassinat de Farhat Hachad, de même qu’il fut torturé et incarcéré en 1936, 1937 et en 1944 et jeté dans toutes les prisons du Maroc et exilé, sans que cela le décourage ou le dissuade de continuer à lutter par tous les moyens afin que son pays et ses concitoyens recouvrent leur liberté et leur indépendance, ni que cela l’empêche d’assumer sa mission première en matière d’éducation et d’enseignement puisqu’il fonda l’école (libre) Annahda à Salé, laquelle a formé des générations successives des meilleurs cadres dans divers domaines et spécialités.
Il a pris part à diverses initiatives nationales telles que pétitions, manifestations, protestations, organisation et participation effective à ces mouvements et fut parmi les dix qui soumirent les revendications du peuple marocain à la résidence générale et à feu SM Mohammed V en 1934 ainsi que l’un des signataires du Manifeste de l’indépendance du 11 janvier 1944, ce qui lui valut d’être emprisonné.
Il a également participé à la confection des journaux du parti « Al Maghrib » et « Al Alam » et collaboré à des publications nationales tels le journal « Al Hassani » et la revue « Daâouat Al Haq » et créa la revue « Al Iman » et le journal « Arrissala » qu’il dédia à la propagation et la défense de l’Islam et des musulmans et, en particulier, à la cause palestinienne qui était au cœur de ses préoccupations et de sa pensée. Il a assuré le secrétariat général de l’Association marocaine de soutien à la lutte palestinienne dont il fut l’un des fondateurs et pris part à divers congrès et rencontres islamiques dont il fut élu parmi leurs dirigeants.
Au niveau partisan, il fut l’un des fondateurs du Bloc d’action nationale (Koutlat Al Amal Al Watani), membre de la « Taïfa », élu membre du Conseil supérieur du Parti national puis du Parti Al Ittissal, de même qu’il fut élu membre du Comité exécutif de l’Istiqlal et inspecteur général de ce dernier pendant longtemps, puis membre de son Conseil de la présidence jusqu’à sa mort.
Le combattant Abou Bakr Kadiri était aussi un grand écrivain puisqu’il excellait aussi bien dans la rédaction d’articles politiques, religieux et sociaux aussi bien qu’un historien, chercheur et orateur qui attachait ses auditeurs par la sincérité de son discours et sa sentimentalité débordante et, par-dessus tout, un homme loyal et très attaché à ses principes et à ses sacralités religieuses et patriotiques. Il nous a légué ainsi un patrimoine intellectuel considérable portant sur l’histoire du Mouvement national, ses mémoires, les biographies d’environ 20 personnalités qu’il a connues ou avec lesquelles il était en contact, et fut un membre dynamique de l’Académie du Royaume, ce qui ne veut nullement dire que ce modeste faire-part aura cerné les multiples facettes de sa personnalité.
Le Parti de l’Istiqlal et le Maroc en général, perdent en lui un puissant défenseur des principes, un homme sincère dans ses actes comme dans sa parole, un homme tendre, aimant et modeste tout en étant fier et vaillant.
Puisse Allah entourer le défunt de Son infinie miséricorde, le recevoir en Son vaste paradis et compenser ses proches et sa patrie en les comblant de Ses bienfaits.
Nos condoléances à ses proches et alliés ainsi qu’à sa grande famille, le Parti de l’Istiqlal et au Mouvement national en général.
Nous sommes à Allah et à Lui nous retournons !
5/3/2012
Lu 506 fois
| imprimer |
 
 
 
   Autre
   
  La une en PDF
 
  Editorial
   
  Dossier
   
   
  Chronique
   
  Télégramme
 
 
   
   Articles les plus lus
 

© Copyright 2009 L'opinion
Avenue Hassan II Lotissement Vita - Rabat Tél : 05 37 29 30 02/03/04/06 Fax : 05 37 29 39 97 E-mail : lopinion@lopinion.ma
Réalisé par Widesoft Systems